Costumes traditionnels de Madrid

Le costume traditionnel de Madrid est l’ensemble des vêtements, costumes et accessoires qui ont été portés dans la ville de Madrid depuis sa désignation comme capitale de l’Espagne, et son évolution au cours des siècles.

Une grande partie de l’œuvre des peintres et graveurs locaux du Madrid du Siècle d’or, du Siècle des lumières, de la période romantique et du Madrid de Galdos, a laissé une riche documentation visuelle de l’évolution des vêtements et des modes dans la capitale espagnole. Parmi les références les plus exceptionnelles, il convient de mentionner les types trouvés dans l’œuvre de Francisco de Goya, au point d’identifier la manière de s’habiller des personnages dits Goyaesques dans ses cartons de tapisserie et sa série de Caprichos ou scènes de tauromachie.

Historiographie

Outre l’iconographie produite au cours de cinq siècles et les exemples conservés dans des institutions telles que le musée des arts et traditions populaires, installé depuis 2010 dans une corrala de la rue Carlos Arniches à côté du Rastro à Madrid, l’une des sources les plus complètes et les plus intéressantes sur les costumes traditionnels typiques de la capitale espagnole et des villes de ses environs géographiques a été les «collections de costumes espagnols» qui sont devenues à la mode dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.
La première collection de costumes espagnols, un recueil de 86 estampes du graveur Juan de la Cruz Cano y Olmedilla, date de 1777. Conçue comme un catalogue à grande échelle, elle a continué à être publiée jusqu’en 1788 sous le titre Colección de trajes de España, tanto antiguos como modernos, comprenant tous les costumes de ses domaines, mais elle est restée inachevée jusqu’à la mort de l’auteur. Il a été assisté dans les dessins par son neveu Manuel de la Cruz, Antonio Carnicero, Luis Paret et d’autres artistes moins connus, et elle a rassemblé un très large éventail de costumes des différentes couches sociales, du village le plus humble à la noblesse la plus noble.

En 1794, une autre référence intéressante est publiée sur le marché espagnol, l’œuvre de Cesare Vecellio, avec 48 gravures consacrées au costume espagnol, dans le cadre du Recueil des costumes portés par toutes les nations connues jusqu’au XVIe siècle, dessiné par Titien et César, son frère, en plusieurs volumes. Les Bestimenta que usan los contabandistas españoles («Vêtements portés par les bandits espagnols»), dessinés et gravés par Marcos Téllez, et toute une série d’estampes critiques ou satiriques qui ironisent sur la mode, constituent également des œuvres complémentaires au tournant du siècle.
Un autre ensemble intéressant parmi les éditions de collections de costumes sont les 38 estampes d’Antonio Rodríguez représentant une grande variété de types madrilènes (des élégantes dames et messieurs aux humbles artisans et mendiants des deux sexes). Cette œuvre a fait l’objet de nombreuses éditions différentes, auxquelles il convient d’ajouter quatorze autres estampes isolées, qui faisaient probablement partie d’une série restée inachevée. Le même auteur a publié une autre collection d’estampes en 1804, sous le titre spécifique de Modas de Madrid.

Développement historique

On peut distinguer plusieurs segments historiques fondamentaux dans l’évolution du costume traditionnel à Madrid. Une première période de fusion, de symbiose des trois cultures – castillane, juive et arabe – commune au règne de la maison d’Autriche sur le plan politique et au Siècle d’or espagnol sur le plan culturel, que l’on pourrait définir, en termes de costumes et de modes vestimentaires, comme une période noire, sobre, élégante et «socialement sombre». La Maison de Bourbon et l’assimilation du commerce avec les possessions d’outre-mer, sans rompre avec le costume traditionnel, apportent une certaine variété et fantaisie qui, tout au long du XVIIIe siècle, peut conduire à une esthétique mixte de styles castillans et étrangers dans le costume madrilène, qui, représentée dans le costume du majo et de la maja, sera plus tard connue sous le nom de style Goyaesque. La mode française, fruit de la Révolution, donnera lieu à une deuxième grande période de fusion, représentée dans sa phase de formation par la mode des Lumières et la mode ultérieure importée de l’Europe romantique. Il convient de noter qu’à partir du XIXe siècle, on peut déjà parler de mode, tandis que le phénomène de l’habillement traditionnel des Madrilènes se «socialise». La dernière période que l’on peut encore qualifier de traditionnelle – en ce qui concerne les habitudes et les coutumes vestimentaires – s’étend sur tout le XXe siècle, bien que l’on ne puisse parler de l’habillement traditionnel des Madrilènes que dans la première moitié de ce siècle. Le reste n’est pas encore de l’histoire ancienne.
La population mixte de vieux Castillans, de Juifs et de Maures qui a vu sa modeste ville recevoir le titre de capitale de l’Espagne n’a pas laissé de grands exemples de ses vêtements, mais les spécialistes du sujet s’accordent à supposer un mélange de vêtements sobres et sombres (pour les Castillans) et d’autres plus riches en couleurs et en motifs (pour les Juifs), ainsi que les vêtements traditionnels des Maures et des nouveaux chrétiens qui se sont rachetés. En ce qui concerne les survivants de l’aljama madrilène après le règlement des comptes par les Rois Catholiques, les Libros de Acuerdos del Concejo madrileño (1464-1600) et des ouvrages tels que les Contribuciones documentales a la historia de Madrid (Contributions documentaires à l’histoire de Madrid) d’Agustín Millares Carlo nous donnent quelques indications sur leur tenue vestimentaire. L’étude de José Castellanos sur le Madrid des Rois Catholiques comprend des paragraphes comme celui dans lequel la communauté séfarade est avertie qu’elle ne doit pas «avoir ou vendre des tissus ou d’autres choses dans les maisons ou les boutiques, en respectant la loi de Tolède, sauf pour les Maures qui vont travailler dans les maisons, qui peuvent manger là où ils travaillent, comme c’est la coutume». Peu de conclusions peuvent en être tirées, mais elles confirment la coexistence d’une politique de strict apartheid qui semble impliquer la survie d’un costume traditionnel profondément enraciné ; il est paradoxal que, malgré cela, des éléments de la tradition arabe, tels que les zaragüelles portées par les hommes et le voile porté par les femmes pour se couvrir la tête ou le visage, aient été étendus – non seulement à Madrid – aux habitants ordinaires de la péninsule.
Pour se faire une idée de l’habillement des vieux Castillans dans la Madrid qui allait recevoir le «privilège» capital des mains du petit-fils des Rois Catholiques, ces directives du Conseil Municipal sur les vêtements portés pour les honneurs funèbres de la mort du Prince Don Juan peuvent s’avérer utiles : «Les portiers de la mairie portaient des ropones de xerga avec leurs chapelles ; les échevins portaient un loup avec queue et capuchon et un ropón (pour la confection duquel vingt cannes de tissu étaient nécessaires à cient maravedís la canne et quarenta de xerga). Après ces honneurs funèbres, le deuil était obligatoire, c’est-à-dire que personne ne devait oser porter un bonnet de couleur, ni aucune femme enlever ses coiffes noires. Les quelques références picturales concernant les Madrilènes à une date aussi éloignée (XVIe et début XVIIe siècles) donnent l’impression, en ce qui concerne les vêtements, qu’il y avait toujours un honneur funéraire à respecter et un deuil à maintenir. La documentation sur les vêtements de la cour espagnole et du clergé vivant dans les couvents de Madrid et d’autres institutions ecclésiastiques ou administrées par l’Église est beaucoup plus abondante. Mais l’influence des vêtements des riches sur ceux des gens du peuple ne se fera pas sentir avant un certain temps.

Enraciné dans la fusion des trois cultures (chrétienne, juive et arabe), on peut parler du costume castillan, courant dans les zones rurales de la province de Madrid, qui a progressivement imposé certaines de ses caractéristiques à la façon de s’habiller dans la capitale, à mesure que l’exode des paysans vers la ville et la cour s’accentuait.

Pour les femmes, le schéma vestimentaire de base était le suivant :
L’habillement de base de l’homme, contrairement à ce que l’on pourrait croire, était plus simple en ce qui concerne les sous-vêtements et plus étendu en ce qui concerne les vêtements de dessus.

Avec des éléments communs aux deux sexes – avec une certaine prépondérance pour l’homme – le costume castillan comprenait des bas et des chaussettes, des peales, des abarcas, des espadrilles, des chanclos ou des zocos, des chaussons, des bottes, des chaussures, ou encore des leguis et des guêtres.

Le costume porté à Madrid de la seconde moitié du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle peut être considéré comme tel et a été adopté par les classes supérieures, qui l’ont copié sur les costumes populaires, suivant en partie les slogans de sobriété et de populisme exportés dans toute l’Europe par la Révolution française.

Fusionnant les ressources vestimentaires traditionnelles communes à la plupart des régions d’Espagne et les modes étrangères apportées par la noblesse et les maisons royales, le «costume goyesque», pourtant incomparable, est d’une richesse et d’une variété presque inouïes. Pour le dire très simplement :



La femme «goyesque» porte un corsage serré dans de riches tissus (presque toujours des velours) très décolleté et un mouchoir, un fichu, un châle ou une écharpe qui l’enveloppe ou le couvre partiellement ; une chemise avec des manches à lanterne sur les épaules et ensuite bien ajustées ; une résille sur la tête ou des cheveux avec des coiffures fantaisistes et des ornements en ruban (du type caramba) ; un ensemble de jupes volantes à partir de la taille et, à l’occasion, un tablier. Les plus élaborées sont brodées, tant la jupe que le corsage. Les accessoires habituels sont la toquilla et la peineta (peigne).
Le majo ou homme Goyaesque porte essentiellement une chemise blanche, une ceinture, une courte veste boutonnée décorée de broderies (ou gilet), un foulard assorti à la ceinture, un pantalon moulant qui descend au-dessous des genoux, laissant apparaître les collants ou les bas blancs. Il porte également sur la tête un snood noir brodé, terminé par un gland ou «madroño». Le tout est complété par une cape et un manteau castillans (ou espagnols), ainsi que par différents types de tricornes destinés à orner ou à protéger la tête.

L’un des bouleversements historiques de nature sociale qui affectera la mode vestimentaire des Madrilènes du XVIIIe siècle est l’édit et l’émeute qui s’ensuivit en 1766, qui visait à interdire l’utilisation de la cape longue et du chapeau de chambre, imposant la cape courte et le chapeau à trois coins.

Le romantisme, dans la moelle épinière du XXe siècle, a signifié pour les sous-vêtements féminins le premier grand pas vers la fantaisie et la variété. Le musée du romantisme de Madrid conserve quelques collections exemplaires de la mode vestimentaire de cette période dans la capitale espagnole.
Dans une curieuse histoire de 1867, intitulée Le Papillon, on peut lire ce titre suggestif : .mw-parser-output .flexquote{display:flex;flex-direction:column;background-color:#F9F9F9F9;border-left:3px solid #c8ccd1;font-size:90%;margin:1em 4em;padding :.4em .8em}.mw-parser-output .flexquote>.flex{display:flex;flex-direction:row}. mw-parser-output .flexquote>.flex>.quote{width:100%}.mw-parser-output .flexquote>.flex>.separator{border-left:1px solid #c8ccd1;border-top:1px solid #c8ccd1;margin :. 4em .8em}.mw-parser-output .flexquote>.cite{text-align:right}@media all and (max-width:600px){.mw-parser-output .flexquote>.flex{flex-direction:column}}

La chronique vivante -et survivante- de la façon de s’habiller des voisins de Madrid a été évoquée avec objectivité et générosité dans l’œuvre de deux écrivains : Ramón de Mesonero Romanos et Benito Pérez Galdos, parmi beaucoup d’autres (de Lope de Vega à Don Ramón de la Cruz), bien que peut-être avec moins de volume documentaire.



Par exemple, dans le deuxième livre des Épisodes nationaux, La Corte de Carlos IV, Galdós cite le jeune protagoniste (Gabriel de Araceli) décrivant la comtesse de X, alias Amaranta :

  • Deux hommes portant des monteras.

    Tenue des guildes madrilènes d’esteros, de porteurs d’eau, etc.

    Majos et joueurs dans une taverne du Rastro.

    «Un vendeur de marrons dans les rues de Madrid.
    Depuis le milieu du XXe siècle, on a tendance à confondre le costume traditionnel madrilène avec une variante locale du costume typique, le vêtement plus ou moins «castiza» des chulapos et chulapas (également appelés manolos et manolas, héritiers cosmopolites des majos et majas du XIXe siècle).



    Le costume, qui a été fixé par les zarzuelas et sainetes populaires de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, comme La verbena de la Paloma, est présenté de manière schématique et clichée comme suit :
    les «Felipes» ou «pichis» portent une veste ou un gilet – avec l’indispensable œillet au revers -, un pantalon sombre et serré, une casquette à carreaux noirs et blancs (la «parpusa cañí»), des bottes et un foulard blanc. Les «Mari Pepas» ou «Palomas» portent les cheveux attachés en chignon haut et recouverts d’un foulard – ce qui les rend plus grandes et couronnées – qu’elles ornent immanquablement d’un œillet rouge ou blanc ; le torse est recouvert d’un chemisier blanc moulant et, à partir de la taille, d’une jupe à pois, ou d’une robe complète à pois de la gorge aux pieds ; comme accessoire traditionnel le plus singulier, la mantille ou le châle de Manille.

    Petit glossaire

    Après quelques manuels et études sur l’histoire de l’habillement en Espagne et sur l’habillement traditionnel, il est possible de décrire les vêtements et accessoires de base, tels que les suivants.

    Similar Posts: