Schizophrénie paranoïaque

La schizophrénie paranoïaque est un sous-type de schizophrénie. Il s’agit d’une maladie mentale sans altération anatomique observable, dont la principale caractéristique est d’affecter la personnalité de l’individu ainsi que des domaines de sa psychologie. Ses symptômes se divisent en symptômes positifs (délires et hallucinations) et négatifs (déficits cognitifs). La maladie se caractérise par des troubles de l’affectivité et de la pensée.

L’état conscient du patient est normal ; son attitude mentale est caractérisée par l’égocentrisme et l’isolement, et exprime une perte de contact avec la réalité, des délires (persécution, tentatives d’empoisonnement, influences étranges, sorcellerie, etc.) et des troubles de la perception (dans certains cas, hallucinations auditives, dans lesquelles le patient «entend» des voix menaçantes ou critiques). Les causes peuvent être diverses et ne sont pas connues avec exactitude. Des facteurs génétiques, psychologiques et socioculturels semblent être impliqués.

L’âge d’apparition le plus fréquent se situe entre 15 et 35 ans, bien que des cas surviennent également plus tard dans la vie et touchent indifféremment les deux sexes. La personnalité change progressivement ou soudainement ; le contact avec le patient devient de plus en plus difficile et le patient se replie de plus en plus sur lui-même. Il est très difficile de distinguer les symptômes de la schizophrénie des autres formes de psychose, c’est pourquoi on refuse généralement d’utiliser le terme de schizophrénie.

Types de schizophrénie

En raison de son apparition insidieuse, de sa gravité et de sa désorganisation, il s’agit d’un sous-type facile à diagnostiquer mais difficile à traiter. Il s’agit de personnes qui n’ont aucun contact avec la réalité, ne manifestent aucun intérêt pour les relations personnelles ou les activités.

Définition de la schizophrénie paranoïde

La schizophrénie paranoïaque est une maladie caractérisée par les symptômes suivants : prédominance d’idées délirantes et d’hallucinations, atteintes graves à soi-même et aux autres, troubles de la personnalité.

C’est la plus fréquente et elle peut apparaître à tout âge, mais elle est plus fréquente entre 30 et 35 ans.

Stades de la maladie

Stade prépsychotique : il se caractérise par des traits similaires à ceux qui, plus tard, une fois passée la phase de psychose active, s’installent définitivement et avec plus d’intensité : ce sont les symptômes dits négatifs (anhédonie, émoussement affectif, etc.). Des difficultés dans les relations interpersonnelles, des altérations cognitives, des difficultés d’adaptation à l’école, etc. peuvent également apparaître. Cependant, il n’est pas rare de rencontrer des patients qui ne présentent aucune altération au cours de la phase prémorbide.

Le stade psychotique floride : il est nouveau ou se superpose au précédent. Les symptômes positifs (délires et hallucinations) sont généralement présents. Le stress est souvent un facteur important dans son apparition.
Stade résiduel : il s’agit d’un stade prolongé dans lequel les symptômes négatifs prédominent et à partir duquel il peut y avoir des réactivations similaires au stade psychotique floride. Ces symptômes négatifs se caractérisent par une pauvreté du langage et de la pensée, un aplatissement affectif, une morosité et une faible activité.

Symptômes et manifestations de la schizophrénie paranoïde

Les manifestations de base consistent en un ensemble de signes et de symptômes caractéristiques présents pendant une période significative de plus d’un mois, certains des signes du trouble persistant pendant au moins 6 mois. Les symptômes affectent de multiples processus psychologiques, tels que la perception (hallucinations), l’idéation, le test de la réalité (délires), les processus de pensée (associations lâches), les sentiments (aplatissement affectif, affect inapproprié), le comportement (catatonie, désorganisation), l’attention, la concentration, la motivation (aboulie, altération de l’intention et de la planification) et le jugement.
Ces caractéristiques psychologiques et comportementales sont associées à divers types d’altérations des fonctions professionnelles ou sociales. Bien qu’il puisse y avoir une déficience marquée avec des difficultés dans plusieurs domaines fonctionnels, le trouble se caractérise par une hétérogénéité accrue entre les individus et une variabilité au sein des individus au fil du temps. Il est également associé à une incidence accrue de maladies médicales générales et à la transférabilité, en particulier pour le suicide, qui survient chez 10 % des patients.
Les symptômes de la schizophrénie ont été classés en deux catégories (symptômes positifs et négatifs), auxquelles une troisième, la désorganisation, a été récemment ajoutée, les analyses statistiques ayant montré que cette dimension était indépendante de la catégorie des symptômes positifs dans laquelle elle était précédemment incluse. Les symptômes positifs consistent en des délires et des hallucinations. Les symptômes de désorganisation comprennent le discours désorganisé et l’inattention. Les symptômes négatifs consistent en une limitation de la gamme et de l’intensité des expressions émotionnelles (aplatissement affectif), une réduction de la productivité de la pensée et du discours (alogie), une anhédonie et une réduction de l’initiation des comportements dirigés vers un objet (aboulie).

Dans le sous-type paranoïaque, les idées délirantes ou les hallucinations auditives sont des caractéristiques importantes.



Diagnostic et traitement

Le diagnostic de schizophrénie est posé lorsqu’un ou deux symptômes apparaissent chez le patient supposé à travers des épisodes répétés à fréquence variable sur un mois ou plus. En fonction de la fréquence des épisodes, de leurs caractéristiques psychiques et de leur gravité, le diagnostic de schizophrénie est posé et le type de schizophrénie est déterminé. Les symptômes ou caractéristiques de la schizophrénie paranoïaque sont les suivants :

Le plan de traitement doit impliquer le patient et sa famille par des interventions actives, quotidiennes et récréatives, ainsi que par des interventions pharmacologiques, psychothérapeutiques, psychosociales et de réadaptation appropriées. Le psychiatre agit non seulement en tant que psychiatre, mais aussi en tant que point d’appui pendant le traitement du patient, ainsi qu’en tant que membre d’une équipe travaillant en collaboration.

Il n’existe actuellement aucun traitement curatif de la schizophrénie, bien qu’un traitement puisse en réduire les symptômes de manière significative.
Les objectifs de tout traitement sont de réduire la fréquence, la gravité et les conséquences des épisodes de schizophrénie.
Les spécificités dépendent du stade de la maladie ou des caractéristiques propres au patient.
Les soins ou le traitement comprennent une série d’interventions, certaines cliniques et d’autres psychothérapeutiques.
Les facteurs biologiques, interpersonnels, sociaux et culturels qui déterminent le patient doivent être connus. En outre, le patient doit être informé de sa maladie.

Bien que les interventions psychosociales et thérapeutiques améliorent considérablement l’évolution de la maladie, le traitement pharmacologique est recommandé car il permet de réduire de près de 50 % les symptômes au cours de l’évolution de la maladie.
La combinaison parfaite de traitements pharmacologiques, biologiques, sociaux, psychosociaux, psychosociaux et thérapeutiques est la combinaison parfaite pour un bon traitement de cette maladie.



Le choix du traitement dépend et se base sur la situation clinique du patient, son état pathologique, son jugement et sa famille, ainsi que sur les exigences et les caractéristiques du contexte du traitement et du traitement lui-même.

Utilisation de l’ECT : chez les patients résistants au traitement de la phase aiguë, sur la base de l’utilisation de la clozapine.

Hospitalisation

Une fois le diagnostic posé, ces personnes sont généralement traitées avec différents médicaments antipsychotiques. En général, ces médicaments ou neuroleptiques donnent des résultats très positifs, mais malheureusement, dans certains cas, ils peuvent produire des effets secondaires indésirables.
Cependant, malgré les médicaments, le patient peut s’automutiler, devenir agressif envers les autres ou souffrir de délires très intenses. Dans ce cas, le patient doit être hospitalisé, car le traitement en milieu hospitalier offre un environnement sûr et supervisé. Il permet également au psychiatre de suivre le patient au quotidien.
Ces centres doivent être organisés d’une certaine manière, car ces personnes sont généralement désorganisées et n’ont pas de prise sur la réalité. Ils doivent donc disposer de calendriers et d’horloges bien visibles, et de professionnels qui communiquent clairement et lentement.
L’hospitalisation de jour peut être une alternative. Dans ce cas, le patient ne doit pas présenter de risque de préjudice pour lui-même ou pour autrui et doit coopérer de manière minimale au traitement.

Incidents

Dans de nombreux cas, les rechutes sont inévitables, car elles surviennent spontanément chez certains individus et sont également dues à des facteurs externes à la schizophrénie. Les épisodes de schizophrénie ont une certaine tendance à réapparaître. Toutefois, les risques de rechute sont plus élevés chez les personnes qui consomment des drogues telles que les stupéfiants et l’alcool, ou chez celles qui interrompent leur traitement prématurément.
Cependant, une personne qui prend des médicaments peut rencontrer des obstacles qui conduisent à une rechute. Dans ce cas, les rechutes ne surviennent pas soudainement. Certains changements de comportement chez la personne atteinte sont des signes d’aggravation de la maladie. Apprendre à détecter ces signes est essentiel pour la prévention et l’aide.

S’il existe des signes communs, il existe aussi des signes qui peuvent être propres à une personne donnée.



L’une des principales caractéristiques de certains signes est le changement de comportement. Après avoir reconnu ce signe d’alerte, il convient de consulter un médecin. Parfois, la personne est tellement malade qu’elle ne se rend pas compte de sa propre rechute et a besoin d’aide (famille, amis, etc.). Dans d’autres cas, les rechutes sont dues à l’abandon par le schizophrène de son traitement.

Si le médecin agit rapidement après avoir été alerté par un membre de la famille, le schizophrène peut recevoir un nouveau médicament mieux adapté afin d’éviter d’éventuels dommages.

Souvent, les signes avant-coureurs ne sont pas détectés par la personne elle-même en raison de la gravité de la maladie. L’empathie et la communication sont donc d’une importance vitale pour être attentif à toute rechute. Plus la communication avec le patient est importante, plus il est facile de distinguer les émotions normales des signes de rechute.

Cela augmente encore la probabilité de rechute chez un patient schizophrène.
Cependant, les rechutes ne sont pas seulement dues à des facteurs physiques mais, comme on peut s’y attendre, elles sont également psychologiques et inhérentes à la maladie elle-même. Les facteurs les plus importants de ces rechutes sont d’ordre mental.



La dépression est un problème réel et grave pour les personnes atteintes de schizophrénie ; elles ont tendance à devenir gravement déprimées pendant les épisodes psychotiques. En termes numériques, on affirme que deux personnes sur dix atteintes de schizophrénie tentent de se suicider et qu’environ la moitié d’entre elles y parviennent, ce qui en fait la principale cause de décès chez les jeunes schizophrènes. Mais les raisons de la dépression qui conduit finalement au suicide sont variées. Dans un petit nombre de cas, la personne agit sous l’influence de délires et d’hallucinations, comme le fait d’entendre des voix qui lui demandent de se suicider. Mais en général, le suicide survient lorsque la personne schizophrène a les idées plus claires, c’est-à-dire lorsqu’elle est consciente de sa maladie, des conséquences qu’elle entraîne et, surtout, de la personne qu’elle devient lorsqu’elle souffre d’épisodes psychotiques.
L’un des premiers moyens de prévenir ces rechutes est de prendre le médicament prescrit sans interruption (car l’arrêt du médicament, même s’il n’est pas complet, peut entraîner une aggravation de la maladie). Comme nous l’avons déjà mentionné, les effets secondaires des antipsychotiques sont à l’origine de ce rejet, car il est difficile pour la personne de tolérer ces effets pendant de longues périodes, surtout lorsqu’elle se sent déjà bien. C’est pourquoi il est très important de trouver et d’administrer le bon médicament et le bon dosage pour contrôler les symptômes sans effets secondaires.

La pertinence du nombre de fois que le sujet doit prendre les médicaments est également importante, car certains médicaments doivent être pris plusieurs fois par jour, alors que d’autres ne doivent être pris qu’une seule fois. Le nombre de prises peut être adapté aux préférences ou aux besoins du patient. Ainsi, de nombreux patients se souviennent mieux de ne prendre leur médicament qu’une seule fois par jour, tandis que ceux qui bénéficient de l’aide de leur famille préfèrent prendre leur médicament plusieurs fois, car il n’est pas aussi violent. D’autre part, pour des raisons de commodité et pour ne pas se sentir lié à la schizophrénie, certaines personnes préfèrent prendre une injection par mois, ce qui est évidemment à long terme.
Une autre caractéristique à surveiller est l’hyperactivité du patient, causée par des médicaments ou des sautes d’humeur constantes. Afin de réguler les substances chimiques à administrer, il est très important que le patient fasse l’objet d’un contrôle médical régulier, de sorte que le traitement puisse être ajusté, que le patient puisse rester en bonne santé ou qu’il soit protégé pour faire face au stress de la vie.
En d’autres termes, le dosage optimal pour le sujet est celui prescrit par le médecin en collaboration avec la famille et le patient lui-même.

Principaux problèmes à réduire

Pour éviter ces rechutes, il est nécessaire que le patient reçoive des conseils et une aide professionnelle de la part de psychologues et de médecins spécialisés. D’autre part, le soutien, principalement de la famille, est important. Sans lui, le schizophrène peut se sentir désorienté lorsqu’il retrouve sa lucidité après les crises psychotiques, ne pas se connaître ou même se voir comme un «monstre». Le soutien de la famille et des amis est nécessaire pour surmonter la maladie tout en progressant physiquement et mentalement.
Il faut tenir compte du fait que les premières manifestations peuvent apparaître ou avoir leur origine dans l’enfance, mais c’est à l’adolescence que se produisent généralement les premiers épisodes. Les rechutes et les incidences font partie de la schizophrénie elle-même, ce dont le patient et la société doivent tenir compte dans le traitement du patient et la prévention de l’aggravation.

Thérapie et réadaptation

La psychothérapie individuelle de soutien est la forme la plus connue. Les psychiatres utilisent des thérapies qui combinent des techniques et des stratégies diverses et variées. Les résultats obtenus dans ces thérapies sont difficiles à déterminer.

Le processus de collaboration de la famille est l’un des principes les plus importants du processus de traitement. Le fait que le patient se sente soutenu par sa famille favorise l’évolution du traitement au niveau psychothérapeutique.
L’objectif de la thérapie familiale est de faciliter une interaction positive entre les membres de la famille du patient identifié et le patient lui-même, en promouvant des synergies qui favorisent et n’entravent pas l’évolution positive de la symptomatologie qualifiée de problématique.



La thérapie de groupe permet d’utiliser diverses techniques thérapeutiques, telles que le conseil et la psychothérapie de groupe. Les objectifs sont d’améliorer la résolution des problèmes, la planification des objectifs, la médication et les interactions sociales.
Elle peut être utilisée pour promouvoir l’apprentissage et les relations sociales et interpersonnelles.
Il existe deux types de thérapies pour la récupération cognitive du patient. Le premier type vise à atténuer les symptômes cognitifs tels que la distractibilité, les problèmes de mémoire, le manque de vigilance et l’incapacité à prendre des décisions et à planifier des situations.
Le second type vise à utiliser les interventions cognitives pour lutter contre la dépression.
Ces aspects sont largement travaillés dans les ateliers d’ergothérapie, où l’on recherche l’activité la plus appropriée pour chaque patient (activités cognitives pour améliorer la mémoire, l’attention, la concentration…) ou activités motrices ou psychomotrices pour améliorer la coordination, mais aussi des aspects tels que la posture et la condition physique des patients.

Similar Posts: