Syndrome de Marfan

Le syndrome de Marfan est une maladie rare du tissu conjonctif qui affecte plusieurs structures, notamment le squelette, les poumons, les yeux, le cœur et les vaisseaux sanguins.

Il se caractérise par une augmentation inhabituelle de la longueur des membres et des anomalies au niveau des vaisseaux sanguins et du cœur. Contrairement à d’autres problèmes génétiques, elle n’a pas d’effet négatif sur l’intelligence.

Histoire

Ce syndrome porte le nom de son découvreur, Antoine Marfan, qui, en 1896, remarqua une fillette de 5 ans dont les doigts, les bras et les jambes étaient extraordinairement longs et minces, et qui présentait également d’autres anomalies du squelette.

En 1896, Marfan a présenté le cas d’une fillette de 5 ans, Gabrielle P., à la Société médicale des hôpitaux de Paris. Marfan attire l’attention sur la longueur disproportionnée des membres associée à une maigreur osseuse. La mère de la fillette avait remarqué les anomalies de sa fille à la naissance. Les doigts et les orteils sont exceptionnellement longs et fins. Marfan a utilisé les termes «doigts d’araignée» (arachnodactylie) et dolichosténomélie (membres longs) pour désigner la maladie. Les troubles osseux de l’enfant se sont aggravés et on pense aujourd’hui qu’elle est morte de la tuberculose.

La pathogénie

Il s’agit d’une maladie à transmission autosomique dominante, ce qui signifie que la maladie a autant de chances d’apparaître chez un sexe que chez l’autre et qu’ils sont capables de la transmettre à leur descendance. Lorsqu’un individu est atteint, cela signifie qu’il a reçu au moins un allèle dominant de l’un de ses parents. Il peut également arriver que, bien que les parents ne soient pas porteurs, le nouvel individu soit atteint de la maladie, en raison d’une nouvelle mutation ou d’un phénomène de pénétrance réduite.

Le syndrome de Marfan est associé au gène FBN1 sur le chromosome 15q21.1. Le gène FBN1 code pour une protéine appelée fibrilline, qui est essentielle à la formation des fibres élastiques dans le tissu conjonctif. En outre, les microfibrilles possèdent une réserve de facteurs de croissance qui sont libérés à des moments précis afin de contrôler la croissance et de réparer les tissus et les organes de l’organisme. Une mutation du gène FBN1 peut réduire la quantité des fonctions protéiques de la fibrilline. En conséquence de ces mutations, l’élasticité de certains tissus est réduite, ce qui entraîne une croissance énorme et une instabilité des tissus.
Cette maladie est due à un défaut (mutation) du gène qui détermine la structure de la fibrilline, responsable de l’assemblage des réseaux de microfibrilles qui, avec l’élastine, font partie de la matrice extracellulaire des tissus ; il s’agit d’une protéine qui constitue une partie importante du tissu conjonctif. Une altération de cette protéine entraînera une destruction de l’assemblage des microfibrilles normales et la production de fibres élastiques anormales. On pense que la fibrilline normale agirait en inhibant la formation des os longs et que les fibres élastiques seraient responsables, par leur tension, du contrôle de cette croissance ; par conséquent, en cas d’altération de ces structures, une croissance osseuse exagérée se produirait.

Le syndrome de Marfan est présent à la naissance, mais il n’est parfois diagnostiqué que plus tard. Bien que toutes les personnes atteintes du syndrome de Marfan présentent une anomalie du même gène, la mutation est différente dans chaque famille ; toutes les personnes ne présentent pas les mêmes manifestations cliniques ou la même gravité. Ce phénomène est connu sous le nom d’expression variable, ce qui signifie que le gène défectueux se manifeste différemment chez les personnes atteintes. Les scientifiques ne comprennent pas encore pourquoi cette expression variable se produit chez les personnes atteintes de la maladie de Marfan.

Cette variabilité est appelée «hétérogénéité allélique» et est responsable du fait que le même gène produit des mutations différentes, et donc des variations dans les manifestations cliniques, voire des tableaux cliniques différents.

Héritage

Le gène défectueux peut être hérité ; les enfants d’une personne atteinte du syndrome de Marfan ont une chance sur deux d’hériter de la maladie. Il arrive qu’un nouveau gène défectueux soit produit lors de la formation du sperme ou de l’ovule (mutation), mais deux parents non atteints ont une chance sur 10 000 d’avoir un enfant atteint du syndrome de Marfan. On estime que 25 % des cas de Marfan sont dus à une mutation spontanée au moment de la conception.

En février 2006, l’Institut Bernabeu en Espagne a réalisé la première naissance au monde d’un enfant non atteint du syndrome de Marfan grâce à la technique MDA (Multiple Displacement Amplification). Le développement et la mise en œuvre de cette technique permettent de surmonter l’une des principales limites du DPI (diagnostic génétique préimplantatoire) pour les maladies monogéniques, à savoir la quantité d’ADN disponible pour le diagnostic.



Tableau clinique

Le diagnostic est principalement basé sur les caractéristiques physiques. Il existe 3 formes : le Marfan néonatal, le Marfan infantile et le Marfan classique.

Symptômes

Corps grand et mince ; membres longs et minces ; doigts longs comme des pianos ; thorax en entonnoir ou en carène ; scoliose (courbure de la colonne vertébrale) ; défauts visuels ; pieds plats ; visage étroit et mince ; micrognathie (petite mâchoire) ; colobome de l’iris ; hypotonie.

Panneaux

Articulations flexibles ; myopie (mauvaise vision de loin) ; luxation du cristallin (ectopia lentis) ; cornée déformée (plate) ; décollement de la rétine ; dilatation de la racine aortique ; régurgitation aortique ; anévrisme aortique disséquant ; prolapsus de la valve mitrale ; autres anévrismes aortiques (thoraciques ou abdominaux) ; pneumothorax (affaissement des poumons).



Personnes célèbres atteintes du syndrome de Marfan

Bien qu’il ne soit pas possible d’établir un diagnostic précis, les symptômes et les descriptions de l’époque permettent de penser que des personnages aussi importants que Sancho VI de Navarre (qui régna sur la Navarre de 1150 à 1194) souffraient de ce syndrome ou, du moins, présentaient des malaises et des morphologies de Marfan, Marie Ire d’Écosse (reine au XVIe siècle), Charles Maurice de Talleyrand (homme politique français des XVIIIe et XIXe siècles), Sergueï Rachmaninov (compositeur et pianiste russe), Niccolò Paganini (violoniste et compositeur italien, dont on dit que les mains mesuraient 45 cm chacune en raison de sa prétendue maladie). On a suggéré que le pharaon égyptien Akhenaton aurait souffert de cette pathologie, car ses représentations artistiques des traits de Marfan lui ont été attribuées à tort ; le chef terroriste d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden, en aurait également souffert, et Abraham Lincoln aurait en fait souffert de néoplasie endocrinienne multiple 2B. On pense également que Joey Ramone (chanteur américain du groupe Ramones) aurait souffert de cette pathologie.
Les personnes qui ont été diagnostiquées avec le syndrome et qui sont déjà décédées comprennent Jonathan Larson (dramaturge américain), Vincent Schiavelli (acteur italo-américain), John Tavener (compositeur anglais), Flo Hyman (joueuse de volley-ball), Ronalda Pierce (joueuse de basket-ball), Jabe Babe (qui a fait l’objet d’un film documentaire sur sa vie et sa maladie, «Jabe Babe – A Heightened Life»).

Isaiah Austin (joueur de basket-ball universitaire américain de la NCAA qui a dû renoncer à sa carrière en NBA et qui joue maintenant en Chine), Javier Botet (acteur espagnol), Carca (musicien argentin), Austin Carlile (chanteur et musicien américain du groupe Of Mice & Men) et Bradford Cox (chanteur américain du groupe Deerhunter) sont actuellement atteints de la maladie. En revanche, le nageur américain Michael Phelps a nié à plusieurs reprises en être atteint.

Liens externes

Similar Posts: