Ma terre galicienne

«Miña terra galega» («Ma terre galicienne») est une chanson du groupe galicien Siniestro Total, enregistrée et publiée en 1984. Il s’agit d’une reprise de la chanson «Sweet Home Alabama» du groupe américain Lynyrd Skynyrd, l’un des préférés des membres de Siniestro Total, dont les paroles ont été composées par Julián Hernández, le batteur du groupe à l’époque. Comme les autres chansons de Menos mal que nos queda Portugal, la chanson a été enregistrée en septembre 1984 aux studios Trak de Madrid, avec Paco Trinidad comme producteur, et les arrangements ont été réalisés par Hernández lui-même et les autres membres du groupe, Miguel Costas (guitare et chant) et Alberto Torrado (basse). «Miña terra galega» est l’une des chansons les plus connues du groupe et, selon Julián Hernández, l’une des chansons de Siniestro Total ayant la plus grande répercussion, définie comme un hymne.

Composition

Les paroles de la chanson ont été composées par Julián Hernández, le batteur du groupe à l’époque. Selon Hernández lui-même, l’origine de la chanson remonte à une fête organisée à l’Escuela de Caminos de Madrid, où l’un des groupes reprenait Lynyrd Skynyrd. C’est là que Pepo Fuentes, un ami de Hernández et plus tard road manager, cover artist et assistant de production pour Siniestro, a remarqué que l’expression «Miña terra galega» avait le même nombre de syllabes et la même accentuation que «Sweet Home Alabama». Cela incite Hernández à écrire une chanson pour la jouer au Rock Ola de Madrid lors d’un concert prévu quelques semaines plus tard, le 5 mai 1984, dans le but «d’ennuyer les hipsters qui détestent ce genre de rock américain des années 70». Peu après, Hernández se retrouve dans le hall de l’hôtel Riazor de La Corogne et en profite pour écrire les paroles de la chanson sur une serviette en papier, ce qu’il fait en à peine un quart d’heure.

La seule similitude explicite entre les paroles de «Miña terra galega» et celles de «Sweet Home Alabama» se trouve dans le refrain, où l’Alabama «où le ciel est si bleu» est remplacé par la Galice «où le ciel est toujours gris».

Thématique

Le journaliste musical Jesús Ordovás, auteur de Siniestro Total. Apocalipsis con grelos, a décrit la chanson comme «la plus belle chanson à la Galice depuis Nós de Castelao». Elle a également été définie comme «l’hymne non officiel de la Galice». Hernández lui-même dit de la chanson que «c’était comme une carte postale de la Galice, comme une de ces photos avec la Tour d’Hercule, les cornemuseurs et les empanadas», avec divers symboles de la Galice.

Similar Posts: