Parti démocratique (Argentine)

Le Parti démocratique (PD), anciennement connu sous le nom de Parti national démocratique (PDN), est un parti politique de droite en Argentine. Il est également souvent appelé Parti conservateur et est considéré comme le successeur du Parti national autonomiste (PAN), qui a disparu en 1916. Il est composé de six partis de district qui existaient auparavant : Partido Demócrata de Buenos Aires, Partido Demócrata de la Capital Federal, Partido Demócrata del Chaco, Partido Demócrata de Córdoba, Partido Demócrata de Mendoza et Partido Demócrata de San Luis, ainsi que d’un statut provisoire à San Juan et Santa Fe, et d’un statut provincial à Misiones.

Il a été fondé en 1931 et dissous après 1957. Après sa désintégration en 1957, divers partis de district et nationaux se sont considérés comme les successeurs politiques, idéologiques et même institutionnels du PDN historique.

Le parti a formé la Concordancia, une alliance politique avec l’Unión Cívica Radical Antipersonalista et le Partido Socialista Independiente qui a gouverné l’Argentine entre 1932 et 1943, une période de l’histoire argentine connue sous le nom de Década Infame ou Restauration conservatrice, remise en question par la proscription de l’Unión Cívica Radical, l’utilisation ouverte et massive de la fraude électorale et le niveau élevé de corruption. Au cours de cette période, le dirigeant du PDN, Ramón S. Castillo, a été président de la nation en 1942-1943, en raison du décès du président radical Roberto M. Ortiz, dont il était le vice-président. Un autre dirigeant du PDN, Julio Argentino Roca (fils), a été vice-président de la nation entre 1932 et 1938.
Le Parti national démocratique s’est organisé sur la base des partis libéraux-conservateurs provinciaux, caractérisés par leur hétérogénéité idéologique, sans jamais s’articuler comme une force cohésive au niveau national. Il s’est organisé comme «une alliance flexible de forces conservatrices provinciales», chacune avec de fortes caractéristiques locales. Parmi ses leaders historiques, outre ceux déjà mentionnés qui ont accédé au ticket présidentiel, figurent Guillermo Rothe du Partido Demócrata de Córdoba, Antonio Santamarina et Rodolfo Moreno du puissant Partido Conservador de Buenos Aires, Ricardo Videla et Gilberto Suárez Lago du Partido Demócrata de Mendoza et Robustiano Patrón Costas du Partido Demócrata Progresista de Salta.
Il a commencé à s’effacer en tant que force nationale après avoir échoué à rejoindre l’Union démocratique au niveau national en 1946, lorsqu’il a changé de nom pour devenir le Parti démocratique. Néanmoins, le parti a survécu au niveau local dans certaines provinces, comme le Partido Demócrata de Mendoza ou le Partido Demócrata de la Capital Federal, et a connu une brève période faste sous la Federación de Partidos de Centro entre 1959 et 1966. La structure nationale n’a pas réussi à se consolider et les partis de district qui en faisaient partie ont repris leur indépendance, notamment l’Union conservatrice, le Parti démocratique de Mendoza, le Parti démocratique de San Luis et le Parti conservateur populaire. Ce dernier a promu une politique d’alliance avec le péronisme et le frondisme qui lui a permis de remporter les élections présidentielles de mars 1973, au cours desquelles son leader, Vicente Solano Lima, a été élu vice-président de la nation. Pour sa part, le Parti démocratique de Mendoza a conservé une force électorale considérable, remportant le poste de gouverneur de cette province en 1961 et 1963, les élections législatives de 1997, faisant partie du Front Cambia Mendoza, qui a remporté les élections de 2015, et obtenant à plusieurs reprises une représentation au Congrès national.

En 2018, six partis de district appelés «Démocrates» – dans certains cas fondateurs du PDN historique – qui se considèrent comme des continuateurs du PAN et du PDN, et en général de la tradition libérale-conservatrice argentine, ont obtenu la reconnaissance en tant que parti national sous le nom de «Partido Demócrata» (Parti démocratique).
Après sa refondation en 2018, le Parti démocrate rejoint l’alliance Juntos por el Cambio lors des élections présidentielles de 2019, qui porte le ticket présidentiel Mauricio Macri – Miguel Ángel Pichetto. En 2022, le parti annonce qu’il soutiendra la candidature présidentielle de Javier Milei, appartenant à l’espace La Libertad Avanza, mais l’un des partis de district appartenant au PD (Partido Demócrata de la Ciudad Autónoma de Buenos Aires) maintiendra son soutien à Juntos por el Cambio. Sur les six districts qui composent le parti, Mendoza concentre 78,8 % des personnes affiliées.

Histoire

La promulgation en 1912 de la loi Saenz Peña sur le vote secret et obligatoire a provoqué un changement politique majeur en Argentine, conduisant à l’avancée notable et à l’accès au pouvoir de l’Union civique radicale et au recul et à la fragmentation des forces libérales-conservatrices. Le coup d’État de 1930, qui a renversé le gouvernement constitutionnel dirigé par le leader du radicalisme, Hipólito Yrigoyen, a installé au pouvoir une dictature qui a interdit l’Union civique radicale, en particulier le yrigoyénisme, pour laisser place à un système électoral frauduleux.
Dans ces conditions, les forces conservatrices forment un parti national, le Parti national démocratique (PDN), qui forme à son tour une coalition, la Concordancia, avec le secteur anti-yrigoyéniste du radicalisme, l’Union civique radicale anti-personnaliste, et un secteur du socialisme, le Parti socialiste indépendant (Partido Socialista Independiente). La Concordancia remporte les élections de 1931, entachées de fraudes et de proscription du radicalisme, et le PDN accède au pouvoir.
Dès lors, le PDN se renforce autour des structures de l’État et du développement d’un réseau d’influences régionales et communales composé d’avocats orateurs et de caudillos rémunérés. Cependant, face à la réaction hostile des citoyens aux mécanismes de fraude patriotique de la Décennie de l’infamie, le PDN voit ses sphères d’influence se rétrécir. La défaite des démocrates cordouans en novembre 1935 face au radicalisme du caudillo Amadeo Sabattini, la présidence du radical Roberto Marcelino Ortiz à partir de 1938 à la tête de la Concordancia et l’intervention fédérale dans la province de Buenos Aires en 1940 pour expulser le gouverneur Manuel Fresco, chef de la plus grande force conservatrice du pays, ont conduit à l’éviction progressive des dirigeants démocratiques du gouvernement au profit des radicaux anti-personnalistes. La situation s’est partiellement inversée en 1940, lorsque la mort du président Ortiz (un radical anti-personnaliste) a permis au vice-président démocrate Ramón Castillo d’assumer la présidence jusqu’à la fin de son mandat.
L’impopularité du président Castillo, les rumeurs selon lesquelles le futur président, Robustiano Patrón Costas, déclarerait effectivement la guerre à l’Axe, et la tentative de certains radicaux de se rallier à la candidature du ministre de la guerre Pedro Pablo Ramírez, et sa demande consécutive de démission du président, ont conduit au renversement de Castillo par un coup d’État le 4 juin 1943, connu sous le nom de Révolution de 1943, dirigé par les généraux Pedro Pablo Ramírez et Arturo Rawson.

Après le coup d’État, les partis politiques sont dissous par le décret national 18409/43, et les forces conservatrices se divisent entre des personnalités plus libérales qui s’opposent au gouvernement, comme Rodolfo Moreno et Antonio Santamarina, et des personnalités plus nationalistes, comme Manuel Fresco, qui décident de collaborer avec le régime. D’autres décident de s’exiler, comme Rodolfo Moreno qui, depuis l’Uruguay, accuse le nouveau gouvernement d’être nazi-fasciste. Cette situation d’acéphalie institutionnelle a poussé des milliers de membres de la province de Buenos Aires à envoyer leur démission et les secteurs intermédiaires (caudillos locaux) attendaient dans les coulisses.
Le comité du parti se réunit en session le 19 juillet 1945, où il est décidé de nommer une commission de réorganisation présidée par Laureano Landaburu et enfin, le 16 janvier 1946, de renouveler le comité national (qui sera présidé par Landaburu). La dictature militaire convoque des élections libres pour le 24 février 1946. Deux coalitions de partis présentent des candidats : l’Unión Democrática – dirigée par l’Unión Cívica Radical – et la coalition péroniste composée de trois partis nouvellement créés : le Partido Laborista, l’Unión Cívica Radical Junta Renovadora et le Partido Independiente. Le Parti national démocratique a demandé à rejoindre l’Union démocratique, mais l’UCR ne l’a pas accepté, raison pour laquelle il a dû se présenter seul, sans candidat à la présidence. Malgré les efforts répétés du parti communiste en faveur de l’adhésion du PDN à l’UD, la position du parti radical est décisive et met les conservateurs dans une situation difficile qui se reflète dans la convention nationale du parti, tenue le 16 janvier 1946.
Le 16 janvier 1946, la convention nationale du parti se réunit pour décider s’il présentera ses propres candidats aux prochaines élections. Un secteur dirigé par Vicente Solano Lima a l’intention de désigner son propre candidat à la présidence, tandis qu’un autre secteur dirigé par Antonio Santamarina et José Aguirre Cámara appelle à soutenir et à voter pour le ticket José P. Tamborini/Enrique Mosca de l’Unión Democrática. Finalement, après un débat houleux, il a été décidé de donner carte blanche à tous les districts. Dans des districts comme la province de Buenos Aires et Cordoba, de nombreux membres de la deuxième ligne de direction du parti, en raison de leur position anti-radicale historique, finiront par rejoindre les rangs du péronisme. Certains d’entre eux, comme les dirigeants de Buenos Aires, formeront le Parti Indépendant, dirigé par Juan Filomeno Velazco et Alberto Teisaire. Les divisions au sein du parti sont telles qu’il obtient de très mauvais résultats aux élections de 1946, n’obtenant que 7,64 % des voix au niveau national. Cependant, dans certaines provinces, le Parti démocratique obtient de meilleurs résultats, comme à Cordoba, Mendoza et San Luis, voire triomphe aux élections, comme lors des élections gubernatoriales à Corrientes. Malgré cela, le PDN a obtenu deux députés nationaux, Reynaldo Pastor et Justo Díaz Colodrero.
La victoire de Perón aux élections a conduit le Parti national démocratique à tenir une conférence le 21 juin 1946 où, après avoir analysé la situation, il a été décidé de nommer un nouveau conseil de réorganisation composé d’un délégué par district. Un conseil d’administration est constitué, composé de Rodolfo Corominas Segura, Vicente Solano Lima, Reynaldo Pastor, Justo Díaz Colodero et Oscar Rebaudi Basavilbaso. Le comité national a délégué ses fonctions à cette commission. C’est à cette époque que, sur ordre du gouvernement, les partis politiques ne peuvent plus utiliser l’expression «nacional» dans leur nom. Ainsi, à partir du 22 juillet 1946, le Partido Demócrata Nacional est contraint d’abandonner «Nacional» et devient, après plus de quinze ans d’existence, le Partido Demócrata (PD) a secas. Avant les élections de 1948, les autorités du Parti démocrate ont voulu s’assurer que le décret 11976, adopté le 30 mai 1945, qui réglementait le statut des partis politiques et stipulait qu’aucun parti politique ne pouvait former son nom avec des noms de personnes ou des dérivés d’une personne ou avec une référence à l’Argentine ou à la question nationale, était pleinement respecté. La commission électorale de 1948 autorise le parti péroniste à se présenter. Le PD, déterminé à faire tout ce qui est en son pouvoir pour que le décret soit pleinement appliqué, a fait appel devant la Cour suprême de justice, qui a également jugé la contestation irrecevable.
Le Parti démocratique réorganisé décide de présenter ses propres candidats aux élections législatives de mars 1948, sauf dans la capitale fédérale et à Jujuy. Au niveau national, il n’obtient que 93 012 voix en raison de la polarisation entre péronisme et anti-péronisme, qui se traduit par la prépondérance du parti péroniste en tant que parti au pouvoir et de l’Union civique radicale en tant que seule force d’opposition capable de le battre aux élections.

La commission de réorganisation conclut sa réorganisation le 28 août 1948 en nommant un nouveau comité national dont le conseil d’administration est composé de Reynaldo Pastor, Adolfo Vicchi, Justo Díaz Colodero, Eduardo Paz, Aurelio Acuña, Felipe Yofre, Justo G. Medina, Enrique Patrón Costas, Enrique Patrón Costas, Enrique Patrón Costas et Enrique Patrón Costas. Medina, Enrique Patrón Costas et Oscar Rebaudi Basavilbaso, respectivement en tant que président, vice-président et secrétaire. Le 15 octobre de la même année, le Comité national proclame son abstention aux élections à l’Assemblée constituante de 1948 et publie un manifeste dans lequel il dénonce l’absence de liberté d’expression, l’impossibilité d’accéder aux médias, l’utilisation de tous les leviers du pouvoir au service du gouvernement et les obstacles à la propagande et à l’action politique des partis d’opposition.

Face à de graves défaites électorales, la convention nationale présidée par Rodolfo Martínez à Cordoue le 30 mars 1951 se réunit en congrès jusqu’au 1er avril de la même année, où est élaboré un programme qui servira de base idéologique aux conservateurs jusqu’à la fin du XXe siècle. Dans sa déclaration de principes, il affirme ce qui suit.
Suite à la réélection de Reynaldo Pastor dans sa province, il est ratifié pour un second mandat en tant que président national du parti le 30 juin 1951. Le 1er septembre, la convention du parti présente le ticket Reynaldo Pastor-Vicente Solano Lima aux élections présidentielles. Pendant la campagne, le général Menéndez tente de renverser le gouvernement et des centaines d’opposants sont emprisonnés. Ces actions conduisent le député Reynaldo Pastor à démissionner de son poste le 23 décembre de la même année.

Le 10 mars 1952, Pastor informe la commission nationale des conditions de sa rencontre avec le président Perón, qui a remporté les élections cette année-là. Cela provoqua une grande agitation au sein du parti, qui conduisit à la démission de Pastor de son poste de président, ainsi que des membres du bureau exécutif. Finalement, le 15 avril, un nouveau conseil de réorganisation est ordonné, présidé par Adolfo Vicchi avec Conrado Etchebarne comme vice-président. Vicchi est convoqué à Buenos Aires pour le mitraillage et le bombardement de la Place de Mai le 16 juin 1955. Selon le département des recherches historiques de l’Archivo Nacional de la Memoria, il était prévu – si le coup d’État était réussi – de former un triumvirat civil composé de Vicchi, figure de proue du parti démocratique, de Miguel Angel Zavala Ortiz, leader de l’U.C.R. et d’Américo Ghioldi, leader du parti socialiste.
Depuis sa prison, Federico Pinedo envoie une lettre au ministère de l’Intérieur dans laquelle il affirme que le gouvernement et l’opposition doivent prendre des mesures communes pour parvenir à la pacification du pays. José Aguirre Cámara, de Córdoba, s’y oppose farouchement et prend la tête de la tendance abstentionniste au sein du parti. Le parti se divise entre Abstentionnistes et Concurrencistes avant les élections vice-présidentielles de 1954. Après la mort du vice-président Hortensio Quijano en 1952, certains districts soulèvent la candidature du conservateur bonaerense Benito de Miguel. Felipe Yofre prend la présidence du parti avec les districts Concurrencista. Le climat politique, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, ne s’améliore pas et la situation ne semble pas changer jusqu’aux événements du 16 septembre 1955.

En 1955, le PD soutient le coup d’État qui renverse le gouvernement constitutionnel de Juan Domingo Perón et fait partie du gouvernement militaire qui s’appelle Revolución Libertadora (1955-1958), en intégrant son conseil consultatif national composé de quatre membres : José Aguirre Cámara, Rodolfo Corominas Segura, Adolfo Mugica et Reinaldo Pastor.
Une commission de réorganisation nationale, nommée par une loi du 17 juillet 1955, tente de réunifier le parti démocratique. Présidée par Rodolfo Corominas Segura, sa réorganisation dure jusqu’au 31 mai 1956. Le 28 octobre, la dictature militaire convoque une réunion consultative nationale au cours de laquelle le parti démocratique nomme Rodolfo Corominas Segura, José Aguirre Cámara, Reynaldo Pastor et Adolfo Mugica. Le débat entre «concurrencistes» et abstentionnistes s’intensifie, Solano Lima gagnant du terrain parmi les premiers et parmi les anciens conservateurs de la province de Buenos Aires qui, en 1945, ont migré vers le péronisme, promettant amnistie, trêve et pacification. Cependant, après d’âpres débats au niveau national, le secteur abstentionniste l’emporte.



Le 17 juillet 1956, Rodolfo Corominas Segura démissionne suite aux déclarations de Solano Lima appelant à une amnistie pour le péronisme. Enfin, Oscar Rebaudi Basavilbaso prend la présidence et intervient dans la province de Buenos Aires, ce qui amène Solano Lima à rompre avec le parti et à fonder le Partido Conservador Popular (Parti conservateur populaire).

En 1956, le Parti démocratique se désintègre en ses anciens partis fondateurs, avec la réapparition du Parti libéral démocratique de San Luis sous la direction de Pastor et de l’Union provinciale de Salta. Dans la province de Buenos Aires, vers juin 1957, un nouveau parti conservateur se sépare du parti démocratique avec Emilio J. Hardoy à sa tête.
Lors de la Convention constituante de 1957, les conservateurs sont devenus le troisième parti le plus puissant, mais se sont fragmentés en plusieurs partis, raison pour laquelle ils ont cherché à former un bloc «Centre» au parlement. In the province of Buenos Aires Emilio J. Hardoy became a member of the Constituent Convention for the Partido Conservador de Buenos Aires, Pablo González Bergez for the Partido Demócrata de Buenos Aires, in Catamarca Felipe E. Ponferrada for the Partido Demócrata Conservador Popular-Partido Demócrata, in Chaco Benito Palamedi for the Partido Demócrata Conservador Popular, in Córdoba José Aguirre Cámara, José Antonio Mercado and Manuel E. Paz for the Partido Demócrata de Córdoba, in the province of Chaco Benito Palamedi for the Partido Demócrata Conservador Popular, in Córdoba José Aguirre Cámara, José Antonio Mercado and Manuel E. Paz for the Partido Demócrata de Córdoba. Paz pour le Partido Demócrata de Córdoba, à Corrientes Evaristo López et Pedro Obregón pour le Partido Demócrata Autonomista-Conservador Popular, à Entre Ríos Justo Germán Medina pour le Partido Demócrata de Entre Ríos, à Mendoza Adolfo Vicchi et Emilio Jofré pour le Partido Demócrata de Mendoza, à Salta Francisco M. Uriburu Michel pour le Partido Unión Provincial et à San Luis Reynaldo Pastor et Guillermo Alberto Belgrano Rawson pour le Partido Demócrata Liberal. Malgré cela, le PD ne parvient pas à maintenir son unité et les conservateurs se présentent aux élections présidentielles du 23 février 1958 avec trois listes différentes : celle du Parti démocratique, composée d’Héctor González Iramain (ancien socialiste et l’un des fondateurs du Parti socialiste indépendant) et de Carlos Aguinaga, celle du Parti démocratique conservateur avec Reynaldo Pastor et Martín Aberg Cobo et la faction du Parti conservateur populaire composée de Solano Lima et d’Alfredo Massi. Arturo Frondizi a remporté les élections avec le soutien du péronisme.
Après les élections et compte tenu de la dispersion des forces qui composaient le Parti démocratique, la plupart des forces conservatrices provinciales se sont regroupées le 8 novembre 1958 avec la fondation de la Fédération nationale des partis du centre, qui a approuvé à cette date le nom de la fédération, sa charte et son programme. Le nouveau groupement est organisé sous la forme fédérative. Par conséquent, les autorités nationales du parti n’avaient pas le pouvoir d’intervenir dans les entités nationales, qui cessaient d’être des «districts» d’un parti et devenaient des partis indépendants rattachés à une entité supérieure. La Fédération, comme tous les autres partis politiques argentins, a été supprimée par la dictature du général Juan Carlos Onganía, qui a pris le pouvoir en 1966 sous le nom de Révolution argentine.

En 1983, à l’occasion de l’effondrement de la dictature, sous le nom de Processus de réorganisation nationale, après la guerre des Malouines de 1982, plusieurs partis provinciaux qui avaient formé le Parti démocratique historique et la Fédération des centres se sont réunis pour créer un parti national sous le nom de Concentración Demócrata (Concentration démocratique).
Le Rassemblement démocratique était composé des partis suivants : Parti démocratique de la capitale fédérale (Jorge Rodríguez Vivanco, Carlos Ure, Roberto Azzareto, Alberto González Allende, Federico Pinedo), Parti démocratique de la province de Buenos Aires (Julio Cueto Rúa), Union conservatrice de la province de Buenos Aires (Eduardo Aranda Lavarello, Hilario Muruzábal), Parti du centre de Tucumán (Manuel Avellaneda, Rafael Bulacio), Parti démocratique d’Entre Ríos (Alberto Saffores), Partido Demócrata Liberal de San Luis, Partido de Centro de San Juan, Partido Demócrata de Jujuy (Julio van Gaester, Héctor Sánchez Iturbe), Partido Demócrata de Catamarca (Francisco Acosta, Jorge Ponferrada), Unión Provincial de Salta (Freddy Saravia, Antonio Guzmán Pinedo), Partido Demócrata de Santiago del Estero (Jaime Verdaguer Gonzáles) et Partido Demócrata de Mendoza (Francisco Gabrielli, Horacio Arnout). Son président était José Manuel Avellaneda de Tucumán.

Lors des élections présidentielles de 1983, Concentración Demócrata faisait partie de la coalition Alianza Federal, qui présentait le ticket présidentiel de Francisco Manrique et Guillermo Belgrano Rawson, qui a obtenu 0,70 % des voix et aucun électeur, et n’a pas réussi à obtenir de députés ou de sénateurs. L’alliance a été dissoute après les élections.



Refondation et actualité 2019

En 2019, six partis de district, dont certains fondateurs du PDN historique, ont obtenu la reconnaissance d’un parti national sous le nom de «Partido Demócrata», bien qu’il se présente aussi officiellement comme Partido Demócrata Nacional. Les six partis de district qui composent le PD sont le Partido Demócrata de Córdoba, le Partido Demócrata de Mendoza, qui rassemble 90 % du total des membres, le Partido Demócrata de San Luis, le Partido Demócrata de Buenos Aires, le Partido Demócrata de la Capital Federal et le Partido Demócrata del Chaco. Carlos Balter a été élu le 14 décembre 2019 à la présidence du parti, premier président du Partido Demócrata Nacional depuis le départ de Reynaldo Pastor en 1951.

Lors des élections présidentielles de 2019, il faisait partie de l’alliance Juntos por el Cambio, avec le président Mauricio Macri comme candidat à la réélection.

En 2020, le PD abandonne les alliances de district avec Juntos por el Cambio, à l’exception de la capitale fédérale, et conclut lors des élections de 2021 des alliances avec le front Avanza Libertad à Buenos Aires, présentant également ses propres candidats à Córdoba. Le 22 avril 2022, il convoque une conférence de presse à Mendoza, avec le dirigeant national Javier Milei, au cours de laquelle il annonce que le parti soutient sa candidature à l’élection présidentielle de 2023.
Le 7 décembre 2022, le parti a élu de nouvelles instances pour la période 2022-2025, reconduisant Carlos Balter à la présidence et élisant la députée Victoria Villarruel au poste de secrétaire générale.

Représentants

Président : Javier Milei



Président : Javier Milei Constanza Moragues Santos

Présidente : Mercedes Llano Mercedes Llano

Président : Guillermo Mosso Guillermo Mosso

Résultats des élections

1935 (S)



(D) et (S)

1941 (S)

(D) et (S)

1949 (S)

(D) et (S)



1961 (S)

1966 (S)

(D) et (S)



1986 (S)

(D) et (S)

1992 (S)

(D) et (S)

1998 (S)

Similar Posts: