Andrés Cuenca Saldívar

Bonifacio Cuenca

Andrés Cuenca Saldívar (Primero de Marzo, Caraguatay ; 29 novembre 1925-28 décembre 1986) était un compositeur et musicien paraguayen.

Biographie

Il est né à Alfonso Tranquera, district de Caraguatay, département de la Cordillère, Paraguay, le 29 novembre 1925. Ses parents sont Bonifacio Cuenca et Faustina Zaldívar.

Il est décédé le 28 décembre 1986, trois ans après le départ pour l’éternité de son partenaire de duo, Ramón Vargas Colmán.

Premiers pas

Andrés Cuenca Saldívar a passé une enfance heureuse et paisible dans sa ville natale, où il a commencé à jouer de la musique dès sa préadolescence.

Sa carrière musicale s’est déroulée avec solvabilité et habileté et avec de nombreux mérites qui ont permis à Cuenca de connaître le succès et les applaudissements.

Enfance et jeunesse

Cuenca Saldívar s’est associé au chanteur Ramón Vargas Colmán en tant que duo lorsque cet artiste, originaire d’Ybytymi (département du Paraguarí), a pris connaissance de ses talents de chanteur et lui a proposé de former un duo de voix et de guitares. Le rêve était d’exceller dans l’activité musicale.

Andrés Cuenca Saldívar accepte l’invitation de son collègue et ils discutent des noms possibles pour la formation artistique naissante. Ils optent pour leurs noms de famille, comme c’était la coutume à l’époque, étant donné qu’il existait d’autres duos établis tels que «Melga-Chase», formé par Diosnel Chase et Basilio Melgarejo, ou «Los hermanos Cáceres», entre autres.
À la demande d’amis et de collègues, ils ont adopté le nom du duo «Vargas-Saldívar», renonçant au premier nom de famille de Cuenca pour des raisons de sonorité, ce qui n’était pas le cas avec le duo Vargas-Cuenca, précédemment envisagé.

Style

Ceux qui ont connu Andrés Cuenca Saldívar se souviennent de lui comme d’un être humain affable, joyeux, toujours prêt à discuter, bref, un véritable gentleman du folklore paraguayen. Elégant dans ses vêtements et d’allure galante, ce chanteur était une attraction centrale sur toutes les scènes où il se produisait avec son duo artistique de toujours, Ramón Vargas Colman.

Trajectoire

Avec son duo, Andrés Cuenca Saldívar a commencé à parcourir le difficile chemin du succès, mais très vite les opportunités se sont présentées. Après de nombreuses représentations dans la campagne paraguayenne, en 1952, le duo Vargas-Saldívar est de plus en plus sollicité dans les soirées dansantes de la capitale et d’autres régions du pays. Ils commencent également à se faire connaître sur les stations de radio qui diffusent des programmes folkloriques, comme Radio Nacional del Paraguay ou Radio Teleco, aujourd’hui disparue. Peu après, une maison de disques de Buenos Aires les engage pour enregistrer «Musiqueada Campesina», titre de la première production complète du duo. Le grand Albino Quiñónez, membre du célèbre Trío Olímpico, ainsi que Emigdio Ayala Báez et Eladio «El Grande» Martínez, y apportent leur talent dans l’interprétation de la harpe paraguayenne.
Après avoir enregistré d’autres titres tels que «Vibra el Paraguay», avec la harpe d’Edmundo Medina ; «Mi amada flor», avec la harpe de Marcelino Benítez Casco (alias Tatatî), le duo a signé un contrat avec la plus importante maison de disques argentine de l’époque, «Emi-Odeon», en tant qu’artistes exclusifs. Avec cette compagnie, ils effectuent une importante tournée dans les villes argentines. Cette expérience les a conduits sur les scènes de la ville de Puerto Libertad, Misiones, où Andrés Cuenca Saldívar a rencontré la femme qu’il a épousée le 25 avril 1957, Nilda Yunis, une sportive de cette ville qui a déménagé avec lui pour vivre à Asunción.



Plus tard, un autre grand maître de la harpe paraguayenne, Lorenzo Leguizamón, s’est joint au duo, et ils ont formé le Trio de Oro, avec lequel ils ont acquis une grande popularité et ont été invités à se produire sur la radio «El Mundo» à Buenos Aires.

Hits.

Les chansons du duo Vargas-Saldívar ont été diffusées par «La Voz de la OEA» à Washington DC. Ils ont voyagé au Brésil, au Pérou, au Chili, en Bolivie et, en 1979, ils ont été engagés pour se rendre aux États-Unis d’Amérique afin de se produire devant leurs compatriotes vivant à New York. Ils se sont également produits à l’hôtel Hilton, invités par Los Paraná (ou Los Paranas), un groupe folklorique paraguayen basé dans ce pays, où ils ont joui d’une grande notoriété. Ils se sont également produits à Washington, Philadelphie, Miami et dans d’autres villes du continent nord-américain.
Dans les années 1980, ils ont été invités, en raison de leur grande popularité, à enregistrer avec des groupes de jeunes talents regroupés sous le nom de «Nuevo Cancionero». Ce fut le cas du trio Ñamandu et du duo Vocal Dos, avec des arrangements du regretté maestro Oscar Cardozo Ocampo. C’est ainsi qu’ils ont commencé à donner à la musique paraguayenne d’autres nuances et un contenu plus poétique, en apportant des messages au peuple par le biais de leurs chansons, ce qui leur a permis de lutter contre le régime dictatorial féroce qui régnait au Paraguay.

Ouvrages

Andrés Cuenca Saldívar a contribué à près de cinquante chansons du répertoire indigène. Parmi elles, citons

– Arribeño Purahéi («Barcino Koli»), Tujami, Ingratitud, Ko’ápe Che Avy’ave, toutes avec des paroles d’Emiliano R. Fernández.



– Rohejáta, Che Morena», avec des paroles de Quemil Yambay.

– Ndaikuaáiguinte Ajapo», «Apoi ha Ha’u Jey», avec des paroles de José Asunción Acuña.

– Ikañymby», paroles de José Emeterio Cantero Viera.

– Aimeségui Nendive», paroles de Feliciano Santa Cruz.

– Guyrami Saite», «Ka’aguy Rape», paroles de Godofredo «Chacho» Alcaraz.



– Che Mbaraka Rehae», paroles de Carlos Sosa.

– Clavel Parami», paroles de Deidamio González.

– Ñande Ysyry», paroles de Justo Fernández Sánchez.

– Tembetary», paroles de Modesto González Juvinel.



– Ha ! Che Vallemi», paroles de Pedro Sánchez Núñez.

– Villarrica, Che Ciudad», paroles de Gregorio Narváez Arce.

Similar Posts:

    None Found