Giorgio Ferrini

Giorgio Ferrini (Trieste, province de Trieste, Italie, 18 août 1939 – Turin, province de Turin, Italie, 8 novembre 1976) était un footballeur et entraîneur italien. Il jouait en tant que milieu de terrain. Il a joué pour le Torino de 1959 à 1975, étant le capitaine et le joueur emblématique de l’histoire du Granate avec 565 apparitions toutes compétitions confondues devant Paolo Pulici avec 437. En club, il a remporté la Coupe d’Italie en 1967-68 et 1970-71. Il a également représenté l’équipe nationale italienne, qui a remporté la Coupe d’Europe en 1968.

Il était surnommé La Diga (le barrage) pour ses qualités de mur défensif au milieu de terrain.

Ses débuts

Il grandit et se développe dans l’équipe de jeunes de l’ASD Ponziana et, en 1955, il est recruté par le Torino et rejoint leur système de formation, où il reste trois ans. En 1957, le sélectionneur Giuseppe Galluzzi l’appelle en équipe nationale pour le voir participer à un tournoi de jeunes. Le 11 août, Ferrini a été transféré en option à Varesse, en série C. Au cours de sa seule saison avec les «biancorossi», il a marqué 10 buts pour sauver l’équipe, jouant principalement depuis le début.

Torino

De retour dans l’équipe du Torino, il commença à montrer des signes avant-coureurs avec Italo Mazzero au milieu de terrain, alors que l’équipe se préparait à jouer en Serie B. Le 20 septembre 1959, il fait ses débuts avec le Torino contre Sambenedettese (0-0) et la semaine suivante, il marque son premier but à domicile contre Cagliari (5-0). Il termine la saison avec 38 matches et trois buts, ce qui lui permet d’être directement promu en Serie A et de jouer un rôle clé dans le club grâce à sa classe et à sa détermination.

La saison suivante, il est confirmé comme un joueur clé du Torino par l’entraîneur Benjamin Santos, et fait ses débuts en Serie A le 25 septembre 1960, lors d’une défaite contre la Sampdoria (1-0). Aux côtés de Remo Lancioni, il a fait d’autres apparitions au cours de la saison, terminant 12e du championnat italien.

Il a passé 16 saisons au Torino et a été un joueur emblématique de sa catégorie, avec 39 buts marqués en 405 apparitions. Au total, il a fait 566 apparitions et a marqué 56 buts en championnat, en Coupe d’Italie et dans les compétitions européennes. Il a remporté deux Coupes d’Italie en 1967-68 et 1970-71.

Son dernier match fut contre Naples le 22 juin 1975 lors de la Coupe d’Italie 1974-75.

Carrière internationale

Il est appelé en équipe nationale par le sélectionneur Gipo Viani pour représenter les Azzurri, qui terminent quatrièmes aux Jeux olympiques de Rome en 1960, où il joue trois fois.
Toujours en 1960, il est appelé en équipe nationale des moins de 23 ans de la Serie A contre son homologue du championnat anglais, entrant en jeu après 30 minutes en remplacement de Giacomo Bulgarelli.

Il est appelé pour la première fois en équipe nationale italienne le 13 mai 1962 contre la Belgique, à la veille de la Coupe du monde de football au Chili. Pendant la Coupe du monde, il est resté dans les mémoires comme l’un des protagonistes, aux côtés de Mario David, de la bataille de Santiago contre les hôtes chiliens. Après sept minutes, l’arbitre anglais Ken Aston le rappelle à l’ordre pour une faute violente contre le Chilien Honorino Landa. Il est expulsé et refuse de quitter le terrain, voulant continuer à jouer jusqu’à ce que la police (appelée carabineros au Chili, analogue aux Carabinieri en Italie) intervienne pour le faire sortir du terrain et permettre la reprise du jeu.

Contrairement à d’autres joueurs italiens de cette Coupe du monde, qui sont revenus jouer pour l’équipe nationale, pour Ferrini ce fut le dernier match, l’autre ayant eu lieu en 1968 lors de la Coupe d’Europe des Nations (UEFA), à l’occasion de la victoire sur l’équipe nationale de Yougoslavie, jouée le 8 juin 1968.



Il a joué un total de sept matches pour la Squadra Azzurri.

Style de jeu

Son style de jeu était dur, agressif et énergique au milieu de terrain, couvrant beaucoup de terrain. Ferrini était connu pour son endurance et ses défis difficiles, ainsi que pour son dévouement, son leadership et ses capacités techniques. Joueur très tenace, influent et polyvalent dans l’équipe, capable de jouer à différents postes du milieu de terrain, en tant que défenseur ou en tant que joueur offensif. Sa puissance combative et son style de jeu excessif, il était également connu pour être un joueur propre et correct.

La mort

Quelques mois après avoir pris sa retraite, alors qu’il est l’assistant de l’entraîneur Luigi Radice lors de la saison où le Torino remporte à nouveau le titre de Serie A, il est victime d’une rupture d’anévrisme le 25 août et, après un premier rétablissement le 18 octobre 1975, subit deux interventions chirurgicales. Il meurt le 8 novembre 1975 à l’âge de 37 ans. Il est enterré sur la petite colline du cimetière de Pino Torinese, près de Superga, où Grande Torino a péri dans la catastrophe aérienne de Superga le 4 mai 1949.

Similar Posts: