Robert Heiss

Robert Heiss (Munich, Allemagne ; 22 janvier 1903 – Fribourg-en-Brisgau ; 21 février 1974) était un philosophe et psychologue allemand.

Biographie

Robert Heiss est né à Munich, fils du postier Robert Heiss et de sa femme Eugenie Heiss. De 1922 à 1926, il étudie la philosophie, la psychologie et la sociologie. En 1926, il obtient son doctorat à l’université de Göttingen avec sa thèse intitulée «La philosophie de la logique et de la négation». En 1928, il achève son habilitation en tant qu’assistant non titulaire à l’université de Cologne avec l’ouvrage Logique de la contradiction, où il appartient au cercle de Nicolai Hartmann. À partir de 1936, il est professeur associé non titulaire de philosophie à Cologne, à partir de 1938, directeur de l’Institut de psychologie expérimentale, et à partir de 1939, professeur associé titulaire.
Comme beaucoup de psychologues de sa génération, il a dû travailler comme expert en personnel de 1939 à 1942, d’abord comme psychologue de l’armée, puis de 1940 à 1942 comme psychologue de l’armée de l’air, jusqu’à ce que la psychologie de l’armée de l’air soit dissoute. En 1942, on lui propose la chaire de philosophie et de psychologie à l’université de Fribourg, qu’il occupe d’abord, puis en 1943. En 1944, il y fonde l’Institut de psychologie et de caractérologie. Compte tenu des sources contradictoires, il reste très incertain qu’il ait été effectivement membre du NSDAP depuis le 1er octobre 1940, comme le laisse supposer un dossier des Archives fédérales. Aux Archives fédérales (Centre de documentation), la demande d’adhésion, la mention de la délivrance de la carte du parti et les reçus de paiement des cotisations manquent. L’information d’Ernst Klee Lexique personnel du Troisième Reich. Qui était quoi avant et après 1945. Édition Kramer. Francfort-sur-le-Main, (2010), von Leaman, Tilitzki et d’autres auteurs se trompent, du moins en ce qui concerne l’année d’entrée présumée. Dans le questionnaire personnel demandé officiellement le 9 janvier 1943, Heiss a nié être membre du parti. Dans un communiqué daté du 17 juin 1946, il a indiqué qu’en octobre 1943, il avait été désigné par erreur comme membre du parti. Une confusion avec le professeur de médecine Robert Heiss, également né à Munich, n’est pas à exclure. Les déclarations d’éminents conférenciers nazis figurant dans les dossiers du personnel montrent qu’il a été confronté à plusieurs reprises à de fortes préoccupations politiques et qu’il était considéré comme politiquement peu fiable.
Après la guerre, il est confirmé dans ses fonctions par le gouvernement militaire français en novembre 1945 et, en tant qu’homme politiquement libre, devient doyen de la faculté de philosophie en 1946.

Biographie

Il appartient à la génération des professeurs de psychologie qui ont été reconnus comme philosophes par leurs études et leurs premières publications. Dans la psychologie académique de l’époque, il était plutôt un outsider, ne venant ni d’une psychologie expérimentale, ni d’une tradition de psychologie phénoménologique ou humaniste emphatique. Hot a été essentiellement influencé par Sigmund Freud, mais aussi par Erich Rothacker et Ludwig Klages, ainsi que par Ernst Kretschmer et sa psychologie médicale. Il fait partie du cercle du philosophe Nicolai Hartmann. Il était particulièrement attiré par les grands dialecticiens Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Søren Kierkegaard et Karl Marx. Il a écrit sur eux et sur sa propre pensée sur la «dialectique et la dynamique» de la personne, à comprendre sous cette influence. Il a développé cette perspective dans sa doctrine du caractère (1936/1949) et dans l’ouvrage programmatique Person als Prozess (1948). Son approche de la psychologie diagnostique était basée sur les outils de diagnostic disponibles et les tâches pratiques, c’est-à-dire le conseil, les diagnostics psychologiques des névroses, les rapports médico-légaux.

Similar Posts: