Ana Carrasco Conde

Ana Carrasco Conde, née en Espagne, est une philosophe espagnole, spécialiste de l’idéalisme et du romantisme allemands, de la philosophie de l’histoire, de l’histoire conceptuelle et de l’historiographie. Ses recherches et ses intérêts portent sur le monde grec classique et l’Allemagne des XVIIIe et XIXe siècles.

Surnommée la «philosophe du mal», son travail se concentre sur le «côté obscur» de la philosophie : le mal et la méchanceté, la cruauté, le monstrueux, le grotesque, la terreur, l’horreur, le sinistre et l’abject. Concernée par les théories de la subjectivation, son travail se concentre sur l’analyse et l’étude des formes de destruction de la subjectivité.

Sur le plan historique, elle réfléchit aux développements et aux influences de l’idéalisme allemand sur la pensée contemporaine. C’est pourquoi un autre de ses axes de travail est lié aux théories de l’espace, de la configuration spatiale et des modes d’habiter à travers les relations entre l’architecture, l’urbanisme et la philosophie.
Elle est essayiste et professeur de philosophie à l’Université Complutense de Madrid. Auparavant, elle a été chercheuse à l’Universidad Politécnica de Madrid (Escuela Técnica Superior de Arquitectura) dans le cadre d’un contrat de recherche au titre du Programme international de recrutement de talents (PICATA). Elle a été chercheur contractuel à l’Universidad Carlos III de Madrid et à l’Universidad Autónoma de Madrid, où elle a également enseigné. Elle a également travaillé comme chercheur DAAD à la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich et à la BADW.

Elle est rédactrice en chef de la revue de philosophie Kritisches Journal 2.0.

Elle contribue régulièrement au journal La Marea et a une rubrique avec Àngels Barceló («Somos un incordio») précédemment sur Hora 25 et depuis 2019 sur Hoy por Hoy sur Cadena Ser, où elle applique sa conception de la philosophie comme outil pour «incordiar» ou «discolar» les modes de pensée.

Il fait partie des «10 jeunes philosophes dont les réflexions et les recherches marqueront la pensée et les débats des prochaines décennies» selon l’article d’El Cultural intitulé «À quoi pensent les philosophes du futur ?» (2 novembre 2020).

Biographie académique

Il a étudié la philosophie à Madrid, à l’Universidad Autónoma de Madrid. Il a effectué une partie de ses études à Paris, à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, où il a étudié avec Catherine Chalier et Anca Vasiliu, et à Dresde. Il a obtenu son doctorat avec mention en 2009 avec la thèse Aberratio a centro. El problema del mal en la filosofía de F.W.J.Schelling (1809-1810), rédigée entre Madrid et la Schelling-Kommission de l’Académie bavaroise des sciences à Munich, en Allemagne, où elle est actuellement chercheuse invitée. Elle y a travaillé avec les philosophes Wilhelm G. Jacobs et Jörg Jantzen.

Elle a effectué des séjours de recherche aux universités de Paris-X Nanterre, TU Berlin, Ludwig-Maximilians-Universität à Munich et BADW. Elle est professeur invité à l’UNSAM (Argentine), à l’UNIOESTE (Brésil), à l’UIC Dubrovnik (Croatie), à l’Università degli Studi di Palermo (Italie), à l’Universidad Austral de Chile et à l’Universidad Iberoamericana de Mexico.

En 2012, il a reçu le prix international Julián Sanz del Río pour jeunes chercheurs, décerné par la Fondation et le DAAD (Deutscher Akademischer Austauch Dienst, Office allemand d’échanges universitaires).

Idéalisme allemand, romantisme et philosophie contemporaine

Elle est une spécialiste reconnue de Hegel, Fichte et Schelling, ainsi que d’auteurs plus obscurs tels que Schubert, Ritter et Baader. Elle s’est attachée à retrouver les éléments philosophiques présents dans la poésie de Hölderlin. Dans son travail philosophique, elle tente de penser à notre époque sur la base de Schelling, tout en récupérant des éléments du romantisme, en particulier Ludwig Tieck. Elle est influencée par des philosophes actuels tels que Derrida, Agamben et Judith Butler, ainsi que par la psychanalyse.



Histoire des Concepts : Les Concepts Déstabilisants

D’un point de vue méthodologique, son travail philosophique consiste à «déstabiliser les concepts» : elle analyse un concept couramment utilisé, le démonte, retrace son histoire et son évolution afin de retrouver le sens qu’il avait dans l’antiquité et d’ancrer ce sens «ancien» dans le présent et de fissurer ainsi le «tissu symbolique-imaginaire» de la contemporanéité. Dans l’entretien accordé à la revue Filosofía & Co, il déclare : «il ne s’agit pas de revenir à la pensée classique pour ce qu’elle a en commun avec nous, mais précisément pour ce qui nous différencie et de faire l’effort de briser certaines catégories, les nôtres, pour apporter de nouvelles significations à notre époque, en leur faisant de la place en générant des fissures dans notre logique. Et si ce qui est intéressant, c’est de voir comment nos propres préoccupations se fissurent ? Et s’il ne s’agit pas de penser dans la philosophie classique et d’appliquer nos catégories, mais de le faire à l’inverse, de penser à notre époque avec des catégories d’une autre époque ? L’effort est titanesque parce qu’il nous oblige à démanteler notre propre logique pour l’adapter à la différence, mais ce faisant, nous pouvons adopter une autre perspective pour faire face à nos questions. Ce faisant, notre vision du monde, qui semble si homogène, se fissure et se désagrège. Et c’est bien de cela qu’il s’agit : démonter, désarticuler, voir les modes d’assemblage de notre époque et le faire en utilisant comme levier des pensées qui viennent d’un autre temps. Nietzsche disait qu’il fallait être intempérant. Peut-être s’agit-il d’éprouver le temps et l’histoire qui se jouent de chaque pensée et d’apprécier les modes d’assemblage de la réalité : les désarticuler en se pensant hors du temps avec les coups de marteau d’un autre temps».

Le mal, le mal, la terreur et l’horreur

Il s’intéresse au mal, à la catastrophe, à la guerre, à la terreur, à l’horreur, au monstrueux et au spectral dans le cadre de la tradition classique et de la philosophie moderne et contemporaine. Il a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet depuis le début de sa carrière, tels que «Cave canem. Del monstruo al otro a través de la literatura» (2004) ou «Espacios del terror. La casa, el psiquiátrico y el bosque» (2015) et a analysé la philosophie de Kant à partir de la terreur («La cara B de la razón», 2013), et la terreur à partir de Kant («American horror story : Kant, the sublime and romantic terror») jusqu’à Benjamin à partir des morts sans sépulture («¿De qué es síntoma de ángel de la historia descrito por Benjamin ?», 2014), à Michel de Certeau à partir de Frankenstein («El poema y la institución o sobre la escritura de la historia», 2013).

Sur le problème de l’existence du mal, il a développé à partir de la philosophie de Schelling le concept d’égoïsme négatif, selon lequel les êtres humains s’imposent activement et consciemment aux autres au point d’être heureux de faire le mal. Dans son dernier ouvrage, il se concentre sur la différence entre le mal et la méchanceté, la terreur et l’horreur, et démantèle la position de Schelling.

Similar Posts: