Camps de concentration pour homosexuels en Tchétchénie

Les camps de concentration pour homosexuels en Tchétchénie sont des lieux de détention en Tchétchénie pour les hommes présumés homosexuels ou bisexuels. Depuis février 2017, une centaine d’hommes résidant en République tchétchène (qui fait partie de la Fédération de Russie) et soupçonnés d’être gays ou bisexuels ont été rassemblés, détenus et torturés par les autorités en raison de leur orientation sexuelle.

Cette répression a été décrite comme faisant partie d’une purge systémique anti-LGBT. Des hommes ont été détenus et prétendument torturés dans ce que des témoins et des groupes de défense des droits de l’homme ont décrit comme des camps de concentration.

Description de l’article

Les événements ont été initialement rapportés le 1er avril 2017 dans le journal Novaya Gazeta, un journal d’opposition russe, lorsqu’au moins 100 hommes auraient été détenus et torturés, et qu’au moins trois personnes auraient été tuées lors d’une exécution extrajudiciaire. Le journal, citant ses sources au sein des services secrets tchétchènes, a qualifié la vague d’arrestations de «raid prophylactique». Le journaliste qui a rapporté le scoop a dû se cacher, et d’autres journalistes qui ont rapporté la situation ont reçu des appels à des représailles.

Les autorités russes et tchétchènes ont nié avoir connaissance de ces arrestations. En réaction, le Russian LGBT Network aide tous ceux qui ont dû fuir la Tchétchénie sous la menace. Les groupes de défense des droits de l’homme et les gouvernements étrangers ont appelé la Russie et la Tchétchénie à mettre fin à la purge.

Similar Posts: