Antonio Martínez Ron

Antonio Martínez Ron (Madrid, 3 mai 1976) est un journaliste scientifique, vulgarisateur et écrivain espagnol. Il est diplômé en journalisme de l’université Complutense de Madrid.

Spécialisé dans la communication scientifique en espagnol, il a collaboré avec différents médias, dont La2, Cadena Ser, La Sexta, RNE, Onda Cero et Vozpópuli. Il est responsable des projets de vulgarisation Naukas et Fogonazos, de la section «Next» du journal Vozpópuli et collabore à l’émission «Hoy empieza todo» (RNE3) avec la section «Ciencia Catacrocker».

Il a réalisé deux documentaires et écrit le scénario d’une bande dessinée. Il est également l’auteur des livres Algo nuevo en los cielos, El ojo desnudo, ¿Qué ven los astronautas cuando cierran los ojos ?, Papá, dónde se enchufa el sol ? (ce dernier traduit en italien et en chinois) et, en 2022, il a publié Algo nuevo en los cielos.

Il a également reçu le prix Ondas et le prix Concha García Campoy de journalisme scientifique.

Biographie

Diplômé en journalisme de l’Université Complutense de Madrid, il est actuellement responsable de «Next», les pages scientifiques du journal Vozpópuli, et collabore au programme «Hoy empieza todo» (RNE3) où il dirige la section «Ciencia Catacrocker».

En septembre 2003, il a publié le blog Fogonazos, où l’on peut lire une compilation de ses «étonnements quotidiens», des articles sur la science, des curiosités et des impressions sur l’actualité.

Entre 2009 et 2011, il a travaillé comme rédacteur scientifique en chef à La información.com.
Avec Miguel Artime et Javier Peláez, il a fondé le blog Amazings.es, qui est devenu Naukas en 2012. Actuellement, Naukas est considéré comme la plus grande plateforme de vulgarisation scientifique en espagnol. Il compte plus de 150 contributeurs, pour la plupart des scientifiques et des vulgarisateurs qui écrivent régulièrement du contenu sur une grande variété de sujets. En outre, chaque année en septembre, Naukas organise un événement de vulgarisation scientifique à Bilbao, où plus de 60 vulgarisateurs se réunissent dans l’auditorium du palais Euskalduna pour donner des conférences de 10 minutes sur la science, l’humour et le scepticisme. Depuis quelques années, des événements similaires sont organisés dans différentes villes espagnoles telles que Pampelune, Valladolid, La Corogne et Palma, entre autres.

Dans La 2 de Televisión Española et pendant deux saisons, il a été responsable de la section «La demostración» dans le programme Órbita Laika présenté par Ángel Martín, un espace dédié à l’explication de concepts de physique, de chimie ou de neurosciences à travers des expériences simples.

Entre 2011 et 2019, il a collaboré au magazine Quo.

Entre 2013 et 2017, il a collaboré au programme Te doy mi palabra sur la station de radio Onda Cero.
En 2014, avec Javier Peláez et Javier Álvarez, il a développé le projet radio Catástrofe Ultravioleta, une série d’émissions visant à promouvoir la science à travers différents domaines de connaissance, en parlant d’expériences et de leurs créateurs. Il a également publié son premier livre, ¿Qué ven los astronautas cuando cierran los ojos, une compilation de plus de cinquante articles publiés sur le blog Fogonazos. Il couvre des sujets tels que les expériences des astronautes et des histoires sur les neurosciences.

En 2016, il a publié El ojo desnudo -Crítica, Drakontos collection- , une reconstruction de l’histoire des sciences basée sur la compréhension de la vision et de la lumière avec une perspective critique, racontant des histoires et illustrant des expériences scientifiques.



En 2017, l’Académie espagnole des arts et des sciences de la télévision lui a décerné le prix Concha García Campoy du journalisme scientifique dans la catégorie Presse numérique pour l’article Plasticidad a la carta para salvar cerebros (Plasticité à la demande pour sauver les cerveaux).

En 2022, il publie Algo nuevo en los cielos -Crítica, collection Drakontos-, un récit sur l’étude des cieux avec des histoires sur l’origine de la pluie, la composition de l’air ou les limites entre l’atmosphère terrestre et l’espace.

Ouvrage

Réalisation du documentaire El mal del cerebro, qui passe en revue les principales recherches sur le traitement des maladies cérébrales et l’amélioration des performances mentales.
Dans la première partie de ce documentaire, «Le cerveau réparé», Martínez Ron assiste à une opération d’implantation d’électrodes pour la récupération de la mobilité et l’élimination des tremblements compulsifs chez les patients atteints de la maladie de Parkinson. Il montre les dernières avancées technologiques pour remplacer des membres amputés par des dispositifs bioniques ou pour déplacer des objets par la pensée.

Dans la deuxième partie, «À la recherche de la mémoire», il aborde les nouvelles méthodes de recherche visant à détecter précocement la démence, à ralentir le déclin cognitif et à trouver des moyens de conserver les souvenirs le plus longtemps possible.



Dans la troisième partie, «Les troubles de l’esprit», il présente quelques troubles de l’esprit tels que la schizophrénie, le syndrome de Gilles de la Tourette, un cas d’amnésie due à une lésion cérébrale et plusieurs patients atteints d’aphasie provoquée par un accident vasculaire cérébral.

Similar Posts: