Parti du programme socialiste de Birmanie

Le Parti du programme socialiste de Birmanie (Burmese : မြန်မာ့ဆိုရှယ်လစ်လမ်းစဉ်ပါတီ ; ) était un parti politique birman créé en 1962 sous le régime militaire de Ne Win. Il est devenu le seul parti légal du pays entre 1964 et 1988, date à laquelle il a été dissous à la suite de l’inauguration d’un nouveau gouvernement après le coup d’État qui a suivi le soulèvement populaire de 1988.

Histoire

Le PPSB a été fondé le 4 juillet 1962, suite à la proclamation de la «Voie birmane vers le socialisme» par le Conseil de l’Union révolutionnaire le 30 avril 1962. Cette forme de socialisme constituait l’idéologie politique et économique du Conseil, qui avait pris le pouvoir à la suite d’un coup d’État militaire le 2 mars de la même année. Les dirigeants du parti étaient :
Le parti s’est lancé dans un programme de gouvernement dans lequel convergent les influences socialistes et bouddhistes. En janvier 1963, une brochure a été publiée en birman et en anglais, intitulée Special Features of the Socialist Programme Party of Burma (Caractéristiques spéciales du Parti du programme socialiste de Birmanie). Cette brochure établit des distinctions entre l’idéologie du PPSB et celles des partis sociaux-démocrates ou communistes bourgeois. Selon la publication, le PPSB rejette les croyances et les pratiques des partis sociaux-démocrates, qui postulent que le socialisme peut être construit par des méthodes parlementaires (avant même la présentation de la voie birmane vers le socialisme, le Conseil révolutionnaire avait déjà aboli par décret le parlement créé après l’adoption de la Constitution de 1947, arguant que la démocratie parlementaire n’était pas appropriée pour la Birmanie). La publication souligne que, bien qu’il y ait beaucoup à apprendre des doctrines de Marx, Engels et Lénine, elles ne doivent pas être considérées comme parole d’évangile, avec un accent particulier sur les adhérents du Parti communiste de Birmanie, qu’elle considère comme de vulgaires matérialistes.
Quelques mois plus tard, le PPSB a rendu publique son idéologie dans un livre, publié à nouveau en birman et en anglais, intitulé The System of Correlation between Man and his Environment, communément appelé Innya myinnya («Corrélation»), dans lequel il entrelace les préceptes bouddhistes et socialistes dans ce qui est appelé la voie birmane vers le socialisme. L’un de ses passages les plus marquants, tiré d’un vieux dicton populaire birman, est le suivant : «On ne peut se permettre d’être moral que si l’on a l’estomac plein», une phrase qui a touché une corde sensible, en particulier chez les travailleurs qui tentent de gagner leur vie dans des conditions économiques de plus en plus défavorables. L’État, sous l’orbite du Parti et par l’intermédiaire du Comité pour la construction d’une économie socialiste, entreprend la nationalisation de toutes les entreprises. Un article du magazine américain Newsweek, publié en février 1974, décrit la voie birmane vers le socialisme comme un amalgame illogique de bouddhisme et de marxisme.

Unipartisme

Le 23 mars 1964, le Conseil de l’Union publie un décret intitulé «Loi pour la protection de l’unité nationale», par lequel tous les partis politiques – à l’exception du PPSB – sont abolis et leurs biens expropriés. Cette loi a été abrogée le jour même de l’arrivée au pouvoir du Conseil d’État pour la paix et le développement, le 18 septembre 1988.
La Constitution de la République socialiste de l’Union de Birmanie, entrée en vigueur en 1974, a établi le leadership du PPSB dans la vie politique du pays. L’article 11 stipule que «l’État adopte un système de parti unique. Le Parti du programme socialiste de Birmanie est le seul parti et dirigeant de l’État». Ce texte ne fait en réalité que formaliser ce qui se passe déjà depuis une dizaine d’années.

Tous les fonctionnaires de tous les secteurs, y compris les médecins, les enseignants, les ingénieurs, les scientifiques, les directeurs d’industries et d’entreprises nationalisées, ainsi que les administrateurs civils, ont été contraints de suivre trois mois d’endoctrinement politique et d’entraînement militaire de base à l’École centrale de formation du peuple à Hpaunggyi, et ont été logés dans des casernes militaires. Cette formation a commencé au début des années 1970. Le service de renseignement militaire et son armée d’informateurs ont servi de police secrète pour détecter et réprimer toute opposition politique.

Mass Party

En 1971, le PPSB simplifie et encourage l’adhésion afin de devenir un parti de masse. Au cours de la décennie précédente, il existait trois types d’adhésion : le premier type ou niveau était celui de sympathisant ou d'»ami du parti» (Pati meik-Swei). Le deuxième type ou niveau était celui de membre alternatif ou provisoire (Ayan pati-win) et le troisième type était celui de membre à part entière (Dinn-pyei pati-win) du PPSB. Selon les règles de l’époque, une fois qu’une personne devenait membre à part entière, elle ne pouvait pas démissionner du Parti, sauf pour des raisons de santé ou d’autres raisons extraordinaires. Le PPSB a continué à être dominé par une aile militaire et, en 1972, plus de la moitié de ses 73 369 membres à part entière étaient des membres de la police ou de l’armée. Maung Maung était le seul civil notable dans les échelons supérieurs du parti. Une organisation nationale de la jeunesse du parti, connue sous le nom de Lanzin Lu Nge, a été créée en 1984. Les étudiants étaient tenus d’y adhérer. Son équivalent dans les écoles était le Sheizaung Lu Nge, qui s’inspirait des gardes rouges et des jeunes pionniers.

Avant de se transformer en parti de masse, le PPSB organise quatre séminaires, dont le dernier entre le 6 et le 11 novembre 1969.

Des congrès extraordinaires se sont également tenus en :
À chaque congrès ordinaire du parti, de juin 1971 à octobre 1985, Ne Win a été élu président. Chaque congrès élisait également entre 150 et 200 membres du Comité central, tandis que les congrès suivants élisaient un Comité exécutif d’environ 10 à 15 membres, équivalent au Politburo classique des États socialistes, bien que ce terme n’ait jamais été utilisé.

Purge

En novembre 1977, une purge interne a été menée, qui a inclus des membres du comité central du PPSB. Ce processus est perçu comme une lutte de pouvoir entre deux factions opposées : d’une part l’aile militaire et d’autre part l’aile comprenant d’anciens rebelles communistes, désormais enrôlés dans les rangs du PPSB. Des milliers de personnes ont été victimes de cette purge, principalement celles qui sympathisaient avec la gauche politique en général ou avec le communisme en particulier.

Crise et dissolution

Un congrès extraordinaire du PPSB se tient du 23 au 26 juillet 1988, réunissant 1280 délégués. Dans son discours d’ouverture, le président du parti, Ne Win, prend la nation par surprise en annonçant sa démission de la direction du PPSB et en «assumant la responsabilité indirecte des événements tristes et sanglants de mars et juin 1988», au cours desquels de nombreux étudiants et civils ont été réprimés et abattus par la police militaire dans le cadre de manifestations pacifiques contre le régime.

Le congrès a accepté les démissions du président Ne Win et du vice-président San Yu, mais a rejeté celles du secrétaire général Aye Ko, du secrétaire général adjoint Sein Lwin et du membre du comité exécutif central Tun Tin, et Sein Lwin a été élu et nommé nouveau président du parti. La nomination de Sein Lwin, largement perçu comme le principal responsable de la fusillade et du meurtre de plus de 100 étudiants à l’université de Yangon le 7 juillet 1962, peu après l’arrivée au pouvoir de Ne Win, ainsi que des meurtres d’étudiants et de civils en mars et juin 1988, qui lui ont valu l’épithète de «boucher de Yangon», a suscité de nombreuses protestations dans le pays.

Le congrès extraordinaire a également rejeté la proposition de Ne Win d’organiser un référendum national. L’élection de Sein Lwin à la présidence du parti et le refus du PPSB d’évoluer vers un système multipartite ont de nouveau provoqué des manifestations de masse, auxquelles les commandants militaires ont répondu par une répression intense entre le 8 et le 12 août 1988, au cours de laquelle des centaines de manifestants ont été tués dans de nombreuses villes du pays. Ce jour-là, Sein Lwin a démissionné de ses fonctions de président du parti et de chef de l’État. Après l’élection de Maung Maung par le comité central comme président du parti le 19 août, le parlement l’a élu président de l’État un jour plus tard. Cette décision a provoqué une intensification des révoltes anti-gouvernementales.
Le 10 septembre 1988, au cours d’un congrès extraordinaire convoqué à la hâte, le PPSB a décidé d’appeler à des élections multipartites et a adopté le lendemain une résolution prévoyant la tenue des élections dans un délai de 45 à 90 jours. Le lendemain, le parlement adopte une résolution prévoyant la tenue des élections dans un délai de 45 à 90 jours. Cependant, des manifestations de masse se poursuivent à Rangoon et dans le reste du pays, exigeant la démission du gouvernement dirigé par Maung Maung et la mise en place d’un gouvernement intérimaire neutre chargé de superviser les élections. Le 18 septembre 1988, le Conseil d’État pour la paix et le développement (PPSB), dirigé par le chef d’état-major général, le général Saw Maung, a exécuté un coup d’État, mettant fin à ce qui allait être connu plus tard comme le soulèvement de 8888. Le 24 septembre, le PPSB se rebaptise Parti de l’unité nationale (Taing-yintha Silone Nyi-nyut-yay). Le 27 mai 1990, des élections multipartites sont organisées pour la première fois. Le PUN ne remporte que 10 des 485 sièges de l’Assemblée nationale.



Similar Posts: