Martín de Redín

Martín de Redín y Cruzat (Pampelune, 23 octobre 1590 – La Valette, Malte, 6 février 1660) était une personnalité militaire et politique espagnole qui devint Grand Maître de l’Ordre de Malte.

Biographie

Troisième fils, sur neuf, de Carlos de Redín, seigneur de la maison de Redín et baron de Bigüezal, marié en 1582 à Isabel de Cruzat Esparza y Artieda.

Il est né dans le palais familial qui se trouve actuellement au numéro 37 de la Calle Mayor de Pampelune et qui est utilisé comme conservatoire de musique. Ses frères sont Juan (né en 1584), Miguel (né en 1588), Carlos (né en 1595), qui hérite du titre de baron de son père en 1625, et Tiburcio (né en 1597).

Le père est issu d’une maison de moyenne noblesse, possédant un «palais de caporal d’artillerie» dans la ville de Redín (vallée de Lizoáin, merindad de Sangüesa), ce qui, pendant les guerres civiles de la Navarre du XVe siècle, signifiait son appartenance à l’Agramontesa. Cependant, Carlos de Redín fit une carrière militaire au service de Philippe II et servit en Flandre et en Italie, et participa à la bataille de Lépante sous les ordres d’Álvaro de Bazán. Il est également mentionné comme conseiller des vice-rois de Navarre.

Martín de Redín étudie les lettres et la philosophie au collège jésuite de Pampelune, fondé en 1580, tout comme son frère Miguel, de deux ans son aîné.
En 1609, il fit profession de chevalier de l’Ordre de Malte, probablement aidé par ses parents maternels Luis Cruzat et Miguel Cruzat, qui se succédèrent comme Grand Prieur du Royaume de Navarre : le premier de 1570 à 1591, et le second de 1591 à 1602. La présence des Chevaliers Hospitaliers en Navarre était ancienne et étendue, ce qui lui permit de recruter un grand nombre de membres, plus que les autres ordres militaires castillans.

En 1631, il est nommé Grand Prieur des San Juanistes de Navarre, y compris la seigneurie des villes de Fustiñana, Cabanillas et Ribaforada. Il reste en fonction jusqu’en 1652.

Pendant son séjour à Pampelune, il réalise des travaux de construction et de fortification des murailles dans la zone nord, près de la cathédrale, dans la zone connue sous le nom de «El Redín».

En 1638, il participe au siège de Fuenterrabía et charge ensuite José Moret, considéré comme le premier chroniqueur de Navarre, de rédiger l’ouvrage De obsidione Fontirrabiae, qui sera imprimé à Lyon en 1655. Cette commande avait pour but d’étayer ses mérites dans ses aspirations futures.

En 1641, il est présent au siège d’Olivenza, au Portugal, à l’aube de l’indépendance portugaise, et est membre de l’Ordre de Malte.

Membre de l’Ordre de Malte, il est maître des champs en Navarre et en Catalogne. Nommé grand prieur de Navarre en 1641, il est nommé vice-roi de Sicile en 1656. Avec l’appui de la diplomatie espagnole, il est élu Grand Maître de l’Ordre, malgré l’opposition de l’Inquisiteur de Malte, partisan du candidat français.
En 1646, en tant que Grand Prieur de Navarre, les Cortes de Navarre, en tant que membre de la branche ecclésiastique, le nomment à la Députation permanente.

Il dirige l’Ordre du 17 août 1657 au 6 février 1660. Malgré la brièveté de son mandat, l’île de Malte bénéficia considérablement de son règne. Il crée un corps de 4 000 mousquetaires et ordonne la construction de 13 tours de guet, encore connues aujourd’hui sous le nom de tours Redin.



Il entreprend également la fortification de l’île, payant à ses frais les soldats qui gardent les forts. Grâce à ses relations avec la vice-royauté de Sicile, il obtint des provisions et des vivres pour nourrir les Maltais, qui étaient dans le besoin à l’époque.

Bibliographie

Similar Posts: