Gregory «Pappy» Boyington

Seconde Guerre mondiale,

Gregory Boyington (4 décembre 1912 – 11 janvier 1988, Fresno, Californie), surnommé «Pappy», était un pilote aviateur et un officier du Corps des Marines des États-Unis. Il est considéré comme un as de l’aviation américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour ses actions, il a reçu la Medal of Honor, la Navy Cross, ainsi que d’autres décorations.

Les premières années

Gregory Boyington est né le 4 décembre 1912 à Coeur d’Alene, dans l’Idaho. Il grandit dans les villes de St. Maries, Idaho et Tacoma, Washington. Au lycée Lincoln, il était membre de l’équipe de lutte.

Boyington effectue son premier vol à l’âge de six ans avec le pilote de voltige Clyde Pangborn, qui effectuera plus tard la première traversée du Pacifique de 8 500 km sans escale, de Misawa, au Japon, à Seattle, dans l’État de Washington, en 1931.

En 1930, Boyington entre à l’université de Washington, où il rejoint le Reserve Officers’ Training Corps, et fait également partie des équipes de lutte et de natation de son école. Il est également membre des équipes de lutte et de natation de son école. Lors des championnats inter-États du Pacifique Nord-Ouest, il remporte le titre de lutteur poids moyen. Boyington obtient son diplôme d’ingénieur aéronautique en 1934.

Boyington a passé ses étés à travailler dans son État natal dans le domaine de l’exploitation minière et forestière et pour la Coeur d’Alene Fire Protection Association.
Peu après l’obtention de son diplôme, Boyington a épousé sa première femme, Helen Clark, a vécu à Seattle et a travaillé pour Boeing pendant un an en tant que dessinateur et ingénieur. Dix mois après leur mariage, leur fils, Gregory Clark Boyington, est né.

Les parents de Greg ayant divorcé, il grandit avec le nom de famille de son beau-père, Hallenbeck. Mais lorsqu’il décide de s’inscrire à l’école de pilotage, il demande son certificat de naissance et apprend que le nom de son père est en fait Charles Boyington, un dentiste. Comme il n’y avait aucune trace de mariage de Gregory Boyington, il était libre de devenir un pilote cadet de l’US Marine Corps.

Carrière militaire

Boyington commence sa carrière militaire dès l’université, en tant que membre du Reserve Officers’ Training Corps, où il devient cadet capitaine. Il est nommé sous-lieutenant dans la réserve de l’artillerie côtière en juin 1934 et sert pendant deux mois dans le 630e régiment de l’artillerie côtière à Fort Worden, dans l’État de Washington. Le 13 juin 1935, il s’engage en service actif dans le Marine Reserve Volunteer Corps et est libéré le 16 juillet de la même année.
Le 18 février 1936, Boyington accepte une nomination en tant que cadet de l’aviation dans la Réserve du Corps des Marines. Il est affecté à la base aéronavale de Pensacola, en Floride, pour y suivre une formation au pilotage. Il est nommé pilote de l’aéronavale le 11 mars 1937, puis transféré à Quantico, en Virginie, pour servir dans l’Aircraft One de la flotte de la Navy. Il est libéré de la réserve du corps des Marines le 1er juillet 1937 pour accepter une commission de sous-lieutenant dans le corps des Marines, qu’il prend le lendemain.

Greg est envoyé à l’école de base de Philadelphie en juillet 1938. À l’issue de cette formation, Boyington est transféré au 2nd Marine Aircraft Group à la station navale de San Diego. Là, il participe à de nombreuses manœuvres aéronavales avec les porte-avions USS Lexington et USS Yorktown. Promu premier lieutenant le 4 novembre 1940, Boyington retourne à Pensacola en tant qu’instructeur.

Boyington démissionne de son poste dans les Marines le 26 août 1941 pour accepter un poste au sein de la Central Aircraft Manufacturing Company, une organisation civile qui recrute du personnel ayant une expérience militaire pour la défense de la Chine et de la route de Birmanie. L’unité est ensuite connue dans le monde entier sous le nom de «American Volunteer Group» ou «Flying Tigers».
Boyington a servi dans les Tigres volants (considérés par leurs détracteurs comme des mercenaires), où il est devenu chef d’escadron. Dans cette unité de chasseurs, il a piloté le Curtiss P-40 sous les ordres du lieutenant-général Claire Lee Chennault en République de Chine pendant la deuxième guerre sino-japonaise jusqu’au printemps 1942, date à laquelle il a rompu son contrat et est rentré aux États-Unis après une performance peu spectaculaire en Chine, où il a été officiellement crédité de 3,5 abattages, mais où Greg a revendiqué un total de 6 victoires.



En août 1943, il reprend du service dans le corps des Marines avec le grade de major. Boyington est nommé commandant du célèbre escadron VMF-214 du Corps des Marines, stationné sur l’île de Vella Lavella, dans l’archipel des îles Salomon, dans le Pacifique Sud.

À l’âge de 31 ans, Boyington dépasse largement la moyenne d’âge des hommes de son escadron, qui l’ont d’abord surnommé «Gramps», puis «Pappy».
Le surnom de Boyington’s Bastards Squadron (Escadron des bâtards de Boyington) fut d’abord proposé pour l’unité, mais il fut refusé car ce nom n’aurait pas été approuvé par le haut commandement, et c’est donc le nom de Black Sheep Squadron (Escadron des moutons noirs), suggéré par le capitaine Jack DeChant, qui fut retenu. Les hommes de la VMF-214 étaient inexpérimentés au combat, mais sous le commandement de Boyington et grâce à son expérience en Chine, ils devinrent l’un des meilleurs escadrons du Pacifique, avec 97 victoires confirmées en combat aérien, sans parler du naufrage de navires de transport de troupes, du bombardement air-sol d’installations ennemies, etc.

Le 16 septembre 1943, la première mission officielle de la VMF-214 consiste à escorter 70 bombardiers en piqué américains et néo-zélandais lors d’une attaque sur l’île de Balale, dans l’archipel des Salomon. L’escadron obtient 11 victoires, plus 8 probables ; Boyington a 5 victoires confirmées sur des chasseurs japonais dans son compte personnel et devient immédiatement une célébrité aux États-Unis.

L’attaque de la base japonaise de Kahili, à la pointe sud de Bougainville, le 17 octobre 1943, constitue un exploit typiquement téméraire. Boyington et 24 pilotes de son escadron survolent l’aérodrome où 60 avions japonais sont basés, harcelant l’ennemi par radio en lui demandant de sortir et de se battre. Au cours de la bataille féroce qui s’ensuivit, 20 avions ennemis furent abattus, tandis que les Black Sheep rentrèrent à leur base sans perte.
L’escadron Boyington, stationné sur l’île de Vella Lavella, a proposé aux joueurs de baseball des World Series de 1943 de leur envoyer une casquette pour chaque Zéro japonais abattu. Ils ont reçu 20 casquettes, bien qu’ils aient abattu beaucoup plus d’avions ennemis.



Au cours de la guerre du Pacifique, neuf pilotes de la VMF-214 atteignirent le niveau d’as.

Le 3 janvier 1944, Boyington remporte sa dernière victoire, sa 28e, mais le même jour, il est abattu à bord de son Corsair par des chasseurs ennemis alors qu’il se bat au-dessus de Rabaul. Il est gravement blessé, mais parvient à monter dans son canot de sauvetage, où il dérive pendant plusieurs heures dans le canal Saint-Georges, dans l’archipel des Bismarck. On a d’abord cru qu’il avait disparu au combat, mais il a en fait été secouru par un sous-marin japonais et fait prisonnier de guerre (le sous-marin qui a secouru Boyington sera coulé 13 jours plus tard). L’équipier de Boyington, le capitaine George Ashmun, a également été abattu et tué au combat. Le submersible a débarqué le major Boyington sur une base japonaise à Rabaul où il a été brutalement interrogé, puis interné au camp de prisonniers de Ōfuna à Yokohama et enfin à Omori près de Tokyo jusqu’à la fin des hostilités en août 1945. Dans le camp de Ōfuna, Boyington a partagé la captivité du lieutenant Louis Zamperini, athlète olympique abattu à la fin du mois de mai 1943.
Le 12 septembre 1945, Boyington rentre chez lui. Une fête de bienvenue de trois jours est organisée avec 21 de ses anciens camarades de l’escadron VMF-214. La réception s’est déroulée à l’hôtel Saint Francis, dans le centre de San Francisco, et a fait l’objet d’un article dans le magazine Life. Avant son arrivée aux États-Unis, Boyington a reçu le 6 septembre le grade temporaire de lieutenant-colonel dans les Marines.

Peu après son retour aux États-Unis en tant que lieutenant-colonel, Boyington a reçu l’ordre de se rendre à Washington, D.C., pour recevoir du président la plus haute distinction de la nation, la Médaille d’honneur du Congrès. Cette médaille avait été décernée par Franklin D. Roosevelt en mars 1944. Le 4 octobre 1945, Boyington reçoit la Navy Cross des mains du Commandant du Corps des Marines pour le raid sur Rabaul et le lendemain, lors du «Chester Nimitz Day», il est décoré avec d’autres marins et Marines à la Maison Blanche par le Président Harry S. Truman.

Boyington a pris sa retraite des Marines avec le grade de colonel le 1er août 1947.

Après-guerre

Après la guerre, Boyington mène une vie très agitée en raison de son alcoolisme, de plusieurs divorces et de nombreux emplois, dont ceux de vendeur d’assurances, d’arbitre et de lutteur professionnel.
Boyington était un père absent pour les trois enfants qu’il avait eus avec sa première femme. Sa fille, Janet Boyington, s’est suicidée. Un autre fils, Gregory Boyington Jr, diplômé de l’Académie de l’armée de l’air des États-Unis en 1960, a pris sa retraite de l’armée de l’air avec le grade de colonel.



Décès

Boyington meurt d’un cancer du poumon le 11 janvier 1988 à l’âge de 75 ans à Fresno, Californie.

Il est enterré au cimetière national d’Arlington le 15 janvier 1988 dans la tombe 7A-150 avec tous les honneurs dus à un récipiendaire de la médaille d’honneur du Congrès américain, y compris un survol par des avions F-4 Phantom II du Corps des Marines de la base aérienne d’Andrews en formation d’un homme disparu.

Controverse

Le nombre total de victoires de Boyington reconnues par l’American Fighter Aces Association est de 24 : 2 avec les Tigres volants en Chine et 22 avec le Marine Corps.

Dans son autobiographie, Baa Baa Black Sheep, publiée en juin 1958, Boyington affirme avoir abattu 28 avions ennemis : 6 avec les Tigres volants et 22 avec les Marines.
La différence entre les quatre avions que Boyington prétend avoir abattus en Chine est due à un différend avec son ancien commandant sur place, qui exigeait des vérifications. Boyington a toujours insisté sur le fait qu’il s’agissait d’une question d’ego : il aurait utilisé des tactiques de combat plus efficaces que son chef. Pourtant, lorsqu’il rompt finalement avec les «Tigres volants» et retourne dans le corps des Marines, ce dernier lui attribue les quatre tués dont il est le seul à attester et il devient alors le chef des «Moutons noirs».



Mais les divergences ne s’arrêtent pas là : les 22 abattages crédités au cours de ces 84 jours de combat sont également source de litige, car c’est Boyington lui-même qui a crédité les abattages en tant que chef d’escadron… et après sa libération en 1945, il a prétendu en avoir abattu deux autres avant de tomber à la mer et d’être fait prisonnier.

Une autre controverse à son sujet est qu’il a été étrangement bien traité par les Japonais dans le camp de prisonniers : alors que ses camarades revenaient mal nourris, malades et presque sans vie, il revenait avec plusieurs kilos supplémentaires et bénéficiait d’un traitement préférentiel de la part de ses geôliers. Les soupçons de collaboration avec les geôliers pendant cette période n’ont pas manqué, mais personne ne l’a sérieusement affirmé, et encore moins prouvé.

Série TV

En septembre 1976, il est devenu célèbre lorsqu’une série télévisée américaine basée sur ses mémoires a été tournée. Baa Baa Black Sheep (la série était également connue sous le nom de The Flying Tigers) était le titre de la série dans laquelle il était interprété par l’acteur Robert Conrad ; Pappy Boyington lui-même a fait un caméo dans quelques épisodes. La série de NBC a duré 37 épisodes et s’est terminée le 1er septembre 1978.

Remerciements

En 1994, Boyington a été intronisé au National Naval Aviation Museum’s Hall of Honor à Pensacola, en Floride.

En août 2007, un aéroport de l’État de l’Idaho a été rebaptisé Coeur d’Alene Airport-Pappy Boyington Field en son honneur.



Similar Posts: