Art de l’Urartu

L’art urartéen désigne un type d’art historique et régional de l’Urartu (Ararat), l’ancien État d’Asie occidentale qui a existé entre le XIIIe et le VIe siècle avant J.-C. sur les hauts plateaux arméniens. L’art urartéen a été fortement influencé par l’Assyrie voisine, l’État le plus important de cette période dans la région. Il a atteint son apogée vers le 8e siècle avant J.-C., mais a été en grande partie pillé, dispersé et détruit lors de la chute de l’Urartu environ un siècle plus tard. Des statuettes en bronze, des bijoux, des armes et d’autres objets artisanaux datant de cette période ont survécu.

Général

La science possède relativement peu d’artefacts du royaume d’Urartu. Contrairement à d’autres États du monde antique, tous les objets du royaume d’Urartu découverts peuvent être étudiés par un seul chercheur. L’art de l’Urartu a été réalisé sous la forte influence de son voisin l’Assyrie et, malgré les différences évidentes de style, cet art a longtemps été considéré comme une simple subdivision de l’art assyrien. Les scientifiques et les historiens de l’art soulignent les caractéristiques suivantes de l’art urartéen : 1) l’observation des canons de beauté est plus prononcée que dans d’autres cultures anciennes de l’Orient ; 2) la préférence est donnée aux ornements plutôt qu’aux scènes de la vie quotidienne ; 3) la tendance à copier les modèles anciens existants plutôt qu’à améliorer les créations ultérieures. Ainsi, le style des artisans d’Uratu est resté inchangé pendant plusieurs siècles et s’est donc progressivement simplifié et primitivé.
Au XIXe siècle, l’intérêt des Européens pour les antiquités du Proche-Orient a incité les archéologues à en remplir les musées européens. Mais à cette époque, l’existence de l’Urartu n’avait pas encore été découverte par la science et les ruines de Tushpa et Toprakkale à Van (Turquie) étaient considérées comme les traces d’une lointaine province assyrienne sans grand intérêt. Les découvertes faites lors des fouilles de Ninive par Austen Henry Layard en Irak ont éclipsé les découvertes faites sur les rives du lac de Van. Pendant longtemps, la recherche d’antiquités urartéennes a davantage intéressé les «chasseurs de trésors» que les archéologues.

Ainsi, au cours du XIXe siècle, les musées européens (British Museum, musée du Louvre, musée de l’Ermitage et autres) ont commencé à exposer des objets d’art ourartéens fournis par des collectionneurs privés. Cependant, dans un premier temps, le faible niveau de recherche et l’absence de fouilles sur les sites d’Urartu ont conduit les historiens à classer les antiquités d’Urartu comme étant d’origine assyrienne ou sassanide. Ce n’est qu’au milieu du 20e siècle, lorsque les recherches sur l’Urartu ont considérablement progressé et que l’écriture cunéiforme a été déchiffrée, que les objets d’art trouvés sur les sites archéologiques ont pu être correctement classés. Les fouilles systématiques des anciennes cités d’Urartu, Teishebaini et Erebuni, menées pendant la période soviétique sur le territoire de l’Arménie, ont été particulièrement fructueuses et ont contribué à l’étude de l’art urartéen.

Catégories d’objets d’art Urartu

Les artisans d’Urartu pouvaient réaliser des statues de bronze de belles dimensions. Ainsi, lors du sac de Musasir en Assyrie, ils prirent les statues en bronze des rois d’Urartu et d’Argishti I, d’une masse de 60 talents (environ 1,8 tonne). Cependant, aucune œuvre en bronze de taille comparable, ni même aucune partie d’œuvre, n’a survécu.

Les sculptures en bronze étaient réalisées à partir d’un modèle en cire, puis ciselées ou recouvertes d’or.

Les petites statuettes en bronze d’Urartu peuvent être divisées en trois groupes : les ornements de trône des rois de la Liste des rois d’Urartu, les ornements en cuivre des chaudrons et les rares statuettes représentant les dieux. Pratiquement toutes les statuettes sont des objets d’art appliqué, des objets utilitaires luxueux des courtisans.

À la fin du XIXe siècle, des chasseurs de trésors ont vendu à des musées européens plusieurs petites pièces de bronze qui, après examen, se sont révélées être des parties d’un même trône, celui des rois d’Urartu.

Les parties conservées de ce trône ont toutes été réalisées en bronze (par moulage et cire perdue). Cette technique implique que chaque pièce soit créée séparément, puis enfermée dans un moule réfractaire et remplie de cire fondue. Le métal est coulé dans le moule, la cire fond et le moule réfractaire conserve la forme voulue par l’artisan. Chaque pièce est fabriquée séparément et n’est jamais absolument identique à une autre. La pièce ainsi obtenue est ensuite dorée par l’application de fines couches de feuilles d’or.
Les figurines en bronze qui ornent les chaudrons sont parmi les objets les plus nombreux conservés à Urartu. Selon les scientifiques, ce sont elles qui ont permis à l’origine d’identifier le style urartéen des ustensiles découverts au 20e siècle.

Les chaudrons en cuivre décorés semblent avoir été utilisés principalement pour les sacrifices rituels. Les annales assyriennes du roi Sargon II, par exemple, mentionnent un tel récipient rempli de vin lors des libations au dieu Haldi. Les figurines attachées aux chaudrons étaient fabriquées séparément, puis jointes à ces derniers.

Parmi ces figurines décoratives de chaudron, on trouve des têtes de taureau ainsi que des divinités ailées, plus souvent féminines que masculines. On a émis l’hypothèse que ces divinités représentaient le dieu Shivini et son épouse la déesse Tushpuea. La technique de fonte des pièces de bronze des chaudrons est originaire d’Urartu dans les pays voisins d’Asie Mineure, en particulier la Phrygie, et est une forme d’art proche-oriental qui a pénétré plus tard en Europe. Des décorations de chaudrons ont été trouvées en Grèce, en Italie, à Rhodes, à Athènes, en Béotie, à Delphes, à Olympie et dans les tombes d’Étrurie. Au début des recherches, de nombreux ornements urartéens ont été classés par les chercheurs comme des objets anciens en général, mais depuis le milieu du 20e siècle, après un examen détaillé, ils ont été classés comme provenant spécifiquement de l’art urartéen. Les scientifiques ont même noté que les figures de bronze urartéennes utilisées sur les chaudrons avaient été utilisées par d’autres peuples pour décorer leurs récipients.
Les coupes et les assiettes étaient le plus souvent décorées de scènes de bataille, d’images de cavaliers et de chars.



Trois statuettes en bronze représentant des dieux urartéens ont été découvertes à la fin du 20e siècle. Il semble que les divinités aient été représentées en bronze uniquement pour être utilisées lors de cérémonies religieuses. L’une des statuettes est probablement le dieu Haldi, conservé au British Museum, les deux autres au Musée d’histoire arménienne (un exemplaire se trouve au Musée Erebuni).

Il existe une catégorie distincte d’art urartéen qui concerne les armes ayant appartenu aux rois d’Urartu. Ces armes d’apparat comprennent des casques de combat, des épées, des carquois, des boucliers et des casques de cotte de mailles. Des motifs typiques du Moyen-Orient sont représentés sur ces armes : lions et taureaux, serpents, divinités ailées, vénération de l’arbre de vie.

Les scientifiques n’en savent pas assez sur les casques de combat depuis les fouilles de Teishebaini, où plus de 20 casques ont été découverts. Les casques cérémoniels diffèrent peu des casques de combat des guerriers urartéens car ils sont artistiquement décorés.
Les scientifiques disposent de plusieurs boucliers cérémoniels en bronze. Tous sont décorés de cercles concentriques ornés de lions et de taureaux. Ces boucliers n’étaient pas destinés au combat : l’épaisseur de la plaque de bronze et la nature des ferrures au dos indiquent qu’ils étaient utilisés pour les offrandes (par exemple dans les temples), où ils étaient accrochés aux murs. Le diamètre de ces boucliers varie de 70 cm à un mètre. Les images étaient estampées dans la surface du bouclier, puis décapées à l’aide de divers outils. La composition des figures est telle qu’aucune d’entre elles ne semble être à l’envers. Plusieurs de ces boucliers ont été trouvés dans le raion de Van, d’où ils ont ensuite rejoint le British Museum et les musées de Berlin. Quatorze d’entre eux ont été découverts lors de fouilles à Teishebaini, sur la colline de Karmir-Blour.

On sait également qu’il existe des boucliers en or d’Urartu qui n’ont pas été conservés. En Assyrie, le roi Sargon II, décrivant la richesse des objets provenant du pillage de Musasir, a déclaré qu’elle comprenait six boucliers en or d’Urartu, pesant chacun 6,5 kg.



Lors des fouilles archéologiques, seuls trois carquois ont été retrouvés, tous sur le territoire arménien lors des fouilles de la dernière place forte urartéenne, la ville de Teishebaini. L’un d’entre eux a été transféré au musée de l’Ermitage, les deux autres se trouvent au musée de l’histoire arménienne. Les carquois royaux étaient en bronze et leurs faces représentaient des guerriers urartéens.
L’armure d’apparat des guerriers urartéens a été découverte lors de fouilles à Teishebai. Mieux conservées, les ceintures de bronze des guerriers ont été découvertes en Turquie lors des fouilles d’Altyn-Tepe, en Iran près du lac d’Urmia et en Arménie dans les tombes lors des fouilles de Karmir Blur. Les ceintures servaient à protéger le corps comme une armure. Elles mesurent 12 cm de large et environ un mètre de long.
Les bijoux urartéens peuvent être divisés en deux catégories : 1) les bijoux en métaux précieux et en pierres appartenant à l’art de la cour ; 2) les variétés simplifiées de ces bijoux en bronze utilisés par les couches moins riches de la société urartéenne. Les chercheurs pensent que de nombreux bijoux, en plus de leur fonction décorative, avaient des propriétés magiques en tant qu’amulettes. Les chercheurs pensent que de nombreux bijoux, outre leur fonction décorative, étaient considérés comme des amulettes aux propriétés magiques. Peu de pièces de métal précieux produites en Urartu ont été retrouvées. Les Annales assyriennes du roi Sargon II mentionnent plusieurs objets en métal précieux, tels que des baguettes, divers récipients, des pendentifs en argent ou en or. Ces trésors ont été pris par les Assyriens à Musasir en 714 avant J.-C. et sont aujourd’hui introuvables. Parmi les pièces d’orfèvrerie les plus importantes, on peut citer le pendentif découvert par une expédition berlinoise lors de fouilles dans la capitale urartéenne, Toprakkale, et le couvercle d’un chaudron découvert lors de fouilles à Teishebaini.

Parmi les nombreux petits bijoux produits en Urartu qui ont été découverts lors de fouilles, on trouve des épingles en or et en argent, des boucles d’oreilles en or, des parties de bracelets en or et des médaillons. Ces découvertes ont été faites lors de fouilles dans l’actuelle Turquie et en Arménie. Les bijoux féminins représentent souvent la déesse Arubani, épouse du dieu suprême urartéen Haldi. On y trouve également des motifs mésopotamiens tels que l’arbre de vie, le disque solaire ailé et d’autres encore. Parmi les bijoux les plus populaires, on trouve de nombreux échantillons de bracelets et de boucles d’oreilles, des colliers en bronze, des cornalines. En Urartu, comme dans de nombreuses autres régions de l’Orient ancien, les hommes et les femmes portaient des bijoux.

L’architecture de l’Urartu est représentée par des villes fortifiées et des complexes de palais et de temples. Les villes fortifiées comme Erebuni ou Tushpa sont des ensembles architecturaux avec des locaux religieux et commerciaux. Les matériaux utilisés pour leur construction sont la brique et la pierre. Certaines villes urartéennes ont été construites sur la base de plans caractérisés par des rues parallèles et un système de défense à plusieurs niveaux.
De manière relativement inattendue, les constructions en pierre ont été relativement mal préservées et, contrairement aux attentes des scientifiques, aucun bas-relief ou sculpture monumentale n’a été découvert à Tushpa près de Van. Ainsi, contrairement aux attentes des scientifiques, aucun bas-relief ou sculpture monumentale n’a été découvert à Tushpa près de Van, et aucune grande pierre n’a été mise au jour lors des fouilles de Toprakkale (Urartu), alors que les bas-reliefs assyriens du roi Sargon II, représentant la ville urartéenne de Musasir, montrent que de grandes statues ont été installées dans la ville. D’autre part, plusieurs petites parties de reliefs ont été découvertes dans d’autres régions de Turquie. Il est possible que la première ville de résidence des rois urartéens, Tushpa, puis Toprakkale, ait été fortement détruite par les Mèdes lors de la prise de ces villes et que les sculptures monumentales aient également été détruites. En Urartu, les monuments commémoratifs étaient érigés sous la forme de pierres dressées portant des inscriptions qui devinrent plus tard les prototypes des khachkars.

À droite : représentation d’un griffon et d’un disque ailé.

Il existe de nombreux objets urartéens en argile. Les potiers urartéens produisaient non seulement des objets en céramique simples utilisés à des fins économiques et utilitaires, mais aussi des poteries artistiques ornées de représentations de divinités et d’animaux. Certains récipients rituels et plats royaux étaient fabriqués en argile décorée de couleurs vives.
L’art monumental d’Urartu est également représenté par les peintures murales colorées, miraculeusement conservées dans les ruines de la citadelle d’Erebouni. Bien que les peintures de ce type aient été répandues en Mésopotamie et se soient probablement propagées à Urartu, c’est à Erebouni qu’elles sont le mieux conservées par rapport à d’autres villes anciennes du Proche-Orient, ce qui en fait un monument unique de l’art oriental ancien. Contrairement à de nombreuses villes d’Urartu, Erebouni n’a pas été incendiée pendant une guerre, mais abandonnée sans combattre, ce qui a permis de sauver des peintures uniques – certaines peintures murales d’Erebouni ont été exposées à Erevan, au musée d’Erevan, et à Moscou, au musée Pouchkine.



En Urartu, comme dans d’autres États du Proche-Orient, les sceaux cylindriques étaient utilisés comme amulettes, et la technologie et les motifs représentés sur les sceaux urartéens ont été clairement imités sur les sceaux de l’Assyrie voisine. Cependant, la qualité artistique des sceaux urartéens qui nous sont parvenus est bien inférieure à celle des sceaux assyriens. Ils présentent néanmoins un intérêt pour l’étude de l’art urartéen.

L’héritage de l’art urartéen

Après la chute de la civilisation urartéenne au VIe siècle avant J.-C., les caractéristiques de l’art urartéen ont été remarquées par les artistes des peuples voisins. Ainsi, lors de fouilles dans la ville d’Erubini, un trésor en argent de l’époque achéménide a été découvert, dans lequel les techniques artistiques de représentation de figures humaines étaient prédominantes.

Le rithon de droite présente une partie avant composée d’un cavalier portant une haute casquette arrondie. Les manches de son manteau sont gravées de chevrons sur une bande et il porte un couteau dans un fourreau à la ceinture. Le costume du cavalier ressemble à celui des Mèdes de la fresque de Persépolis. Le poitrail du cheval est ceinturé d’une grande chaîne.

Le rithon de gauche a la forme d’une coupe avec plusieurs personnages en relief. Au centre se trouve un homme assis, à gauche un serviteur lui présente une coupe, et plus loin un musicien joue de la double flûte. Il s’agit du plus ancien riton dont le bord est orné de figures.



Boris Piotrovsky a fait un certain nombre d’observations qui suggèrent que la technique de décoration artistique des Scythes, qu’il s’agisse de ceintures, de fourreaux ou d’autres objets, a probablement été empruntée aux artistes urartéens. Les chercheurs ont également noté que la décoration des chaudrons urartéens avait pénétré dans les peuples voisins de l’Antiquité classique.
Il convient également de mentionner l’influence importante que la culture urartéenne a exercée sur les régions transcaucasienne et arménienne en particulier. On la retrouve dans l’architecture, les méthodes d’irrigation et l’artisanat. Cependant, il est difficile pour les scientifiques et les historiens de l’art de prouver cette influence en raison du faible nombre d’échantillons qui nous sont parvenus. Néanmoins, l’influence de la culture urartéenne en Arménie et en Géorgie du Sud est considérée comme une réalité généralement acceptée. Selon Igor M. Diakonoff, «lorsqu’on étudie l’histoire socio-économique ou culturelle la plus ancienne du peuple arménien, on ne peut que partir de rien et se tourner vers le VIe-Ve siècle avant J.-C.». Il est clair que pour bien comprendre l’histoire des anciens Arméniens, il faut connaître l’histoire ancienne des Hurriens, des Urartiens et des Hittites». L’influence de la culture urartéenne sur le Moyen-Orient, et en particulier sur les Mèdes, doit également être prise en compte.

Références

Similar Posts: