Macchi M.C.202

Le Macchi M.C.202 Folgore («éclair» en italien) était un chasseur de la Seconde Guerre mondiale, construit par Macchi Aeronautica et exploité par la Regia Aeronautica (RA, Armée de l’air royale italienne). Le M.C.202 a été développé à partir du précédent Macchi M.C.200 Saetta, propulsé par une version italienne construite sous licence du puissant moteur allemand Daimler-Benz DB 601A.

Considéré comme l’un des plus beaux chasseurs ayant volé avec les forces aériennes de l’Axe, le Folgore était également très efficace en combat aérien. L’éminent as australien Clive Caldwell disait que le Folgore pouvait être supérieur au Messerschmitt Bf 109, bien que ce dernier soit mieux armé, le M.C.202 était légèrement armé selon les normes de l’époque, avec seulement deux mitrailleuses de 12,7 mm et deux mitrailleuses de 7,70 mm.

Les avions Macchi conçus par Mario Castoldi recevaient un «C» en guise de lettre de désignation, c’est pourquoi le Folgore était appelé MC.202.

Développement

La décision des autorités militaires italiennes d’adopter des moteurs radiaux signifie que l’industrie aéronautique italienne a échoué dans ses tentatives de développer des moteurs plus puissants basés sur l’architecture des moteurs en ligne refroidis par liquide dans la seconde moitié des années 1930. Cela a contraint les Macchi à s’appuyer sur le vieillissant moteur radial Fiat A.74 pour équiper leur chasseur M.C.200. En 1941, le M.C.200, armé de deux mitrailleuses de 12,7 mm et d’une vitesse de pointe de 504 km/h, était obsolète.
En juillet 1939, la RA passe commande à Reggiane d’un prototype de la Re.2000 équipé du moteur allemand Daimler-Benz DB 601, qui développe 1 175 ch. À l’époque, le moteur italien en ligne le plus puissant ne développe que 660 ch, l’Isotta-Fraschini Asso XI RC.40, conçu en 1936.
Par conséquent, en novembre 1941, Alfa Romeo acquiert la licence de production de la DB 601A.

Entre-temps, en attendant le début de la production chez Alfa Romeo, l’Aeronautica Macchi importe un moteur DB 601A et son chef designer, Mario Castoldi, commence à travailler sur l’adaptation de la Macchi M.C.200 au nouveau moteur. Le M.C.202 qui en résulte effectue son premier vol le 10 août 1940, deux mois après l’entrée de l’Italie dans la Seconde Guerre mondiale. Pour compenser le couple produit, Castoldi rallonge l’aile gauche de 2 dm.

Design

Castoldi, qui a notamment travaillé sur les avions qui ont participé au Trophée Schneider, succède à Celestino Rosatelli en tant que concepteur en chef de la Regia Aeronautica. Sa nouvelle conception est robuste et petite, utilisant des structures conventionnelles mais complexes, basées sur son expérience des constructions en bois, tout en accordant une grande attention à l’aérodynamique (Castoldi est le concepteur du Macchi M.C.72, l’avion le plus rapide du monde à l’époque).
La structure de l’aile et le fuselage étaient de conception métallique conventionnelle, avec un plan vertical et deux empennages profonds, ainsi qu’une aile de conception relativement conventionnelle avec deux mâts et 23 nervures. Toutes les gouvernes, y compris une paire d’hypersustentateurs, étaient recouvertes de tissu. Le train d’atterrissage était standard, avec deux roues rétractables sous les ailes et une non rétractable dans la queue.

La complexité de la structure n’était pas avantageuse pour la production de masse, ce qui se traduisait par une cadence de production très limitée par rapport au Bf 109, qui nécessitait environ 4 500 à 6 000 heures de travail, tandis que le Macchi nécessitait 22 000 heures de travail ou plus.

Le poids à vide du nouveau C.202 (environ 2 350 kg) a été progressivement augmenté au cours de la production et, en raison de l’épaisseur du métal utilisé, il était relativement lourd pour son moteur, bien que cet avion soit toujours considéré comme un poids léger par rapport à d’autres modèles contemporains. La masse du Macchi était supérieure de 300 kg à celle du Me 109E allemand et, par conséquent, le rapport poids/puissance du premier était considérablement inférieur à celui du second, tout comme sa charge alaire. Toutefois, ces lacunes relatives étaient compensées par une aérodynamique raffinée et des commandes de vol bien équilibrées, de sorte que l’agilité et la vitesse de pointe n’étaient pas compromises.
En raison de sa faible capacité d’emport, il n’était armé que de deux mitrailleuses Breda-SAFAT de 12,7 mm, tout comme le Fiat C.R.32 «Chirri», un chasseur biplan conçu en 1933 et équipé d’un moteur de 600 ch. La conception de la mitrailleuse Breda était plus lourde que celle de la Browning M2, sur laquelle elle était basée. Mais la Breda-SAFAT tirait la cartouche 12,7 x 81 SR «Vickers», et non la 12,7 x 99, de sorte que l’énergie résultante du projectile était de 10 000 joules, contre 16 000 joules pour la Browning.

Sa cadence de tir était d’environ 1 080 coups/minute. Les munitions hautement explosives (HE) étaient efficaces contre les structures légères et au moins mortelles contre les avions lourds typiques des années 1940. Les 0,8 g de PETN qu’elles contiennent représentent un dixième de la capacité d’un projectile de 20 mm, et ne sont donc pas très efficaces. Les concepteurs britanniques préféraient utiliser l’explosif dans des projectiles de 20 mm ou plus, tandis que les Américains préféraient les munitions API (Armour-Piercing-Incendiary) avec une charge de produits chimiques incendiaires installée dans les charges explosives.
Initialement, tout l’armement était installé dans le nez, au-dessus du moteur et sur les côtés du moteur. La réserve de munitions était de 800 cartouches au maximum. Une paire supplémentaire de mitrailleuses Breda-SAFAT de 7,70 mm a été ajoutée aux ailes, dans la série VII, mais ces mitrailleuses et leurs ceintures de 1000 cartouches augmentaient le poids de l’avion de 100 kg. Un mécanisme de synchronisation permettait aux mitrailleuses de tirer entre les pales de l’hélice, au prix d’une perte de 25 % de leur cadence de tir.

La masse et le volume sont concentrés dans la partie avant du fuselage, qui abrite l’armement principal et le moteur Alfa Romeo R.A. 1000 RC41I ou RC44I «Monsone» (Daimler-Benz DB601Aa / A-1 produit sous licence). Derrière le moteur et sous les caisses de munitions des mitrailleuses de 12,7 mm se trouvait le réservoir de carburant de 270 litres.



Le cockpit n’était pas pressurisé. Le reste du fuselage abritait la radio, le réservoir d’oxygène et les mécanismes de commande de vol, ainsi que le réservoir de réserve de 80 litres, qui, avec les réservoirs de 40 litres sur chaque aile et le réservoir principal, totalisait 430 litres de carburant.

Variantes

Comme son prédécesseur, le M.C.200, le M.C.202 n’a connu que quelques modifications au cours de sa vie. A partir de la série VI, le chasseur reçut de nouvelles ailes, préparées pour recevoir les 2 mitrailleuses Breda-SAFAT de 7,70 mm. Un appareil (numéro de série MM 91974) fut également équipé d’une paire de canons automatiques de 20 mm montés dans les nacelles.

Opérateurs

(Macchi M.C.202 avec Daimler-Benz DB 605)

Histoire opérationnelle

La Folgore fut mise en production avec des moteurs DB 601Aa importés, tandis qu’Alfa Romeo s’occupait de la production de la version sous licence appelée R.A.1000 R.C.41 Monsone. En raison des retards initiaux dans la production des moteurs, Macchi décide de compléter certaines cellules M.C.202 en tant que M.C.200 avec le moteur radial Fiat. Quoi qu’il en soit, à la fin de 1942, le Folgore est le chasseur le plus nombreux de la Regia Aeronautica.



Les livraisons des premiers appareils de série, les M.C.202 Series I, à une unité spécialement formée, la 1st Stormo C.T., à Udine, commencèrent au cours de l’été 1941 et, en novembre, les M.C.202 firent leur apparition sur le front libyen. En outre, ils ont été employés sur le front de l’Est, avec le M.C.200 entre 1941 et 1943, et ensemble ils ont obtenu un bilan de 88/15. Après l’armistice italien, le 8 septembre 1943, ils ont été utilisés comme formateurs par la République Sociale Italienne (Repubblica Sociale Italiana, ou RSI). Après la guerre, deux unités ont servi d’entraînement à l’école de pilotage de Lecce jusqu’en 1947.
Le M.C.202 hérite de son prédécesseur la résistance à l’usure et la rapidité de réaction de ses commandes de vol. L’aérodynamisme offert par le moteur en ligne lui permet de développer des vitesses élevées à haute altitude, suffisamment pour que les pilotes soient confrontés au phénomène alors inconnu de la compressibilité. Bien qu’il puisse engager efficacement le Hawker Hurricane, le P-38 Lightning, le P-39 Airacobra, le P-40 et même le Supermarine Spitfire à basse altitude, l’efficacité de l’avion au combat dépend de la faiblesse de son armement.

Le Macchi équipait les principales escadres de chasse (Stormo) : 1, 4 et 51. Bien que déployé à la mi-1941, le M.C.202 n’est entré en action qu’à la fin de l’automne, lorsque de nombreux Macchi ont affronté des Hurricane britanniques au-dessus de Malte.
Dans l’après-midi du 30 septembre 1941, trois M.C.202 du 4e Stormo interceptent l’un des fréquents raids des Hurricanes, au-dessus de l’aérodrome de Comiso en Sicile. Le lieutenant Lintern est abattu par le Sottotenente (sous-lieutenant) Frigerio et est parachuté au nord de Gozo. Une mission de recherche et de sauvetage est lancée depuis Malte avec un chasseur-bombardier Fairey Fulmar et cinq Hurricane, mais Lintern n’est jamais retrouvé. Pour ne rien arranger, les Macchi attaquent à nouveau et le lieutenant Luigi Tessari et le sergent Raffaello Novelli abattent le Fulmar. L’équipage réussit à se poser en catastrophe en mer et est secouru par des hydravions.
Le 26 novembre 1941, lors de l’opération Crusader, 19 Folgore du 9e Gruppo, 4e Stormo sont envoyés en Afrique pour répondre à l’offensive britannique. Menés par les capitaines Larsimont (97e Squadriglia) et Viglione Borghese (96e), 10 de ces appareils italiens volent à 5 000 m et battent une force d’Hurricane MK II des 229e et 238e Squadrons. Les Britanniques prennent pour cible les M.C.202 des deux capitaines, mais ceux-ci parviennent à regagner leur base de Martuba. Trois avions britanniques sont abattus et un autre s’écrase à l’atterrissage. Un pilote est tué et les deux autres parviennent à regagner leur base de Tobrouk, l’un d’eux conduisant un char italien qu’il a trouvé dans le désert. Les Italiens revendiquent huit victoires et les Britanniques deux (correspondant aux chasseurs italiens perdus). Le maréchal Bastico envoya ses félicitations aux pilotes Macchi.

En 1942, les M.C.202 et les Me 109 combattent les forces alliées dans le ciel d’Afrique du Nord. Au moment de l’offensive de Rommel à Tobrouk, le 5e escadron aérien basé en Afrique du Nord disposait de trois escadres de Macchi : la 1re avait 47 M.C.202 (40 opérationnels), la 2e 63 M.C.200 (52) et la 4e 57 (47). Ces appareils, associés aux 32 bombardiers CANT Z.1007, constituaient l’une des plus puissantes forces de chasse déployées par l’Italie pendant la guerre et représentaient près d’un dixième de la production totale du Folgore.
Entre-temps, quelques M.C.202 sont envoyés sur le front de l’Est, en Union soviétique, pour remplacer les M.C.200 obsolètes. Plusieurs d’entre eux effectuent des raids sur Malte, prenant un avantage initial (avec les Me 109) sur les Hurricane qui y sont basés. Au printemps 1942, le porte-avions USS Wasp apporta les premiers Spitfire à Malte, et la supériorité aérienne de l’Axe commença à basculer du côté des Alliés. Les Spitfire participent également à l’opération Harpoon, en combattant les Sea Hurricane. À la fin de l’année, la puissance croissante des Alliés est irrésistible et, après la défaite de Malte et d’El-Alamein, la dernière unité opérationnelle de l’Axe perd la supériorité aérienne sur la Méditerranée.
Ils continuèrent à voler pendant la retraite vers la Tunisie, puis dans la défense de la Sicile, de la Sardaigne et de l’Italie face à des forces de plus en plus importantes. Le Macchi des groupes, basé à l’aérodrome de Korba, a connu beaucoup d’action. Obligé de concentrer 40 M.C.202 (des 7e et 16e, 54e Stormo) sur un terrain d’aviation en Tunisie le 8 mai 1943, presque tous furent abattus au sol par des Spitfire. Une photographie de l’époque montre une douzaine d’appareils (1% de la production totale de 1940-41) sur un terrain d’aviation abandonné, gravement endommagés ou cannibalisés pour fournir des pièces de rechange à ceux qui pouvaient encore voler. Comme aucun avion de transport n’était disponible, les appareils survivants qui ont décollé le lendemain transportaient deux hommes dans le cockpit, le pilote et un mécanicien. Seuls quelques-uns (cinq du 7e et six du 16e) sont réparés le 10 mai et s’échappent vers l’Italie. L’un d’entre eux au moins, piloté par le lieutenant Lombardo, est détruit et les deux hommes à l’intérieur sont blessés lors de l’atterrissage en catastrophe sur une plage près de Reggio Calabria.
Les autres participèrent à la défense de la Sicile, de la Sardaigne et de Naples. Les résultats furent médiocres et des Bf 109, des Macchi M.C.205 et des Fiat G.55 remplacèrent les M.C.202 dès que possible. Beaucoup d’entre eux servirent également à l’Aviazione Cobelligerante Italiana et certains furent convertis en M.C.205. D’autres servirent d’entraînement à l’Aeronautica Nazionale Repubblicana, l’armée de l’air de la République sociale italienne, et à la Luftwaffe. La Suisse a commandé cet appareil, mais aucun n’a été livré. Cependant, 18 ont été livrés à la Légion des forces aériennes croates (Hrvatska Zrakoplovna Legija), une unité des forces aériennes de l’État indépendant croate (Zrakoplovstvo Nezavisne Države Hrvatske), pour être utilisés contre la RAF et l’USAAF au-dessus de la Croatie au milieu de l’année 1944.

Après le bombardement des industries Macchi (1944), la carrière de combat des M.C.202 et M.C.205 était presque terminée. Après la guerre, cependant, quelques appareils survivants, ainsi que quelques M.C.205 et quelques M.C.202 convertis, ont été livrés à l’Egypte. Au total, 45 M.C.205 furent envoyés, mais les 31 M.C.202 convertis furent armés de deux mitrailleuses Breda-SAFAT. Certains d’entre eux volèrent contre Israël et restèrent en service jusqu’en 1951.

L’industrie italienne produisit environ 1 200 M.C.202 en 11 séries entre 1941 et 1943. Macchi en produisit 392, les autres étant finis sur les lignes de production de Breda et de SAI Ambrosini.



Spécifications (C.202CB Séries IV-VIII)

Données de référence : Cattaneo 1971 et Green et Swanborough 2001.

Similar Posts: