A Trick of the Tail (chanson)

«A Trick of the Tail» est une chanson du groupe de rock progressif Genesis, sortie en 1976, et qui donne son nom à l’album du même nom.

Bien que l’album A Trick of the Tail et son successeur Wind & Wuthering conservent un son progressif, chacun des albums comporte des chansons plus courtes, dans lesquelles Genesis s’oriente vers un format plus pop. Le meilleur exemple est cette chanson, qui marie des paroles narratives à une mélodie pop concise.

Les paroles racontent l’histoire d’un être doté de cornes et d’une queue, qui quitte sa maison pour se rendre dans le monde des humains, mais qui est traité comme un monstre ou une bête de foire.

Plus comme un monstre ou un coup de publicité.

C’est ce que disent les paroles. Il s’échappe ensuite du monde des humains et retourne chez lui, où il raconte l’étrange apparence des humains :

Ils n’ont ni cornes ni queues
Ils ne sont même pas conscients de notre existence

Il s’agit d’une histoire complexe et captivante, rendue dynamique par les mélodies de la chanson. L’aspect pop de la chanson est renforcé par l’enregistrement en studio de Genesis, avec une ligne de basse stylisée et des harmonies vocales complètes qui ajoutent une douceur supplémentaire pour l’auditeur. Cette chanson n’a jamais été interprétée en direct par le groupe lors de ses tournées, c’est pourquoi seules cette version et la version améliorée 5.1 incluse dans le coffret de 2007 sont disponibles.
Dans le livre d’Armando Gallo, Tony Banks explique : «J’ai eu l’idée des paroles après avoir lu «Les héritiers» de William Golding. Ce livre parle d’une race qui existait sur terre avant l’homme et raconte l’histoire du dernier survivant de cette race. Le dernier chapitre traite de notre réaction à son égard, tandis que le reste de l’histoire traite de sa réaction à l’égard des humains. C’est une créature étrange avec des cornes et une queue, il apparaît dans une ville moderne et les gens réagissent négativement à son égard. La mélodie provient d’une idée que j’avais à l’époque de Foxtrot. J’aime souvent utiliser des choses plus anciennes parce qu’elles sont un peu plus simples que ce que j’écris maintenant.

Similar Posts: