Bolsón de Mapimí

Le Bolsón de Mapimí est un bassin endoréique situé dans les sierras et les plaines du nord du Mexique. Il est également connu sous le nom de Comarca Lagunera et constitue une vaste région naturelle entièrement désertique, partagée par les États mexicains de Durango, Coahuila et Chihuahua. Le Bolsón de Mapimí abrite la neuvième agglomération la plus peuplée du Mexique, l’aire métropolitaine de Torreón, qui compte plus d’un million d’habitants.

Description de l’ouvrage

La région de Bolsón de Mapimí est située dans la partie septentrionale de l’Altiplicie mexicaine, c’est-à-dire au nord des chaînes de montagnes de Zacatecas et de San Luis Potosí. Il y a de nombreuses années, elle abritait de petites lagunes qui recevaient les eaux de certains ruisseaux de surface et de sources souterraines, comme les lagunes de Viesca et de Mayrán, qui ont disparu en raison de l’assèchement de l’environnement. Aujourd’hui, d’autres masses d’eau se forment pendant la saison des pluies, lorsque les cours d’eau de surface transportent l’eau des rares pluies qui tombent dans la région. Parmi ces masses d’eau, on peut citer la lagune Las Palomas, située au sud-est de l’État de Chihuahua, et la lagune Laguna del Rey.

Le bassin constitue la sous-province de Mapimí de la province physiographique du désert de Chihuahua.

Histoire

Avant l’arrivée des Espagnols, le Bolsón de Mapimí était habité par des tribus indigènes de tradition arido-américaine. Autour des lagunes qui existaient autrefois dans la région, un complexe archéologique connu sous le nom de Jora-Mayran s’est développé, l’un des premiers indices de développement culturel au Mexique, associé à certains textiles et objets lithiques. Des siècles plus tard, certaines tribus ont vécu ici, notamment les Tobosos, les Nazas et les Mapemes, groupes dont, parmi le peu que l’on sait d’eux, on se souvient de quelques rébellions contre l’autorité espagnole. Ces groupes, ainsi que d’autres qui habitaient les plaines du nord du Mexique, sont connus sous le nom vague de Chichimecas, un ethnonyme nahuatl signifiant sauvages. Au XVIe siècle, le fleuve Nazas se jetait dans la lagune Mayran, qui disparut au cours du même siècle.

La vision du territoire par les conquistadors

Dans les premières années de la conquête, Bernardo de Sahagún a consigné dans ses chroniques les perceptions du paysage nordique : «les provinces où habitent les Chichimèques sont pauvres, stériles et dépourvues de toute subsistance». Avant même l’arrivée des Européens, la région située au-delà des zones occupées par les peuples agricoles traditionnels (Mexica et Tarascan) était décrite comme différente, «un lieu de misère, de fatigue, de pauvreté, de roches sèches, de grande faim et de mort».
La subjectivité des témoignages saute sur les caractéristiques physiques et écologiques, dans ce contexte, et afin de donner une description approfondie de la zone centre-nord, c’est-à-dire la zone couverte par les états actuels de Durango et Chihuahua, qui correspondait approximativement à la province coloniale de Nueva Vizcaya, le découpage coïncide avec l’organisation régionale de l’espace mexicain proposée par García Martínez (Las regiones de México, 2008), qui identifie quatre versants. La zone d’étude fait partie du versant nord et, à l’intérieur de celui-ci, du secteur centre-nord, qui s’étend de Zacatecas au Nouveau Mexique, d’est en ouest, délimité entre le Bolsón de Mapimí et la Sierra Madre Occidental, connue sous le nom de Sierra Tarahumara.
La région se divise en trois zones : la Mesa del Centro, la Sierra Madre Occidental et la «zone désertique». La première est constituée de vastes plaines et de basses chaînes de montagnes. La Sierra Madre présente des ravins et des canyons, des chaînes de montagnes atteignant jusqu’à 3 000 mètres au-dessus du niveau de la mer. La zone aride, avec peu de précipitations, peut être qualifiée de semi-aride, mais elle est aussi fertile et féconde sur les pentes du Tarahumara. Dans cette région, les Espagnols ont occupé la zone où se trouvaient les mines d’argent et les meilleures terres plates, irrigables et à faible végétation, propices à l’agriculture et à l’élevage. La zone la plus aride est le Bolsón del Mapimí, qui fait partie du désert de Chihuahua et que les Espagnols qualifiaient de «non peuplé». La principale caractéristique de cette zone est qu’il s’agit d’un bassin endoréique, c’est-à-dire que les eaux s’écoulent à l’intérieur du territoire, sans se déverser dans les rivières ou la mer. Il est constitué d’une série de collines en périphérie, dont les pentes alluviales atteignent les parties basses. La poche est délimitée au sud par les chaînes de montagnes Jimulco et Parras, au sud-ouest par la chaîne de montagnes Rosario, à l’ouest par le plateau Zarca, au nord-ouest par la rivière Conchos, au nord par la rivière Bravo et à l’est par la Sierra del Carmen.
Au milieu des années 1740, Don José Antonio Villaseñor y Sánchez, à la demande du vice-roi comte de Fuenclara, rédigea l’une des descriptions les plus riches du XVIIIe siècle. Il décrit l’extension : «plus de cent lieues du sud au nord jusqu’à ce qu’elle rencontre les rives du Rio Grande, et avec une largeur au milieu de plus de cinquante lieues, rétrécissant ce sein, ou poche de terre entre les rivières San Pedro et Conchos jusqu’aux Juntas avec ledit Rio Grande et avec les terres de la province de Coahuila». Les hivers sont secs et les étés sont chauds, avec des pluies estivales, la moyenne annuelle des précipitations est de 264 mm. Bien que le Bolsón de Mapimí soit la zone la plus aride, cet espace ne correspond pas entièrement à l’idée coloniale du désert, dans ses deux principaux sens, car il n’est ni totalement aride ni inhabité.

Pendant la période coloniale, le Bolsón de Mapimí a attiré les Espagnols, qui se sont installés dans des villes comme Mapimí et Tlahualilo. L’essor de ces villes était lié à la découverte de minerais qui, au début du XXIe siècle, soutiennent encore une grande partie de l’économie locale. L’arrivée des Espagnols a provoqué le retrait des Indiens Bolson vers les terres plus arides du nord de Chihuahua, où ils ont subi le harcèlement des Apaches jusqu’à leur disparition au XIXe siècle, soit par assimilation culturelle, soit par extinction physique. Le XIXe siècle a également vu l’introduction de l’élevage de bétail à grande échelle, qui représente aujourd’hui, avec l’agriculture irriguée, le principal pilier de l’économie de la Comarca Lagunera.

Le XXe siècle
La Comarca Lagunera a été le théâtre de l’un des plus importants projets de développement agricole réalisés après le triomphe de la révolution mexicaine. Sous le gouvernement du général Lázaro Cárdenas del Río, de grands ejidos ont été créés dans le Bolsón, dans lesquels d’importantes sommes d’argent ont été injectées dans le but de développer une agriculture technicisée. Le manque d’attention des gouvernements suivants a entraîné la détérioration de l’économie agricole locale.

Similar Posts: