Poire blanche de Chine

Pyrus × bretschneideri (ou Pyrus bretschneideri), la poire ya ou la poire blanche chinoise (en chinois, 白梨 ; pinyin, báilí), est une espèce hybride interspécifique de poire originaire du nord de la Chine, où ses fruits comestibles sont largement cultivés.

Des données récentes de génétique moléculaire confirment une certaine parenté avec la poire de Sibérie (Pyrus ussuriensis), mais elle peut également être classée comme une sous-espèce de la poire de Chine Pyrus pyrifolia.

Avec les cultivars de P. pyrifolia et de P. ussuriensis, le fruit est également appelé poire nashi. Ces poires très juteuses, de couleur blanche à jaune clair, contrairement aux poires Nashi ( P. pyrifolia ) rondes qui sont également cultivées en Asie de l’Est, ont une forme plus proche de la poire européenne (Pyrus communis), étroite vers l’extrémité du pédoncule. La «Ya Li» (en chinois, 鸭梨 ; pinyin, yālí), littéralement «poire canard» en raison de sa forme de colvert, est une plante largement cultivée en Chine et exportée dans le monde entier. Les poires ont une saveur similaire à celle d’une poire de Bosc, douce mais croquante, avec une teneur en eau plus élevée et une teneur en sucre plus faible.

Étymologie et nomenclature

Dans le terme scientifique latin «Pyrus bretschneideri» donné par Alfred Rehder en 1915, le nom du genre Pyrus vient du latin pirum «poire» et l’épithète spécifique bretschneideri est dérivé du nom du docteur Bretschneider de Pékin qui avait envoyé des graines de poirier à l’Arnold Arboretum (États-Unis) sous la direction de Rehder. Ces graines ont germé et donné naissance à des arbres pour lesquels Rehder a fourni une description botanique.
La taxonomie des poiriers de Chine est restée floue jusqu’en 1915, date à laquelle Alfred Rehder a identifié 12 espèces de poiriers de Chine. En 1937, le taxonomiste chinois R. Chen a présenté la classification des poiriers de Chine de Rehder dans son livre Taxonomy of Trees in China. Actuellement (en 2019), «Flora of China» reconnaît la présence de 14 espèces en Chine, dont 8 sont indigènes.

Espèces sauvages

Selon la description de la «Flora of China» en anglais (en grande partie d’après l’original latin de Rehder, 1915), ‘Pyrus bretschneideri’ est un petit arbre de 5 à 8 m de haut, à feuilles caduques. Les rameaux sont brun violacé, robustes et glabres lorsqu’ils sont vieux et pubescents lorsqu’ils sont jeunes.

Les feuilles, portées par un pétiole de 2,5 à 7 cm, sont ovales ou ovales-elliptiques, de 5 à 11 cm de long sur 3,5 à 6 cm de large, la base généralement cunéiforme, les bords spinulés-serrés et le sommet acuminé.

L’inflorescence est un racème ombelliforme avec 7-10 fleurs de 2 à 3,5 cm de diamètre. Dans l’hypanthium en forme de coupe, les 5 sépales sont triangulaires, acuminés. Les 5 pétales blancs et ovales entourent 20 étamines et un ovaire à 4 ou 5 locules, chacun contenant deux ovules.

La floraison a lieu en avril et la fructification en août-septembre. Comme tous les poiriers, le poirier de Bretschneider est auto-incompatible mais compatible avec d’autres Pyrus, ce qui explique sa forte hétérozygotie.
Le petit fruit pomacé, de 2 à 2,5 cm de diamètre, est ovoïde ou subglobulaire, les sépales sont caducs (non fixés dans le fruit). Le fruit est pomacé, c’est-à-dire qu’il possède à la fois une vraie partie fruit (dérivée de l’ovaire) et une fausse partie fruit (liée à une excroissance du réceptacle ou hypanthium ou pyridium). Le vrai fruit constitue ce que l’on appelle le noyau, tandis que la partie comestible est issue du réceptacle.

Le «Pyrus bretschneideri» est un arbre très rustique, capable de résister à des températures de -15 °C lorsqu’il est en dormance.

Hybridation supplémentaire

Les programmes de sélection ont créé des cultivars qui sont le produit d’une hybridation supplémentaire de P. × bretschneideri avec P. pyrifolia. Selon le Code international de nomenclature des algues, des champignons et des plantes, ces hybrides rétrocroisés sont désignés sous le nom d’espèce P. × bretschneideri. Le cultivar «PremP109», également appelé «Prem 109», est un hybride de ce type, commercialisé sous le nom de «Papple».



Distribution et écologie

L’aire de répartition couvre l’Extrême-Orient russe, le nord-est de la Chine et la péninsule coréenne.

Utilisations

Ce type de poires n’est normalement pas utilisé dans les gâteaux ou les gelées en raison de leur teneur élevée en eau et de leur texture croquante et granuleuse, très différente de celle des variétés européennes. Elles sont consommées crues et pelées.

Taxonomie

Pyrus × bretschneideri a été décrit par Rehder.

Similar Posts: