Rachel Chan

Dr. R.H. Vallejos

Raquel Lía Chan (née à Buenos Aires le 31 décembre 1959) est une biochimiste argentine, spécialisée dans la biotechnologie végétale. Elle est chercheuse au CONICET et travaille à l’Instituto de Agrobiotecnología del Litoral, à Santa Fe. Elle a été désignée par la BBC comme l’une des dix scientifiques les plus remarquables d’Amérique latine.

Biographie

En 1981, elle obtient sa licence en biochimie à l’université hébraïque de Jérusalem, en Israël. En 1988, elle obtient son doctorat en biochimie à l’université nationale de Rosario, en Argentine, en soutenant sa thèse intitulée «Structural and functional studies of ferredoxin-NADP oxidoreductase and its spinach thylakoid binding protein» (Études structurelles et fonctionnelles de la ferredoxine-NADP oxydoréductase et de sa protéine de liaison au thylakoïde de l’épinard).

Il a effectué des études postdoctorales à l’Institut de Biologie Moléculaire des Plantes, Université Louis Pasteur, à Strasbourg, sous la direction du Prof. J-H Weil sur le thème : «Structural and regulatory studies of the small subunit of RubisCO of Euglena gracilis», de décembre 1988 à avril 1992.

En 1992, il est retourné en Argentine et est devenu chercheur au CONICET et a occupé un poste d’enseignant à l’université nationale de Rosario.

En 1999, elle s’installe à Santa Fe, où elle devient professeur titulaire à l’Universidad Nacional del Litoral et chercheur principal au CONICET. En 2008, elle a été élue directrice de l’Institut d’agrobiotechnologie du littoral (IAL), récemment créé par l’UNL et le CONICET pour étudier la biotechnologie végétale et la biologie moléculaire.
Le domaine de recherche de M. Chan consiste à comprendre comment les plantes sont affectées par les conditions environnementales. L’équipe de chercheurs de M. Chan a créé des semences plus résistantes à la sécheresse. M. Chan explique que «la création de semences plus résistantes à la sécheresse a été un très long processus de recherche fondamentale, avec des groupes de recherche qui ont évolué au fil du temps. Ce n’était pas un jour et Eurêka ! Ce n’était pas comme la découverte de Newton quand la pomme est tombée», ajoutant que «les partisans de la technologie affirment que l’augmentation de la productivité pourrait représenter jusqu’à 10 milliards de dollars de bénéfices supplémentaires chaque année, en particulier après une récente sécheresse sévère qui a réduit de plus d’un tiers la production de soja de l’Argentine».

En 2003, les docteurs Raquel Chan et Daniel Gonzalez, en collaboration avec la société Bioceres, le Conseil national de la recherche scientifique et technique (CONICET) et l’Université nationale du littoral (UNL), ont dirigé l’équipe qui a découvert l’effet de tolérance à la sécheresse d’un gène de tournesol appelé hahb-4.

Cette découverte initiale a permis à Bioceres de développer un projet spécifique visant à générer de nouveaux événements de transformation du gène hahb-4 chez Arabidopsis thaliana. L’objectif du projet était d’évaluer différents promoteurs et constructions moléculaires à utiliser sur des cultures d’intérêt agronomique.
Au cours du développement de la technologie, une version particulièrement efficace du gène hahb-4 a été identifiée. Cette nouvelle version, modifiée par rapport au gène original, offre une plus grande efficacité dans des conditions de sécheresse. Le gène modifié du tournesol hahb-4 améliore l’adaptation de la plante à l’environnement, ce qui se traduit par des rendements céréaliers plus élevés. HB4® est actuellement la seule technologie OGM tolérante à la sécheresse au monde pour les cultures de blé et de soja.

Liens externes

Similar Posts: