Fernando Nadra

Fernando Nadra (San Miguel de Tucumán, 29 juin 1916 – Buenos Aires, 22 août 1995) était un avocat, journaliste, essayiste et orateur argentin. Il a également été l’un des principaux dirigeants du parti communiste argentin.

De par sa position idéologique marxiste, il a participé à tous les débats et à toutes les luttes populaires de son époque. Sa vocation à unir et à rechercher des accords entre différents secteurs politiques par le biais d’un dialogue pluriel, ainsi que ses talents d’organisateur et de propagandiste collectif, l’ont distingué du reste des dirigeants de gauche de son époque.

Comme beaucoup de ses contemporains, sa vie a été marquée par des années de persécution, d’emprisonnement, d’illégalité, d’expulsion et de censure.

Enfance et jeunesse

Nadra est née dans une famille d’immigrants syriens arrivés à San Miguel de Tucumán au début du XXe siècle. Sa mère, Nabiha Louis, était enseignante dans sa ville natale de Damas. Son père, Nallib Nadra, originaire de la ville voisine de Homs, a fait une fortune substantielle dans le pays : d’abord modeste marchand de tissus, il est devenu le premier représentant de Fiat dans le nord-ouest et s’est finalement lancé dans l’industrie sucrière.

Dès son adolescence, Fernando Nadra se distingue dans la vie sociale et culturelle de sa province. En 1938, à l’âge de 22 ans, il publie son premier recueil de poèmes, «Visión de Cumbre», et l’un des poèmes de ce recueil a été inclus et analysé dans le volume consacré à l’Argentine d’un ouvrage britannique sur l’impact de la guerre civile espagnole sur les intellectuels de dix-neuf pays d’Amérique latine.
Des années plus tard, en 1943, il est l’un des initiateurs du mouvement poétique et culturel du nord-ouest de l’Argentine, basé à Tucumán, connu sous le nom de La Carpa. Ce mouvement comprenait également Raúl Galán, Manuel J. Castilla, Raúl Aráoz Anzoátegui, María Adela Agudo, Nicandro Pereyra, Julio Ardiles Gray et José Fernández Molina.

Leader étudiant

Nadra a commencé sa vie politique à l’âge de 14 ans, en tant que leader de la prise du Colegio Nacional Mitre, dans la ville de Tucumán, lorsqu’il a été violemment arrêté par la police locale. Peu après, il a été nommé président de la Fédération des étudiants du secondaire de Tucumán.

Il a étudié à la faculté de droit de l’université nationale de Córdoba (UNC), dont il a promu et inauguré le restaurant universitaire. Il y est élu secrétaire, puis président du Centre des étudiants et, enfin, de la Fédération universitaire de Córdoba (FUC). C’est à ce titre qu’il fait ses adieux, en juin 1942, à la dépouille de son mentor et ami Deodoro Roca, figure de proue de la réforme universitaire de 1918.

Entre 1937 et 1939, il est à la tête de la Federación Universitaria Argentina (FUA) et joue un rôle décisif en tant que porte-parole des positions antifascistes lors du IIIe Congreso Nacional de Estudiantes, convoqué par la FUA à Córdoba les 3, 4 et 5 octobre 1942.
En 1941, l’Allemagne nazie a demandé au président Ramón S. Castillo d’intervenir au niveau fédéral dans la province de Córdoba et d’arrêter Nadra, après que celui-ci eut exigé – à la tête d’une manifestation massive le jour du drapeau argentin – que le drapeau nazi soit remplacé par le drapeau national. Cette demande a été rejetée par la garde armée locale. Le journal local «Córdoba» a décrit la réaction du leader étudiant comme suit :
.mw-parser-output .flexquote{display:flex;flex-direction:column;background-color:#F9F9F9F9;border-left:3px solid #c8ccd1;font-size:90%;margin:1em 4em 4em;padding :.4em .8em}.mw-parser-output .flexquote>.flex{display:flex;flex-direction:row}.mw-parser-output .flexquote>.flex>. quote{width:100%}.mw-parser-output .flexquote>.flex>.separator{border-left:1px solid #c8ccd1;border-top:1px solid #c8ccd1;margin :.4em .8em}.mw-parser-output .flexquote>.cite{text-align:right}@media all and (max-width:600px){.mw-parser-output .flexquote>.flex{flex-direction:column}}

Vie personnelle et professionnelle et appartenance au Parti communiste

Dans le cadre de la mobilisation de la jeunesse antifasciste, Fernando Nadra adhère au PC en 1939. Bien que cette décision ait été remise en question par sa famille, l’engagement de Nadra l’a conduit à renoncer à sa fortune personnelle. Ces actifs ont été gérés par le «Directorio», un secteur clandestin du PC, dont faisait partie José Ber Gelbard, qui devint plus tard ministre de l’économie de Perón. Le Directorio a tissé un réseau complexe d’entreprises allant des laboratoires aux médias en passant par l’usine d’embouteillage de Coca Cola en Argentine.

En 1945, après plusieurs emprisonnements et deux ans d’expulsion de l’université nationale de Cordoba, Nadra termine sa dernière année d’université et obtient son diplôme d’avocat, profession qu’il exerce pendant six ans. Pendant cette période, il est également membre du comité provincial du PC de Tucuman, où il occupe le poste de secrétaire à l’éducation et à la propagande.



Lors des élections de février 1946, il est candidat à la députation nationale pour l’Union démocratique, mais perd d’une centaine de voix. Après le triomphe du péronisme, lorsque le PC convoque son 11e congrès à Buenos Aires, Nadra y assiste en tant que délégué.

En 1946, il épouse Zulma Beltramone, originaire de Córdoba, et commence à vivre à Buenos Aires, où il est membre du comité de la capitale du PC et passe la plus grande partie du gouvernement de Perón dans la clandestinité, persécuté par la police.

Soutien à la révolution cubaine

En avril 1960, 13 mois après la révolution cubaine et un an avant que Fidel Castro ne proclame son caractère socialiste, Nadra a conduit la délégation argentine à la «Première réunion latino-américaine de solidarité avec Cuba» à La Havane. La délégation comprenait également John W. Cooke, Abel Alexis Lattendorf et Lisandro Viale. Dans ce contexte, il rédige le document final de la journée avec Salvador Allende et David Alfaro Siqueiros, et tient deux réunions avec Ernesto «Che» Guevara.

À son retour en Argentine, Nadra publie la brochure «Cuba, fragua revolucionaria». Sa position de défenseur du processus cubain le met en conflit avec une partie de la direction communiste, qui a de fortes divergences avec la stratégie continentale de Cuba.



Le 20 juillet 1960, il participe à une table ronde sur la révolution cubaine à la faculté de droit de l’université de Buenos Aires, avec Silvio Frondizi, Miguel Ángel Asturias, Alexis Lattendorf et Lisandro Viale. À la fin de cette réunion, il a été arrêté par la police fédérale et emprisonné au pénitencier national (ou prison de Las Heras). De Las Heras, Nadra est transféré à la prison de Caseros, où il partage une cellule avec Sebastián Borro et Andrés Framini, dirigeants des syndicats et de la résistance péroniste, avec lesquels il se lie d’amitié. Pendant près de deux ans, Nadra est resté en détention et a été transféré dans différentes prisons, dont certaines dans le sud, où son état de santé s’est considérablement détérioré.
Au cours de cette période, plusieurs parents de prisonniers politiques – dont l’épouse de Nadra, Zulma Beltramone – ont formé la Commission des parents de détenus politiques et syndicaux (COFADE) dans le but d’apporter solidarité et assistance juridique aux personnes arrêtées dans le cadre du Plan de promotion interne de l’État (CONINTES), principalement des péronistes et des communistes.

Lors d’un entretien entre l’épouse de Nadra et Frondizi, qui avait une relation personnelle de longue date avec le détenu, le président lui a dit : «Je ne peux rien faire, c’est un prisonnier de l’ambassade des États-Unis et de la CIA. Ils disent qu’il a été envoyé par Fidel et Guevara pour organiser la guérilla dans notre pays».

Dialogue entre catholiques et marxistes

Le 18 octobre 1965, Nadra inaugure, avec le père Carlos Mugica, le Dialogue entre catholiques et marxistes dans l’Aula Magna de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Buenos Aires. Juan Rosales – le principal cadre du PC spécialisé dans l’Église catholique – et le laïc catholique Guillermo Tedeschi assistent également à la réunion.
À cette occasion – conformément au processus global en la matière – tant Mugica que Nadra ont reconnu les éléments communs qui existent entre certaines valeurs du marxisme et du christianisme, en particulier la critique de l’impact du système économique capitaliste sur les secteurs les plus pauvres. Ils se sont également engagés à dialoguer et à travailler pour «mettre fin à la cherté de la vie, à la misère, à la surexploitation, à l’absence de libertés démocratiques pour tous, pour résoudre ensemble les problèmes nationaux, pour créer un nouveau type de gouvernement, authentiquement démocratique et populaire».

La dictature de la «révolution argentine».

Pendant le régime militaire, entre 1966 et 1973, Nadra a été secrétaire national à la propagande du PC. Le gouvernement de facto interdit les partis politiques et impose la loi 17401, dite «de répression du communisme». Dans ce contexte, Nadra entre à nouveau dans la clandestinité, bien qu’il supervise l’agitation des commandos et les actions de «mouvements de masse» menées par son parti. Les «mouvements de masse», avec une forte composante de violence de résistance populaire, ont eu leurs expressions les plus reconnaissables dans des événements tels que le «Cordobazo» et d’autres rébellions provinciales.

Le triomphe d’Héctor Cámpora et le soutien à la candidature de Perón

Entre 1970 et 1973, au sein du PC, Nadra s’oppose à La Hora del Pueblo, formée par les partis traditionnels pour négocier un accord avec le lieutenant général Alejandro Agustín Lanusse qui permettrait une solution électorale. Nadra, au contraire, a soutenu la Rencontre nationale des Argentins pour les libertés démocratiques et les droits de l’homme (ENA), dirigée par des représentants de divers partis politiques, syndicats et organisations sociales, dont l’objectif était de lutter pour l’application effective des libertés et des droits démocratiques, sans exclusion de partis ou de dirigeants politiques.



Lorsque le gouvernement de facto a opté pour une «solution électorale conditionnelle», sans la participation de Perón et avec l’interdiction du PC, Nadra a encouragé la formation d’un large front avec le péronisme. Cependant, le parti justicialiste résiste à la participation des communistes aux deux fronts qu’il constitue avec d’autres forces politiques : le Front civique de libération nationale (FRECILINA) et le Front justicialiste de libération (FREJULI), avec lesquels il se présentera finalement aux élections de 1973.

Dans ce contexte, Nadra pousse le PC à s’allier avec le Partido Intransigente (PI), le Partido Revolucionario Cristiano (Parti révolutionnaire chrétien) et l’Unión del Pueblo Argentino (Udelpa) au sein de l’Alianza Popular Revolucionaria (APR). Présentée aux élections présidentielles de 1973 sous la bannière Oscar Alende-Horacio Sueldo, cette alliance a obtenu près d’un million de voix et des dizaines de députés et de conseillers nationaux et provinciaux.
Cette année-là, Nadra a été nommé rédacteur en chef de Nuestra Palabra, le journal du comité central du PC. Jusqu’à l’interdiction de la publication par la dictature militaire de 1976 à 1983 – son siège a été mitraillé par les forces para-policières le 24 mars 1976 -, les éditoriaux de Nadra analysaient les principaux événements de la vie politique argentine.

Après la démission de Cámpora le 13 juillet 1973, Nadra a été le porte-parole du PC pour soutenir la candidature de Juan Perón.

Après le triomphe de Perón, Nadra a tenu une série de réunions avec le président, aussi bien bilatéralement qu’avec d’autres dirigeants du PC et d’autres forces politiques qui n’étaient pas favorables au gouvernement mais qui avaient une représentation parlementaire (le PST, le PI et l’UCR, entre autres, qui formaient ce que l’on appelle le «groupe des 8»). Nadra concevait ces réunions – qui n’ont pas été répétées après la mort de Perón – comme le début d’un Conseil d’État chargé de trouver des solutions consensuelles aux principaux problèmes du pays ; comme un espace de transmission des critiques, des préoccupations et des propositions, tant du PC que d’autres partis.



Entre 1974 et 1976, il a également subi de nombreuses menaces de la part de l’Alliance anticommuniste argentine (Tiple A), soutenue par une partie du gouvernement péroniste. Il est également devenu une cible permanente des attaques du magazine El Caudillo, magazine de l’ultra-droite péroniste.

La dictature civilo-militaire de 1976-1983

Avec l’aggravation de la crise économique et politique sous la présidence d’Isabel Martínez de Perón et l’arrivée au pouvoir de plusieurs gouvernements dictatoriaux en Amérique du Sud, Nadra met en garde contre la possibilité d’un nouveau coup d’État militaire en Argentine : «un bain de sang – comme au Chili -, le danger d’une guerre civile et l’établissement d’une dictature comme celle qui, avec de légères variations, prévaut dans cinq pays autour de nous Une politique contre le peuple et la nation «Les expériences douloureuses de 1930, 1943, 1955 et 1966 ne sont-elles pas suffisantes ?

Dans ce contexte, Nadra a soutenu la proposition communiste de faire face à un éventuel coup d’Etat par la constitution d’un «cabinet d’une large coalition démocratique, civile et militaire» pour servir de transition vers des élections imminentes. Il est possible que cette position soit le résultat d’une surestimation des informations fournies par les officiers militaires affiliés au PC à la lumière d’expériences telles que la Révolution des Œillets au Portugal et celles des généraux Juan José Torres en Bolivie, Juan Velasco Alvarado au Pérou et Omar Torrijos au Panama, ou René Schneider et Carlos Prats, de la «ligne légaliste» de l’armée chilienne qui a échoué.
L’absence de remise en question frontale de la dictature par le PC a été mise en évidence par les déclarations du parti décrivant la dictature qui a débuté en 1976 comme un scénario moins sanglant pour le pays qu’une alternative de type Pinochet. Cette dernière semblait possible sur la base de ce que le PC percevait comme des nuances contestées au sein des forces armées argentines sur la manière d’exécuter un coup d’État.

Bien que Nadra – dans une minorité partagée avec Rodolfo Ghioldi et Héctor Agosti – ait été en désaccord avec cette position de la majorité de la direction communiste, sa loyauté envers le parti l’a obligé à s’y conformer et même à la défendre officiellement en tant que porte-parole. En ce sens, dans les années 1980, il fera une profonde autocritique de la naïveté de l’objectif du PC de miser sur l’approfondissement de ces différences et de son incapacité à dénoncer explicitement le caractère terroriste du régime dès le début.
Bien que la position politique officielle de la direction du PC n’ait jamais ouvertement condamné le gouvernement militaire, le parti a en même temps organisé une participation active à la résistance syndicale, étudiante et de quartier à la dictature militaire. Sur le front des droits de l’homme, il a parrainé les premières réunions des Parents des disparus et détenus pour raisons politiques et des Mères de la Place de Mai au siège de la Ligue argentine des droits de l’homme. Dans ce contexte, Nadra a été membre du Conseil de la Présidence de l’Assemblée Permanente des Droits de l’Homme (APDH) et des dizaines de parents de disparus se sont adressés à lui et ont reconnu sa solidarité active et son intercession auprès des autorités dans des dizaines de cas.

En 1979, Nadra a également eu un entretien avec la Commission interaméricaine des droits de l’homme de l’OEA (CIDH) pour lui fournir des informations sur les centres de détention clandestins (CCD) et la participation des forces armées à l’enlèvement et à la disparition de l’étudiante communiste Inés Ollero, ce qui lui a permis de devenir le «cas pilote» de la dénonciation internationale du terrorisme d’État en Argentine.



Le gouvernement militaire a inclus Nadra dans la «formule 4» – le degré le plus «dangereux» – des «listes noires», qui interdisait aux «subversifs» d’entrer dans l’administration publique ou d’apparaître dans les médias. Par conséquent, plusieurs des livres de Nadra ont été parmi ceux qui ont été interdits et détruits par le régime.

Le multipartisme et le retour à la démocratie

Entre 1976 et 1983, en tant que responsable des relations politiques du PC, Nadra a consacré ses efforts à deux questions principales : la défense des droits de l’homme et la promotion du dialogue entre les partis politiques et les secteurs sociaux pour ouvrir la voie à la démocratie.

Dans ce dernier domaine, il a été l’un des principaux promoteurs de la Multipartidaria, bien que des divergences fondamentales avec le radicalisme de Ricardo Balbín et un secteur de la démocratie chrétienne aient conduit à l’exclusion du PC de la convocation formelle de la réunion en 1981.



L’amitié de Nadra pour Raúl Alfonsín ne l’a pas empêché de soutenir l’appui du PC au programme présidentiel péroniste, ni l’opposition générale de son parti au gouvernement du Radical, surtout au fur et à mesure de l’avancement de son mandat. Ainsi, en 1987, Nadra a fermement rejeté l’adoption des lois Full Stop et Due Obedience, qu’il considérait comme de sérieuses concessions en matière de droits de l’homme. Il s’est également opposé à l’orientation économique adoptée par le gouvernement après la destitution de Bernardo Grispun et la nomination de Juan Sourrouille à la tête du ministère de l’économie. En fait, lorsque le président a annoncé une «économie de guerre» lors d’une manifestation convoquée le 26 avril 1985 pour défendre la démocratie, Nadra a pris la tête des grandes colonnes communistes qui ont quitté la Plaza de Mayo.
Cependant, Nadra a également participé aux actes de soutien de son parti à une politique étrangère différente de celle des États-Unis et à la décision de juger les juntes militaires. Il a également pris la parole aux côtés du président Alfonsín et du ministre nicaraguayen de la Culture, Ernesto Cardenal, lors d’un rassemblement au stade Vélez Sarsfield en faveur de l’accord de paix avec le Chili sur le canal Beagle.

Pour les élections législatives du 23 novembre 1985, Nadra dirige la liste des députés nationaux de Buenos Aires du Front populaire (FREPU), une alliance électorale du PC avec le trotskisme, des secteurs militants du péronisme et un large éventail de personnalités de la gauche non traditionnelle, qu’il promeut lui-même. Outre Nadra, Luis Zamora (MAS), Eduardo Soares (Movimiento Peronista 26 de Julio), David Tieffenberg (Parti socialiste), Mario Geller (Parti de la libération, successeur de Vanguardia Comunista) et Lucas Orfano (péroniste et fondateur de Familiares de Desaparecidos y Detenidos por Razones Políticas) se sont présentés au Congrès.

Démission du parti communiste

À partir du milieu des années 1980, Nadra commence à travailler avec des secteurs de la Fédération de la jeunesse communiste (FJC) sur la révision de divers aspects des positions historiques et contemporaines du PC. En 1985, il a dirigé la commission du parti qui a rédigé les thèses préparatoires au 16e congrès, qu’il a imprégnées d’une approche profondément autocritique, après s’être heurté à la résistance de la majorité du secrétariat du PC.
Paradoxalement, malgré le succès de la position autocritique au 16e congrès, à la fin des délibérations en novembre 1986, Nadra a été écarté du secrétariat du PC et de la commission politique. Bien qu’il s’agisse d’une décision consensuelle du congrès, elle s’inscrit dans le cadre d’une campagne de diffamation à son encontre. Dans une simplification de l’attribution des responsabilités dans le cadre de l’autocritique, la nouvelle direction du parti a souligné que Nadra avait été sa figure la plus connue et l’a utilisé comme bouc émissaire. Dans ce processus, de fausses versions ont été diffusées sur ses actions au cours des décennies précédentes, telles qu’un dîner avec le dictateur Videla ou des réunions privées avec d’autres responsables militaires. Les premiers n’ont jamais eu lieu. Ces derniers l’ont fait, ouvertement et au péril de leur intégrité, toujours pour réclamer, surtout dans des cas spécifiques et dans les garnisons militaires elles-mêmes, des prisonniers et des disparus.

Par ailleurs, dans les années 1980, il a été accusé de soutenir la présidence de Carlos Menem. Bien que Nadra ait eu de bonnes relations personnelles avec Menem, il l’a rencontré pour critiquer le plan économique «Bunge y Born», une éventuelle grâce et la peine de mort. En fait, l’ancien président a essayé de l’intégrer dans son gouvernement en le nommant ambassadeur en Union soviétique ou à Cuba, mais Nadra a rejeté l’offre.
Cette rencontre avec Menem a pourtant été l’élément déclencheur de la décision du Comité central du PC de le suspendre le 14 mars 1989. Face à une sanction qu’il juge infondée et injuste, dans un climat raréfié par les critiques, mais sans favoriser une quelconque rupture collective, Nadra décide de démissionner du parti un an plus tard. Dans son ouvrage Pourquoi j’ai démissionné du Parti communiste, le dirigeant raconte – en s’appuyant sur ses propres documents et ceux de l’organisation – sa lutte infructueuse pour changer, de l’intérieur même du PC, «le cours stalinien» que le parti maintenait. Ce livre approfondit la critique du cours et de la méthodologie dominante du parti que, parallèlement à une forte autocritique personnelle, il avait esquissée dans son ouvrage bien connu La religion des athées. Réflexions sur le stalinisme dans le PC argentin.

Après avoir quitté le PC, Nadra s’est vu proposer par Raúl Alfonsín de rejoindre la liste des électeurs de l’UCR pour la réforme de la Grande Charte argentine en 1994. Bien qu’il n’ait pas accepté de représenter un parti non marxiste, Nadra a été le conseiller personnel de l’ancien président lors de l’assemblée constituante de Santa Fe.

La mort

La démission de Fernando Nadra du PC a eu de lourdes conséquences sur sa santé. À partir de ce moment, il commence à lutter contre le cancer et meurt le 22 août 1995, à l’âge de 79 ans. De nombreuses personnalités du monde politique, social et culturel national et international assistent à ses funérailles. Bien que Nadra fût athée, son ami Monseigneur Justo Laguna, évêque émérite de Morón, a prononcé une prière lors de ses funérailles. Il y a souligné la communion entre la vision morale et socialiste du monde de Nadra, son engagement pour la justice et l’amour de l’homme, et la doctrine chrétienne.

Similar Posts: