Oropesa del Mar

Oropesa del Mar (en valencien Orpesa et officiellement Orpesa/Oropesa del Mar) est une commune de la Communauté valencienne, en Espagne. Elle est située sur la côte de la province de Castellón, dans la comarca de Plana Alta. Elle compte 10 184 habitants (INE 2022).

Géographie

Située dans la région de Plana Alta, elle se trouve à 23 kilomètres de la capitale provinciale. La commune est traversée par l’autoroute de la Méditerranée (AP-7) et la route nationale N-340, entre les km 991 et 999, ainsi que par une route locale qui la relie à Cabanes. Le relief de la commune est défini par la chaîne de montagnes d’Oropesa, à l’ouest et au sud-ouest, et par la forte descente vers la plaine côtière, où l’on trouve de nombreuses plages et de petites criques naturelles. Dans la plaine côtière, il y a quelques collines comme El Bovalar (151 mètres) et Tossal Gros (108 mètres). L’altitude varie entre 422 mètres (El Puntal), dans la Sierra de Oropesa, et le niveau de la mer. Le quartier historique s’élève à 35 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Les agglomérations suivantes font également partie de la commune d’Oropesa del Mar.

Histoire

L’histoire d’Oropesa del Mar, avec sa position stratégique, a été un centre d’attraction pour de nombreuses cultures. On y trouve des vestiges du paléolithique et de l’époque ibérique. Il existe des preuves que les premiers habitants d’Oropesa del Mar se sont installés dans la «Serra del Senyor ou Serra d’Orpesa» au Paléolithique inférieur. Par la suite, des vestiges historiques indiquent que ces colons ont fini par occuper des zones de la commune, telles que : la partida del Coniller, el Pou del Provenir ou les Catalanetes, où l’on trouve du matériel humain de différentes époques.

Il existe des preuves de l’existence d’établissements de l’âge du bronze, comme El Tossal Redó, une fortification côtière située dans la Serra d’Orpesa, ainsi que Orpesa la Vella, située au sud de l’actuelle plage de La Concha, sur un promontoire rocheux au-dessus du niveau de la mer. Cet établissement avait un périmètre fortifié, ce qui suggère qu’il s’agissait d’un village important à l’époque. Dans la commune, des poteries et des amphores de l’époque ibérique ont été trouvées dans différents sites de la région, indiquant une longue occupation de la zone, et plus de 171 drachmes officielles d’Ampurias, avec lesquelles les troupes romaines étaient financées, ont également été trouvées dans l’actuelle Cala Retor. Dans la zone de Las Playetas, des vestiges d’amphores et de poteries romaines ont été trouvés.
Il est probable qu’après la deuxième guerre punique, la commune ait été sous contrôle romain.
Il existe des preuves évidentes qu’Orpesa était une colonie arabe à l’époque post-visigothique. Abu Abd Allah Muhámmad Aldrisi, cartographe, géographe et voyageur, mentionne la ville dans ses écrits. À la fin du XIe siècle, elle est conquise par Rodrigo Díaz de Vivar, avant d’être reconquise par les Arabes quelques années plus tard.

Avant la conquête, en 1169, elle fut concédée à l’Ordre du Temple par Alphonse II d’Aragon.
En 1233, Jacques Ier d’Aragon conquit son château, qui couronne la partie haute de la ville. Après la conquête, l’Ordre de l’Hôpital prit possession du château et un commandant, Fra Ramón de Ciri, lui fut assigné.

En 1259, il passa aux mains de Fernando Pérez de Pina, qui le conserva jusqu’à la fin du siècle. En 1296, il devint la propriété de Berenguer Dalmau, qui l’hérita de son fils Guillem. Vers 1330, il passe à Guillem Jàver et, en 1350, Pere de Tous en est le seigneur et reste dans cette famille jusqu’à la fin du XVe siècle. En 1497, Joan de Cervelló l’achète et ses fils en héritent. En 1589, une charte municipale lui est accordée pour améliorer la situation des habitants, puis une nouvelle en 1609. En 1654, Philippe IV créa le titre de comte de Gerard de Cervelló, titre qui obtint la grandeur d’Espagne en 1727. Par mariage, il est passé aux comtes de Fernán-Núñez en 1821.
Ville chrétienne, elle était fréquemment attaquée par les pirates berbères, ce qui explique qu’au XVIe siècle, la Torre del Rey (Tour du Roi) ait été construite pour surveiller la côte. C’est dans cette ville que, pendant la guerre des Germanies, l’armée d’Estellés a été vaincue par le duc de Segorbe. En octobre 1811, elle a opposé une forte résistance à la conquête de la localité par l’armée française du maréchal Suchet, et le château d’Oropesa a été détruit.

Démographie

Au cours des XIXe et XXe siècles, la population a augmenté régulièrement : 856 habitants en 1900 et 2671 en 1994.

Le développement du secteur touristique lui a donné un fort élan démographique ces dernières années, notamment avec la construction du macro complexe touristique de Marina d’Or. L’immigration étrangère a également augmenté. En 2010, Oropesa del Mar comptait 10 787 habitants (bien qu’en 2008 elle ait atteint un maximum de 11 245 habitants). En 2019, elle compte 9076 habitants selon les données officielles de l’INE.

Economie

Entre les montagnes et la côte, il y a une bande de terre cultivée occupée par des orangers et des légumes. Dans les zones non irriguées, on trouve des amandiers, des oliviers et des vignes, dont les raisins sont utilisés pour produire le célèbre vin muscat.
Le secteur touristique prédomine sur les autres. Le macro-complexe touristique Marina d’Or, Ciudad de Vacaciones se distingue, situé sur le littoral de la commune, en direction de Cabanes et accessible par le Camino Latall, qui maintient les cultures typiques de la région dans les terres cultivées.



Transports

La ville dispose d’une gare ferroviaire où s’arrêtent les trains de longue et moyenne distance, dont la fréquentation augmente pendant la période estivale.

Patrimoine

Orpesa La Vella. Village ibérique vieux de plus de deux mille ans. Il était composé d’une petite population qui vivait principalement de la pêche. Il est situé entre les criques d’Orpesa la Vella et de Retor, à quelques mètres du port de plaisance. Il s’agit actuellement d’une propriété privée que l’on ne peut voir que derrière les clôtures qui la délimitent.

Gastronomie

Oropesa propose une gastronomie qui associe les produits de la mer à ceux de ses vastes cultures maraîchères. Parmi les plats typiques de la ville, citons : le riz dans toutes ses variétés, comme la paella, le riz noir, l’arroz caldoso, l’arrosejat et le riz au four, ainsi que la fideuá, la caragolada (escargots) et l’oropesina, une sucrerie typique à base d’amandes.



Politique

María Araceli de Moya Sancho (2021-) (Cs)

Similar Posts: