Adolfo Castelo

Adolfo Castelo (Buenos Aires, 29 août 1935 – Buenos Aires, 23 novembre 2004) était un humoriste, journaliste et animateur de télévision et de radio argentin.

Biographie

Castelo débute dans le journalisme graphique et la radio. Il était un maître de l’humour absurde et un créateur de publications mémorables ; ses derniers travaux graphiques avant sa mort ont été publiés dans Revista Noticias et dans le journal El País, qui circule encore dans les rues de Buenos Aires.

À la fin des années cinquante, Castelo avait travaillé avec Jorge Vaccari, Adriana Paz et Anselmo Marini dans le cycle Las Ventajitas sur Radio Rivadavia. Dans les années 60, il a animé Bolsa de Gatos sur Radio Continental avec Fernando Salas et un cycle d’une demi-heure qui commençait à 2 heures du matin (Castelo a été l’un des pionniers de la tranche horaire nocturne) sur Radio Mitre. Cette émission mettait en scène des personnages tels que Jordán de la Cazuela, Julián Delgado, Aldo Cammarota et Quino, le créateur de Mafalda.
Avec Alejandro Dolina, avec qui il a joué dans Claves para bajarse de la cama, il a créé le personnage attachant de «Washington Tacuarembó», un magicien «oriental» (uruguayen) qui présentait des ombres chinoises aux auditeurs.
En 1985, Castelo coanime avec Dolina Qué extraño (sur Rock & Pop), du lundi au vendredi de 13h à 15h. Mais en raison du faible taux d’audience du programme, la station l’a déplacé à 12 heures, de une à trois heures du matin. Ainsi, Castelo sera également présent au début du cycle radiophonique qui a donné naissance à l’émission à succès de Dolina, La venganza será terrible ; c’était en 1985 dans les premières heures de Rock & Pop et s’appelait Demasiado tarde para lágrimas (Trop tard pour les larmes).

Au début des années 80, il a participé à l’émission de télévision bien connue «El Trece», animée par Enrique Llamas de Madariaga. Fait curieux, Castelo participait à cette émission dos à la caméra et son nom n’était pas mentionné à l’antenne. Cela s’explique par le fait que la mission de Castelo était de raconter des «chimentos» politiques prétendument confidentiels.
Au cours de cette décennie, marquée par le retour de la démocratie, il a également participé à d’autres programmes télévisés bien connus, tels que Semanario insólito (ATC, 1982-1983) et La Noticia Rebelde (América TV, 1986-1989). À cette époque, l’un de ses principaux amis et partenaires était le journaliste et scénariste Carlos Abrevaya (1949-1994).
Au cours de cette décennie, il a également participé au programme radiophonique Primera Mano avec Rolando Hanglin, et a animé La Vidriera et La Vidriera del verano, avec Luisa Delfino, sur Radio Continental.
Il est également reconnu comme l’un des mentors de Día D (1996-1997), un programme animé par Jorge Lanata dans lequel ont été formés les principaux protagonistes du journalisme argentin actuel : Ernesto Tenembaum, feu Marcelo Zlotogwiazda, Adrián Paenza, María O’Donnell, Reynaldo Sietecase, Martín Caparrós et bien d’autres.

En 1998, il a présenté l’émission Gemelos avec Horacio Cabak sur Channel 9.

En 2000, il a dirigé un autre programme télévisé sous la marque de La noticia rebelde : Medios locos, sur la chaîne 7, un programme produit par Gastón Portal, avec Marcela Pacheco, Gisela Marziotta, Gillespi et Mex Urtizberea en tant que panélistes.

Parmi ses derniers travaux radiophoniques, citons El ventilador, avec Jorge Guinzburg et Carlos Ulanovsky. Après avoir participé à Turno Tarde, elle a animé l’émission Mirá lo que te digo sur Radio Del Plata en 2001, avec Luisa Valmaggia et Jorge Halperín. Le programme a ensuite été transféré à Radio Mitre, où Lorena Maciel, Carlos Barragán, Gillespi et Marcelo Palacios l’ont rejoint.

En octobre 2004, lors de l’une de ses dernières interventions à la radio, Castelo a annoncé que le gouvernement de la ville de Buenos Aires, où il est né, l’avait déclaré citoyen illustre.
En 2003, au retour d’un voyage en Galice, le pays d’origine de ses parents, on lui diagnostique un cancer du poumon, conséquence de sa dépendance au tabac. Il a lutté contre cette maladie jusqu’en juin 2004, date à laquelle il a assuré qu’il avait réussi à la vaincre. Mais les efforts considérables qu’il a déployés pour lutter contre la maladie ont entraîné des complications (insuffisance cardiaque) qui ont entraîné sa mort le 23 novembre 2004, à Buenos Aires.

En 2010, une école de la ville de Córdoba – anciennement connue sous le nom d’IPEM 336 – porte désormais son nom en commémoration.

Biographie

Radio Belgrano



Radio Rivadavia

Radio 10

Radio La Red

Radio Continental



Rock & Pop

Radio América

Radio Mitre

Radio Del Plata

Ses filles journalistes

De 2009 à 2011, sa fille Daniela a animé l’émission No se lo digas a nadie, sur Radio Nacional (Buenos Aires), avec sa sœur Carla. Daniela est décédée le 2 février 2011 d’un anévrisme cérébral.



Similar Posts:

    None Found