Arts plastiques de Cuba

Les arts plastiques cubains sont l’expression de l’imagerie, de la peinture, de la sculpture, de la céramique, de la gravure, de la photographie, de l’architecture et du graphisme créés à Cuba. Ils sont l’expression de la pluralité des conceptions esthétiques apportées sur l’île, notamment par les colonisateurs espagnols et les esclaves noirs venus d’Afrique. Avec le temps et l’établissement de l’identité nationale cubaine, des expressions influencées par le reste de l’Europe, l’Amérique latine et les États-Unis ont vu le jour. Après l’émergence du socialisme, l’art soviétique a également eu une influence marquée.

Début des arts plastiques à Cuba

Les premières manifestations des arts plastiques cubains se trouvent dans les villages aborigènes, où l’on a trouvé des pots en argile, des haches pétaloïdes en pierres symétriques et finement polies, qui sont les plus caractéristiques de la culture Taino. Parmi les objets à usage cérémoniel ou religieux, il y a une abondance de cemíes, qui sont des idoles ou des images sculptées et taillées dans la pierre, l’argile ou le bois, le coquillage ou le bois, et de dujos, des sièges en bois dur comme un tabouret à quatre pieds, dont le dossier se termine souvent par une courbe continue avec des moulures symboliques, qui sont très appréciés pour leur valeur, leur délicatesse et leur sculpture minutieuse.
En 1592, alors que les colonisateurs étaient déjà installés depuis un certain temps, les premiers villages ont été fondés. En 1592, San Cristóbal de La Habana fut déclarée ville et ses armoiries présentaient la clé qui marquait sa position stratégique dans le golfe et les trois tours de ses grandes constructions militaires destinées à la défense de la flotte qui, avant de partir pour l’Espagne depuis le Mexique et le Pérou, chargée de richesses, passait par le port de La Havane, contribuant ainsi à la splendeur de cette ville.

Les châteaux de La Fuerza, La Punta et Los Tres Reyes del Morro ornaient ces armoiries, et la statue en bronze de La Bella Habana, plus tard connue sous le nom de La Giraldilla, aujourd’hui symbole de la ville, était placée sur le château de La Fuerza.

Au XVIe siècle, les premières rues étaient déjà tracées et les premières églises construites. Un document de l’époque indique qu’en 1584, le peintre Juan Camargo a été le premier artiste à réaliser le retable de l’église paroissiale principale.

La nécessité de donner la priorité à la défense contre les attaques des corsaires et des pirates a conduit à la construction de bâtiments militaires sur l’île et naturellement à La Havane, puis de bâtiments religieux et plus tard civils.

Les églises en pierre ou en maçonnerie avaient presque toujours une seule nef, leur extérieur était sobre et certaines étaient ornées de variantes de tours, presque toujours d’un seul côté, d’autres ajoutaient des nefs latérales, c’est pourquoi on voit parfois deux tourelles octogonales qui complètent harmonieusement les deux corps de la façade.
C’est sous cette forme simple que furent construites à La Havane les églises de Santa Clara (1644), Espíritu Santo (1638), San Agustín (1633) et Santo Domingo, qui était également un couvent et devint plus tard la première université pontificale de Cuba.

Certaines, comme les églises de Sancti Spíritus et de Santiago de las Vegas, avaient des tours en forme de dôme.

À l’intérieur des églises, le bois noble était utilisé pour les images sculptées et polychromes d’une certaine valeur, les candélabres, les tabernacles et les missels élaborés, qui étaient principalement des dons.

Au cours du XVIe siècle et par la suite, des maisons et des bâtiments à forte influence mauresque ont été construits, avec des balcons et des galeries recouverts à l’étage supérieur de plafonds décorés et de sacoches.

Au XVIIIe siècle, l’architecture s’est cristallisée dans ce que l’on appelle le style baroque cubain.



À cette époque, une bourgeoisie «créole» s’est développée et a participé au développement de l’économie ; les États-Unis ont obtenu leur indépendance de l’Angleterre et sont devenus le principal consommateur de l’île.

En Espagne, on assiste à ce que l’on appelle le «despotisme éclairé», qui se traduit par un développement assez rapide de l’ensemble de l’univers culturel ; les représentants de ce gouvernement à Cuba entreprennent la construction d’édifices publics et la bourgeoisie créole bâtit des résidences plus grandes et plus luxueuses.

La Havane est pavée et éclairée, le premier théâtre est construit : «El Coliseo», dans l’Alameda de Paula. Les matériaux utilisés sont la pierre poreuse et le calcaire dur, ce qui empêche toute décoration baroque espagnole.
Les églises utilisent des arcs transversaux dans leurs nefs et des plafonds avec des arcs à caissons (Église de Guanabacoa, attribuée à Alejandro Hernández). Les tours des églises utilisent des spirales pyramidales en maçonnerie, des tours carrées et polygonales et continuent d’être faites de bois finement sculpté.
La cathédrale de La Havane a été érigée en 1748, ce qui a donné lieu au motif ornemental «La Habanera Jamba» et à l’élimination des piédestaux.

On sait que le Cadien Pedro de Medina et le Cubain Fernández Trevejos, originaire de La Havane, ont participé à ces travaux. Le style baroque est donné par le mouvement de la façade de part et d’autre de la porte principale, l’utilisation de lignes ondulantes et brisées, l’utilisation de colonnes inclinées et de spirales dans la corniche.



L’intérieur était recouvert de bois, mais à la fin du XIXe siècle, il a été recouvert de plâtre comme les voûtes gothiques et des peintures décoratives ont été ajoutées.

De bons exemples du baroque cubain sont : le palais du gouvernement et le bureau de poste, tous deux situés sur la Plaza de Armas, le Castillo de La Fuerza et le Templete (à l’exception de La Fuerza, les autres datent du XIXe siècle).

L’église paroissiale de Santa María del Rosario, construite entre 1760 et 1766 par José Perera et fondée par le premier comte de Bayona, était appelée «La Catedral de los Campos de Cuba» (la cathédrale des champs de Cuba). À l’intérieur, elle présente des retables en bois dorés et peints ; on peut également y apprécier les peintures murales exécutées par José Nicolás de Escalera, très apprécié pour avoir été le premier peintre cubain à être connu en détail, et les scènes qu’il propose dépeignent la société de l’époque.
Dans la Casa de la Obra Pía, la Casa de tacón nº 4 et la Casa del Segundo Conde de Lagunilla, on a découvert des peintures murales qui n’apparaissaient auparavant que dans les édifices religieux et qui se sont étendues à l’architecture domestique.

Au XIXe siècle, le style baroque cède la place au style néoclassique, qui rend droite la ligne courbe, calme le mouvement des moules classiques et remplace le bois et la maçonnerie par le fer et le marbre.

Ce siècle compte plusieurs places importantes : la Plaza de Armas, la Plaza de San Francisco et la Plaza Nueva (plus tard la vieille place) et l’harmonieuse Plaza de la Catedral. Les avenues : le Paseo de Extramuros avec de nombreuses fontaines, la fontaine des Indes, la fontaine des Lions, le Paseo del Prado, Galiano, Monte, le Campo de Marte, Jesús del Monte utilisant de larges portails soutenus par des colonnes. Le Templete est un petit monument de style néoclassique où fut célébrée la première messe de la Villa. Son intérieur a été décoré de trois peintures murales réalisées par le peintre français Vermay.



Les palais de Balboa et Balaguer et celui d’Aldama sont d’excellents exemples du style néoclassique.

Le Cerro puis le Vedado possèdent de belles demeures avec des portails ombragés, des grilles et des portes en fer et des demi-points en vitrail.

À Trinidad, d’une grande beauté, on peut apprécier de véritables palais de luxe d’influence hispano-mudéjar, où le style cubain peut être apprécié dans les détails décoratifs et dans certaines solutions pour s’adapter à notre climat. De nombreux murs intérieurs et postérieurs ont été peints par des peintres populaires.
Dans le roman Cecilia Valdés (1839), Cirilo Villaverde affirme que les portraits des propriétaires de la Casa Gamboa ont été peints par Vicente Escobar y Flores, un descendant des pardons libres qui a eu l’occasion de voyager à l’étranger et d’étudier à l’Académie royale des beaux-arts de San Fernando à Madrid, où il a été nommé Pintor de Cámara de la Corte Española (Peintre de chambre de la Cour espagnole). Ses portraits se caractérisent par leur douceur et leur expression naïve. Il est sans doute le portraitiste réaliste le plus gracieux et le plus fidèle, qui a su capter la psychologie de ses sujets.

Avec le développement de l’industrie du tabac, la tradition de la présentation et de l’emballage des cigares a vu le jour ; la bague du cigare et les feuilles de papier qui l’enveloppaient étaient ornées de gravures élégantes, colorées et attrayantes. Ces gravures ont attiré de nombreux artistes étrangers et cubains, tels que Barrera et Barañano. Ces dessins gravés représentaient notre flore et nos fruits, des moulins à sucre et des scènes de promenades et de routes, et cet art de la gravure s’est également étendu aux paquets de cigarettes.



Víctor Patricio de Landaluce, d’origine basque, qui vécut et mourut à Cuba à une époque éminemment nationaliste et qui, bien que sympathisant avec l’Espagne, fut l’auteur de nombreuses caricatures dans lesquelles il exprimait ses cruelles critiques : «El Liborio», le guajiro en guayabera et jipi qui aime les combats de coqs, et l’élégante esclave qui célèbre les coquetteries des femmes mulâtres. Néanmoins, son œuvre présente de véritables valeurs picturales.

En 1818, Juan Bautista Vermay, peintre français et auteur des peintures murales de Templete, fonde l’école de San Alejandro, qui a exercé une influence durable sur la formation de générations de peintres.
Cette école a suivi les formes d’expression romantiques initiées par Esteban Chartrand, qui abordaient la nature d’une manière sentimentale et idéalisée, sans tenir compte des peintres ou graveurs cubains dont les œuvres n’étaient pas très académiques mais capturaient l’unicité du Cubain. Certains auteurs cubains ont fait leurs études à l’étranger ou ont vécu longtemps en Europe, de sorte que leurs œuvres ne reflètent pas la réalité cubaine. José Joaquín Tejada (1867 – 1943) avait une approche sentimentale de Cuba, principalement du paysage. Il a réussi à maîtriser la technique et son œuvre «La Lista de la Lotería» (La liste de la loterie) a été saluée par José Martí.

La peinture cubaine du XIXe siècle se caractérise fondamentalement par la maîtrise du naturalisme, la reproduction mimétique de la réalité, tant au niveau des couleurs que des proportions, des textures, des lumières et des ombres, la perfection du dessin avec des coups de pinceau soignés, léchés et pudiques, la présence du contraste fond-figure et l’inexistence de gaspillage de couleurs, ni de polychromie.

Thèmes fondamentaux :

Les arts plastiques dans la République

Une longue liste de peintres formés à San Alejandro poursuit la ligne formelle et académique. Il en va de même pour les sculpteurs Ramos Blanco et Florencio Gelabert, pour n’en citer que quelques-uns. La peinture académique était également cultivée dans d’autres régions de Cuba, avec notamment les travaux des peintres Mariano Tobeñas et Oscar Fernández Morera dans le centre de l’île. Ce n’est qu’en 1925 que l’art cubain a pu s’intégrer à l’art contemporain : un groupe de peintres qui avaient étudié à San Alejandro et qui avaient montré l’insuffisance de leur formation ont voyagé, principalement en France, et ont été influencés par l’art de la rénovation à l’École de Paris.



Le chef de file incontesté de ce groupe fut Victor Emmanuel, qui fut accueilli avec beaucoup de réprobation et de scandale, mais personne ne pouvait nier la beauté de ses œuvres.

En 1927, les œuvres du nouvel art sont exposées à La Havane : le sculpteur Juan José Sicre en janvier, Víctor Manuel en février, Antonio Gattorno en mars et, en mai, une exposition commune ; à partir de là commence une période appelée «Héroïque», à laquelle s’ajoutent Carlos Enríquez, plein de sensualité, Eduardo Abela qui, dans le Machadato, crée son célèbre Bobo et, plus tard, travaille sur d’autres thèmes. Il faut également mentionner Fidelio Ponce de León, créateur d’une technique laiteuse aux formes sombres.

Tous ces peintres ont souffert non seulement de l’incompréhension mais aussi du manque de soutien dans la tradition picturale du pays. Beaucoup d’entre eux ont essayé de refléter les bouleversements sociaux qui existaient dans le pays, tant en peinture qu’en sculpture (Moret).
En 1937, Abela dirige l’Estudio Libre de Pintura y escultura (Atelier libre de peinture et de sculpture). Mariano Rodríguez et René Portocarrero, qui y enseignent, souhaitent affirmer l’aspect national de leur travail ; la frustration politique les pousse à se retirer, ne laissant que des éléments formels du criollisme : demi-points, grilles, coqs, végétation.



Le style baroque de la ligne et de la couleur est acquis dans les peintures de Mariano, Portocarrero et Felipe Orlando. L’infatigable Portocarrero a reçu avec son œuvre «La ville» le prix international de l’ombre lors de la deuxième biennale de Sao Paulo, au Brésil, en 1963.

Amelia Peláez, influencée par le cubisme, utilise des thèmes cubains, des fleurs, des fruits, etc., à des fins décoratives.

Wifredo Lam retourne à Cuba à la fin de la Seconde Guerre mondiale, apportant avec lui la connaissance de Picasso et de l’art noir, les retrouvailles avec son pays cristallisent son œuvre mondialement connue, les formes surréalistes facilitent son expression terrible et imaginative exprimée dans son tableau capital : «La Jungle» qui fait partie du Musée d’art moderne de New York.

Luis Martínez Pedro, avec sa tendance imaginative, et Ernesto González Puig, avec son tracé minutieux, commencent à exposer.

Rita Longa, Eugenia Rodríguez et Marta Arjona cultivent la ligne sculpturale.

Les arts visuels dans le socialisme

Il est extrêmement intéressant d’observer comment le rythme des changements dans l’expression de la culture a atteint des niveaux surprenants à partir du moment où elle a été mise en conformité avec les développements contemporains. Un facteur décisif dans ce processus a été le triomphe de la Révolution, qui a marqué un changement abyssal dans la projection culturelle et artistique, et par extension.

La création du Conseil national de la culture, du Département d’orientation révolutionnaire (DOR), de l’Institut cubain de l’art et de l’industrie cinématographique (ICAIC), de l’Union nationale des écrivains et artistes de Cuba (UNEAC) et du CODEMA a nationalisé l’art et l’a transformé en propagande politique. Toutes les options du système de la culture ont été abordées en termes de développement de l’art en tant que fonction de la politique.

Les arts visuels ont témoigné du changement qui s’était produit et ont été sensibilisés à la nouvelle projection culturelle et artistique du processus. Bien entendu, les arts visuels ont été réceptifs à tous ces mouvements autour de l’homme et aux nouvelles voies de l’histoire et en ont tenu compte dans leurs nouvelles voies d’expression.

Les années 1960 ont un caractère épique et propagandiste marqué, en écho aux nouvelles tâches révolutionnaires. En 1962, les écoles nationales d’art (ENA) sont créées et introduisent de nouvelles lignes d’enseignement artistique.
L’un des événements médiatiques les plus importants de la période a été l’œuvre El susurro de Tatlin de l’artiste Tania Bruguera, à la fin de 2014. En mai 2015, la Galleria Continua a ouvert une succursale à La Havane et a depuis présenté à Cuba des expositions d’artistes de renommée mondiale tels que Michelangelo Pistoletto, Anish Kapoor, Jannis Kounellis, Daniel Buren, entre autres.

Parmi les artistes émergents les plus importants, citons Alejandro Campings, Yornel J. Elías, Michel Pérez (Pollo), Celia y Yunior, Reynier Leyva Novo, Grethell Rasúa, Susana Pilar Delahante, Yaque, Fidel García, Javier Castro, Carlos Martiel, Mabel Poblet, Leandro Feal, Marcel Márquez, Adonis Ferro, Yonlay Cabrera, Néstor Siré, Luis Manuel Otero Alcántara, Los Carpinteros, Glenda León, Rachel Valdés et Alexandre Arrechea.

De même, une nouvelle génération de critiques et de conservateurs est apparue, s’insérant dans de nouveaux circuits publics et privés, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’île. Il s’agit d’une génération qui, avec de nouvelles morphologies et dynamiques de gestion, commence à modifier et à resituer l’art cubain émergent. L’une des jeunes figures représentatives de ce phénomène est le conservateur, galeriste et critique d’art Yuri González, diplômé de l’Université d’Orient et l’un des plus importants collectionneurs de la ville de Miami, berceau du marché de l’art cubain.
Avec le développement des technologies informatiques, de nouveaux créateurs graphiques sont apparus, qui se sont consacrés à leur utilisation pour recréer la réalité, la fantaisie et la vie dans toutes ses manifestations. Parmi ces créations, la peinture numérique est apparue, une manifestation qui ne compte pas beaucoup d’artistes, ou dont les auteurs ne sont pas très connus en raison des difficultés à exposer leurs œuvres, soit parce qu’il n’y a pas assez de galeries virtuelles, soit parce qu’il n’y a pas moyen d’imprimer ces œuvres dans des formats accessibles, en raison d’un manque de technologie.

Similar Posts: