Boîte d’ordinateur

En informatique, l’ordinateur ou le boîtier d’ordinateur, le châssis, le bocal, l’armoire ou la tour est la structure en métal ou en plastique dont la fonction est de loger et de protéger la plupart des composants d’un ordinateur personnel (généralement à l’exclusion de l’écran, du clavier et de la souris).

Les boîtiers sont généralement construits en acier (souvent SECC : acier, électro-galvanisé, laminé à froid, en bobine), en aluminium et en plastique. D’autres matériaux tels que le verre, le bois, le polyméthacrylate de méthyle et même les briques Lego (il existe des ensembles officiels) sont apparus dans des boîtiers fabriqués à la maison.

Histoire

En 1972, Intel produit le premier microprocesseur, le 4004, ouvrant la voie aux ordinateurs domestiques, une voie qui sera empruntée par Apple (1976) et plus tard par Commodore et Tandy (1977).

Commodore dotait ses ordinateurs d’un seul bloc contenant le clavier et le lecteur de bande magnétique, tout comme le TRS-80 de Tandy ajoutait un téléviseur avec un câble séparé. Apple a été commercialisé en petites quantités et sans boîtier.

Après cette première tentative, la plupart des ordinateurs ont suivi la ligne consistant à inclure le clavier dans la boîte. Commodore et Thomson ont ouvert les portes en 1982 avec le Commodore VIC-20 et le célèbre Thomson TO7, bien que Sinclair l’ait déjà fait en 1980 avec le Sinclair ZX80. D’autres célébrités comme Oric, MSX, Amstrad et plus tard Amiga ont suivi. Seul le Macintosh 128K a continué à inclure le moniteur dans la boîte.
Dans la troisième génération d’évolution, avec l’introduction de l’Amiga 1000 en 1985, les boîtiers de bureau ont été inaugurés. Ce nouveau type de design durera longtemps puisqu’on le retrouvera dans la plupart des ordinateurs jusqu’en 1992 ou 1993. Il se présente sous la forme d’un boîtier séparé du clavier par un câble ainsi que du moniteur. Il était conçu pour reposer sur le bureau et placer le moniteur au-dessus, et accueillir des périphériques amovibles (disquettes 5¼» et 3½»).

L’évolution suivante, qui perdure encore aujourd’hui, s’est faite au milieu des années 1990 ; elle a consisté à placer le boîtier à la verticale : la tour. Cela a permis d’augmenter considérablement le volume et de positionner les dispositifs de stockage de données perpendiculairement au boîtier, ce qui a permis de mieux utiliser l’espace disponible pour leur placement.

Vers les années 1990, la forme standard du boîtier était rectangulaire et généralement beige ; à partir des années 2000, le noir est devenu la couleur prédominante, suivi par l’adoption d’écrans LCD. En 2003, Apple s’est orienté vers des boîtiers plus esthétiques, avec des designs et des couleurs plus soignés, allant même jusqu’à réduire la taille du boîtier. Depuis lors, les entreprises produisent des boîtiers plus agréables à l’œil.

Un autre changement dans l’évolution des boîtiers a été la ventilation et le niveau de bruit. De l’espace a été ajouté au boîtier pour accueillir des ventilateurs de plus en plus grands.

Types de boîtes

La taille des boîtiers est largement déterminée par le facteur de forme de la carte mère. Cependant, le facteur de forme ne spécifie qu’une partie de la taille interne du boîtier.

Disposition

En règle générale, un boîtier contient des boîtiers pour les blocs d’alimentation et les baies de disques. Les connecteurs pour les périphériques de la carte mère et les cartes d’extension peuvent être situés sur le panneau arrière. Sur le panneau avant se trouvent, dans de nombreux cas, les boutons d’alimentation et de réinitialisation, ainsi que des diodes électroluminescentes qui indiquent l’état de l’alimentation de la machine, l’utilisation du disque dur et l’activité du réseau informatique.



Dans certains anciens boîtiers, des boutons turbo limitaient la vitesse du processeur, mais ces boutons ont fini par disparaître des nouveaux modèles. Les boîtiers plus récents sont dotés de panneaux sur lesquels il est possible de connecter des périphériques plus modernes tels que des périphériques USB, Firewire, des écouteurs, des microphones et des lecteurs de cartes flash. Ils peuvent également être équipés de petits écrans LCD qui indiquent la vitesse du microprocesseur, la température, l’heure du système, etc. Tous ces dispositifs doivent être connectés à la carte mère pour obtenir les informations.

Principaux composants

Les cartes mères sont généralement vissées au fond ou sur le côté de l’intérieur de l’armoire, en fonction du facteur de forme et de l’orientation.
Certains facteurs de forme, comme l’ATX, comportent des emplacements qui doivent être découverts pour accueillir les périphériques d’entrée/sortie intégrés à la carte mère, ainsi que des emplacements pour les cartes d’extension. Les blocs d’alimentation sont généralement situés en haut à l’arrière, fixés par des vis, bien que les tours et demi-tours de milieu et de haut de gamme les placent en bas pour améliorer la circulation de l’air dans le boîtier.

Sur la face avant, les formats tels que ATX disposent de baies de 5¼ pouces (utilisées par exemple par les lecteurs de disques optiques) et de baies de 3½ pouces (utilisées par exemple par les lecteurs de disquettes, les disques durs ou les lecteurs de cartes).

Les périphériques d’entrée/sortie optionnels sont généralement situés sur la partie inférieure de la face avant, là où se trouvent les DEL.



Accès intérieur

Les boîtiers de PC modernes comportent un seul panneau amovible (couvercle) qui est vissé au boîtier et qui, une fois retiré, permet d’accéder facilement à la carte mère, aux cartes d’extension et aux dispositifs de stockage de données. Dans les boîtiers plus anciens (et dans certains boîtiers actuels), pour installer ou retirer les lecteurs de disque, il fallait retirer les deux couvercles latéraux en enlevant plusieurs vis, ce qui rendait l’accès à l’intérieur un peu plus laborieux. Aujourd’hui, il existe des boîtiers sans outils qui remplacent les vis par des rails et des supports en plastique qui facilitent la manipulation du boîtier, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Vis

Il existe une multitude de fabricants de boîtiers de PC, mais en général, seuls 3 types de filetages sont utilisés dans les boîtiers de PC. Cette norme de facto permet de réutiliser les vis d’un boîtier dans un autre boîtier. Il s’agit des filetages #6-32 et #4-40 (appartenant à la norme nord-américaine UTC) et M3 (filetage métrique international).

Les vis à filetage #6-32 sont souvent utilisées, par exemple, pour fixer les couvercles des boîtiers PC, pour fixer le bloc d’alimentation au châssis ou pour maintenir les cartes d’extension dans leurs emplacements. Les vis à filetage #4-44 sont couramment utilisées dans les connecteurs de certains câbles pour les maintenir connectés à l’un des ports externes du PC. Les vis à filetage M3 sont utilisées, par exemple, pour fixer les lecteurs de disques optiques au châssis ou pour visser la carte mère aux supports.

Modding

Le modding est la recherche d’un style plus artistique pour les boîtiers, souvent avec des accessoires innovants pour attirer l’attention. Depuis le début des années 2000, des panneaux transparents ou des fenêtres ont été ajoutés pour permettre de voir l’intérieur du boîtier. Les adeptes du modding ajoutent des LED internes et des couleurs accrocheuses. Certains fabricants sortent des éditions haut de gamme de cartes mères destinées à être exposées, sur lesquelles les dissipateurs thermiques et certains accessoires comportent des éléments décoratifs ; il est également courant pour les amateurs de modding d’overclocker leurs machines, de sorte qu’il est également fréquent d’y voir des systèmes de refroidissement par eau.
Les fabricants de cartes mères, de cartes vidéo et d’autres composants haut de gamme proposent également des autocollants portant leur logo à apposer sur la face avant de l’ordinateur.

Similar Posts: