Rivière Iñaque

La rivière Iñaque est un cours d’eau naturel qui prend sa source dans la commune de Panguipulli et traverse les communes de Los Lagos et de Máfil dans la région de Los Ríos, au Chili.

Itinéraire

La rivière Iñaque prend sa source dans le secteur de la vallée de la commune de Panguipulli, au sud-ouest de cette ville. Dans son premier tronçon vers l’ouest, elle est parallèle à la route T-189 et reçoit les eaux des ruisseaux Nalalguaco et Las Quilas. À partir de ce point, elle tourne vers le sud-ouest et, près du hameau de Santa Carla, son cours reprend une direction vers l’ouest, servant également de frontière nord à la commune de Los Lagos. Au milieu de son cours, elle reçoit les eaux de la rivière Pillecozcoz en provenance du nord, près du hameau mapuche de Quitadañir, dans le secteur de Pumillahue, près de quelques lagunes, la rivière Iñaque commence à perdre de la vitesse et à former des méandres. À cet endroit, elle rencontre la route T-347 et, à partir de la localité de Rivadavia, elle s’écoule vers le sud-ouest, puis revient vers le nord-ouest jusqu’à la ville de Máfil. À quelques kilomètres à l’ouest, elle rejoint le ruisseau Curileufu pour former la rivière Pichoy.

Débit et vitesse

Le sous-bassin de la rivière Cruces et de ses affluents présente un régime pluvial marqué, les crues se produisant pendant la saison des pluies hivernales et les écoulements les plus faibles pendant la période estivale. Les années pluvieuses, les débits les plus élevés se produisent entre juin et août, en raison des pluies hivernales. Lors des années normales et sèches, la séquence des précipitations ne change pas, les débits les plus élevés se produisant entre juillet et septembre. La période des débits les plus faibles est observée au cours du trimestre entre janvier et mars : 51 
Le débit de la rivière (à un endroit fixe) varie dans le temps, il y a donc plusieurs façons de le représenter. L’une d’entre elles est la courbe de variation saisonnière qui, après de longues périodes de mesures, prédit statistiquement le débit minimum transporté par la rivière avec une probabilité donnée, appelée probabilité de dépassement. La courbe ocre rouge (avec

{displaystyle {colour {Red}vartriangle }}
) montre les débits mensuels avec une probabilité de dépassement de 50 %. Cela signifie qu’au cours de ce mois, une quantité égale de débits supérieurs à cette quantité et de débits inférieurs à cette quantité a été mesurée. Il s’agit de la médiane (statistique), notée Qe, de la série de débits pour ce mois. La moyenne (statistique) est la moyenne mathématique des débits pour ce mois et est désignée par

Q
¯

{ «displaystyle» { «overline».
.

Une fois calculées pour chaque mois, les deux valeurs sont calculées pour l’année entière et peuvent être lues dans la colonne verticale à droite du diagramme. La probabilité de dépassement de 5 % signifie que, statistiquement, le débit n’est supérieur qu’une fois tous les 20 ans, les 10 % une fois tous les 10 ans, les 20 % une fois tous les 5 ans, les 85 % quinze fois tous les 16 ans et les 95 % dix-sept fois tous les 18 ans. En d’autres termes, 5 % est le débit des années extrêmement humides, 95 % est le débit des années extrêmement sèches. La saison des inondations permet de déterminer si le débit dépend des précipitations (mai-juillet) ou de la fonte des neiges (septembre-janvier).

Histoire

Luis Risopatrón le décrit dans son Diccionario Jeográfico de Chile de 1924 :

Similar Posts: