Langue kalix

Langues indo-européennes
Langues germaniques
Langues nordiques
Langue suédoise
Dialectes norrois
Dialectes de Kalix

Le dialecte de Nederkalix (endonyme kölismåle) est un dialecte traditionnel du suédois norrois, parlé dans les paroisses historiques (suédois : socknar) de Nederkalix et Töre, dans l’actuelle municipalité de Kalix dans le Norrbotten en Suède, avec le sami, le finnois, le meänkieli, l’overkalix et le suédois (langue officielle nationale). Comme d’autres langues scandinaves, le dialecte de Nederkalix dérive principalement du proto-nordique et plus tard du vieux norrois, qui était parlé par les immigrants germaniques et les colons à l’époque des Vikings.

Histoire

Alors que l’on sait que les langues sames existent autour de Kalix depuis plusieurs milliers d’années, le dialecte de Nederkalix descend des immigrants germaniques qui sont venus le long de la côte du golfe de Botnie, utilisant des bateaux et vivant de la pêche et de l’agriculture le long des rivières. On pense que les premiers agriculteurs ont occupé les premières terres de la vallée de la rivière Kalix vers 1100 après J.-C., bien qu’il n’y ait pas de dates exactes. Les vallées fluviales de la région étaient plus susceptibles d’être visitées par des expéditions vikings, même si aucune preuve directe n’a été trouvée dans la rivière Kalix.
L’impressionnante église de Kalix a probablement été construite au milieu des années 1400 après J.-C. et témoigne clairement de la population considérable de la société de l’époque ; ses dimensions supposent l’intention de la remplir. La population de l’époque parlait une forme plus ancienne du dialecte de Nederkalix.

Documentation

Les plus anciens manuscrits du dialecte de Nederkalix ont été rédigés en 1879 par Olof Gustav Wiklund, né en 1857 à Nederkalix. Alors qu’il était étudiant à Uppsala, il publia un article qu’il décrivit comme suit : «Le dialecte de Nederkalix est ensuite décrit dans une thèse de l’université d’Uppsala rédigée par Hulda Rutberg en 1924. À l’époque moderne, le dialecte de Nederkalix ne diffère pas beaucoup de ces documents sur le plan grammatical, mais il contient un grand nombre de mots empruntés à l’anglais, au suédois et à d’autres langues.

Pour préserver la langue, la communauté locale a publié plusieurs dictionnaires et, plus récemment, la possibilité d’un cours en ligne (en anglais) pour apprendre la langue a été créée.

La proximité géographique des langues finno-ougriennes

La région autour de la rivière Kalix est la partie la plus orientale de la côte de la baie de Botnie qui a été étendue par les colons germaniques. À l’est se trouve une frontière linguistique, située entre les villages de Säivis et de Sangis, entre le parler Meänkieli et l’endroit où était parlé le dialecte Nederkalix. Les langues sami sont également parlées dans la partie nord. Ces deux langues appartiennent au groupe des langues finno-ougriennes.

Un continuum de dialectes nordiques et germaniques.

Le dialecte de Nederkalix appartient à un continuum dialectal germano-nordique qui s’étend le long de la baie de Botnie et des vallées fluviales de cette région. Dans la partie occidentale, le lulmale, le pitmale, etc. sont traditionnellement parlés dans leurs localités respectives, Luleå et Piteå, et le long de la côte, et sont mutuellement intelligibles avec le dialecte de Nederkalix.

Au nord, le long de la rivière Kalix, cette langue est étroitement liée à la langue Overkalix, qui est elle-même influencée par les langues Sami et Meänkieli dans sa sonorité, mais qui a par ailleurs la même base que le dialecte de Nederkalix. La diminution des contacts entre Overkalix et Kalix s’explique par la formation géographique de la rivière Kalix à Morjärv, qui empêche les villes de rester en contact.

Plus à l’est, on observe des similitudes évidentes entre les langues et dialectes germaniques et l’archipel finlandais. Cela montre que les populations se sont déplacées le long de la côte dans les deux sens.

Phonétique

Selon Rutberg, le dialecte de Nederkalix compte 18 voyelles, 10 voyelles-diphtongues et 29 consonnes. Il se caractérise également par des accents diacritiques, où une voyelle est répétée deux fois. Les verbes «åt å:åk» (aller), les adjectifs tels que «di jåra rö:ö» (ils sont rouges) et d’autres types de mots en sont des exemples.



Grammaire

Outre les similitudes évidentes avec de nombreuses autres langues scandinaves, le dialecte de Nederkalix présente des similitudes grammaticales avec l’allemand. Par exemple, la conjugaison du féminin au datif et au génitif. Il présente également des similitudes avec l’anglais, dans la ressemblance des adjectifs au pluriel et au singulier. En retour, il est possible de retrouver un grand nombre de caractéristiques grammaticales du vieux norrois.

Le dialecte de Nederkalix a trois genres :

Il convient de noter que le genre grammatical ne correspond pas toujours au sexe réel. Il existe de nombreux exemples où la règle ne s’applique pas. Par exemple, «i på:åp» (un père), ou «påp:a» (le père) qui est un mot féminin dans la langue kalix.

Normalement, le nom est utilisé à la forme définie. Exemple : «kölismåle» (dialecte de Nederkalix), «je skå nå:åp i gröut ve bera» – je vais cueillir (les) baies, «kunin jåra ät som kåran» – (les) femmes ne sont pas comme (les) hommes. Cette forme définie spécifique domine dans toutes les langues et dialectes du nord de la Scandinavie.
Le datif diffère de l’accusatif et du nominatif. Par exemple, «Din jär SkåoLa, je siti ini skå:oLn. (il y a l’école, je suis à l’école), ou «je sei tjälarn, he lik na ini tjälaro» (je vois la cave, il y a quelque chose dans la cave).



Il existe plusieurs formes de génitif. Exemple : «Je ha ons Enok bi:l» (j’ai la voiture d’Enok), «je fick bre:ve än Anna» (j’ai reçu la lettre d’Anna), «kLåk:a gran:o» (la montre du voisin).

Les verbes sont conjugués différemment au singulier et au pluriel, par exemple «hån jär» (il est) mais «di jåra» (ils sont), «hö löut se» (elle s’incline) mais «di lö:ut se» (ils s’inclinent).

De nombreux adjectifs sont identiques au singulier et au pluriel, comme en anglais, contrairement à de nombreuses autres langues scandinaves, par exemple «dö:rn jär ipi» (la porte est ouverte) et «doran jåra ipi» (les portes sont ouvertes), «bå : ne jär vötchin» (le bébé est réveillé / l’enfant est réveillé) et «bå:na jåra vötchin» (les enfants sont réveillés / les enfants sont réveillés).

L’orthographe

Dans les premières recherches de Rutberg pour décrire le dialecte de Nederkalix, un alphabet phonétique (suédois : Landsmålsalfabetet), développé par Johan August Lundell en 1878, est utilisé. La forme orthographique la plus courante est cependant une forme modifiée de l’alphabet latin, avec å, ä, ö, un «l» épais, des apostrophes ou des deux points pour marquer les voyelles longues, etc. Les projets linguistiques récents ont utilisé un alphabet phonétique basé sur une version simplifiée de l’Alphabet Phonétique International (API), car il est compatible avec les équipements modernes et clarifie bien la prononciation. L’ancien mode scientifique est cependant la manière la plus précise de décrire les langues scandinaves, et le nouvel alphabet IPA est donc basé sur les descriptions de Rutberg avec l’ancien alphabet phonétique.

Similar Posts: