Château de Lehuedé

La Maison Lehuedé ou Maison Rouge, située sur la Plaza Mori (Santiago du Chili), est un bâtiment situé au cœur du quartier Bellavista à Santiago du Chili. Elle a été construite en 1923 pour Don Pedro Lehuedé par l’architecte Federico Bieregel. L’empreinte forte des travaux de cet architecte est immémoriale.

Sur un premier niveau avec un socle, recouvert extérieurement de pierre, deux étages et un grand toit mansardé de style éclectique, la maison projette encore sur la place et le Barrio La Riqueza sa conception originale et les nombreux détails qui l’ornent.

Pedro Lehuedé Fernández

Pedro Lehuedé Fernández (1880-1943), commerçant de profession, était le deuxième fils de Pierre François Lehuedé Monfort (1849-1902) et d’Émilie Riquetti Garnier (1857-1904) ; il avait neuf frères et sœurs.

Il a épousé Marie-Louise Boudin Vigneau (1888-1962). Quatre enfants sont nés de ce mariage. Louis, Charles, Agnès et René. Ils sont nés au Château Lehuedé. Cette propriété a appartenu à la famille jusque vers 1945.

Le propriétaire, Pedro Lehuedé, était le fils d’un immigrant français, l’un de ceux qui sont arrivés entre 1870 et 1890, en vertu d’une campagne qui a culminé dans le gouvernement Balmaceda lorsque Carlos Antúnez était ministre à Paris, dans le but de faire face au développement des travaux publics matérialisés grâce au boom minier.
Comme le Belge Neut, le Français Joannon, le Yougoslave Prajoux et le Hollandais de Groote, tout en apportant des techniques de construction, Lehuedé fonda une famille au Chili, eut quatre enfants et, à la manière européenne, les transmit aux générations suivantes.

Le propriétaire de cette maison poursuivit donc l’activité de construction de son père et construisit plusieurs maisons dans les rues Constitución et Antonia López de Bello, dont certaines qu’il louait, toutes solidement construites. Eugenio Joannon effectuait à l’époque le même travail dans le même quartier.

Pedro Lehuedé se lance également dans le commerce de la quincaillerie et des matériaux de construction. D’abord avec des Français, Quenet, puis avec un associé chilien à Ahumada 79, une adresse classique qu’ils conservèrent de 1911 jusqu’à sa mort au même endroit. La tradition a été poursuivie par Luis et René Lehuedé, de la troisième génération, jusqu’en 1958, date à laquelle ils ont déménagé à quelques rues de là.

Cette culture des matériaux et de la permanence est pleinement présente dans le château Lehuedé, l’œuvre majeure, commandée à l’architecte Bieregel parce qu’il était un de leurs amis et parce qu’ils partageaient tous deux la même appréciation d’un passé européen provincial et démodé, faisant presque partie du paysage.

Si le projet évocateur de Bieregel surprend le passant par le sérieux avec lequel il a entrepris la conception d’une maison si éloignée des maisons traditionnelles de Santiago, la seconde surprise vient de la qualité de la construction, qui a permis à la maison de rester vivante jusqu’à aujourd’hui.

Histoire du site

Don Pedro Lehuedé a acheté le site à Doña Mercedes Eyzaguirre de la Cavareda, veuve de Don Fermín Enrique Matte Pérez en 1927. Ce site faisait auparavant partie d’une ferme appartenant à Juan Brandau, puis à ses frères Valentín et Guillermo, qui bordait à l’ouest la rue Purísima (anciennement connue sous le nom de Navarrete). Cette propriété provenait à son tour de la division de la ferme que Don Juan Fernández Puelma acheta en 1852 aux héritiers de Don José de Borrás Pérez et de son épouse Mercedes Gilabert Santiago. M. Borrás, né en Catalogne et mort à Santiago du Chili en 1811, était le propriétaire de cette ferme depuis la fin du XVIIIe siècle.



Construction et style

Cette maison a été conçue dans les années 1920 et construite par l’architecte Federico Bieregel entre 1922 et 1924.

Il s’agit d’une œuvre historiciste, presque romantique, qui cherche à évoquer les villes européennes d’antan. Aujourd’hui, quelques bâtiments de ce type subsistent et sont de plus en plus appréciés en tant que monuments nationaux. Ils constituent des points de repère importants dans leurs quartiers respectifs et donnent une touche de distinction au Santiago d’aujourd’hui, imprégné de modernisme architectural et éloigné de la beauté classique d’autrefois.
Les planchers en chêne américain, les murs extérieurs en pierre massive, la salle à manger lambrissée, les portes en vitrail entre cet espace et le salon ; la grande échelle, l’entrée importante très similaire à celle que l’architecte a utilisée dans le Palacio Ariztía de Monjitas ; le plafond à caissons du salon (c’est-à-dire avec des ornements carrés ou polygonaux au plafond) ; les grandes cheminées des chambres à coucher ; les balcons et terrasses variés ; bref, tout est impeccablement exécuté, ce qui, à l’époque, se trouvait plutôt à Providencia ou à Zapallar, dans l’architecture de loisir des millionnaires, que dans une maison comme celle-ci, urbaine, et si urbaine qu’elle s’adapte à l’échelle du quartier sans en imposer le contexte plus large.

Même les énormes réservoirs d’eau de 5 et 3 000 litres, utilitaires et ajoutés par-dessus en raison de la faible pression de l’élément, rayonnent de cohérence.

La maison, vendue plus tard par la succession à un immigrant russe, a été subdivisée en sections pour être louée, presque sans exception, à des résidents liés à l’art, à l’architecture, à la décoration et à la publicité.



Restauration après le tremblement de terre de 2010

La départementalisation et les innombrables tremblements de terre que la maison a subis depuis 1923 ont profondément endommagé sa structure. C’est pourquoi, en 2011, un projet de réhabilitation a été lancé dans le but de la convertir en un petit hôtel. La restauration architecturale et structurelle a été réalisée par les architectes Jorge Ávila et Cecilia Wolff entre 2010 et 2013, avec la conception de Leopoldo Dominichetti. Les travaux ont duré plus de trois ans. L’étude de l’état avant restauration comprenait plus de 200 dessins de chaque pièce en plan, des élévations intérieures, des plans de plafond et des détails. Après le tremblement de terre de 2010, le mur mitoyen de la vigne s’est détaché de plus de 20 cm du reste du bâtiment à l’étage supérieur. Comme il s’agit d’une structure en maçonnerie avant l’utilisation du béton armé pour confiner la maçonnerie, il n’y avait du béton qu’au 1er étage. La restauration a donc consisté à renforcer l’ensemble du bâtiment à l’intérieur, sans que l’intervention à l’extérieur ne soit évidente. Les fenêtres ont été remplacées par des fenêtres insonorisées et scellées à la pointe de la technologie. Une étude complexe a dû être réalisée pour simplifier la géométrie des fenêtres sans perdre le design global et ainsi maintenir l’unité de son image extérieure. Pour cette raison et pour toutes les autres modifications architecturales proposées, le projet a passé plus de 6 mois au Conseil des monuments nationaux, mais a été approuvé sans observations majeures. Les travaux de restauration ont commencé en 2012 et se sont achevés en 2014, date à laquelle l’hôtel a finalement ouvert ses portes.

Place Camilo Mori

La place Camilo Mori est le petit espace triangulaire qui fait face à la maison conçue par l’architecte Federico Bieregel, connue sous le nom de Casa Roja ou Castillo Lehuedé (1923), et qui donne un grand caractère à ce secteur.

Grâce à un langage éclectique, où se distinguent des éléments tels que le socle en pierre, le vase décoratif, l’escalier d’accès, la forge métallique et le toit en pente, entre autres, l’architecte est parvenu à faire en sorte que le bâtiment reconnaisse l’échelle plus petite du quartier, tout en s’appropriant la Plaza.

La place porte le nom de ce grand peintre chilien, car sa résidence et son atelier se trouvaient à quelques mètres de là (maison de style moderne à deux étages, trottoir nord, d’Antonia López de Bello, rue n° 0110).

Il est évident que le quartier de Bellavista ne serait pas le même sans ce «château» qui s’adosse à la Plazoleta Mori et forme ainsi un coin si caractéristique qu’il est déjà reproduit sur les cartes postales de Santiago.



Similar Posts: