Troisième Ordre de Saint François

Le Tiers Ordre de Saint François ou Tiers Ordre Vénérable (T.O.V.) est l’ancien nom de ce qui est aujourd’hui l’Ordre Franciscain Séculier. Il est composé de laïcs consacrés ayant une règle et donc un mode de vie particulier. Il a été fondé par saint François d’Assise. Le nom de Tiers-Ordre fait référence à l’ordre chronologique de fondation (Premier Ordre, des Frères Mineurs ; Deuxième Ordre, des Clarisses ; et Troisième Ordre, des laïcs consacrés).

Le Troisième Ordre, appelé à l’origine Ordre des Frères de la Pénitence, est né de la volonté de François d’Assise d’ouvrir de nouvelles voies à des hommes et des femmes désireux de «faire pénitence» (vivre leur conversion sincère, en s’abandonnant au Christ comme modèle de vie), poussés par sa prédication et son exemple de vie. Certes, on ne peut pas dire que François ait institué ou fondé l’Ordre des Pénitents, puisque celui-ci était présent dans l’Église dès ses débuts ; mais il s’est efforcé de donner des orientations à ceux qui, touchés par son message, voulaient «faire pénitence». C’est ainsi que naquirent des groupes de frères pénitents, inspirés par son expérience de la vie évangélique. François continua à être proche d’eux et, d’une certaine manière, se sentit responsable de confirmer leur choix et de les associer à leur vocation de restaurer l’Église. Dès 1221, le Memoriale Propositi formulait des règles précises pour la vie et l’organisation des groupes de pénitents, dont la plupart étaient franciscains.
François a ainsi constitué les trois Ordres, institutionnellement autonomes et indépendants, de sorte que leur existence autonome n’est pas conditionnée par la subsistance de l’ensemble des trois Ordres. Leur vitalité spirituelle, cependant, a besoin d’un soutien mutuel «dans une communion vitale réciproque».

Paul VI a approuvé la dernière réforme de la Règle par le Bref apostolique Seraphicus Patriarcha de 1978, dans lequel il l’appelle l’Ordre franciscain séculier.

Histoire

Saint François d’Assise a été un exemple pour le clergé et les laïcs et beaucoup ont suivi ce mode de vie. En 1209, saint François a fondé son premier ordre pour les frères et en 1212, il a fondé le deuxième ordre pour les moniales. En 1221, suite à l’intérêt de nombreux laïcs pour la vie évangélique de François d’Assise, il fonda l’Ordre des Frères et Sœurs de la Pénitence (le troisième dans l’ordre chronologique, d’où le «Tiers Ordre»), donnant comme règle de vie la vie de l’Évangile, documentée dans la Première Lettre à tous les fidèles (considérée comme le Protorème de l’OFS). Plus tard, en 1221, le pape Honorius III a approuvé le Mémorial du but des frères et sœurs de pénitence vivant dans leurs propres maisons, la première règle utilisée par l’ordre franciscain de pénitence. Elle a été approuvée canoniquement en 1223 et a été appelée le Troisième Ordre en 1230. Le pape Nicolas IV, par la bulle Supra montem du 18 août 1289, a approuvé une nouvelle réforme de la Règle.

Léon XIII a approuvé une réforme de la Règle avec la bulle Misericors Dei Filius de 1889. Paul VI a approuvé la dernière réforme de la Règle avec la bulle Seraphicus Patriarcha de 1978.
Au XIIIe siècle, certains Tiers Réguliers franciscains ont commencé à vivre dans des couvents afin de se libérer des mondanités et de réaliser des œuvres caritatives en communauté. C’est ainsi que sont nés les Tiers Réguliers. Au XVe siècle, les Tiers Réguliers des différents pays ont été gérés comme un ordre régulier, avec des chapitres généraux pour les lieux suivants : Utrecht en 1401, Flandres en 1413, Cologne en 1427, Espagne en 1442, Liège en 1443, Italie en 1447, Irlande en 1456 et Dalmatie en 1473. En 1480, le pape Sixte IV décrète que tous les vœux prononcés par les hommes et les femmes du Tiers-Ordre sont valides. Léon X approuve les règles des communautés d’hommes et de femmes du Tiers-Ordre par la constitution apostolique Inter cetera de 1521.

Pie XI a approuvé de nouvelles règles par la bulle Rerum condicio de 1927. Les règles actuelles ont été approuvées par Jean-Paul II avec le bref pontifical Franciscanum vitae propositum.

Voir aussi

Similar Posts: