Pamplona (Colombie)

Pamplona est une municipalité colombienne, située dans le département du Norte de Santander. Elle était la capitale de la province de Pampelune et son économie est basée sur la gastronomie, l’agriculture, le tourisme (en particulier le tourisme religieux) et l’éducation. Elle est connue sous le nom de «ville mitrée» car elle était le siège de l’archidiocèse de Nueva Pamplona, le premier diocèse catholique de la région nord-est du pays. L’université de Pampelune, l’une des principales universités publiques de la région, a son campus principal dans la ville. Sa population est de 59 422 habitants (2020).

Elle est située dans la Cordillère orientale des Andes colombiennes, à une altitude de 2200 m, dans la partie sud-ouest du Norte de Santander. Son étendue territoriale est de 1 176 km² et sa température moyenne est de 14 °C. Elle est bordée au nord par Pamplonita, au sud par Cácota et Chitagá, à l’est par Labateca et à l’ouest par Cucutilla. Elle est reliée par des routes nationales aux villes de Cúcuta, Bucaramanga, Bogotá et Arauca.

Pamplona est un nœud routier stratégique et le centre de l’est de la Colombie, puisque c’est d’ici, à l’époque coloniale, que sont parties les expéditions qui ont fondé les capitales des départements colombiens d’Arauca, de Norte de Santander et de Santander, ainsi que des États vénézuéliens de Táchira et de Mérida, et qu’elle est donc reconnue comme la ville fondatrice des villes.

Histoire

Pedro de Ursúa et le capitaine Ortún Velázquez de Velasco fondent la ville le 1er novembre 1549 et la nomment «Pamplona de Indias», en hommage et en mémoire de la ville espagnole de Pamplona. Le roi Charles Ier d’Espagne lui a accordé le titre de «Très noble et très noble ville» par sa charte royale du 3 août 1555.

Cela s’est passé dans une magnifique vallée appelée vallée du Saint-Esprit (parce qu’elle a été découverte la veille de la Pentecôte, selon Maldonado et al. (1983)), entourée de hautes collines et de températures froides et humides, par 136 aventuriers. La ville d’Ursúa, comme on l’appelle habituellement, a été divisée en cent trente-six parcelles de terre pour chacun des fondateurs de l’époque.

Encadrée par la Cordillère orientale, Pamplona s’enorgueillit de la beauté de sa petite vallée, endormie par la douce berceuse de sa rivière Pamplonita, celle-là même qui a bercé de ses flots les berceaux de ses habitants ancestraux, les Chitareros, les Muiscas, les Cacheguas, les Suratáes, les Uchamas, les Babichas et d’autres encore.

Les premiers maires de Pampelune furent Alonso de Escobar et Juan Vasques ; et les premiers échevins furent Juan de Alvear, Andrés de Acevedo, Hernando de Mescua, Juan de Tolosa, Sancho de Villanueva, Juan Andrés, Juan Rodríguez Suárez, Pedro Alonso, Juan de Torres et Beltrán de Unsueta : «Généalogies d’Ocáriz».

C’est de là que partirent les expéditions qui fondèrent, entre autres, les villes de Mérida, San Cristóbal et La Grita, au Venezuela, et Ocaña, Salazar de Las Palmas, Chinácota, San Faustino, Bucaramanga et San José de Cúcuta, en Colombie.
Les habitants de l’actuelle province de Pampelune étaient appelés chitareros par les Espagnols, car les hommes avaient l’habitude de porter à la taille un calabazo ou totuma avec de la chicha ou du vin de maïs, comme l’appelaient les Espagnols. Lorsqu’on leur demandait comment s’appelait la personne qu’ils portaient, ils répondaient qu’il s’agissait d’un chitarero.

Lorsque la région fut occupée par Pedro de Ursúa et Ortún Velasco de Velázquez en 1549, ils réduisirent les premiers colons au système de l’encomienda. Selon le chercheur Jaime Jaramillo Uribe, une centaine de groupes ou capitanejos ont été répartis en 53 encomiendas sur l’ensemble du territoire. Le 16 janvier 1644, vers 5 heures du matin, la ville fut dévastée par un terrible tremblement de terre, après quoi, sous la direction des frères jésuites, la ville de Pampelune fut reconstruite (Maldonado et al., 1983).

Située sur une importante route commerciale entre le Nouveau Royaume de Grenade et la Capitainerie du Venezuela, avec des terres d’une merveilleuse fertilité et des gisements d’or à Montuosa et Vetas, elle devint l’un des territoires les plus riches de la colonie, rivalisant uniquement avec la province de Socorro, ce qui contribua à la faire considérer comme un axe politique et administratif de la couronne espagnole dès l’époque de la conquête.
Elle méritait l’appellation de «ville patriote», comme l’appelait le libérateur Simón Bolívar, pour avoir été pionnière de la révolution néo-granadienne en proclamant son indépendance le 4 juillet 1810, en la personne de Doña Águeda Gallardo de Villamizar (liberté qui fut finalement déclarée le 31 juillet de la même année avec une assemblée provisoire), et plus tard, entre 1819 et 1821, pour avoir contribué notamment avec des ressources humaines et économiques aux actes libérateurs de la Colombie et du Venezuela. Pampelune» était aussi importante que Bogota.



En 1910, avec la création du département du Norte de Santander, elle a été incluse dans sa juridiction politique, devenant partie intégrante de la province de Pamplona, qui à son tour est composée des municipalités de Cácota de Velasco, Cucutilla, Chitagá, Labateca, Mutiscua, Pamplonita, Toledo et Silos.

Sur le plan culturel, il convient de souligner un certain nombre d’activités qui dépassent les niveaux national et international et qui font de la ville étudiante un épicentre touristique qui mérite d’être partagé : la Semana Mayor, qui, avec les fêtes de Mompox et de Popayán, est la plus importante du pays.

Pamplona appartient à la région sud-ouest du département, avec les municipalités de Pamplonita, Chitagá, Silos, Cácota et Mutiscua.
Au sein de l’agglomération, elle se distingue par son centre historique (déclaré monument d’intérêt national par le décret 264 de 1963), elle est depuis longtemps le principal centre éducatif de l’est de la Colombie et de Táchira et Mérida au Venezuela, ce qui lui vaut d’être cataloguée comme une ville étudiante ayant un grand impact sur l’enseignement universitaire de la région. Elle se distingue également par la solennité de ses célébrations religieuses, des événements qui attirent de nombreux habitants d’autres régions du pays et de Táchira, au Venezuela.

Pampelune est connue sous le nom de «ville aux mille titres», en raison de ses nombreux surnoms, dont les suivants : «Ciudad Mitrada», «La Atenas del Táchira» et «La Atenas del Táchira» : Ciudad Mitrada, La Atenas del Norte, Ciudad de las Neblinas, Pamplonilla la Loca, Ciudad Estudiantil, Ciudad Patriota, Muy noble y muy hidalga ciudad, Ciudad de Ursúa, etc.



Géographie

Elle est située à 72°39′ de longitude à l’ouest de Greenwich et à 7°23′ de latitude au nord. Elle se trouve à 2200 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Pamplona est bordée au nord par Pamplonita et Cucutilla, au sud par les municipalités de Cácota et Mutiscua, à l’est par Labateca et à l’ouest par Cucutilla. Elle a une extension totale de 456 km.

Sur le plan administratif, elle est composée de deux corregimientos et de 30 veredas. Elle compte deux rivières : Pamplonita et Sulasquilla, ainsi que leurs affluents respectifs : El Alisal, La Ramada, Quelpa, San Agustín, Monteadentro et La Lejía.
Elle est composée des villages suivants :
Cariongo, Alto Grande, Caima, Alizal, Santa Ana, El Rosal, Ulagá, Fontibón, Monteadentro, El Zarzal, Navarro, San Agustín, Chínchipa, Chilagaula, Peñas, Cúnuba, Tampaqueba, Iscaligua, Cimitarigua, García, Chíchira, Jurado, Escorial, Sabaneta, el Palchal, Llano Castro, Tencalá, San Francisco, Sabagúa, Alcaparral.

La commune est située sur la chaîne montagneuse orientale, à la bifurcation du grand Nudo de Santurbán, où il se divise en deux branches : l’une qui se dirige vers le nord-est en direction du territoire vénézuélien et l’autre qui se dirige vers le nord-ouest pour former la chaîne montagneuse de la Serranía de los Motilones.

La province de Pamplona est un groupe de municipalités entourant Pamplona, la cinquième ville du département de Norte de Santander.



Les municipalités qui composent cette petite conurbation sont les suivantes :
Pamplonita, Chitagá, Silos, Cácota et Mutiscua. Son centre principal se trouve à 75 km de Cúcuta.

Économie

L’économie de la ville repose principalement sur l’éducation, car elle abrite l’université de Pampelune : des milliers d’étudiants sont logés et nourris, et sont les principaux consommateurs des boîtes de nuit et des cybercafés qui ont proliféré au cours des dernières années en raison de la forte demande.

En ce qui concerne la production agricole, la pomme de terre est le principal produit, suivie des fraises, de l’ail, du blé, de la morue, du maïs, des haricots, des pois et des carottes. En ce qui concerne la production animale, on trouve des bovins, des porcs, des poissons, des lapins et des volailles.



Soins d’urgence

Pamplona dispose d’un corps de pompiers volontaires et de membres de la protection civile colombienne. Les pompiers volontaires de Pampelune, dirigés par le capitaine Julio Cesar Espinosa Cerrano, répondent à tous les types d’urgences dans la province de Pampelune. Les numéros d’urgence sont le 119 ou le 5683320.

Liens externes

Gouvernement

L’éducation

Organisations à but non lucratif

Culture



Similar Posts:

    None Found