Gavin Douglas

Gavin Douglas (Tantallon Castle, East Lothian, vers 1476 – Londres, septembre 1522) était un makar (poète de cour écossais) et évêque de Dunkeld (1516-1522), célèbre pour avoir traduit l’Enéide de Virgile en vers écossais.

Biographie

Il était le plus jeune fils d’Archibald Douglas, 5e comte d’Angus, et de son épouse Elizabeth Boyd. Il obtint l’évêché vacant de Dunkeld le 16 septembre 1516.

Gavin Douglas est surtout connu pour avoir composé une traduction en vers écossais de l’Énéide de Virgile (Aeneid), considérée comme un chef-d’œuvre pour l’époque. Il a achevé cette œuvre en juillet 1513. Elle a été publiée pour la première fois en 1553 à Londres. Il s’agit de la première traduction complète d’un grand poème de l’Antiquité classique dans une langue germanique moderne. Elle est fidèle d’un bout à l’autre et inclut le livre XIII apocryphe de Mapheus Vegius. Il donne également un prologue original en vers à chacun des 13 livres sur divers sujets, fournissant parfois même des données autobiographiques, dans une variété de styles.
Cependant, il a également composé une œuvre originale, Le palais d’honneur (1501), un rêve allégorique de plus de 2 000 vers composés en strophes de neuf lignes. Il s’agit de sa première œuvre littéraire, qui décrit les aventures du poète lors d’un voyage à travers différentes cours pour se rendre au palais. Il calomnie par inadvertance la cour de Vénus, mais, pardonné, il se joint à sa suite et décrit les gloires de son palais. Ce poème s’inscrit dans la tradition littéraire des «cours d’amour» telles que le Roman de la Rose et The Hous of Fame. Il est dédié à Jacques IV. L’œuvre n’est pas conservée en manuscrit, mais elle a été imprimée vers 1553 par William Copland à Londres et dans des éditions ultérieures.

Deux autres poèmes dont la paternité est prouvée sont King Hart et Conscience. Conscience est un court poème de quatre strophes. Plus ambitieux, King Hart est un poème aussi allégorique que The Palice of Honor, mais plus tardif et dont la paternité est un peu plus incertaine. Son sujet est la vie humaine racontée comme l’allégorie du roi Hart (le cœur) dans son château entouré de ses cinq serviteurs (les sens), de la reine, de Plesance, de Foresight et d’autres courtisans allégoriques. Le poème compte plus de 900 vers et est écrit en strophes de huit lignes. Il est conservé en manuscrit à la Pepysian Library de Cambridge. On ne sait pas s’il a été imprimé avant 1786, date à laquelle il est apparu dans les Ancient Scottish Poems de John Pinkerton.

Il mourut à Londres en septembre 1522, apparemment de la peste.

Similar Posts: