Schwingt freudig euch empor, BWV 36

Schwingt freudig euch empor, BWV 36 (Lève-toi avec joie) est une cantate d’église écrite par Jean-Sébastien Bach à Leipzig pour le premier dimanche de l’Avent et créée le 2 décembre 1731.

Pour la composition de cette pièce, Bach s’est inspiré de cantates telles que Schwingt freudig euch empor, BWV 36c de 1725. L’évangile de ce dimanche était l’entrée à Jérusalem, de sorte que le caractère de la pièce profane s’accordait avec «les cris de joie de Hosanna du peuple». Dans une structure unique aux cantates de Bach, il a interpolé quatre mouvements dérivés des pièces précédentes avec quatre strophes de deux hymnes importants de l’Avent pour ajouter un accent liturgique, trois de «Nun komm, der Heiden Heiland» de Luther et une de «Wie schön leuchtet der Morgenstern» de Nicolai.

Histoire

Bach a composé cette œuvre au cours de sa quatrième année en tant que Thomaskantor à Leipzig, pour le premier dimanche de l’Avent. Elle fait partie de son troisième cycle annuel de cantates.
Le premier dimanche de l’Avent marquait le début de l’année liturgique luthérienne. À Leipzig, pendant l’Avent, on observait le tempus clausum, de sorte que le premier dimanche de l’Avent était le seul dimanche où l’on jouait une cantate, et que les trois dimanches suivants, on ne jouait pas du tout de cantate.

Bach a retravaillé la cantate Schwingt freudig euch empor, BWV 36c, pour créer deux autres cantates profanes et une cantate sacrée :
La cantate a été créée dans sa forme finale en deux parties et huit mouvements le 2 décembre 1731, une semaine après Wachet auf, ruft uns die Stimme, BWV 140.

Analyse

Les lectures choisies pour ce jour-là étaient tirées de l’Épître aux Romains : «Maintenant notre salut s’approche… la nuit est déjà loin, le jour viendra» (Romains 13:11-14), et de l’Évangile selon Matthieu : l’entrée à Jérusalem (Matthieu 21:1-9).

Bach s’est inspiré en partie d’une cantate d’hommage portant le même titre, Schwingt freudig euch empor, BWV 36c, qu’il avait composée pour l’anniversaire d’un professeur de l’université de Leipzig et qui avait été créée au printemps 1725. Le texte a probablement été écrit par Picander, qui l’a modifié pour la cantate de félicitations dédiée à la comtesse Charlotte Friederike Wilhelmine d’Anhalt-Köthen, Steigt freudig in die Luft, BWV 36a, créée le 30 novembre 1726. Une autre version est une cantate de félicitations pour un membre de la famille Rivinius de Leipzig, Die Freude reget sich, BWV 36b, probablement de 1735.
Bach a transformé la musique profane en cantate pour le premier dimanche de l’Avent, en combinant d’abord quatre mouvements et en ajoutant simplement un choral, la strophe finale de «Wie schön leuchtet der Morgenstern». Le librettiste de cette adaptation, qui reste proche de la cantate profane sans faire allusion aux lectures, n’est pas connu. Klaus Hofmann indique que le début jubilatoire correspond à l’évangile de l’entrée à Jérusalem «les cris jubilatoires de Hosanna du peuple». La date de l’adaptation n’est pas connue avec précision, car la version n’est conservée que dans une copie réalisée par l’élève de Bach, Christoph Nichelmann.

Enfin, en 1731, Bach remania considérablement la cantate et écrivit une nouvelle partition. Il interpola les arias non pas avec des récitatifs, mais avec trois strophes de l’hymne de Luther pour l’Avent, «Nun komm, der Heiden Heiland». Cet hymne principal du premier dimanche de l’Avent avait déjà ouvert sa cantate pour la même occasion en 1714, Nun komm, der Heiden Heiland, BWV 61, et il l’avait utilisé comme base pour sa cantate chorale Nun komm, der Heiden Heiland, BWV 62 en 1724. Les strophes de l’hymne «servent à ancrer la cantate dans une certaine mesure dans l’histoire de l’Avent, et à lui donner un but liturgique et une orientation claire». John Eliot Gardiner la décrit comme «structurellement inhabituelle». Bach a divisé la cantate en deux parties, à exécuter avant et après le sermon, en terminant la première partie par une strophe de l’hymne de Philipp Nicolai. Pour le contexte, il a remplacé la strophe 7, qui concluait toute la cantate, par la strophe 6, et a conclu la deuxième partie par la strophe finale de l’hymne de Luther.
L’œuvre est écrite pour quatre solistes vocaux (soprano, alto, ténor et basse) et un chœur à quatre voix ; deux hautbois d’amour, deux violons, alto et basse continue.

Elle se compose de huit mouvements, organisés en deux parties à exécuter avant et après le sermon. L’interpolation de chœurs et d’arias avec des chorals est unique dans la production de cantates de Bach. La cantate est unique parmi les cantates d’église de Bach pour sa structure d’arias combinées avec des chorals au lieu de récitatifs. Créée une semaine après Wachet auf, ruft uns die Stimme, BWV 140, elle témoigne de l’importance accordée par Bach au choral, même au-delà de son deuxième cycle de cantates chorales, commencé en 1724.

Le premier choral s’ouvre sur une ritournelle, dominée par deux motifs contrastés : les cordes jouent une brève figuration ascendante en triolets, les hautbois d’amour une mélodie expansive. Comme dans le modèle profane, le mouvement se compose de deux parties similaires, chacune comprenant deux sections contrastées : «Schwingt freudig euch empor zu den erhabnen Sternen» (Élève-toi avec joie vers les étoiles exaltées) et «Doch haltet ein ! La voix de basse, le registre le plus grave, entre en premier, suivie par les ténors, les altos et les sopranos. Cette séquence ascendante reflète également le texte «soaring aloft», littéralement «s’élancer vers le haut».
Gardiner, qui a dirigé les trois cantates pour le premier dimanche de l’Avent lors du Bach Cantata Pilgrimage avec le Monteverdi Choir en 2000, a décrit le mouvement comme un «madrigal spirituel – fantaisiste, légèrement texturé et profondément satisfaisant une fois que toutes ses exigences techniques virtuoses ont été satisfaites : ces gammes compliquées, ces divisions chromatiques et ces intervalles dans toutes les voix et l’enchaînement de figurations en triolets à l’unisson des hautbois d’amour et des premiers violons». Comparez les figures de «haltet ein !» dans la section centrale avec «Wohin ?» (où) dans l’aria «Eilt, eilt» dans la Passion selon saint Jean de Bach, BWV 245.

Les trois arrangements des strophes du choral de Luther sont différents, à commencer par un duo pour soprano et alto pour la première strophe. Les voix sont doublées par les hautbois d’amour et interprètent le texte en sections plus ou moins longues, avec seize mesures pour le final «Gott solch Geburt ihm bestellt» (que Dieu se soit réservé une telle naissance). Alfred Dürr souligne l’expressivité de la musique, notamment les sauts de sixte dans la demande pressante «nun komm» (maintenant viens), le rythme syncopé dans «des sich wundert alle Welt» (tout le monde s’émerveille) et les chromatismes audacieux dans le dernier vers.
L’aria pour ténor reflète «Die Liebe zieht mit sanften Schritten» (L’amour attire avec douceur) avec le hautbois d’amour comme instrument obligé, «le symbole musical traditionnel de l’amour», faisant allusion au concept de Jésus comme l’époux et de l’âme comme l’épouse, qui est également la base de l’hymne de Nicolai qui clôt la première partie dans une «touchante harmonisation à quatre voix».



L’aria de basse qui ouvre la deuxième partie, «Willkommen, werter Schatz» (Bienvenue, précieux trésor), présente des «échos du premier mouvement» et évite la structure da capo habituelle. La voix de basse est la vox Christi, qui s’adresse à l’épouse. Le geste d’accueil de la cantate profane semble approprié au sentiment exprimé.

La strophe suivante de l’hymne, «Der du bist dem Vater gleich» (Toi qui es comme le Père), la sixième strophe de l’hymne de Luther «traitant des péchés de la chair et de la mission du Christ pour racheter l’humanité», est marquée «molt’ allegro». Le ténor chante la mélodie chorale sans ornement comme un cantus firmus, mais les hautbois d’amour jouent avec «l’activité pressante et ascendante des doubles croches». Dürr voit l’expression de «Kampf und Sieg des Gottessohnes» (lutte et victoire du fils de Dieu) dans «das krank Fleisch» (les faiblesses de la chair) de l’homme. Gardiner la compare à un mouvement d’une sonate en trio.

Pour Gardiner, la dernière aria est «une berceuse de pur enchantement» et il la compare à «l’aria en écho» de la quatrième partie de l’Oratorio de Noël de Bach. Le texte «Auch mit gedämpften, schwachen Stimmen» (Même avec une voix douce et faible) est illustré par un violon solo en sourdine (avec sourdine).
Le choral final, la dernière strophe de l’hymne de Luther «Lob sei Gott dem Vater ton» (Louez Dieu le Père) est un arrangement à quatre voix.

Discographie sélective

Ce morceau a fait l’objet d’un certain nombre d’enregistrements, dont les suivants.



Bibliographie

Diverses bases de données fournissent des informations supplémentaires sur chaque cantate, telles que l’histoire, la partition, les sources des textes et de la musique, les traductions en différentes langues, la discographie, la discussion et l’analyse musicale. Les enregistrements complets des cantates de Bach sont accompagnés de notes de musiciens et de musicologues : Gardiner a commenté son Bach Cantata Pilgrimage ; Klaus Hofmann et Tadashi Isoyama ont écrit pour Masaaki Suzuki ; et Wolff a écrit pour Ton Koopman.

Similar Posts: