Fumimaro Konoe

Fumimaro Konoe (近衞 文麿, Konoe Fumimaro ?, Tokyo, 12 octobre 1891 – Ibid., 16 décembre 1945) était un homme politique japonais et plusieurs fois Premier ministre du Japon. Il était à la tête du gouvernement japonais au moment du déclenchement de la deuxième guerre sino-japonaise et, au cours de son deuxième mandat, le mandat précédant immédiatement le déclenchement de la guerre du Pacifique. Il est également le fondateur et le premier dirigeant du mouvement Taisei Yokusankai (大政翼賛会, Taisei Yokusankai ?), qui deviendra le seul parti totalitaire du Japon pendant la période de la guerre.

Biographie

Né dans l’ancien clan Fujiwara et héritier de la noble famille Konoe à Tokyo. Pendant ses années d’université, il étudie le philosophe socialiste Hajime Kawakami et entre en politique en 1920 en tant que modéré et protégé de Saionji Kinmochi, qui s’oppose au pouvoir de l’armée.

En juin 1937, il devient premier ministre pour tenter de contrôler le pouvoir croissant de l’armée, mais Konoe lui-même devient de plus en plus militariste. Après l’incident du pont Marco Polo en juillet, les chefs militaires agissent sans la supervision du gouvernement, ce qui déclenche la deuxième guerre sino-japonaise. Sous la pression d’éléments plus conservateurs, son cabinet accepte d’étendre les opérations en Chine, ce qui permettra aux chefs militaires d’agir dans le nouveau conflit chinois sans la supervision du gouvernement. En novembre, Konoe a annoncé la direction que prendrait le Japon avec un «nouvel ordre en Asie», plus tard appelé «sphère de coprospérité asiatique».
Il a également pressé la Chine de faire des concessions pour mettre fin à la guerre sino-japonaise. Pékin a été prise en juillet, suivie par d’autres villes comme Qingdao et Shanghai (novembre). En décembre, les Japonais ont occupé Nanjing, alors capitale de la Chine. C’est alors qu’a lieu le massacre de Nanjing, au cours duquel on estime que plus de 300 000 Chinois ont été tués par des soldats et des officiers japonais. Le cabinet Konoe était au courant de ce qui se passait, mais n’a rien fait pour l’empêcher.

Konoe démissionne le 5 janvier 1939, en partie à cause de son incapacité à négocier la fin du conflit en Chine. Au début de l’année 1938, Fumimaro avait mis fin à la «médiation Trautmann» avec Chiang Kai-Shek, contribuant ainsi à la formation du gouvernement collaborationniste de Nanjing. Cette action a également été d’une grande importance pour le parti communiste chinois, puisqu’elle a forcé Kai-Shek à se joindre à eux, tout en amenant l’opinion publique japonaise à croire à tort que le Kuomintang chinois était faible. Kiichiro Hiranuma lui succède au poste de premier ministre.
En 1940, il revient à la tête du gouvernement japonais, après que le marquis Kido a recommandé à l’empereur de lui confier la direction du cabinet. Vers la fin de l’année, Konoe fonde le Taisei Yokusankai, ou Association d’assistance au régime impérial, un mouvement politique qui se transformera par la suite en un parti unique de type totalitaire. En plus de soutenir les guerres en Chine, le Taisei Yokusankai contribue au maintien de l’ordre public et fait office de police secrète par l’intermédiaire des tonarigumi (associations de quartier en japonais).

Le 27 septembre 1940, le pacte tripartite avec l’Allemagne nazie et le Royaume d’Italie est signé à Berlin, formant une alliance militaire entre les trois nations. Profitant du pacte, et après la chute de la France aux mains des troupes allemandes, le mois de septembre voit l’occupation japonaise de l’Indochine française. Le nouveau gouvernement collaborationniste de Vichy n’oppose aucune résistance aux troupes de l’armée impériale japonaise, bien que celles-ci n’occupent que le nord de l’Indochine. Les Japonais se couvrent également lorsque le pacte de neutralité soviéto-japonais est signé à Moscou le 13 avril 1941 par les ministres des affaires étrangères Viatcheslav Molotov et Yōsuke Matsuoka.
Le 22 juin, l’Allemagne nazie envahit l’Union soviétique, ce qui prend les diplomates japonais par surprise. Malgré la pression allemande et Matsuoka, le Japon maintient sa neutralité et n’attaque pas l’Union soviétique. Konoe forme un nouveau gouvernement et se passe de Matsuoka comme ministre des affaires étrangères. Cependant, le 28 juillet, les forces japonaises occupent le reste de l’Indochine française, ce qui incite le président Roosevelt à ordonner le gel des investissements japonais aux États-Unis et l’embargo sur les exportations de pétrole vers le Japon. Plus de 80 % des besoins du Japon proviennent des importations américaines, même si, le 31 juillet, la marine informe l’empereur que le Japon dispose de réserves de pétrole pour deux années supplémentaires. En raison de la nouvelle attitude américaine, Konoe tente de contenir l’agressivité de l’armée et de la marine. Mais le chef d’état-major de la marine, Osami Nagano, affirme que si la guerre contre les États-Unis est inévitable, elle doit commencer immédiatement.
Le 5 septembre, Konoe rencontre l’empereur et les chefs d’état-major (Hajime Sugiyama et Osami Nagano). L’empereur, alarmé par la situation, demande à Konoe où en sont les pourparlers avec Roosevelt.
L’empereur, alarmé par la situation, demande à Konoe où en sont les pourparlers avec Roosevelt. Celui-ci répond qu’ils se déroulent de manière positive et qu’une solution militaire n’est envisageable qu’en cas d’échec de la diplomatie. Il interroge alors Sugiyama sur les chances de succès d’une guerre contre les puissances occidentales. Sugiyama ayant répondu par l’affirmative, Hirohito lui rappelle que quelques années plus tôt, l’armée avait prédit que l’invasion de la Chine ne durerait que trois mois. Le lendemain, les préparatifs d’une guerre contre «l’Amérique, l’Angleterre et la Hollande» commencent. Lors de la conférence impériale, l’empereur reçoit de Sugiyama et de Nagano des détails sur les opérations en Asie du Sud-Est et sur les plans d’attaque de Pearl Harbor. Pendant ce temps, le Premier ministre Konoe tente une dernière fois d’éviter la guerre : il rencontre l’ambassadeur américain pour parvenir à un accord, mais le temps passe sans qu’il en résulte quoi que ce soit. Le 14 octobre, lors d’une réunion du cabinet, le ministre de la Guerre Hideki Tōjō déclare que les négociations avec les Américains ont échoué et que la date limite de la diplomatie est dépassée. À la fin de la conférence, Konoe admet qu’il ne peut pas contrôler les forces armées.
Konoe démissionne finalement le 16 octobre, le lendemain du jour où il avait recommandé le prince Naruhiko Higashikuni pour lui succéder, mais deux jours plus tard, il nomme le général Tōjō Premier ministre, une décision dans laquelle le marquis Kido a une forte influence. En 1946, Hirohito expliqua sa nomination de cette manière :

Cependant, Konoe déclara à son secrétaire personnel que Hirohito avait été absorbé par les opinions du haut commandement militaire. Quelques semaines plus tard, l’attaque de Pearl Harbor et le déclenchement de la guerre se produisirent.

Konoe a joué un rôle clé dans la chute du gouvernement Tojo en 1944, assailli par les défaites militaires face à des forces alliées déjà supérieures. En février 1945, il conseille à l’empereur Hirohito d’entamer des négociations pour mettre fin à la Seconde Guerre mondiale, mais selon le grand chambellan Hisanori Fujita, Hirohito rejette fermement la recommandation de Konoe, car il est toujours à la recherche d’un tennozan (une grande victoire).
Au début de l’occupation américaine, il a fait partie du cabinet du prince Naruhiko Higashikuni, le premier gouvernement d’après-guerre, mais il a rapidement été inculpé de crimes de guerre, auxquels il a fait face malgré la conviction qu’il serait exécuté par pendaison. En décembre 1945, au cours du dernier procès américain des criminels de guerre, il se suicide en avalant une capsule de cyanure de potassium, exactement 1300 ans après que son ancêtre, Fujiwara no Kamatari, ait mené un coup d’État contre le clan Soga pendant la période d’influence de ce dernier à la cour.

Famille

Son petit-fils, Morihiro Hosokawa, devient Premier ministre cinquante ans plus tard.

Liens externes

Similar Posts: