Bassin hydrographique du Biobío

Le bassin hydrographique du Biobío est la zone naturelle comprise dans le bassin hydrographique de la rivière Biobío. Cette zone coïncide avec la zone administrative du même nom définie dans l’inventaire des bassins fluviaux chiliens sous le numéro 083, qui s’étend de la ligne de partage des eaux dans la cordillère des Andes jusqu’à son embouchure dans l’océan Pacifique. Il est subdivisé en 10 sous-bassins et 71 sous-sous-bassins d’une superficie totale de 23 861 km².

Frontières

Son embouchure se situe au nord des derniers contreforts de la chaîne de montagnes Nahuelbuta et, dans le sens des aiguilles d’une montre, il est bordé au nord par le bassin de la rivière Andalién et le bassin de la rivière Itata, à l’est par les rivières transandines Neuquén, Agrio et Aluminé, Agrio et Aluminé, (à l’origine du fleuve Negro (Argentine)), au sud par le bassin du fleuve Imperial et à l’ouest par les bassins côtiers de l’interfluve Biobío-Impérial qui se jettent dans le Chiguayante, le Coronel ou le Laraquete, et plus au sud, par les bassins des fleuves Tubul, Lebu et Paicaví.

Ses extrémités se situent aux coordonnées géographiques 36°46’S, 38°50’S, 71°00’W et 73°10’W. : 423 

Population et régions

Le bassin comprend 30 municipalités de la région de Ñuble, de la région de Biobío et de la région d’Araucanía et abrite un total de 326 communes, dont 17 sont des villes et les autres des communes de moins de habitants, ainsi qu’un nombre important de 271 localités rurales. Certaines de ces communes se trouvent entièrement dans le bassin, comme : Hualqui, Los Ángeles, Antuco, Quilleco, Santa Bárbara, Quilaco, Mulchén, Negrete,
Nacimiento, Laja, Yumbel, San Rosendo, Angol, Renaico, Collipulli et Ercilla. D’autres conservent une partie importante de leur territoire et/ou de leur population dans le bassin, comme Concepción, Santa Juana, Cabrero, Traiguén et Talcahuano. Il y a aussi des communes qui n’ont qu’une petite partie de leur territoire dans les limites du bassin, comme Florida, Coronel, Tucapel, Curacautín, Pinto, Yungay et Quillón. 22 

Les communes les plus importantes du bassin, selon le nombre d’habitants de la commune, sont les suivantes :

Subdivisions

La Direction générale de l’eau a divisé le bassin du Biobío, pour une meilleure étude et administration, en sous-bassins et sous-sous-bassins suivants :

Hydrologie

Pour la description du régime du Biobío, il est nécessaire de diviser le bassin en secteurs : 91-92 

L’inventaire public des glaciers du Chili 2022 répertorie un total de 148 glaciers dans le bassin, dont 52 sont sans nom. La superficie totale couverte est de 25 007 km² et le volume d’eau stocké dans les glaciers est estimé à 0,679 km³.

Climat

Selon les données recueillies par l’Université technique de Dresde et la classification climatique de Köppen, les localités de Loncopangue (Quilaco) dans la Cordillère, Los Ángeles dans la Vallée centrale et Concepción dans la zone côtière du bassin ont un climat océanique tempéré avec des précipitations annuelles comprises entre 1 000 et 1 200 mm et des températures avoisinant les 11 °C.

Les diagrammes de Walter Lieth indiquent par une zone bleue les périodes où les précipitations dépassent la quantité d’eau que la chaleur du soleil évapore dans le même laps de temps (une moyenne de 10 °C par mois évapore 20 mm d’eau), ce qui donne un climat humide. Au contraire, les zones jaunes indiquent que pendant cette période, l’eau tombée peut être évaporée par la chaleur du soleil. La zone grise indique des mois très humides.



Activités économiques

La part régionale du bassin dans le produit intérieur brut du Chili entre 1990 et 1997 était de 8,1%. En comparaison, celle de Santiago était de 39,6% et celle de Valparaíso de 7,8% : 23 

Il existe des problèmes dus à l’absence d’une commission de surveillance des eaux fluviales, notamment entre les utilisateurs «en amont», qui ont le premier accès, et les utilisateurs «en aval», mais aussi entre les secteurs hydroélectrique et agricole et le secteur du tourisme : 235 

Dans la partie supérieure du Biobío, des zones de rafting et de kayak sont disponibles, attirant un grand nombre de sportifs européens et américains.
L’ensemble du bassin fait partie de la zone d’approvisionnement du système central interconnecté du Chili (SIC) et compte plusieurs centrales hydroélectriques.

En 1996, 50 entreprises avaient besoin d’eau pour leurs processus de production et 98% d’entre elles étaient des producteurs de cellulose, le reste étant impliqué dans les produits laitiers, la teinture du cuir et l’imprimerie. Dans le secteur du bassin situé entre les rivières Malleco et Vergara (0835), les industries ont besoin de 1000 l/s, et entre les rivières Vergara et Laja, la demande est de 4000 l/s. En aval du fleuve Claro, l’industrie pétrolière a besoin d’une consommation de 11 300 l/s. : 37 



Pollution

Un rapport de l’Université du Chili sur la situation des fleuves chiliens en 1999 indique que : : 86 

Une moyenne de 870 l/s d’eaux usées est déversée dans le bassin sans avoir été traitée.

Zones sous protection officielle et conservation de la biodiversité

Les Zones de Protection Officielle appartenant au Système National des Espaces Sauvages Protégés par l’Etat (SNASPE) situées dans le bassin correspondent à::: : 30 

La superficie totale couverte par ces zones est d’environ 139 500 ha, ce qui équivaut à 6 % de la superficie totale du bassin.

Dans ce bassin, les zones de conservation de la biodiversité correspondent à ::: : Le plan national de protection des zones humides :



Le plan national de protection des zones humides prévoit la protection de la zone humide située à l’embouchure de la rivière Biobío : 29 

Normes secondaires de qualité environnementale pour la protection des eaux intérieures de surface du bassin

Le ministère chilien de l’environnement, conformément aux obligations qui lui incombent en vertu de la loi sur les bases générales de l’environnement, a établi les normes secondaires de qualité environnementale (ci-après NSCA) pour le bassin hydrographique du Biobío.

Le texte de la loi promulguée le 2 mars 2015, avec les limites requises, les lieux et fréquences de mesure, etc., peut être consulté en ligne sur le site NSCA pour le bassin hydrographique du Biobío.

L’adoption de ces normes pour le bassin est l’aboutissement d’un long processus impliquant des aspects juridiques, communautaires, économiques, écologiques, infrastructurels et scientifiques. La méthodologie utilisée, dans le cas du bassin de la rivière Huasco, peut être consultée dans la norme secondaire de qualité environnementale pour les eaux de surface du bassin de la rivière Huasco.



Similar Posts: