Institut national des populations autochtones

L’Institut national des peuples indigènes (INPI) est un organisme décentralisé qui ne fait pas partie d’un secrétariat d’État et qui fait partie de l’administration publique fédérale au Mexique. Il a pour fonction de concevoir, mettre en œuvre, coordonner et évaluer les politiques, programmes, stratégies et projets de développement des peuples indigènes et afro-mexicains du pays.

Elle a été créée le 4 décembre 2018 par décret du président Andrés Manuel López Obrador et a remplacé l’ancienne Commission nationale pour le développement des peuples autochtones.

En tant qu’agence non centrale, elle fait partie du cabinet présidentiel élargi et dispose donc d’une autonomie ainsi que d’une personnalité juridique et d’un patrimoine propres. Elle est basée à Mexico.

Logos

Logo du CDI pendant l’administration de Felipe Calderón (2006-2012).

Logo du CDI pendant l’administration d’Enrique Peña Nieto (2012-2018)

Logo actuel de l’INPI pendant l’administration d’Andrés Manuel López Obrador (2018-2024)

Fonctions

Selon l’article 4 de la loi de l’Institut national des peuples indigènes, ses principales fonctions sont les suivantes.

L’organisation

Selon les articles 11 et 12 de la loi sur l’Institut national des peuples indigènes, il est organisé comme suit.

Histoire

Certains précédents ont servi de toile de fond à la création du département des affaires indigènes en 1940. Le département d’anthropologie du ministère de l’Agriculture est créé en 1917 et le département de l’éducation et de la culture pour la race indigène en 1921. En 1925, le département des écoles rurales d’incorporation culturelle indigène a été créé. Enfin,

Il est également important de mentionner que dans le Mexique post-révolutionnaire, Manuel Gamio a eu une forte influence sur le sujet et est même reconnu comme le père de l’anthropologie moderne dans son pays. Enfin, dans les années 1930, le département autonome des affaires indigènes a été créé en 1936 et le département de l’éducation indigène en 1937 au sein du SEP.



Sous la présidence de Lázaro Cárdenas, plusieurs réformes ont été apportées au cabinet présidentiel. L’une des plus notables est la création de «départements», des agences centralisées dont la hiérarchie est moins importante que celle des secrétariats d’État. Le 1er décembre 1940, Cárdenas décrète la création du département des affaires indigènes.

Lorsque Manuel Ávila Camacho est devenu président, il a réduit le nombre de départements existants du cabinet présidentiel de treize à seulement deux, parmi lesquels le département des affaires indigènes a été supprimé. Le 31 décembre 1946, le SEP retrouve ses attributions d’avant 1940 et, en 1947, la Direction générale des affaires indigènes est créée.
Alfonso Caso était un archéologue mexicain qui a participé au premier congrès indigéniste interaméricain et qui avait déjà participé à la création de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH). Gamio, Luis Chávez Orozco, Moisés Sáenz, Julio de la Fuente Chicoséin et Gonzalo Aguirre Beltrán étaient également présents.

Le 4 décembre 1948, le président Miguel Alemán Valdés décrète la création de l’Institut national indigène (INI), qui est à l’origine un institut de l’administration publique fédérale, mais qui est à son tour une filiale de l’Institut interaméricain de l’Indien et qui, contrairement à l’ancien département des affaires indigènes, possède sa propre personnalité juridique. Ses fonctions étaient les suivantes :

Il convient de mentionner qu’à cette époque, sa tâche principale consistait à exercer ses pouvoirs sur la vie politique, sociale et économique des populations indigènes du pays par le biais d’un processus d’acculturation, c’est-à-dire en les dépouillant de leur culture afin de les assimiler au reste de la population, ce qui ne changera pas avant les années 1970.



En 1951, les premières mesures sont mises en œuvre : le Consejo del Patrimonio Indígena del Valle del Mezquital est créé pour proposer des solutions aux problèmes économiques de la région, le premier Centro Coordinador Indigenista (CCI) est fondé à San Cristóbal de las Casas (Chiapas) et le Museo de Artes e Industrias Populares est créé à Pátzcuaro (Michoacán) en collaboration avec l’INAH.
Au cours des années suivantes (et jusqu’en 1968), dix CCI au total ont été fondées. Quatre d’entre elles se trouvent à Oaxaca, l’État où la présence indigène est la plus importante : Papaloapan, Tlaxiaco, Jamiltepec et Huautla de Jiménez ; les autres se trouvent à Guachochi (Chihuahua), Peto (Yucatán), Tlapa (Guerrero), Tepic (Nayarit), Cherán (Michoacán) et Zacapoaxtla (Puebla).

Entre 1953 et 1961, l’INI a mobilisé divers groupes indigènes en vue de leur déplacement. La plus importante de toutes a été celle réalisée pour la construction du barrage Temascal, officiellement appelé barrage Miguel Alemán, sur la rivière Tonto dans la municipalité de San Miguel Soyaltepec dans la région du bassin de Papaloapan (Oaxaca), dont la construction a entraîné le retrait de l’eau d’environ quatre-vingts localités de la municipalité et a affecté environ vingt-deux mille habitants, principalement des Mazatèques.

En 1963, le système d’éducation bilingue et biculturel est officialisé pour être mis en œuvre au niveau national, bien qu’il soit déjà appliqué à Los Altos de Chiapas depuis 1951. Toujours en 1963, la bibliothèque de l’INI est fondée à Álvaro Obregón, dans le district fédéral, et rebaptisée «Juan Rulfo» en 1987 après sa mort (il en était responsable depuis 1984) ; elle compte quarante-cinq mille livres, treize mille cartes et cinq cents journaux spécialisés dans les peuples indigènes, considérés comme les plus importants d’Amérique latine en la matière.
Après 1970, l’objectif de l’Instituto Indigenista est devenu l’amélioration des conditions de vie des peuples indigènes en les faisant participer au développement national. La même année, il a collaboré avec le Plan Lerma et Nacional Financiera pour créer le Comité interétatique pour le développement de la Sierra occidentale (CIDESO) afin d’améliorer la qualité de vie dans la zone Huicot, principalement peuplée de Tepehuanes et de Coras.

Entre 1970 et 1976, de nombreuses infrastructures ont été développées, dont deux cent cinquante ateliers et un nombre indéterminé de menuiseries, boulangeries, forges et briqueteries, ainsi que cinquante-huit CCI dans dix-neuf des trente et un États.

Plus tard, en 2000, avec l’arrivée de Vicente Fox Quezada à la présidence du Mexique, une initiative a été présentée pour réformer plusieurs articles constitutionnels, dans le but d’inscrire les droits des peuples indigènes dans la loi fondamentale du pays et de respecter les accords établis avec l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN). Cette réforme comprend la disparition de l’Institut national indigéniste et la création de la Commission nationale pour le développement des peuples indigènes.
Depuis le 12 octobre 2019, le bâtiment du siège de l’Institut national des peuples indigènes (INPI) est occupé par le peuple Otomi vivant à Mexico pour des demandes non satisfaites de logement et de services de base, qui a été rebaptisé par un acte public Maison des peuples et communautés indigènes, «Samir Flores Soberanes», et transformé en espace de rencontre et d’organisation pour diverses activités liées à l’éducation, à la culture, à la communication, à l’autonomie, à l’organisation, mais surtout, à la résistance et à la rébellion.



Similar Posts: