École supérieure de commerce Manuel Belgrano

L’École supérieure de commerce «Manuel Belgrano» est un établissement d’enseignement de niveau préuniversitaire dépendant de l’Université nationale de Cordoba, dans cette ville argentine. Elle offre un enseignement secondaire et tertiaire et compte plus de 2 700 étudiants.

Caractéristiques

Le curriculum académique est structuré autour de deux cycles – l’éducation générale et l’éducation orientée – qui ont été développés sur huit ans, réduits à sept avec le changement de curriculum. L’entrée dans la première année préparatoire de l’école secondaire correspond au début de la 5e et/ou de la 6e année de l’école primaire argentine traditionnelle.

En 2018, un changement de programme a modifié le nom des années et le matériel pédagogique attribué à chacune d’entre elles.

L’école dispose d’un centre d’étudiants appelé CEMB et de différents représentants qui sont élus chaque année et qui organisent de grands événements. Le samedi, l’école propose un «groupe de jeunes» dans lequel des activités divertissantes et des thèmes amusants pour toutes les années sont organisés par les étudiants eux-mêmes.

L’établissement propose des activités extrascolaires telles que le handball, le basket-ball, le basket-ball pour aveugles, le volley-ball, le hockey, le football, le skateboard, la natation et le théâtre, entre autres.

Le niveau tertiaire comprend cinq cours de formation technique, en classe, dont les plans d’études sont élaborés sur trois années académiques.

Les modalités d’admission comprennent un cours d’adaptation et un examen de mathématiques et de langue.

Histoire

L’École Manuel Belgrano a été créée par le Conseil supérieur de l’UNC en 1938, avec une orientation commerciale et l’objectif spécifique de préparer les élèves de l’enseignement secondaire à leur entrée ultérieure à la Faculté des sciences économiques de l’Université.

L’école de commerce de l’université, comme elle a été appelée au cours de ses dix premières années d’existence, est née avec l’intention de fournir à ses diplômés un diplôme technique avec une possibilité d’emploi. Pendant trente ans, elle a fonctionné sans bâtiment propre, dans des locaux empruntés et de manière précaire.

À la fin des années 1960, une série de changements ont été apportés à sa structure : un nouveau programme d’études et un nouveau bâtiment de taille monumentale et de style moderne d’avant-garde, conçu par les architectes Bidinost, Chute, Gassó, Meyer et Lapacó. Les départements d’enseignement ont été structurés, les premiers concours ouverts ont été organisés, un conseil consultatif a été créé, la double scolarité a été établie pour les étudiants et la dédicace exclusive pour les précepteurs, les enseignants et les postes de direction.



Pendant la dernière dictature militaire argentine, l’école a subi le licenciement d’enseignants et de personnel non enseignant, ainsi que l’expulsion et la persécution d’étudiants, dont certains figurent aujourd’hui sur les listes de détenus-disparus de la CONADEP.
À la fin des années 1970, le niveau tertiaire a été créé à l’école, en même temps que son équivalent au Colegio Nacional de Monserrat. L’université a ainsi répondu à la nécessité de mettre en place des cours de courte durée avec des possibilités d’emploi, en élargissant l’offre éducative, qui était fortement limitée par le système de quotas mis en place pour l’admission dans les facultés.

À l’École, l’orientation des nouveaux cours était liée au commerce et à l’administration, poursuivant ainsi la tradition de l’établissement en tant qu’école de commerce.

Avec le retour à la démocratie en 1983, l’École a entamé une nouvelle étape avec de nouvelles propositions méthodologiques et des contenus renouvelés. Tout au long de cette nouvelle période, le programme a été partiellement modifié en 1984 et en 1994, pour l’adapter aux réformes éducatives successives.

Au niveau tertiaire, les programmes des différents cursus ont subi des variations. En 1986, à la demande des étudiants et des diplômés, le Conseil supérieur a changé le titre du diplôme délivré par l’École en «Assistant technique».



Entre 1994 et 1999, la direction de l’École, avec le soutien du Secrétariat académique du Rectorat, a procédé à une intense évaluation institutionnelle et à une révision des programmes d’études aux deux niveaux, qui a abouti à la mise en œuvre des nouveaux programmes d’études en 2000.

Bâtiment

Le bâtiment de l’école Manuel Belgrano est l’un des plus grands exemples d’architecture brutaliste en Argentine, un nom qui vient de l’utilisation du béton armé laissé apparent et utilisé dans des formes sculpturales et monumentales. L’architecte suisse Le Corbusier a développé ce style à la fin des années 1940 et a lancé un mouvement qui a eu des répercussions dans le monde entier, dont certaines sont notables en Argentine, comme la Bank of London à Buenos Aires ou l’école Leandro N. Alem à Misiones.

L’équipe composée d’Osvaldo Bidinost, Jorge Chute, José Gassó, Mabel Lapacó et Martín Meyer a participé au concours de projets organisé en décembre 1959 par l’université de Córdoba. En juillet de l’année suivante, le jury a choisi leur proposition comme lauréate, et la construction a progressé au cours de la décennie suivante, sous la direction de l’entrepreneur Delta SRL, pour arriver à l’inauguration en septembre 1968.

Le bâtiment de l’école a été déclaré monument historique national par le décret 729/2019 du pouvoir exécutif national.

Le bâtiment était organisé sur deux niveaux principaux : un rez-de-chaussée, pour les activités non pédagogiques (salle des professeurs, direction, salle de réunion, bibliothèque, salles de sport, salles de consultation, etc.), et un premier étage avec des salles de classe et une grande terrasse couverte pour la récréation, à 4,40 m au-dessus du sol, qui surplombe ensuite le toit comme un balcon monumental donnant sur la rivière Suquía. Un premier étage surplombant le premier étage contient d’autres salles de classe et un bloc d’armoires scientifiques. L’école dispose également d’un sous-sol qui sert de garage, d’entrepôt et de salle des machines.
Alors que l’entrée principale se trouve sur la rue La Rioja, où la façade sud du bâtiment est protégée par un treillis en béton armé appelé casetonado, qui la protège de la grêle et des tempêtes, la façade nord donnant sur le fleuve s’ouvre comme une grande toiture unique en béton armé (mesurant plus de 100 mètres de large sur 36 mètres de profondeur et composée de 15 voûtes) sous laquelle apparaît le patio-balcon et se détache une grande cheminée d’incinération.



Outre le fait que le matériau prédominant choisi est le béton armé, laissé apparent et parfois coloré, des matériaux régionaux ont été utilisés pour les murs d’enceinte, comme la pierre de taille liée à un mortier de chaux et de sable. Des pavés de caroubier ont été utilisés pour les sols, et du bois d’encens et de petiribí (à l’extérieur) et du viraró et du cèdre (à l’intérieur) ont été utilisés pour la menuiserie des fenêtres. En outre, l’école disposait d’un chauffage par le sol, une innovation à l’époque.
Dans la salle des machines située au sous-sol de l’école se trouvent plusieurs machines pour réparer les chaises, les bancs et autres meubles de l’école ; il y a également une chaudière à charbon Parsons (aujourd’hui pratiquement hors d’usage) et une autre, installée dans les années 1990, qui fonctionne au gaz. Les chaudières sont utilisées pour fournir de l’eau chaude aux salles et à la piscine semi-olympique du premier étage. Elles sont reliées par des tuyaux aux différentes parties du bâtiment. Des ouvriers d’entretien en contrôlent le fonctionnement et, à l’époque de la chaudière à charbon, des soutiers étaient embauchés pour alimenter les machines. L’idée a germé de produire de l’électricité à partir de la vapeur générée par les chaudières. D’autres machines telles que les régulateurs électriques, le système de gaz, les pompes à eau mécaniques et le central téléphonique se trouvent également en dessous.

L’école a bénéficié du programme Conectar Igualdad en 2011. Un étage technologique moderne a été installé à l’arrière du rez-de-chaussée, pour les serveurs, les transformateurs et le système de refroidissement. L’étage technologique est également équipé d’une alarme de porte et de mouvement.

Il y a également une salle d’atelier au sous-sol qui contient de nombreuses machines pour effectuer différentes tâches, sciage, coupe de bois, soudage, etc.

Similar Posts: