La Belgique dans la Seconde Guerre mondiale

Le chaos commence en 1939
Bien que neutre au début de la Seconde Guerre mondiale, la Belgique et ses possessions coloniales ont été forcées d’entrer en guerre le 10 mai 1940 par les forces d’invasion allemandes. Après 18 jours de combat, l’armée belge s’est rendue aux Allemands, marquant le début d’une occupation qui a duré jusqu’à la libération de la Belgique par les forces alliées en 1944. La décision de Léopold III de Belgique de ne pas opposer de résistance à l’invasion a provoqué une crise politique après la fin de la guerre. Cependant, après la défaite, de nombreux Belges se sont enfuis au Royaume-Uni où ils ont formé un gouvernement et une armée en exil pour poursuivre la lutte.

Le Congo belge est resté fidèle au gouvernement belge de Londres et a apporté d’importantes ressources matérielles et humaines à la cause des Alliés. De nombreux Belges se sont engagés dans la résistance armée ou passive contre les forces nazies, bien que certains aient choisi de collaborer avec elles. Le soutien des factions politiques de droite et d’une partie de la population belge a permis à l’armée allemande de recruter deux divisions de la Waffen-SS en Belgique et a également facilité la persécution des Juifs belges, dont environ 25 000 ont été tués.

La majeure partie du pays a été libérée par les forces alliées entre septembre et octobre 1944, tandis que certaines régions de l’est sont restées occupées jusqu’en 1945. Au total, environ 88 000 Belges sont morts pendant le conflit, ce qui représente 1,05 % de la population d’avant-guerre, ainsi que la destruction de 8 % du produit intérieur brut.

Contexte

Au cours des années 1930, la Belgique poursuit son redressement après les destructions causées par la Première Guerre mondiale. Sur le plan économique, elle connaît un taux de chômage élevé à la suite de la Grande Dépression de 1929. Sur le plan économique, elle connaît un taux de chômage élevé à la suite de la Grande Dépression de 1929, qui s’élève à 23,5 % en 1932. En 1932, ce chiffre s’élevait à 23,5 %, mais grâce au plan Man de type New Deal, il a été ramené à environ 15 % en 1937.

Cette décennie a également vu le développement de partis politiques fascistes et fortement autoritaires dans les régions de Flandre et de Wallonie. Lors des élections de 1936, l’un de ces partis, le parti francophone Rexist, obtient 11,6 % des voix. En 1939, cependant, les partis extrémistes ont perdu une grande partie des sièges qu’ils avaient gagnés auparavant et la stabilité politique semble revenir.

En raison des dommages causés par la Grande Guerre, les Belges n’ont que peu d’intérêt à s’impliquer dans un éventuel conflit européen. En octobre 1936, le roi Léopold III annonce que la Belgique restera neutre en cas de nouvelle guerre européenne. Pour ce faire, le gouvernement belge cherche à s’éloigner des alliances : il abandonne le traité de Locarno, rejette le pacte de défense signé avec la France en 1920 et cherche à obtenir une garantie de neutralité de la part de l’Allemagne nazie en 1937.
Après la déclaration de guerre entre le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne en septembre 1939, le gouvernement belge a lancé un programme de réarmement accéléré, augmentant les défenses nationales en créant la ligne KW reliant le bastion national de la Belgique au sud le long de la Dyle, juste derrière la principale position fortifiée de Liège.

Bataille de Belgique (Campagne des 18 jours)

Après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne en septembre 1939, et malgré une politique de neutralité, le gouvernement belge lance la mobilisation générale. En 1940, l’armée compte entre 600 000 et 650 000 hommes (près de 20 % de la population masculine), soit environ quatre fois la taille du corps expéditionnaire britannique et deux fois celle de l’armée néerlandaise de l’époque.
L’invasion de la Belgique par l’Allemagne nazie a commencé le 10 mai 1940 sous le nom de code Fall Gelb, dans le cadre de l’invasion plus large de la France, des Pays-Bas et du Luxembourg. Les fortifications belges du canal Albert, qui comptent parmi les installations défensives les plus modernes d’Europe, se révèlent pratiquement inutiles. À Eben-Emael, le fort abritant 1 200 Belges est pris lorsque les Allemands déploient 500 Fallschirmjäger aéroportés contre eux, ouvrant ainsi la frontière à une guerre de type Blitzkrieg. Presque tous les chasseurs modernes Hawker Hurricane sont détruits par la Luftwaffe à l’aérodrome de Schaffen, le 10 mai.

L’avancée allemande sur Sedan constitue un danger de flanc pour les défenseurs de la ligne KW, qui doivent se replier le 16 mai. L’invasion allemande sème la panique parmi les civils belges. Dès le 11 mai, les routes menant vers l’ouest, à l’écart des combats, sont bloquées par les réfugiés, ce qui entrave l’avancée des forces françaises et britanniques vers l’est. On estime qu’environ deux millions de civils ont fui leur domicile pendant la campagne.
La politique de neutralité du gouvernement laisse la Belgique avec une armée de terre et une armée de l’air dépassées et mal équipées. L’armée de terre ne possédait que 16 chars d’assaut répartis entre ses deux divisions de cavalerie pour des raisons politiques, ces chars ayant été jugés trop «agressifs» pour une armée d’une puissance neutre. L’armée de l’air, réorganisée à la hâte en Défense Aéronautique du Territoire (DAT) en mai 1940, a été prise par surprise avec seulement 180 avions disponibles sur un total de 234.

Les militaires ont combattu les forces allemandes pendant 18 jours, avec des chances écrasantes. Le 20 mai, les Belges sont contraints de battre en retraite jusqu’à la Lys, où, après plusieurs jours de combats, ils échouent dans leurs tentatives de cessez-le-feu et finissent par se rendre sans condition. Les pertes belges au cours de la campagne s’élèvent à 6 000 morts et 15 850 blessés. 112 500 soldats franco-belges ont fui vers l’Angleterre via Dunkerque dans le cadre de l’opération Dynamo, mais la plupart des survivants belges ont été faits prisonniers de guerre et nombre d’entre eux n’ont été libérés qu’à la fin de la guerre.

Avec la reddition de l’armée, le gouvernement, dirigé par Hubert Pierlot, s’est d’abord réfugié à Paris et a formé un gouvernement en exil à Bordeaux. Après la chute de la France, le gouvernement s’installe à Eaton Square, à Londres.
Léopold III de Belgique, roi et commandant en chef de l’armée belge, se rend personnellement aux forces allemandes le 28 mai, contre l’avis du gouvernement de Pierlot, estimant que la cause des Alliés est perdue. Sa décision est vivement critiquée par le Premier ministre français, Paul Reynaud, et par Pierlot dans une émission radiophonique du 28 juin 1940, où il déclare que la décision du roi est «un événement sans précédent historique».



Le roi reste en Belgique pendant la guerre, prisonnier des Allemands, tandis que le gouvernement s’exile et continue à mener des actions militaires en faveur des Alliés. Contrairement aux Pays-Bas et au Luxembourg où la monarchie est réprimée ou exilée, Léopold III continue à occuper une place importante dans le territoire occupé, frappant des pièces de monnaie et imprimant des timbres à son effigie ou à son monogramme pendant la période d’occupation. Léopold garde cependant un espoir de résistance, sa position étant expliquée par son slogan «La Belgique est captive, vive la Belgique, le roi est captif, vive le roi».

Pendant son emprisonnement, le roi a envoyé une lettre à Adolf Hitler en 1942 qui a permis de sauver environ 500 000 femmes et enfants belges de la déportation vers les usines de munitions de l’Allemagne nazie. En novembre 1940, Léopold a rendu visite à Hitler au Berghof où il a demandé la libération des prisonniers de guerre. Après la guerre, l’allégation selon laquelle la reddition de Léopold était un acte de collaboration a provoqué une crise politique sur la question de savoir s’il pouvait revenir sur le trône, qui a finalement été résolue par son abdication.

Occupation allemande

La Belgique est administrée par un gouvernement militaire allemand sous la direction des généraux Alexander von Falkenhausen et Eggert Reeder jusqu’en juillet 1944, puis par le Reichskommissar Josef Grohé jusqu’à sa libération.

Le gouvernement allemand a couvert les coûts de l’occupation militaire par des impôts, en plus de prélever des «frais d’occupation externes» – la «taxe antibolchevique» – pour soutenir les opérations menées ailleurs. Au total, les Belges ont dû payer deux tiers de leur revenu national en impôts, soit l’équivalent de 5,7 milliards de Reichsmarks.



Comme dans tous les pays européens occupés, la nourriture, le carburant et les vêtements sont strictement rationnés par les autorités allemandes. Même avec un rationnement strict, la nourriture et les autres produits auxquels les civils ont droit ne sont pas toujours disponibles. Un important marché noir se forme dans le pays, qui fournit de la nourriture illégalement et à des prix très élevés. L’information et la presse sont strictement contrôlées par les Allemands. Cependant, les ventes de journaux collaborationnistes comme Le Soir et de journaux de partis politiques pro-collaborationnistes comme Le Pays Réel restent élevées, et un grand nombre de journaux sont publiés et distribués dans la clandestinité – La Libre Belgique atteint un tirage de 30 000 exemplaires.
La Belgique a été une cible majeure des bombardements alliés, tant de la Royal Air Force que de l’USAAF. Les bombes manquant leur cible et tombant sur des zones civiles, le nombre de victimes civiles était élevé. Lors d’une attaque contre Erla Motor Works dans la ville belge de Mortsel, près d’Anvers, en avril 1943, seules deux bombes larguées par des B-17 de la 8e armée de l’air américaine ont atteint leur cible. Les 24 tonnes de bombes restantes sont tombées sur des zones civiles de la ville, tuant 936 personnes et en blessant 1 600 en seulement huit minutes. Les bombardements alliés ont été condamnés par plusieurs personnalités belges, dont le cardinal Jozef-Ernest van Roey.

Environ 375 000 Belges ont participé aux programmes de travail allemands pendant la guerre, effectuant des travaux manuels dans l’industrie ou l’agriculture pour l’effort de guerre allemand. 180 000 Belges se sont engagés avant le début de la conscription en 1941, mais la plupart ont été enrôlés après cette date, contraints d’effectuer le travail contre leur gré.

200 000 prisonniers de guerre belges, capturés en 1940, sont transportés en Allemagne. La plupart sont employés comme travailleurs forcés et ne reçoivent qu’une somme symbolique. Environ 80 000 prisonniers de guerre (essentiellement des Flamands) sont rapatriés en Belgique entre 1940 et 1941, mais restent en captivité jusqu’à la fin de la guerre. Ils ont souvent été détenus dans de très mauvaises conditions et environ 2 000 d’entre eux sont morts.
Pendant l’occupation nazie, certains Belges ont collaboré avec les Allemands. De même que des organisations politiques pro-nazies dans les communautés wallonnes et flamandes qui ont collaboré avant et pendant la guerre. Les plus importantes sont le Devlag, le Verdinaso, l’Union nationale flamande en Flandre et le Rexisme en Wallonie. Chacun de ces mouvements avait des idéologies subtilement différentes, ses propres forces paramilitaires et ses propres journaux. Ces organisations constituent un instrument important pour encourager les Belges à s’enrôler dans l’armée allemande. Contrairement aux motivations nationales-socialistes de DeVlag, l’Union nationale fait directement appel aux motivations séparatistes flamandes, bien que ce message n’ait jamais été la source principale de sa popularité. Les luttes intestines entre les groupes – en particulier entre l’Union et DeVlag – sont considérables.

En général, le système administratif belge était très flexible et est devenu un instrument de collaboration. En 2007, dans un rapport du Centre de recherche et de documentation historiques sur la guerre et la société contemporaine, un groupe d’historiens conclut que la Belgique a offert une «collaboration administrative maximale» aux forces allemandes. Le même rapport note que la collaboration semble plus importante en Flandre dans le cadre d’une tentative d’intégration d’un «nouvel ordre germano-flamand». Les villes de Bruxelles et de Liège «sont restées patriotiques et résolument hostiles à l’Allemagne». En outre, de nombreuses autorités belges se sont révélées complaisantes, voire actives, dans la déportation des Juifs.
Deux divisions de la Waffen-SS – la 28e Division wallonne de grenadiers volontaires SS et la 27e Division de volontaires SS Langemarck – sont recrutées en Belgique pendant l’occupation. Léon Degrelle, fondateur du parti rexiste, sera plus tard commandant de la division wallonne. Les 15 000 Belges qui composaient les deux «divisions» – aucune n’avait l’effectif d’une brigade – servirent sur le front de l’Est où la division wallonne fut pratiquement anéantie lors de la bataille de Korsun-Cherkasy en 1944.

Après la guerre, 400 000 Belges ont fait l’objet d’une enquête pour collaboration. Parmi eux, 56 000 ont été poursuivis. La plupart ont été condamnés à des peines de prison, mais plusieurs centaines ont été exécutés.



La résistance à l’occupation allemande s’est manifestée à tous les niveaux, dans toutes les régions de Belgique et dans tous les quadrants de l’échiquier politique. Le gouvernement en exil ne traite qu’avec des groupes de résistance sympathisants, comme l’Armée secrète, mais même ces organisations faîtières ont des motivations politiques ou des idéologies différentes. Certains groupes sont extrêmement à gauche, comme les Partisans armés communistes, mais il y a aussi des mouvements de résistance de droite, comme le Mouvement national royaliste monarchiste et la Légion belge fasciste, créée par des membres du mouvement de la Légion nationale d’avant-guerre. Mais il existe aussi d’autres groupes, comme le Groupe G, qui n’ont pas d’affiliation politique évidente.
De nombreuses lignes, comme la ligne Comète, qui a permis d’évacuer environ 700 Alliés vers Gibraltar, ont été mises en place pour faciliter l’évacuation des aviateurs alliés. La ligne Comète comprenait une série de refuges répartis dans toute la Belgique. Les aviateurs alliés étaient habillés en civil et se déplaçaient fréquemment d’une maison à l’autre, logeant dans des familles belges qui soutenaient la résistance. Ils recevaient de faux papiers et étaient guidés vers des territoires neutres ou occupés par les Alliés.

Comme ailleurs, le sabotage est utilisé contre les moyens militaires et économiques de l’ennemi, via les chemins de fer et les ponts. Les activités du Groupe G, un petit groupe d’étudiants résistants basé à Bruxelles, ont coûté environ 10 millions d’heures de travail pour réparer les dégâts causés. Les attaques directes contre les troupes ou les installations militaires allemandes étaient rares, mais selon une estimation, le nombre de soldats allemands tués par la résistance belge en 1941 est bien plus élevé que celui de la France dans son ensemble.
La résistance a également permis de sauver des Juifs et des Tziganes de la déportation vers les camps de la mort, en attaquant le «XXème convoi» à Auschwitz. De nombreux Belges ont caché des Juifs et des dissidents politiques pendant l’occupation : on estime à 20 000 le nombre de personnes qui se sont cachées pendant la guerre. La résistance passive a également été importante : en juin 1942, par exemple, les autorités de Bruxelles et de Liège ont refusé de distribuer des badges jaunes aux Juifs. Deux ans plus tôt, dans la ville d’Anvers, les autorités allemandes avaient tenté de forcer les Juifs à porter ces badges, mais, en signe de protestation, des civils non juifs ont commencé à les porter. Certains membres de la classe dirigeante belge, comme Jozef-Ernest van Roey et Elisabeth Gabrielle de Bavière, se sont élevés contre le traitement des Juifs par les Allemands. En mars 2013, 1612 Belges ont reçu la distinction de Justes parmi les Nations par l’État d’Israël, pour avoir risqué leur vie afin de sauver des Juifs de la persécution pendant l’occupation.

Cependant, les civils belges ont souvent fait l’objet de représailles de la part des forces paramilitaires et allemandes pour leurs activités de résistance. En août 1944, 20 civils ont été assassinés – le massacre de Courcelles – par des paramilitaires rexistes en représailles à un attentat et au meurtre d’un politicien rexiste.
À la mi-1940, quelque 57 000 Juifs étaient recensés en Belgique, sur une population de plus de 8 millions de Belges. Beaucoup s’étaient réfugiés en Belgique pour échapper aux persécutions en Allemagne et ailleurs, ce qui signifie que seule une minorité avait la nationalité belge. La majorité de la population juive se trouvait dans les villes de Bruxelles et d’Anvers.

Une législation anti-juive (similaire aux lois allemandes de Nuremberg et aux statuts des juifs français) a été promulguée en octobre 1940, quelques mois après l’occupation allemande. En 1941, plusieurs pogroms ont suivi, dont le plus notable a eu lieu à Anvers, ainsi que la saisie de biens juifs. En mai 1942, le port du badge jaune est devenu obligatoire pour les juifs de Belgique.



En juin 1942, dans le cadre de la «solution finale», les Juifs vivant en Belgique reçoivent l’ordre d’être déportés vers le camp de transit de Malines, et ceux qui ne le font pas volontairement sont capturés par la police. Entre août 1942 et juillet 1944, 26 convois ferroviaires ont déporté 25 000 Juifs et 350 Tziganes de Belgique vers l’Europe de l’Est. La plupart ont été envoyés à Auschwitz, certains à Bergen-Belsen ou à Vittel. Sur les 25 000 déportés, environ 24 000 ont été assassinés. Moins de 1 000 d’entre eux sont restés en vie lorsque leurs camps ont été libérés par les forces alliées.
L’ancien fort de l’armée belge de Breendonk, près de Malines, a été réquisitionné par les nazis et utilisé pour la détention et l’interrogatoire de Juifs, de prisonniers politiques et de membres de la résistance capturés. Sur les 3 500 personnes emprisonnées à Breendonk entre 1940 et 1944, 1 733 sont mortes. 300 personnes environ ont été tuées dans le camp, dont 98 au moins sont mortes de privations ou de tortures.

Forces libres belges

Après la défaite de 1940, un nombre important de soldats et de civils belges s’enfuirent en Grande-Bretagne, où ces forces – et les exilés d’avant-guerre au Royaume-Uni et au Canada – formèrent les Forces libres belges. Le gouvernement belge, ainsi que des ministres des partis catholique, socialiste et libéral, sous les ordres d’Hubert Pierlot, évacuèrent vers Londres avec d’autres gouvernements de pays occupés – tels que les Pays-Bas et le Luxembourg – où ils restèrent jusqu’à la libération en 1944. Le gouvernement en exil prétendait parler au nom de toute la Belgique, ce qui a incité le ministre des affaires étrangères Paul-Henri Spaak à déclarer que «tout ce qui reste de la Belgique libre et légale, tout ce qui a le droit de parler en son nom, se trouve à Londres». On attribue à l’homme politique belge Victor de Laveleye le mérite d’avoir inspiré la campagne de propagande alliée «V pour Victoire» en 1941.

Dans une émission de la Radio française, Pierlot a appelé à la création d’une armée en exil pour poursuivre la lutte :

  • En 1944, les forces libres au Royaume-Uni comptaient 4 500 hommes, et les Belges formèrent la Brigade Piron – qui comprenait également une batterie luxembourgeoise – nommée d’après son commandant, le lieutenant-général Jean-Baptiste Piron. La brigade a participé à la bataille de Normandie et à des batailles en France et aux Pays-Bas jusqu’à la libération.

    Les Belges ont également aidé les forces spéciales britanniques pendant la guerre, avec la formation de la 4e troupe belge, faisant partie du 10e commandement (interallié), qui a participé à la campagne d’Italie et à l’opération Infatuate. Le 5th Special Air Service (qui fait partie du Special Air Service) était entièrement composé de Belges et a été la première unité alliée à entrer en Belgique en septembre 1944. 400 pilotes belges ont servi dans la Royal Air Force, dans les 349e et 350e escadrons – entièrement composés de Belges – qui ont combattu sur le théâtre européen. Le 350e escadron a réalisé 51 tueries entre sa formation en novembre 1941 et la fin de la guerre. Au total, 1 200 Belges ont servi dans la RAF, principalement dans des escadrons néerlandais. Deux corvettes et un groupe de dragueurs de mines ont été les forces opérées par les Belges lors de la bataille de l’Atlantique. En 1943, 350 Belges servaient comme marins sur ces navires.

    Congo belge

    Malgré l’occupation de la Belgique, le Congo belge est resté fidèle au gouvernement en exil et a été mis à la disposition des Alliés, apportant une contribution significative à l’effort de guerre des Alliés.
    Les soldats congolais de la Force Publique ont participé aux combats contre les forces italiennes pendant la campagne d’Afrique de l’Est et ont joué un rôle déterminant dans l’effondrement de l’Afrique de l’Est italienne, subissant 500 pertes. 13 000 soldats congolais ont servi sous le commandement britannique au Nigéria. Des détachements de soldats congolais ont participé au Moyen-Orient et à la campagne de Birmanie. Au total, la Force publique était composée d’environ 40 000 hommes. Il s’agissait d’une armée marquée par la ségrégation raciale, car les Africains noirs ne pouvaient pas devenir officiers, et elle était donc commandée par des officiers blancs.



    À deux reprises, en 1941 et 1944, des grèves importantes ont été organisées dans les villes du pays pour protester contre la pression supplémentaire exercée sur les travailleurs par les autorités coloniales. Ces grèves sont réprimées par les forces militaires, le plus souvent violemment. Le Congo est un atout économique vital pour les puissances européennes. L’uranium utilisé par les Américains dans le cadre du projet Manhattan – y compris celui utilisé pour les bombes nucléaires larguées lors des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki – a été fourni par la société belge Union Minière de l’Haut Katanga, située au Katanga, au Congo belge.

    Libération

    La Belgique est libérée par les forces alliées – britanniques, canadiennes et américaines, plus la Brigade Piron – en 1944. Le 3 septembre 1944, la Garde galloise libère Bruxelles. Juste après la libération, les habitants du quartier des Marolles organisent un simulacre d’enterrement pour Hitler.

    La deuxième armée britannique libère Anvers le 4 septembre avec l’aide de la résistance locale. Le port d’Anvers est devenu une cible très prisée car les lignes de ravitaillement alliées sont trop étroites et il faut un port proche des lignes de front. Tous les ports comparables dans le nord de la France à l’ouest de Cherbourg-Octeville sont restés sous le contrôle de l’Axe ou ont été sabotés avant d’être capturés. En octobre 1944, la bataille de l’Escaut se déroule principalement sur le territoire néerlandais, mais l’objectif est de contrôler l’estuaire de l’Escaut afin de permettre aux navires d’atteindre Anvers en toute sécurité. Charles de Belgique, frère de Léopold III, est nommé régent, dans l’attente d’une décision sur la possibilité pour le roi de retrouver son ancien trône. En février 1945, Achille Van Acker remplace Pierlot au poste de Premier ministre.



    La résistance est désarmée et nombre de ses membres, ainsi que quelques Belges restés au pays pendant l’occupation, sont mobilisés dans l’armée belge au sein de 57 «bataillons de fusiliers». Ces bataillons participent à diverses batailles sur le front occidental. Le 8 mai 1945, 100 000 Belges combattent dans les armées alliées.
    En septembre 1944, la 1re Armée, sous les ordres du général Courtney Hodges, libère la région située au sud de Bruxelles et de Maastricht. Alors que deux corps de la Première Armée sont concentrés ailleurs, le VIIIe Corps occupe une longue partie du front de la région au sud de Liège, à travers les Ardennes et jusqu’au Luxembourg. En raison de la longueur du déploiement, la ligne de front du corps est peu défendue, ce qui le rend vulnérable.

    Après quelques mois de calme relatif en Belgique, le 16 décembre 1944, les Allemands lancent l’offensive des Ardennes avec environ un quart de million de soldats. Anvers est l’objectif final de l’offensive allemande, mais les Allemands sont arrêtés juste avant la Meuse, à Celles, près de Dinant. Ils ont ensuite été repoussés par les troupes belges, britanniques et américaines au cours d’une période d’attaques de six semaines. Les villes belges des Ardennes et leurs habitants ont souffert pendant l’offensive : leurs maisons ont été réduites à l’état de ruines et les troupes allemandes ont parfois tiré sur des civils. La Roche-en-Ardenne a été détruite à près de 90 % pendant les combats. Le 4 février 1945, la Belgique a été déclarée libérée des troupes allemandes.
    Dans les six mois qui ont suivi la libération, les villes belges ont été attaquées avec des Vergeltungswaffen. Au total, 2342 fusées – principalement de type V2 – ont touché un rayon de 16 kilomètres autour d’Anvers. Après la guerre, le Corps expéditionnaire allié a rédigé un rapport dans lequel il estimait que les bombes avaient causé 5000 morts et 21 000 blessés, principalement dans les villes d’Anvers et de Liège. Pendant la période qui a suivi la libération, des persécutions ont été menées contre les personnes soupçonnées de collaborationnisme. 56 000 Belges ont été poursuivis sur un total de 400 000 enquêtés. 56 000 Belges ont été poursuivis sur un total de 400 000 enquêtes. Environ 250 ont été exécutés. Malgré sa condamnation à mort, Léon Degrelle a réussi à s’enfuir vers l’Espagne franquiste, où il est resté jusqu’à sa mort en 1994.

    Conséquences et héritage

    Après l’expérience de la Seconde Guerre mondiale, la Belgique abandonne sa neutralité en matière de politique internationale au profit d’une intégration militaire, politique et économique. En 1949, la Belgique a rejoint l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord et a déployé des troupes pour combattre aux côtés des forces des Nations unies lors de la guerre de Corée en 1950. La Belgique a joué un rôle clé dans les négociations avortées sur la création de la Communauté européenne de défense dans les années 1950. La Belgique s’est vu attribuer un secteur de la zone britannique de l’Allemagne de l’Ouest autour de Cologne, qu’elle a occupé à partir de 1945. Les soldats belges sont restés en Allemagne jusqu’au retrait final en 2002.
    Sur le plan économique, la Belgique a adhéré à l’Union économique Benelux en 1948 et est devenue membre fondateur de la Communauté européenne du charbon et de l’acier en 1952. De 1944 à 1960, elle a connu une période de redressement économique rapide, connue sous le nom de «miracle économique belge», en partie grâce au plan Marshall. La crise politique liée au rôle joué par Léopold III pendant l’occupation – et à son éventuel retour sur le trône – a polarisé l’opinion publique belge dans les années qui ont suivi la guerre entre les catholiques – surtout en Flandre, qui souhaitaient le retour du roi – et les socialistes – en Wallonie et à Bruxelles, qui s’y opposaient fermement. Le 16 juillet 1951, à la suite d’un référendum organisé en 1950, le roi a abdiqué en faveur de son fils, Baudouin de Belgique.

    Dans les décennies qui ont suivi la guerre, un grand nombre de monuments publics ont été érigés en l’honneur des soldats belges morts au combat pour la cause alliée. À Bruxelles, de nombreux monuments et rues sont dédiés aux hommes politiques et aux généraux alliés, tels que Franklin D. Roosevelt et Bernard Law Montgomery. Les divers monuments et cimetières associés à la bataille des Ardennes montrent que l’héritage de la guerre était très visible.
    Il existe de nombreuses associations d’anciens combattants (connues sous le nom de «Fraternelle» ou «Amicale») et des villes comme Bastogne sont fréquemment visitées par des anciens combattants d’autres pays. En outre, des musées ont été créés dans toute la Belgique, comme le Musée royal des forces armées et de l’histoire militaire à Bruxelles. En Belgique, l’Holocauste est commémoré par des mémoriaux et des musées. Par exemple, la forteresse de Breendonk a été préservée en tant que musée ouvert au public depuis 1947. Depuis 1995, la négation de l’Holocauste est illégale en Belgique.

    Liens externes

    Similar Posts: