El Khiam

El Khiam (arabe : الخیام, al-Ḫiyām) est un site archéologique situé près de Wadi Khureitun dans le désert de Judée, sur la rive occidentale de la mer Morte.

Les découvertes archéologiques faites à El Khiam montrent une occupation presque continue du site par des groupes de chasseurs depuis le Mésolithique et le début du Néolithique. La culture khiamienne (vers 10000-9500 av. J.-C.), qui porte le nom de ce site, se caractérise par une typologie de pointes de flèches en silex avec deux encoches près de la base, connues aujourd’hui sous le nom de «pointes d’El Khiam».

El Khiam a été fouillé pour la première fois par l’archéologue français René Neuville en 1934. Il a ensuite été fouillé par l’archéologue français Jean Perrot en 1951 et par l’archéologue espagnol Joaquín González Echegaray en 1961.

La plupart des objets trouvés sur le site sont des outils en silex. Dans ce répertoire, on trouve également une lame d’obsidienne dont la stratigraphie n’est pas claire (collection/sonde Perrot, peut-être couche A), fabriquée en obsidienne d’Anatolie. Les figurines en calcaire sont similaires à celles de Nahal Oren, Netiv Hagdud, Mureibet et Gilgal.
La présence d’ossements d’animaux sur le site d’El Khiam n’est pas très importante. La chèvre sauvage représente l’espèce la plus fréquente (90% des ossements identifiables), suivie de la gazelle d’Arabie (7%) ; l’âne, le sanglier et les bovins sauvages sont rares. En raison de la petite taille moyenne des capridés (comme les chèvres) et du grand nombre de restes fœtaux trouvés, Pierre Ducos suppose qu’il s’agit principalement d’animaux femelles qui ont probablement été chassés à la fin de l’hiver ou au début du printemps. Moins de fœtus ont été trouvés dans la couche 3, ce qui peut indiquer un changement dans la période de chasse. Par conséquent, cet établissement de la période précéramique est probablement un établissement de chasse saisonnier, qui n’était occupé qu’à la fin de l’hiver ou au début du printemps.

Similar Posts: