Beaucheff 1435

Beaucheff 1435 est un album non officiel du groupe chilien Los Prisioneros.

Histoire

Enregistré entre juillet et août 1989 à Estudios Konstantinopla (propriété de Carlos Cabezas), le titre vient de la maison de Jorge González à l’époque, puisque la plupart des chansons y ont été composées. Ce disque est la démo de ce qui devait être à l’origine le quatrième album studio du groupe. Cependant, Jorge González a décidé d’écarter toutes ces chansons et, à la fin de l’année, il s’est rendu aux États-Unis pour enregistrer seul le quatrième album, sous la direction de Gustavo Santaolalla, avec une poignée de ses propres compositions, plus personnelles et plus profondes, qu’il n’avait pas prévu de publier au départ. Le résultat est l’acclamé Corazones (1990).
Beaucheff 1435 se caractérise par un son sombre, qui contraste totalement avec l’optimisme que connaissait le pays à la fin de la dictature militaire. «Certaines de ces chansons ont pris une direction différente de celle à laquelle le groupe était habitué. Des mélodies mélancoliques, des paroles plus intimes et quelques airs dansants, le tout mené par des synthétiseurs et des tambours programmés, avec des morceaux comme «En forma de pez», «Ella espera» et «Las sierras eléctricas». L’album est considéré comme «une sorte de continuation de la recherche sonore de La cultura de la basura», «avec des éléments de house – en vogue à l’époque – et quelques moments ludiques comme «Danza porque porque sí» et le rockabilly «El maldito día de sol»». En outre, la vision sociale acérée de González trouve sa place dans «Las sierras eléctricas», avec le pendant romantique de «En forma de pez» : une suite impressionnante de 7 minutes et une sorte de croisement entre Emmanuel et Martin Gore (Depeche Mode)».

Cet album n’a jamais été publié officiellement, mais pendant des années il a circulé de main en main parmi les fans du groupe. D’autres bootlegs ont également été publiés sous ce label (principalement des démos du premier album solo de Jorge González enregistré en 1992), et le journaliste Freddy Stock (auteur du livre Corazones rojos, the unauthorised biography of Los Prisioneros) a même prétendu que l’original contenait la démo de «Amiga mía», ce qui s’est avéré faux.
Certains titres nés de ces sessions, mais ne figurant pas sur la démo, sont «Simpatía por el terrorismo», «Amigo», «Yo no soy Buddy Holly», «(Sin título)» (enregistré par González accompagné d’une guitare et d’une boîte à rythmes), une reprise de «La noche» de Salvatore Adamo (à ne pas confondre avec «La noche/Historia oculta») parue sur Ni por la razón, ni por la fuerza (1996) et une version house de «Fresa salvaje» de Camilo Sesto, entre autres.

Liste de chansons

Toutes les chansons ont été écrites et composées par Jorge González, sauf mention contraire.

Similar Posts:

    None Found