Révolte de Haymarket

L’incident de Haymarket, le massacre de Haymarket ou l’émeute de Haymarket est un événement historique qui s’est déroulé à Haymarket Square (Chicago, États-Unis) le 4 mai 1886. Il s’agit du point culminant d’une série de manifestations qui ont eu lieu depuis le 1er mai pour soutenir les travailleurs en grève qui réclamaient la journée de travail de 8 heures. Au cours d’une manifestation, le dirigeant syndical Rudolph Schnaubelt a lancé une bombe sur la police qui tentait de disperser la manifestation. Cela a conduit à un procès, décrit des années plus tard comme illégitime et délibérément malveillant, de huit travailleurs anarcho-collectivistes et anarcho-communistes, où cinq d’entre eux ont été condamnés à mort (l’un d’entre eux s’est suicidé avant d’être exécuté) et trois ont été emprisonnés. Le mouvement ouvrier les a appelés les «Chicago Martyrs».

Cet événement a ensuite donné lieu à la commémoration du 1er mai, à l’origine par le mouvement ouvrier, et est aujourd’hui considéré comme la Journée internationale des travailleurs dans la grande majorité des pays du monde. Deux exceptions notables, les États-Unis et le Canada, célèbrent la fête du travail le premier lundi de septembre.

Le contexte

Les événements qui ont conduit à cette révolte sont replacés dans le contexte de l’aube de la révolution industrielle aux États-Unis. À la fin du XIXe siècle, Chicago est la deuxième ville des États-Unis. De l’Ouest et du Sud-Est, des milliers d’éleveurs de bétail au chômage arrivent chaque année par chemin de fer, créant les premiers bidonvilles qui accueilleront des centaines de milliers de travailleurs. En outre, ces centres urbains ont accueilli des migrants du monde entier tout au long du 19e siècle.

L’une des revendications fondamentales des travailleurs est la journée de huit heures. Pour appliquer la maxime «huit heures pour le travail, huit heures pour le sommeil et huit heures pour la maison». Dans ce contexte, plusieurs mouvements ont vu le jour. En 1829, un mouvement s’est formé pour demander à la législature de l’État de New York d’instaurer la journée de huit heures. Auparavant, une loi interdisait le travail au-delà de dix-huit heures, «sauf en cas de nécessité». En l’absence d’une telle nécessité, tout fonctionnaire d’une compagnie de chemin de fer qui obligeait un ingénieur ou un soutier à travailler dix-huit heures par jour devait payer une amende de vingt-cinq dollars.

Au Canada, le mouvement syndical a entamé une campagne similaire à partir de 1872 en faveur de la limitation de la journée de travail et des droits syndicaux, qui avaient été obtenus dans les années 1870 dans ce pays.
La plupart des travailleurs sont affiliés à l’Ordre des Chevaliers du Travail, avec une forte influence anarchiste, mais l’American Federation of Labour (AFL) est plus importante. Lors de son quatrième congrès, tenu le 17 octobre 1884, elle avait décidé qu’à partir du 1er mai 1886, la durée légale de la journée de travail serait de huit heures. En l’absence de réponse à cette demande, elle se met en grève. Elle recommande à tous les syndicats d’essayer de faire adopter des lois dans ce sens dans tous les pays où ils sont présents. Cette résolution suscite l’intérêt de toutes les organisations qui voient dans la journée de huit heures la possibilité de créer plus d’emplois (moins de chômage). Ces deux années accentuent le sentiment de solidarité et augmentent le militantisme des travailleurs en général.

En 1886, le président américain Andrew Johnson adopte la loi dite Ingersoll, qui instaure la journée de travail de huit heures. Peu après, dix-neuf États ont adopté des lois autorisant des durées de travail maximales de huit et dix heures (mais toujours avec des clauses permettant aux travailleurs de travailler entre quatorze et dix-huit heures). Les conditions de travail étaient similaires et les conditions de vie restaient insupportables.
Tous les contrats conclus par la suite par ou au nom du gouvernement des États-Unis (ou par ou au nom du district de Columbia), avec toute société ou personne, seront basés sur la journée de huit heures, et tout contractant qui exigera ou autorisera ses ouvriers à travailler plus de huit heures par jour sera en violation de la loi, sauf en cas de force majeure, comme prévu à la section 1.

La loi Ingersoll n’étant pas appliquée, les organisations syndicales américaines se mobilisent. La presse qualifie le mouvement en faveur des huit heures de travail de «scandaleux et irrespectueux», de «délires de fous antipatriotiques», affirmant que cela «revient à demander que les salaires soient payés sans aucune heure de travail».

Les faits

En 1886, le président Andrew Johnson promulgue la loi dite Ingersoll, qui instaure la journée de huit heures (c’est-à-dire avant 10, 12 et 14 heures). Des milliers d’enfants sont également exclus de ces heures, de même que les femmes, qui sont moins bien payées.

Le Noble Ordre des Chevaliers du Travail (principale organisation de travailleurs aux Etats-Unis) a publié une circulaire à toutes les organisations membres indiquant : «Aucun travailleur membre de ce centre ne doit faire grève le 1er mai, car nous n’avons pas donné d’instructions à cet effet». Ce communiqué a été catégoriquement rejeté par tous les travailleurs des Etats-Unis et du Canada, qui ont répudié les dirigeants du Noble Ordre comme des traîtres au mouvement ouvrier.
Dans la presse, la veille de la grève, le 29 avril 1886, on pouvait lire : «En plus des huit heures, les ouvriers vont exiger tout ce que les anarchistes les plus fous peuvent suggérer». Le New York Times lisait :

  • .

    Le Philadelphia Telegram écrit :



  • Le Indianapolis Journal a écrit :

  • Le 1er mai 1886, 200 000 travailleurs se sont mis en grève, tandis que 200 000 autres ont remporté cette victoire par la simple menace d’un arrêt de travail.

    À Chicago, où les conditions de travail sont bien pires que dans les autres villes du pays, les mobilisations se poursuivent les 2 et 3 mai. La seule usine qui fonctionne est l’usine de machines agricoles McCormick, en grève depuis le 16 février parce qu’elle veut prélever une somme sur les travailleurs pour la construction d’une église. La production est maintenue par des briseurs de grève. Le 2 février, la police avait violemment dispersé une manifestation de plus de 50 000 personnes, et le 3 février, un rassemblement avait eu lieu devant leurs portes. Alors que l’anarchiste August Spies se trouve sur le quai, la sirène d’une équipe de briseurs de grève retentit. Les manifestants se jettent sur les briseurs de grève, déclenchant une véritable bagarre. Une compagnie de policiers, sans sommation, tire à bout portant sur la foule, tuant six personnes et en blessant des dizaines d’autres.
    Adolph Fischer, rédacteur en chef de l’Arbeiter Zeitung, se précipite sur l’imprimerie du journal pour imprimer 25 000 tracts (qui seront plus tard utilisés comme principale preuve à charge dans le procès qui aboutira à sa pendaison). Ils proclament :

  • La proclamation se termine par un appel à un rassemblement de protestation pour le lendemain, 4 mai, à 16 heures sur Haymarket Square. Le maire Harrison donne l’autorisation d’organiser un rassemblement à 19h30.



    Le 4 mai à 21h30, le maire, qui était présent au rassemblement de Haymarket Square pour assurer la sécurité des travailleurs, met fin au rassemblement. Mais le rassemblement se poursuit avec une foule nombreuse (plus de 20 000 personnes). L’inspecteur de police, John Bonfield, estima qu’après la fin du rassemblement, il ne devait pas permettre aux travailleurs de rester sur place et, avec 180 policiers en uniforme, il s’avança dans le parc et commença à les réprimer. Soudain, un engin explosif explose parmi les policiers, tuant un officier nommé Degan et en blessant d’autres. La police ouvre le feu sur la foule, tuant et blessant un nombre indéterminé de travailleurs. L’état de siège et le couvre-feu ont été déclarés et, dans les jours qui ont suivi, des centaines de travailleurs ont été arrêtés, battus et torturés, accusés du meurtre du policier. De nombreuses perquisitions sont effectuées et des arsenaux d’armes, de munitions, des cachettes secrètes et même (un moule pour la fabrication de torpilles navales) sont découverts.
    La presse en général s’associe à la répression et mène une campagne de soutien et d’encouragement avec des rubriques comme celle-ci :

  • .

    La presse exige un procès sommaire devant la Cour suprême, tenant pour responsables huit anarchistes et toutes les personnalités du mouvement ouvrier. Des centaines de travailleurs continuent d’être arrêtés comme suspects.

    Le procès

    Le 21 juin 1886, le procès s’ouvre contre 31 auteurs, ramenés plus tard à huit. Bien que le procès soit une farce et qu’il se déroule sans aucune procédure régulière, la presse à sensation maintient la culpabilité de tous les accusés et la nécessité de pendre les étrangers. Bien que rien n’ait pu être prouvé contre eux, les huit Chicagoans ont été jugés coupables, accusés d’être des ennemis de la société et de l’ordre établi. Trois d’entre eux sont condamnés à la prison et cinq à la pendaison.

    Leur procès est aujourd’hui considéré comme ayant été motivé par des considérations politiques plutôt que juridiques, c’est-à-dire que leur orientation politique libertaire et leur statut de travailleurs rebelles ont été jugés, mais pas l’incident lui-même.

    L’anarchiste Alexander Berkman a déclaré qu'»aucune parodie de justice plus colossale n’a jamais été mise en scène que le procès de ces hommes», et John P. Altgeld, gouverneur de l’Illinois, a déclaré que «les hommes exécutés ont été les victimes d’un complot des employeurs, des tribunaux et de la police».



    Les convictions

    Le 11 novembre 1887, l’exécution a eu lieu :

    George Engel

    Samuel Fielden

    Adolph Fischer



    Louis Lingg

    Michael Schwab

    August Spies

    Albert Parsons

    Oscar Neebe



    Récit de l’exécution par José Martí, correspondant à Chicago du journal La Nación de Buenos Aires :

  • Le 26 juin 1893, le gouverneur de l’Illinois, John Peter Altgeld, gracie les trois condamnés qui n’ont pas été exécutés : Samuel Fielden, Oscar Neebe et Michel Schwab. Le gouverneur Altgeld a qualifié les condamnations et les exécutions de résultat de «l’hystérie, de jurys bondés et d’un juge partial», notant que l’accusation «n’a jamais découvert qui a lancé la bombe qui a tué le policier et que les preuves ne montrent aucun lien entre les accusés et l’homme qui l’a lancée». Altgeld a également reproché à la municipalité de Chicago d’avoir permis à l’agence de sécurité Pinkerton d’utiliser systématiquement des armes à feu pour réprimer les grèves.

    Monuments

    Des ouvriers terminent l’installation d’un monument à la police de Chicago, 1889.



    Le piédestal sans statue en 1986. Le piédestal a été enlevé.

    Plaque du piédestal de la sculpture du Haymarket Memorial. Notez que le nom du maire a été effacé et que le sceau de la ville a été recouvert d’un A encerclé.

    Similar Posts: