Eduardo Mateo

Ángel Eduardo Mateo López (Montevideo, 19 septembre 1940-Ib., 16 mai 1990) était un musicien et compositeur uruguayen, l’un des grands représentants de la musique populaire de son pays. Il a composé un grand nombre de chansons dans différents genres, y compris des candombes, des ballades et des bossa novas, en tant que guitariste ou avec d’autres guitaristes et ensembles importants tels que Rubén Rada, Horacio Buscaglia, Estela Magnone et El Kinto. Il est considéré comme l’un des principaux précurseurs de la fusion du candombe, du rock et d’autres genres, connue sous le nom de «candombe-beat».

Biographie

Eduardo Mateo est né à l’hôpital Pereira Rossell de Montevideo le 19 septembre 1940, premier des trois enfants d’Ángel Manuel Mateo Alonzo et de Silvia López. Son deuxième prénom, sous lequel il sera connu toute sa vie, est un hommage de Silvia au musicien Eduardo Fabini, qu’elle admirait et dont elle avait été l’employée. Le goût pour la musique définit la famille : son père est un artiste de carnaval et sa mère une chanteuse passionnée. D’autre part, son oncle «Tito» – Jorge Giménez, époux d’une des sœurs de Silvia – avait un groupe de musique brésilienne et jouait du tambourin, en plus d’être un grand percussionniste de candombe. Tito» était une présence constante dans le foyer des Mateo-López. Eduardo a donc grandi dans un environnement musical dominé par le candombe et la samba, et a appris quelques techniques de percussion auprès de son oncle.
Eduardo a fréquenté l’école n° 98 «Juan Zorrilla de San Martín» ; lors d’un entretien, il a admis que «je jouais avec des figurines, j’étais distrait, je copiais, je ne faisais pas mes devoirs, mon comportement était horrible» et qu’il préférait sortir et jouer au candombe dans la rue, avec son père et son frère Carlos. Carlos se souvient à ce sujet :
Plus tard, les frères ont rejoint une murga pour enfants, dont le répertoire consistait en trois ou quatre chansons de musique populaire dont les paroles étaient écrites par Ángel Mateo, par le membre le plus âgé – également appelé Carlos – et par Eduardo lui-même, qui dirigeait également le groupe et chantait. À l’âge de quatorze ans, Eduardo a rejoint un groupe de murga pour adultes, accompagnant son père. À cette époque, il s’intéresse plus sérieusement à la musique brésilienne – en particulier à celle de Waldir Azevedo – et achète un cavaquinho, avec lequel il apprend à jouer la chanson «Cuando llora la milonga», de Luis Mario et Juan de Dios Filiberto.

Les deux frères vont au lycée Joaquín Suárez, mais Eduardo abandonne le lycée en deuxième année et Carlos en quatrième année. Après avoir quitté l’école, il a travaillé pendant un certain temps comme apiculteur.

En 1957, avec Juan Manuel Acosta et Robert Paolillo – deux amis du quartier – et influencé par le groupe brésilien à succès de l’époque «Os Demônios da Garoa», Mateo a formé son premier groupe, avec lequel il a joué pendant un certain temps dans un bar. Le groupe se compose d’un surdo, d’un agogô et d’un tambourin. À cette époque, il se rend chez un voisin, Arnoldo Chuster, qui joue de la guitare et lui apprend quelques accords.
En 1958, il a formé le groupe «O Bando de Orfeo». Il se compose d’Arnoldo Chuster (guitare acoustique), de «Chiquito» Facal (tambourin, batterie et chant), d’Hugo «Cheche» Santos (Tam-tam, surdo et chant), de Víctor Villarreal (afuché et maracas) et d’Eduardo Mateo (cavaquinho). Ils répétaient les lundis, mercredis et vendredis, et leur répertoire se composait essentiellement des chansons de «Os Demônios da Garoa». Pendant deux ans, ils ont joué dans les rues, à l’occasion d’anniversaires et de fêtes, et étaient souvent invités à des «tablados» lors du carnaval. À cette époque, ils ont joué «Os Demônios da Garoa» à Montevideo et ont invité «O Bando de Orfeo» à jouer avec eux. Après le récital, au cours duquel les deux groupes ont joué ensemble, ils leur ont offert plusieurs de leurs instruments.

En 1960, à l’apogée de «O Bando de Orfeo», Mateo se fiance avec Nancy Charquero, une voisine de deux ans sa cadette. À cette époque, le groupe a évolué et a changé de son et de répertoire, s’orientant en partie vers la musique brésilienne plus contemporaine et le boléro. Eduardo joue de la guitare acoustique, tandis qu’Arnoldo Chuster joue de la guitare électrique et de la basse. Ils ont été invités à donner un récital à la station de radio CX 14 El Espectador, dont ils ont enregistré une partie sur un seul disque comme forme de diffusion. De cette manière, «O Bando de Orfeo» transcende le quartier et parvient à se produire à San José, Canelones, Florida, Rivera et Cerro Largo ; ils enregistrent un single commercial et, en 1961, après un récital à l’hôtel Columbia Palace, le groupe commence à être économiquement rentable.
Le groupe jouera de manière assez stable pendant un certain temps, et l’année exacte de sa dissolution n’est pas connue – bien que l’on s’accorde à dire qu’elle a eu lieu entre 1962 et 1964. Arnoldo part pour l’Argentine et joue pendant un certain temps avec El Club del Clan ; Mateo, quant à lui, compose déjà et s’intéresse à d’autres styles – comme la bossa nova – qui transcendent l’intention et les possibilités de «O Bando de Orfeo».

En 1960, Eduardo Mateo avait commencé à se perfectionner en tant que guitariste lors de visites régulières chez son ami Germán Reyna, un musicien expérimenté qui, en outre, avait vécu de près le processus musical brésilien lors de son séjour à São Paulo. Mateo était devenu un adepte de la bossa nova, et surtout de João Gilberto, mais le problème qu’il rencontrait en tant que musicien était que ce genre était basé sur la guitare, un instrument qu’il avait joué de manière très rudimentaire jusqu’alors, et que les instruments qu’il connaissait le mieux, comme le cavaquiño et le tambourin, étaient presque tombés en désuétude. Lorsque «O Bando de Orfeo» s’est dissous, il s’est remis à pratiquer régulièrement la guitare.

Au début de l’année 1964, une proposition inattendue lui est faite. Mateo est invité à jouer de la guitare dans un spectacle de danse organisé dans le sud du Brésil. Gonzalo Cortese, basé à Curitiba, avait réuni un groupe de musiciens de Porto Alegre et de Montevideo. Interviewé vingt ans plus tard par Carlos Da Silveira, Mateo raconte cette «aventure» :
Le résultat de ce processus a été positif pour Mateo non seulement sur le plan musical, mais aussi sur le plan économique : il a envoyé de l’argent à Nancy et est revenu avec sa première guitare électrique. Mais sur le plan musical, la période d’apprentissage au Brésil a été fondamentale. Guilherme de Alencar Pinto, musicien et musicologue brésilien, affirme qu’à son retour, Eduardo Mateo «était plus qu’un excellent imitateur de la «batida» de João Gilberto :

À cette époque, Eduardo Mateo commence à se faire connaître sur la scène musicale : il joue avec Ilzo Prestes, guitariste brésilien de samba et de bossa nova, et apprend de lui, accompagne Maysa Matarazzo en concert et commence à fréquenter le «Hot Club» de Jazz de Montevideo, où il joue avec, entre autres, Hugo Fattoruso, Rubén Rada, Manolo Guardia et Federico García Vigil.
En même temps, la genèse du rock vernaculaire commençait à se dessiner en Uruguay. Vers le milieu des années 1960, les groupes changent de genre, tout comme le public. C’est ainsi qu’un «cover band» a pu résister à l’épreuve du temps. Les groupes qui jouaient de la bossa nova, du charleston et du tango ont commencé à jouer, par exemple, des boléros, des morceaux du Clan Club, des twists, des calypsos et des versions de «La bamba». O Bando de Orfeo» n’a pas échappé à ce phénomène, changeant progressivement de style et de genres, jusqu’à sa dissolution pour des raisons qui dépassent l’anachronisme. De retour à Montevideo, Arnoldo Chuster rejoint les Martin Brothers, un autre groupe de reprises du «nouveau type», qu’il quitte peu après pour rejoindre un groupe avec Rubén Rada et Gervasio Spano.

Miguel «Caramelo» Mattos, qui a également quitté les Martin Brothers, a formé les Five Fingers, composés de Walter Cambón (guitare), Roberto Schettini (piano), Eduardo Da Luz (chant), un batteur surnommé Migliaccio et Miguel «Caramelo» Mattos (contrebasse). Leur répertoire se compose de rock and roll et de twist.
En 1964, le phénomène des Beatles arrive dans le pays et, à partir de ce moment, domine toute la scène musicale. Peu après son retour du Brésil, Eduardo Mateo est invité par Miguel «Caramelo» Mattos à rejoindre Los Malditos. Le groupe conserve Cambón et Mattos des Five Fingers – ce dernier jouant désormais de la basse électrique – et les nouveaux membres sont Eduardo Mateo à la seconde guitare, Carlos Castro à la batterie et Ernesto Soca au piano électrique. La première chanson du groupe est I Should Have Known Better de Lennon/McCartney, suivie par d’autres des Beatles qui, selon Mattos, constituent «90 %» de leur répertoire.

Ce phénomène – intensifié par le succès des Shakers en Argentine – signifiait que les groupes de ce style étaient presque assurés d’une rétribution commerciale. Les Malditos jouaient chaque semaine dans différentes régions du pays et étaient invités par des stations de radio et de télévision. Mattos commentait, par exemple, qu’en un seul concert, il pouvait gagner – en ne comptant que sa part et non le paiement de l’ensemble du groupe – près de quatre fois ce que son père gagnait en un mois de travail.

Eduardo Mateo, même s’il n’avait pas à se plaindre de jouer avec Los Malditos, était encore tout à fait enclin à la bossa nova ; en fait, les Beatles ne l’ont conquis qu’après la sortie de Revolver en 1966. Mateo était responsable de la partie harmonique du groupe et s’occupait des arrangements. Selon Mattos, la présence de Mateo était ce qui faisait qu’ils «sonnaient différemment».
En 1965, après une série de concerts avec Los Gatos (le groupe de Gastón «Dino» Ciarlo), intitulée La cueva del gato maldito, ils jouent quelque temps à Buenos Aires et intéressent CBS – qui tente alors de concurrencer EMI, qui a connu un énorme succès avec Los Shakers -. Tout était prêt pour qu’ils enregistrent leur premier single – une reprise des Beatles – mais, le jour prévu pour l’enregistrement, les membres sont arrivés en retard, la session a été annulée et ils sont retournés sans le contrat – sur le point d’être signé – en Uruguay. Après cet incident, ils ont décidé de changer leur nom en The Knights et ont réussi à enregistrer avec Sondor, cette fois leurs propres chansons, bien que toujours en anglais. Eduardo Mateo, qui a écrit leurs chansons en espagnol, n’assiste pas à l’enregistrement. Le disque est un échec commercial et le groupe, après quelques excellentes années en tant que «cover band», subit un coup dur. L’événement n’inquiète pas trop Mateo, qui se désintéresse déjà beaucoup du travail du groupe.



Similar Posts: