Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés (SRSGCAAC) est la principale responsable, au sein des Nations Unies, de la protection et du bien-être des enfants touchés par les conflits armés. Depuis avril 2017, la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés est Virginia Gamba.

Histoire

En 1996, Graça Machel, nommée experte indépendante par le Secrétaire général des Nations Unies, a présenté son rapport à l’Assemblée générale intitulé L’impact des conflits armés sur les enfants (A/51/306), qui a conduit à la création du Bureau du Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés.

Le mandat du Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés a été établi en 1997 par la résolution 51/77 de l’Assemblée générale des Nations unies. En août 1997, l’homme politique et diplomate ougandais Olara Otunnu a été nommé Représentant spécial et a pris ses fonctions le 1er septembre 1997.

Depuis 1999, le Conseil de sécurité des Nations unies a placé la protection des enfants touchés par les conflits armés au centre de son programme pour la paix et la sécurité internationales.

Structure

Le Bureau du représentant spécial n’est pas présent sur le terrain, mais il encourage et soutient les efforts de ses partenaires opérationnels.
Depuis sa création en 1997, ils ont assumé la fonction de représentants spéciaux :

Pays et conflits critiques

En 2016, Leila Zerrougui, en tant que chef de la Représentante spéciale du Secrétaire général, a dénoncé des opérations aériennes dans plusieurs situations de conflit au cours desquelles de nombreux enfants ont été tués ou mutilés. Elle a indiqué que les groupes armés et les milices alliés à des États ont également été de plus en plus utilisés pour combattre en soutien aux forces gouvernementales, dans certains cas en recrutant et en utilisant des enfants.

En Afghanistan, le plus grand nombre d’enfants tués ou blessés a été enregistré depuis que les Nations Unies ont commencé à documenter systématiquement les victimes civiles en 2009. En Syrie, des milliers d’enfants ont été tués en plus de cinq ans de guerre. En Somalie, le nombre de viols d’enfants enregistrés a augmenté de 50 %. Au Soudan du Sud, les offensives militaires contre les forces d’opposition ont été particulièrement brutales.

Le rapport du Secrétaire général de 2015 a mis en évidence les activités d’enlèvement d’enfants menées par Al-Shabaab (Somalie), Boko Haram (Nigéria), la LRA (République centrafricaine et République démocratique du Congo), l’ISIL (Irak) et les Talibans (Afghanistan).



Campagne «Des enfants pas des soldats

Le 6 mars 2014, la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui, et le directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake, ont lancé une nouvelle initiative visant à mettre fin au recrutement et à l’utilisation d’enfants par les armées. Les pays initialement inclus dans la campagne étaient l’Afghanistan, la Birmanie, le Tchad, la République démocratique du Congo (RDC), la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan et le Yémen.

Similar Posts: