Château de Sotomayor

Le château de Soutomaior est un édifice médiéval du XIIe siècle, lieu d’origine et centre de pouvoir de l’une des plus importantes lignées de la Galice médiévale, la famille Soutomaior. Il est situé à 20 kilomètres de Vigo et à 15 kilomètres de Pontevedra.

Depuis mai 2018, le château abrite un musée qui recueille les jalons chronologiques et des informations sur les différents moments historiques du lieu. La forteresse a été habitée au XVe siècle par le noble Pedro Madruga, qui a amélioré ses aspects défensifs et a introduit de nouvelles caractéristiques pour adapter la fortification à l’utilisation d’armes à feu. Elle a retrouvé sa splendeur de palais d’été à la fin du XIXe siècle avec Antonio Aguilar y Correa, marquis de Vega de Armijo et marquis de Mos, et son épouse Zenobia Vinyals, qui ont réalisé des transformations de style néogothique. Au début du XXe siècle, le château a été hérité par sa nièce María Vinyals, écrivain et pionnière du féminisme en Galice. En 1987 fut inaugurée la dernière restauration du château, acquis par la Diputación de Pontevedra en 1982 et transformé en musée en mai 2018. Depuis 2016, il est le siège de l’École de l’égalité María Vinyals.

Le domaine de 29 hectares comprend un jardin botanique de 15 700 m2 dans lequel on trouve 175 espèces d’arbres différentes, dont certaines ont plus de huit cents ans. Il y a également une collection de 300 camélias de 22 types différents. En 2012, il a été déclaré Jardin d’excellence internationale par la Société internationale du camélia.

Lieu

Le château de Sotomaior est situé dans la paroisse de San Salvador de Sotomayor, dans la municipalité de Soutomaior, dans la région de Vigo, province de Pontevedra.

La forteresse se trouve au sommet du Monte Viso, à 119 mètres au-dessus du niveau de la mer. Elle est située entre les villes de Redondela et Arcade, surplombant le confluent des rivières Oitavén et Verdugo, à un endroit clé pour le contrôle entre le sud-ouest et le centre de la Galice, à proximité de la ville historique de Puente Sampayo, connue pour la bataille qui s’y est déroulée pendant la guerre d’indépendance de l’Espagne. Le complexe occupe 25 hectares.

Histoire

L’origine de la forteresse n’est pas très claire, bien qu’on la situe au XIIe siècle avec Paio Méndez Sorrede, seigneur de Soutomaior, à l’époque d’Alphonse VII, roi de Galice (1111-1157). La légende veut qu’il ait été fondé avant l’arrivée des musulmans dans la péninsule et l’historiographie est en faveur de cette hypothèse, bien qu’il n’y ait pas de preuves documentaires pour la corroborer. La première construction fut une fortification austère qui dominait le sud de la vallée du Verdugo sous le nom de Souto Maior.

La commune de Soutomaior est née de l’activité du château qui, au XVe siècle, a fait de ces terres le noyau politique du sud de la Galice.
Depuis lors, les Sotomayor ont joué un rôle de premier plan dans la plupart des événements politiques et sociaux de l’époque en Galice, tels que la guerre civile entre Pedro I de Castille et Henry II de Castille, les guerres avec le Portugal, les révoltes des Irmandiño (1467-1469) ou les nombreux affrontements entre les évêchés de Tuy et de Saint-Jacques-de-Compostelle et les maisons nobles galiciennes.

Au XVe siècle, Álvaro Páez de Sotomayor, qui mourut en défendant la ville de Tuy contre les attaques des Irmandiños, légua le château à son demi-frère Pedro Álvarez de Sotomayor (1430-1486), plus connu sous le surnom de Pedro Madruga, l’un des chevaliers féodaux les plus puissants de la Galice médiévale, à qui l’on doit l’introduction des armes à feu dans le royaume de Galice, en particulier les arquebuses et les fauconneaux. Depuis Sotomayor, Pedro Madruga domine une grande partie du royaume. Il reconstruit et agrandit le château qui avait été partiellement détruit lors du soulèvement contre les nobles de la révolte d’Irmandiña (1467-1469). Il construisit également une double muraille et améliora ses aspects défensifs en introduisant de nouveaux éléments pour adapter la fortification aux armes à feu, en installant des fentes pour protéger le soldat qui tirait les arquebuses depuis l’intérieur du château et en installant des canons en bronze sur les murs.

Dans le donjon du château, dont l’accès original se fait par un trou supérieur, Diego de Muros, évêque de Tuy entre 1472 et 1487, a été emprisonné parmi d’autres.
Près du château se trouvait le Castro de Peneda, où l’archevêque de Santiago Alonso II de Fonseca y Ulloa construisit en 1477 le château de Castrizán pour contrôler le château de Sotomayor, et qu’à son retour de captivité en Castille, Pedro Madruga conquit et démolit, sa place étant désormais occupée par l’ermitage de la Virgen de las Nieves.

Après la mort de la famille Madruga en 1486, les conflits de succession autour de l’héritage de Pedro Madruga ont entraîné une perte de prestige de la famille.



En 1518, en raison de la politique de pacification de la Couronne espagnole, les tours et les fortifications ont été démantelées, mais la tour de Soutomaior a été conservée, car il s’agissait d’un château stratégique pour la défense de la frontière avec le Portugal. La hauteur de la tour fut toutefois modifiée sur ordre des Rois Catholiques pour punir Pedro Álvarez de Sotomayor. En 1525, un décret royal créa le domaine de Sotomayor.

Les problèmes de succession ne furent résolus qu’en 1795, lorsque, après un long procès, la chancellerie de Valladolid trancha le conflit en faveur de Benito Fernando Correa de Soutomayor, IVe marquis de Mos, mais le château poursuivit son processus de décadence vers la ruine. Le donjon s’est partiellement effondré et le mur est dépourvu de blocs de pierre qui ont été pillés. Les tuiles, la couverture et les boiseries sont très endommagées.
En 1809, les troupes françaises incendièrent le palais de Santa Eulalia de Mos et détruisirent les archives de Sotomayor. La destruction des informations historiques est aggravée par le délabrement du château, mais en 1869, une «nouvelle vie» commence pour le bâtiment.

L’héritier du château, Antonio Aguilar y Correa, petit-fils de Benito Fernando Correa, VIIIe marquis de la Vega de Armijo et VIe marquis de Mos, et son épouse Zenobia Vinyals, qu’il avait épousée en 1867, entreprirent de restaurer le château, le transformant en palais de résidence d’été avec la structure qu’il conserve encore aujourd’hui. Le donjon est restauré, une bibliothèque y est aménagée, la plomberie est installée et l’intérieur est réaménagé en habitation, en accentuant son passé médiéval et en le remodelant avec une esthétique néogothique liée au romantisme.

Ils ont également construit des jardins semblables à ceux qu’ils avaient connus en France. Le marquis de Vega Armijo était un homme politique de premier plan qui devint ministre d’État et président du Congrès, tout en présidant l’Académie royale d’histoire et l’Académie royale des sciences morales et politiques, et il recevait fréquemment au palais des visiteurs illustres du monde social, politique et culturel. Parmi ces illustres visiteurs, on compte le roi Alphonse XII à trois reprises. Le cercle d’amis des marquis comprenait des artistes qui se rendaient fréquemment au château, parmi lesquels les peintres Rafael Chacón et Joaquín Sorolla, qui ont représenté María à une ou deux reprises, sans que l’on sache où se trouvent les tableaux, et le sculpteur Mariano Benlliure.
La dépouille de Zenobia Vinyals, décédée le 12 avril 1891, est enterrée dans la chapelle du château.



En 1908, le château passe aux mains de María Vinyals y Ferrés (1875-1940), marquise d’Ayerbe, écrivaine, militante sociale et précurseur du féminisme en Galice, plus connue sous le nom de Marquise rouge. Nièce des marquis de Vega de Armijo, María Vinyals était considérée comme leur fille adoptive, qui n’avait pas de descendance. Elle est née au château et y a passé tous ses étés jusqu’en 1917. Dès son plus jeune âge, elle s’est intéressée à la littérature, à l’histoire, au dessin et à la photographie. Elle s’initie à la peinture avec Joaquina Serrano et expose ses œuvres aux expositions nationales des beaux-arts de Madrid en 1890 et 1895. Il excelle également dans le domaine de la littérature.

Elle célèbre son premier mariage dans la chapelle du château avec Juan María Jordán de Urríes y Ruiz de Arana, 6e marquis d’Ayerbe, qui meurt en mai 1908, un mois avant son oncle, dont elle a hérité du château.

En 1904, il publia le livre El castillo del marques de Mos en Sotomayor. Apuntes históricos por la marquesa de Ayerbe», la première étude connue sur l’histoire du château, illustrée par le peintre valencien José Garnelo, qu’il dédie à la mémoire de sa tante Zenobia, décédée en 1891. Il a également écrit un roman autobiographique intitulé «Rebelión».
Elle a également consacré son temps à des causes féministes. En 1905 et 1906, elle fonde la Junta Americana de Cultura Femenina et l’Escuela de Madres de Familia pour la protection des femmes, dans le but de soutenir l’éducation des femmes afin qu’elles puissent accéder à l’indépendance. Elle compte parmi ses amis des femmes renommées de son époque, telles qu’Emilia Pardo Bazán et Carmen de Burgos, et fait du château un lieu de rencontre pour des artistes de différentes disciplines.

Devenue veuve en 1909, María a épousé Enrique Lluria Despau, un prestigieux urologue cubain qui a étudié à La Havane, Barcelone, Madrid et Paris, assistant de Santiago Ramón y Cajal. En 1910, ils ont établi leur résidence permanente au château de Sotomayor, où ils ont vécu pendant sept ans avec leurs enfants Roger et María Teresa, la fille de son second mari. Le 15 juillet 1913, ils ouvrent l’hôtel Sanatorium de Lluria, situé dans le jardin, où ils soignent diverses maladies. Ils construisent également une scierie mécanique et une fromagerie, que Maria gère.

En 1917, elle adhère avec son mari au Parti socialiste ouvrier espagnol et on sait que Pablo Iglesias a visité le château. Son activisme politique lui a causé quelques problèmes. Le 17 août 1917, le château est fouillé à la recherche d’un dirigeant syndical de l’UGT et ils sont impliqués dans une arrestation présumée pour leur participation à la grève générale révolutionnaire du mois d’août de la même année.



En octobre 1917, elle et son mari, endettés et accusés d’intrigues politiques, perdent leurs biens lors d’une vente aux enchères publiques.
En 1919, le château a été acheté aux enchères publiques par Alberto Dopazo y Segade de Vilagarcía de Arousa, qui l’a acquis pour 20 000 pesetas. En 1935, il a été acquis par Eugenio Carlos de Hostos y de Ayala, un militaire d’origine portoricaine qui a commencé à récupérer le jardin et à y introduire de nouvelles espèces de plantes.

En 1982, le château et le domaine ont été acquis par le Conseil provincial de Pontevedra, qui a réalisé d’autres travaux de restauration, achevés en 1987.

En 2010, une nouvelle intervention archéologique a été réalisée. En mai 2018, après un processus de muséification mené par l’archéologue Diego Piay Augusto, le château a rouvert ses portes en tant que musée.

Depuis 2016, le château est le siège de l’Escola da Igualdade María Vinyals, promue par la Diputación de Pontevedra.



Le château et son évolution

On ne sait pas s’il a été construit sur un édifice antérieur, mais certains éléments l’indiquent, comme le type de flèche de la tour principale, où l’on trouve de petites serrures très érodées et irrégulières, superposées à la corde et à la lame, selon la même technique que celle utilisée dans les tours de la frontière portugaise au début et à la fin du XIIe siècle. La première construction consistait en une tour de guet austère qui a probablement été agrandie par la construction d’une autre tour et d’un mur les reliant.
C’est la partie la plus ancienne du château et l’élément principal. Au cours de l’histoire, elle a subi plusieurs destructions et réparations. La hauteur de la tour a été modifiée sur ordre des Rois Catholiques pour punir Pedro Álvarez de Sotomayor.

Elle a été construite en même temps que le mur d’enceinte, au XVe siècle, pour défendre l’accès initial au château. Pendant la résidence du marquis de Vega de Armijo, il a été utilisé comme bibliothèque.

Le château possédait à l’origine un pont-levis sur les douves, construit entre le XVIe et le XVIIe siècle. Ce pont-levis a été transformé en un pont de pierre qui mène à la porte d’entrée présidée par les armoiries des marquis de Mos.

La construction a un double périmètre de murs et un plan irrégulier et ovale qui s’adapte au terrain sur lequel elle se trouve. C’est dans la seconde moitié du XVe siècle que le château acquiert son aspect défensif.

La première enceinte est percée de deux portes : la porte sud, encore utilisée aujourd’hui, qui porte les armoiries du marquis de Mos, et la porte nord, la porte principale d’origine, qui porte les armoiries de la famille Soutomaior et Zúñiga.



Au XVe siècle, les troupes de Pedro Madruga s’entraînaient sur la place d’armes.
La révolte d’Irmandiña a gravement endommagé le château, qui a dû être rénové. C’est à cette époque qu’a été tracée la deuxième ceinture de murailles (on ne sait pas si elle a remplacé une précédente), qui a été construite ex novo, car il n’y a pas de vestiges antérieurs. Il y a de nouveaux éléments constructifs tels que les poutres, témoins de la communication du passage de garde, qui sont maintenant murées.

Lors des transformations de la fin du XIXe siècle, la plupart des parapets et des plis de l’enceinte extérieure ont été construits, ainsi que les poutres et les gargouilles qui se terminent à l’extérieur des murs.

Le bâtiment principal conserve le donjon d’origine. Il s’agit d’une structure rectangulaire d’une superficie de près de 150 mètres carrés et d’une hauteur de 15 mètres, avec des murs de plus de 3,5 mètres d’épaisseur à certains endroits. Il est composé de plusieurs étages, l’entrée principale se trouvant au premier étage, où se trouvait le pont-levis d’origine.



Le palais, relié à la Tour de l’Hommage, s’étend vers le nord jusqu’à une seconde tour du XVe siècle dont les piédestaux d’origine ont été conservés.

Il est le résultat de la reconstruction et des travaux réalisés par les marquis de Vega de Armijo, qui ont acquis le château en 1870. Les travaux ont suivi le style historiciste en vogue à l’époque, prenant la forme d’un palais néogothique.

Des galeries et des portes aux arcs ovoïdes s’ouvrent sur l’extérieur. À l’intérieur, de nouveaux escaliers, une chapelle, des salles avec des plafonds en bois et des cheminées ont été construits.
Parmi les transformations réalisées par les marquis, la plus remarquable est la construction d’une galerie néogothique connue sous le nom de «Galería de las Damas» (galerie des dames), qui s’ouvre sur la place d’armes. L’utilisation d’arcs brisés et de nouvelles colonnes en pierre a remplacé une galerie antérieure construite en partie en bois et soutenue par des piquets.

Dans le hall, il y avait une cheminée avec des peintures, des tapisseries et des meubles exquis, présidée par un grand tableau représentant le marquis avec sa nièce María Vinyals.

Une chapelle néogothique a également été construite avec des portes en noyer sculptées de Saint Pierre et Saint Paul. Sur l’autel se trouvait une toile du peintre Casto Plasencia, copie d’une œuvre de Murillo.

Le 15 juillet 1913 fut inauguré l’hôtel Sanatorium de Lluria, construit dans le jardin du château, qui, selon une affiche de l’époque, offrait des cures » d’air, de lumière et de repos «, avec des traitements spéciaux pour » les maladies urinaires, l’arthrite, l’obsession et la neurasthénie «. Le sanatorium était dirigé par l’urologue Enrique Lluria, second mari de María Vinyals, propriétaire du château entre 1908 et 1917. Aujourd’hui, le bâtiment abrite l’Hôtel-Posada de Sotomayor.

En 1870, les marquis de Vega de Armijo ont aménagé et embelli les alentours du château, convertissant une partie des champs de maïs existants en jardins conçus sur le modèle de ceux construits en France à l’époque.
Un pavillon a également été construit pour accueillir les invités non mariés, car seuls les dames et les messieurs mariés étaient autorisés à passer la nuit dans le château. Un belvédère, des gloriettes et même un petit théâtre où l’on jouait quelques pièces ont également été construits dans la végétation. Un carré de marronniers centenaires accueillait les invités.

Aujourd’hui, les jardins conservent de nombreux souvenirs de leurs occupants, notamment la fontaine de la Marquesa à deux jets et l’Estanque da Ría (étang de l’estuaire) devant l’entrée principale du château, en forme d’estuaire de Vigo, qui servait de piscine.

D’une superficie d’environ 15 700 m², le jardin compte 175 espèces d’arbres différentes (dont certaines ont plus de

ans), comme des cèdres du Liban, des eucalyptus, des abies et des épicéas, des palmiers, des camélias (dont le plus grand spécimen de japonica de Galice), des marronniers, des orangers, des magnolias, des platanes, des houx, des cyprès (Cupressus spp.), des sapins de Douglas (Pseudotsuguga), des arbres à feuilles d’acacia et des arbres à feuilles de chêne. ), le sapin de Douglas ( Pseudotsuga menzieslii ), le cryptomeria ou cèdre du Japon ( Cryptomeria japonica ), le cyprès de Lawson ( Chamaecyparis lawsoniana ), le cèdre à encens de Californie ( Calocedrus Recurrens ), les chênes, les araucarias et les séquoias, dont douze spécimens du catalogue des arbres de Galice, ainsi qu’une multitude d’espèces de fougères ou de plantes à fleurs comme l’hortensia.

Il y a également un vignoble en culture planifiée avec une vocation de jardin.
Les jardins de Sotomayor abritent une importante collection de camélias centenaires avec plus de 300 spécimens de 22 espèces différentes et ont été pionniers dans la diffusion en Galice de cette fleur d’origine orientale.

Le 9 février 2012, la Société internationale du camélia, lors de la Conférence internationale du camélia qui s’est tenue à Chuxiong (Chine), a déclaré le parc botanique «Jardin d’excellence internationale», le seul en Espagne. En Europe, il n’y en a que six autres.

Situation actuelle

Le château, malgré les nombreuses transformations qu’il a subies, conserve son caractère médiéval.
En mai 2018, le château a été rouvert en tant que musée géré par le Conseil provincial de Pontevedra. Les différentes salles présentent l’histoire du château, de ses origines à nos jours, avec des panneaux interactifs, l’histoire du puissant noble du XVe siècle Pedro Madruga, la lignée des Sotomayor, l’une des plus anciennes de Galice, l’époque où la forteresse médiévale est devenue un palais résidentiel et a été transformée au XIXe siècle en résidence d’été des marquis de Vega de Armijo. Parmi les salles thématiques, l’exposition «María Vinyals : des airs progressistes au château» retrace l’histoire de cette activiste sociale et précurseur du féminisme. Des événements clés de l’histoire de la Galice médiévale, comme la révolte d’Irmandiña, sont également retracés et la théorie de la relation supposée entre Christophe Colomb et les Sotomayors est développée. Le musée est spécialement préparé pour les visites scolaires et a publié un guide didactique à l’intention des enseignants.

L’hôtel trois étoiles Posada del Castillo de Soutomaior, inauguré en 1998, est situé dans le bâtiment qui abritait en 1913 l’hôtel Sanatorio de Lluria.

Similar Posts: