Oh Young-su

Oh Yong-su (11 février 1914 – 15 mai 1979) était un écrivain sud-coréen.

Biographie

L’écrivain coréen Oh Young-su est né à Onyang, dans la province de Gyeongsang du Sud, le 11 février 1914, et a fréquenté une école traditionnelle confucéenne pendant son enfance. Il a terminé ses études primaires en 1928 et, quatre ans plus tard, s’est rendu au Japon pour suivre un programme intensif au lycée de Niniwa, dont il est sorti diplômé en 1935. Il entre ensuite à l’université de Nihon pour étudier l’ingénierie, mais il est atteint de la maladie du béribéri et doit quitter l’université pour retourner en Corée. Il est retourné au Japon en 1937, mais est parti plus tôt que prévu pour éviter de s’enrôler dans l’armée impériale japonaise. À son retour en Corée, il se rend en Mandchourie, destination habituelle des Coréens désireux d’échapper à la domination coloniale japonaise. Quelque temps plus tard, il retourne en Corée et se marie en 1942. Ses parents meurent peu après : sa mère en 1943 et son père en 1944. En 1945, il s’installe à Kijang, où il travaille comme professeur au lycée pour filles de Kyongnam, près de Busan. En 1954, il s’installe à Séoul pour participer à la préparation de la première édition de la revue Modern Literature, dont il devient rapidement le rédacteur en chef, jusqu’à ce qu’un ulcère le contraigne à arrêter en 1966. Après sa démission, il tombe gravement malade et, accablé par le paiement des taxes sur sa maison, il déménage de Séoul à Uidong. Après une opération chirurgicale au cours de laquelle les deux tiers de son estomac ont été enlevés, il est confiné chez lui et retourne finalement à Gyeongsang du Sud, où il meurt à Ulsan en 1979.

Travail

Ses premières œuvres sont des poèmes pour enfants, qu’il publie lors de son premier voyage en Corée, entre 1935 et 1937, dans les journaux Chosun Ilbo et Dong-a Ilbo. En 1949, il publie sa première histoire de fiction, «Nami and the Candy Man» (Nami et le marchand de bonbons), dans le magazine New World. Peu après, il publie «Wild Grapes», qui remporte un prix du journal Seoul Shinmun, et en 1952, il publie «Uncle» dans le Soldiers’ Literary Bulletin (Sabyong Mungo) et «Hwasan’s Wife» dans Literary Arts (Munye). De 1954 à 1966, en tant que rédacteur en chef du magazine Modern Literature, il a contribué à près de 30 récits, dont «Spring Awakening», «Migratory Birds» et «The Island Girl». Il a également écrit pour d’autres publications, notamment la nouvelle «A Death at the Mill». En 1955, il reçoit le prix de l’Association de littérature coréenne et, en 1959, le prix de littérature Asian Liberty. En 1968, il publie une anthologie de son œuvre, cinq volumes contenant 90 récits. Trois ans avant sa mort, il publie sa sixième anthologie, Twilight. En 1978, il publie sa dernière anthologie de nouvelles et reçoit un prix de l’Académie des arts et la médaille du mérite culturel du gouvernement.

Acclamations de la critique

Ses œuvres sont courtes et laconiques, et sa réputation critique a décliné au fil des ans. Hwang Sun-won l’a décrit comme démodé, évasif et dépourvu de conscience historique ou nationale. En fait, ses œuvres ne sont jamais ouvertement politiques et il ne juge pas les systèmes politiques ou économiques, mais même ainsi, ses œuvres saisissent ce que ces systèmes signifient pour les gens ordinaires.

Similar Posts: