Nestor notabilis

Le kéa (Nestor notabilis) est une espèce d’oiseau psittaciforme de la famille des Strigopidae endémique de la Nouvelle-Zélande. Il habite la zone alpine de l’île du Sud, bien qu’il ait habité les deux îles dans le passé.

Taxonomie

Décrit en 1856 par John Gould. Son genre (Nestor) ainsi que le kakapo (Strigops habroptilus) (tous endémiques à la Nouvelle-Zélande) étaient traditionnellement considérés comme faisant partie de la famille des Psittacidae, bien qu’ils soient maintenant considérés comme une superfamille à part entière : Strigopoidea.

Cette superfamille est l’une des trois qui composent l’ordre des Psittaciformes, les deux autres étant les Cacatuidea (des cacatoès) et les Psittacoidea (des perroquets typiques). La famille des Strigopidae est subdivisée en deux tribus, les Nestorini et les Strigopini, qui ne comptent chacune qu’un seul genre, Nestor et Strigops, respectivement.

La famille des Strigopidae a évolué de manière isolée pendant une très longue période, lorsque la région de la Nouvelle-Zélande s’est séparée du Gondwana, avant le Cénozoïque, il y a 80 millions d’années, avant la radiation des psittacidés et même avant la propagation des mammifères, dont la période d’évolution est plus longue que celle des psittacidés. Plus tard, il y a environ 650 000 ans, des psittacidés d’autres familles ont atteint la région à partir de la faune australasienne.

Description

C’est un grand perroquet, mesurant environ 46 cm. Il est vert olive, avec une aile inférieure et des couvertures inférieures rouge vif. Le bec, le cerveau, les yeux et les pattes sont brun foncé. Les sexes sont semblables, mais le mâle est plus grand que la femelle et pèse environ 1000 g, alors que la femelle pèse environ 800 g ; en outre, le mâle a une mandibule supérieure plus longue. Les juvéniles ont le dessus de la tête pâle, la cire, l’anneau oculaire et le bec jaunes.

Distribution et habitat

Endémique de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande, bien qu’il y ait des traces fossiles de sa présence dans l’île du Nord, et que quelques individus errants soient occasionnellement trouvés dans les montagnes de Tararua.

Il habite les hautes montagnes, soit dans les zones forestières, soit dans les prairies et les broussailles. Il descend souvent dans les plaines côtières des Alpes occidentales de Nouvelle-Zélande. Le kéa est l’une des rares espèces de perroquets capables de vivre dans les régions alpines.

Comportement

Le kéa est grégaire, audacieux et curieux, se rassemblant en groupes de cinq à quinze individus. Il a un vol puissant et acrobatique et joue en volant.
Ce perroquet doit son nom au son qu’il émet, à savoir un «keee-a» fort et aigu. Par coïncidence, en anglais, la langue la plus couramment utilisée en Nouvelle-Zélande, ce son est le même que celui du mot chaos. Ce cri strident est émis en vol. Ils utilisent également des sifflets et des cris, dont l’un est caractéristique et ressemble au son d’un rire humain court et aigu.
Il est facile de les apercevoir dans les stations de ski, les décharges et les parkings des régions alpines, où ils constituent l’un des centres d’attraction. Cet oiseau a un comportement audacieux, joueur et curieux ; on l’a vu endommager des voitures en arrachant les bandes de caoutchouc des vitres et des essuie-glaces avec son bec puissant, et même en crevant les pneus des voitures.

Le kéa se nourrit de graines, de fruits, d’insectes et même de charognes. Il a acquis une mauvaise réputation de tueur de moutons, mais bien qu’il se nourrisse de moutons morts ou qu’il puisse tuer un mouton malade, il y a très peu de cas d’attaques sur des moutons en bonne santé. Les agriculteurs affirment que ce perroquet se perche sur le dos d’un mouton et commence à lui picorer la peau, causant de graves blessures. De nombreux fermiers ont été irrités et une chasse impitoyable contre ce perroquet espiègle a commencé, tuant jusqu’à 150 000 perroquets, ce qui menace sérieusement leur existence.

La saison de reproduction commence en juillet et dure jusqu’en mars. Les kéas commencent à se reproduire lorsqu’ils ont plus de trois ans. Le mâle est souvent polygame. Ils construisent leur nid dans des trous dans le sol, sous des troncs et dans des cavités entre les rochers dans des moraines non fonctionnelles, ce qui est rare chez les perroquets qui pondent habituellement leurs œufs dans des trous dans les arbres. Le nid est fait de brindilles, d’herbes, de mousses et de lichens, et peut continuer sa construction pendant plusieurs années.
Entre juillet et janvier, ils pondent de 2 à 4 œufs (généralement 4) mesurant 44×33 mm. La femelle couve seule pendant 23-24 jours, période pendant laquelle le mâle est chargé de la nourrir. Les jeunes s’émancipent après 90-100 jours de soins parentaux.



Statut de conservation

Les menaces comprennent le saturnisme dû à l’ingestion de matériaux de construction, l’écrasement par les automobilistes dans les zones touristiques, et de nombreuses personnes les abattent encore parce qu’ils sont considérés comme une nuisance, et les prédateurs tels que les chats sauvages, ainsi que la destruction des habitats où vit le perroquet.

Similar Posts: