Coin Artigas

Le Rincón de Artigas (en portugais, Rincão de Artigas) est un territoire de 237 km² situé au nord de l’Uruguay et au sud du Brésil, dans la municipalité de Santana do Livramento, dans l’État du Rio Grande do Sul.

La République orientale de l’Uruguay considère qu’en raison d’une erreur dans la démarcation de la frontière entre les deux pays en 1856, ce territoire est passé en possession du Brésil en 1861, et depuis 1934, elle demande au Brésil de réviser la démarcation de la frontière à cet endroit. Depuis 1974, les cartes uruguayennes indiquent ce territoire comme une «frontière contestée» et considèrent qu’il devrait appartenir au département d’Artigas.

Dans des notes de protestation adressées au gouvernement brésilien, l’Uruguay a exigé une révision de la position du ruisseau Invernada, considéré comme une frontière par le traité de 1851. Le Brésil considère que le territoire lui appartient légalement et ignore les revendications uruguayennes, estimant qu’il n’y a pas de litige en cours entre les deux pays, et n’accepte pas d’engager des pourparlers sur la question.

Géographie

La zone contestée est de forme triangulaire, avec deux ruisseaux qui se rejoignent de chaque côté avant de se jeter dans le fleuve Cuareim. Le troisième côté est formé par la Cuchilla de Haedo (ou Cuchilla Negra). Le cours d’eau le plus à l’est prend sa source à proximité de la borne intermédiaire no 941 (appelée Señal Piriá) et le cours d’eau le plus à l’ouest prend sa source à proximité de la borne no 49-I (appelée Marco Masoller, à la jonction des Cuchillas de Haedo et Belén), toutes deux situées sur la Cuchilla de Haedo.
Le cours d’eau le plus occidental est le support de la frontière internationale depuis sa délimitation en 1856, raison pour laquelle les démarqueurs l’ont appelé cours d’eau Invernada, nom que le Brésil conserve sous le nom d’arroio da Invernada (cours d’eau de l’Invernada). À sa source, la frontière longe sa gorge la plus à l’ouest, qui était appelée ruisseau de Maneco (arroio Maneco). Elle naît de l’union de deux cours d’eau, le Caraguatás (galho Gravatás, le cours d’eau le plus à l’ouest, qui porte la frontière internationale) et le Linea.

Le cours d’eau le plus à l’est est connu sous le nom de ruisseau des Moirones (arroio Moirões), bien que l’Uruguay considère qu’il s’agit du ruisseau Invernada. Le gajo del Trillo le plus au nord-est s’élève à la marque intermédiaire n° 941. Depuis 1934, l’Uruguay considère que le ruisseau Moirones, son affluent le Trillo et sa gorge atteignant le repère intermédiaire N° 941, est le véritable ruisseau Invernada mentionné dans le traité de 1851.

Les deux branches principales du Trillo prennent leur source à proximité des bornes n° 941 et 47-I (appelées Marco de la Oficina ou David), le triangle qu’elles forment étant appelé Rincón de Trillo. Un autre affluent de ce ruisseau, situé plus à l’ouest, est le ruisseau Florencio, qui prend sa source près du cadre n° 48-I (appelé Marco de Serpa ou Ombú). L’espace compris entre ces ruisseaux est appelé Rincón de Florencio, et le reste du territoire compris entre les ruisseaux Florencio et Maneco est appelé Rincón de Maneco.

Histoire

Le Rincón de Artigas doit son nom au fait que, lorsque José Artigas séjournait au camp de la Purificación del Hervidero, il l’utilisait pour faire hiverner le bétail, d’où le nom du ruisseau Invernada. Jusqu’en 1861, il était en possession de l’Uruguay.

En prenant comme référence la lettre rédigée par le vicomte de San Leopoldo et la lettre du colonel José María Reyes, on signa en 1851 le traité des limites entre l’Empire du Brésil et l’Uruguay, qui, dans son article 2, établit :
.mw-parser-output .flexquote{display:flex;flex-direction:column;background-color:#F9F9F9F9;border-left:3px solid #c8ccd1;font-size:90%;margin:1em 4em 4em;padding :.4em .8em}.mw-parser-output .flexquote>.flex{display:flex;flex-direction:row}.mw-parser-output .flexquote>.flex>. quote{width:100%}.mw-parser-output .flexquote>.flex>.separator{border-left:1px solid #c8ccd1;border-top:1px solid #c8ccd1;margin :.4em .8em}.mw-parser-output .flexquote>.cite{text-align:right}@media all and (max-width:600px){.mw-parser-output .flexquote>.flex{flex-direction:column}}

En 1853, la démarcation de la frontière à partir de la côte atlantique a commencé, la zone de Rincón de Artigas ayant été délimitée entre 1856 et 1862. La Commission mixte de démarcation était dirigée par les commissaires, le maréchal de l’armée Baron de Caçapava (pour le Brésil) et le colonel du génie José María Reyes (pour l’Uruguay, celui-là même qui a dessiné la carte).
Étant donné que les deux chartes différaient quant au cours des ruisseaux, mais avaient en commun que le ruisseau sans nom de la charte de Reyes et l’arroyo da Invernada de celle du vicomte de San Leopoldo prenaient leur source au point de rencontre des lames de Haedo et de Belen, les deux commissaires convinrent de le reconnaître comme le ruisseau Invernada, à partir de sa gorge la plus à l’ouest appelée Maneco. Le 28 avril 1856, la loi n° 3 a été signée, déterminant la frontière dans la région du ruisseau Invernada.

  • Le 4 septembre 1857, le traité Permuta a été signé, prévoyant un échange de territoires. La zone allant de l’actuelle ville de Rivera au ruisseau Cuñapirú, peuplée de Brésiliens, passerait au Brésil en échange d’une zone de taille similaire, le Rincón de Maneco. Le 1er février 1861, la légation brésilienne à Montevideo a envoyé une note au gouvernement uruguayen proposant de maintenir le statu quo d’avant la démarcation jusqu’à l’approbation du traité d’échange, pour les territoires de Rincón de Artigas, jusqu’alors administrés par l’Uruguay, et les zones de Santana do Livramento que le Brésil devait céder à l’Uruguay. Entre février et mai 1861, le congrès uruguayen n’a pas ratifié le traité et celui-ci a été annulé. Le gouvernement uruguayen a donc répondu à la note brésilienne le 8 mai 1861, déclarant qu’il ordonnerait qu’aucun obstacle ne soit mis à l’occupation du Rincón de Artigas par le Brésil et que ce dernier resterait en possession du territoire.
    En 1933, alors que la Commission mixte créée en 1916 travaillait à la caractérisation de la frontière, un militaire uruguayen membre de la Commission, le capitaine Villa Seré, en étudiant la position des bornes, est arrivé à la conclusion que la borne n° 49-I avait été placée par erreur à la tête d’un cours d’eau qui n’était pas le cours d’eau Invernada, laissant 25 000 hectares en territoire brésilien qui, selon lui, devraient appartenir au département de Rivera en Uruguay. Le ruisseau Invernada mentionné dans le traité serait pour lui le ruisseau Moirones ou Moirões qui prend sa source dans le cadre intermédiaire N° 941.

    Le géographe uruguayen Elzear S. Giuffra a soutenu ce que Villa Seré a indiqué, en faisant quelques conférences, obtenant que le 10 août 1934 le gouvernement uruguayen a fait par note du ministre des affaires étrangères José Arteaga une communication au gouvernement du Brésil demandant une détermination scientifique du cours d’eau qui dans l’article 3 du traité (…) a été dénommé par Arroyo de la Invernada. Exprimant sa réserve de la zone située entre les bornes N° 941 et 49-I jusqu’à ce que les deux gouvernements déterminent d’un commun accord l’emplacement exact de l’Arroyo de la Invernada.
    Le gouvernement brésilien a répondu à cette note le 26 octobre en soulignant qu’il s’agissait d’une caractérisation et non d’une démarcation de la frontière, et le Brésil n’a admis aucune tentative de correction. En 1937, 1938 et 1941, l’Uruguay a de nouveau demandé au Brésil de procéder à une détermination scientifique de la question. En 1974, le gouvernement uruguayen a établi par décret que les cartes officielles devaient indiquer la zone du Rincón de Artigas entre le cadre intermédiaire n° 941 et le cadre n° 49 comme étant la «frontière contestée».



    La situation est restée inchangée jusqu’à ce qu’il soit vérifié qu’un village appelé «Thomas Albornoz» ou «Manuel Filho» avait été établi dans la zone revendiquée par l’Uruguay, avec l’autorisation des autorités brésiliennes. En 1985, l’Uruguay protesta contre la construction de la villa. Le 17 août 1988, le gouvernement uruguayen envoya à nouveau une note au gouvernement brésilien, qui répondit le 4 décembre 1989, en maintenant sa position de ne pas faire d’innovations en ce qui concerne la frontière.

    Similar Posts: