Jeanine Áñez

Jeanine Áñez Chávez (San Joaquín, Beni, 13 juin 1967) est une avocate, présentatrice de télévision et femme politique bolivienne qui a pris ses fonctions de présidente de l’État plurinational de Bolivie par intérim à la suite de la crise politique de 2019 en Bolivie, du 12 novembre 2019 au 8 novembre 2020. Elle est la deuxième femme de l’histoire de la Bolivie à accéder à la fonction présidentielle, après Lidia Gueiler Tejada (1979-1980).

Avant de prêter serment en tant que chef d’État, Mme Áñez a été deuxième vice-présidente du Sénat bolivien. Bien que la Constitution politique de l’État ne prévoie pas que la deuxième vice-présidence du Sénat puisse assumer la présidence du pays, son ascension a été officiellement entérinée par le Tribunal constitutionnel plurinational deux jours après la démission d’Evo Morales, déclarant qu’elle se faisait ipso facto, conformément au précédent établi par la Déclaration constitutionnelle 0003/01 du 31 juillet 2001. Le 24 janvier 2020, il annonce sa candidature à la présidence aux élections générales de 2020 pour l’alliance politique «Juntos». Cependant, le 17 septembre, il renonce à sa candidature afin d'»éviter de disperser le vote du bloc anti-MAS» lors de ces élections. Son mandat prend fin le 7 novembre 2020 lorsqu’il transfère la présidence à Luis Arce Catacora.

Le 10 juin 2022, elle est condamnée à 10 ans de prison pour les délits de «manquement aux devoirs» et de «résolutions contraires à la Constitution» par le premier tribunal anti-corruption de La Paz.

Biographie

Jeanine Áñez est née le 13 juin 1967 à San Joaquín, dans le département de Beni. Ses parents sont tous deux enseignants et elle est la dernière d’une famille de sept enfants.

Elle a commencé sa scolarité en 1972, dans une école rurale appelée «21 de Agosto», une école exclusivement féminine. Sa mère deviendra la directrice de cette petite unité éducative. En 1984, elle obtient son diplôme de fin d’études secondaires à l’école «Capitán Horacio Vásquez Sánchez» de sa ville natale.

En 1985, Jeanine Áñez s’est installée dans la ville de La Paz. À La Paz, Áñez a d’abord suivi des cours de secrétariat à l’Institut bolivien, puis à l’Institut Abraham Lincoln. En 1988, il s’est installé dans la ville de Santa Cruz de la Sierra où il a complété sa formation technique en suivant des cours d’informatique et d’anglais. C’est dans cette ville qu’elle rencontre l’avocat Beniano Tadeo Ribera Bruckner (1960-2020), qui sera son premier mari et avec qui elle aura ses deux seuls enfants : Carolina Ribera Áñez (1990) et José Armando Ribera Áñez (1995).
En 1990, Jeanine Áñez et son mari ont décidé de s’installer dans la ville de Trinidad, où ils allaient fonder leur famille et où naîtraient leurs deux enfants. Dans cette ville, le jeune couple s’est déjà lancé dans les affaires en ouvrant son propre restaurant familial.
Dans les années 1990, Jeanine Áñez a commencé à étudier à la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de l’université autonome de Beni «José Ballivián» (UABJB). Elle a obtenu son diplôme d’avocate en 1997, avec une licence en sciences juridiques et en droit.

En 1993, son mari s’est lancé dans la politique en tant que conseiller municipal de Trinidad, représentant le parti Unidad Cívica Solidaridad (UCS), qui appartenait à l’époque au leader politique Max Fernández Rojas. Lors des élections municipales de décembre 1995, Tadeo a été élu maire de la ville de Trinidad pour la période 1996-2000, toujours en tant que représentant de l’UCS.

Au cours de sa vie professionnelle, Mme Áñez a travaillé comme réalisatrice et présentatrice de télévision à Totalvisión.
à Totalvisión et comme membre du comité exécutif national du Movimiento Demócrata Social (MDS).
L’entrée de Jeanine Áñez dans la vie politique bolivienne a commencé en 2006, lorsqu’elle a participé, en juillet de la même année, aux élections des membres de l’assemblée constituante dont l’objectif était de rédiger la nouvelle Constitution politique de l’État de Bolivie. À l’âge de trente-neuf ans, Jeanine Áñez a été élue députée uninominale de la 61e circonscription, représentant le parti Poder Democrático Social (PODEMOS), alors dirigé au niveau national par le leader politique et ancien président Jorge Tuto Quiroga Ramírez. Pendant son mandat de membre de l’assemblée constituante (2006-2007), Jeanine Áñez vit dans la ville de Sucre, où elle fait partie de la commission sur l’organisation et la structure du nouvel État et travaille également sur le pouvoir judiciaire. Après la clôture de l’assemblée constituante, elle retourne à son programme de télévision dans la ville de Trinidad, mais la politique la rappellera à nouveau.

En décembre 2009, Jeanine Áñez a participé aux élections nationales de cette année-là, où elle a été élue sénatrice du département de Beni, représentant l’alliance politique Plan Progreso para Bolivia-Convergencia Nacional (PPB-CN), qui était alors dirigée au niveau national par le leader politique Manfred Reyes Villa. M. Áñez a été sénateur à l’Assemblée législative plurinationale de 2010 à 2015.
En octobre 2014, Jeanine Añez a de nouveau participé aux élections nationales de la même année, réussissant également à être élue sénatrice du département de Beni, représentant l’alliance politique Unidad Demócrata (UD), qui était alors dirigée au niveau national par le leader politique Samuel Doria Medina. Bien que le mandat législatif de Jeanine Añez ait officiellement pris fin en 2020, Áñez a dû se retirer en novembre 2019 pour assumer la présidence bolivienne.

Sa vie politique intense et constante a conduit Jeanine Añez à divorcer de son premier mari, Tadeo Ribera Bruckner, ancien maire de la ville de Trinidad (1996-2000). Elle rencontrera plus tard son second compagnon, Héctor Hernando Hincapié Carvajal, de nationalité colombienne. Le 29 janvier 2020, son ex-mari Tadeo Ribera meurt d’un cancer dans la ville de Santa Cruz de la Sierra à l’âge de soixante ans.

Présidence de la Bolivie

Le 11 novembre 2019, à la suite des démissions du président Evo Morales, du vice-président Álvaro García Linera, de la présidente du Sénat Adriana Salvatierra et du président de la Chambre des députés Víctor Borda, Jeanine Áñez annonce qu’elle est disposée à assumer provisoirement la présidence du pays, en suivant l’ordre de succession pour convoquer de nouvelles élections conformément à la ligne de succession constitutionnelle du pays.
Pour assumer officiellement la présidence du Sénat, elle a besoin des votes de la majorité aux mains du Movimiento al Socialismo, avant de convoquer une session bicamérale au cours de laquelle elle prêtera serment en tant que chef d’État intérimaire et transitoire.



Le 12 novembre 2019, au cours d’une brève session législative, Mme Áñez a été proclamée présidente de l’État, revendiquant la succession constitutionnelle, sur la base d’un arrêt rendu le même jour par la Cour constitutionnelle en faveur de l'»immédiateté» de la succession constitutionnelle, sans qu’il soit nécessaire de recourir à une loi ou à une résolution législative. Mme Áñez a obtenu le vote favorable des partis d’opposition, soit un tiers du parlement, tandis que le Mouvement vers le socialisme n’a pas participé au vote, rejetant ainsi la succession.

Après avoir prêté serment, Mme Áñez s’est rendue au palais du gouvernement accompagnée d’une bible, puis a entonné l’hymne national. Une fois dans le palais, elle a fait des déclarations depuis le balcon présidentiel, vêtue de l’écharpe présidentielle. Peu après son investiture, le Tribunal constitutionnel plurinational a reconnu Mme Áñez comme présidente constitutionnelle de la Bolivie, contrairement à une prétendue «autoproclamation» de sa part, selon laquelle «le fonctionnement de l’organe exécutif de manière intégrale ne doit pas être suspendu, de sorte que le suivant dans la ligne de succession assume ipso facto la présidence». Elle est ainsi devenue la deuxième femme chef d’État de l’histoire de la Bolivie, après Lidia Gueiler Tejada.
Le 13 novembre, l’ancienne présidente du Sénat bolivien, Adriana Salvatierra, a nié la proclamation de Jeanine Áñez en tant que présidente et a affirmé qu’elle était toujours en fonction en tant que présidente de la chambre haute, bien qu’elle ait démissionné à la suite de pressions présumées de la part de groupes d’opposition, une démission qui, selon elle, n’avait pas été prise en compte par le Sénat dans son ensemble pour devenir effective.
Par la suite, le 20 novembre, le groupe parlementaire du Mouvement vers le socialisme (MAS) dans les deux chambres a reconnu l’entrée en fonction de Jeanine Áñez dans une déclaration :
.mw-parser-output .flexquote{display:flex;flex-direction:column;background-color:#F9F9F9F9;border-left:3px solid #c8ccd1;font-size:90%;margin:1em 4em 4em;padding :.4em .8em}.mw-parser-output .flexquote>.flex{display:flex;flex-direction:row}.mw-parser-output .flexquote>.flex>. quote{width:100%}.mw-parser-output .flexquote>.flex>.separator{border-left:1px solid #c8ccd1;border-top:1px solid #c8ccd1;margin :.4em .8em}.mw-parser-output .flexquote>.cite{text-align:right}@media all and (max-width:600px){.mw-parser-output .flexquote>.flex{flex-direction:column}}
Le 13 novembre, il a nommé onze des vingt ministres qui composent le cabinet de l’État plurinational de Bolivie. M. Áñez, qui a le contrôle de la police et des forces armées en tant que président, a également apporté des changements à la direction militaire du pays. Parmi ses principaux ministres figuraient d’éminents hommes d’affaires de Santa Cruz de la Sierra. Les nominations ultérieures aux postes restants incluront trois membres indigènes ; le dernier cabinet de Morales comprenait deux personnes indigènes.

Sur les vingt ministres qui accompagnent Jeanine Áñez, seuls sept sont des politiciens de carrière comme elle, avec une longue carrière politique, notamment Oscar Ortiz Antelo, Arturo Murillo, Yerko Núñez, Eliane Capobianco, Víctor Hugo Zamora, María Elva Pinckert et Victor Hugo Cárdenas, tandis que les treize ministres restants ne sont que des techniciens.

Le 20 novembre 2019, le gouvernement de transition a présenté un projet de loi visant à ouvrir la voie à de nouvelles élections. La loi présentée par le gouvernement Áñez prévoit que les élections auront lieu 120 jours après la nomination des nouvelles autorités électorales, qui devront être élues dans un délai maximum de 20 jours. Une fois en fonction, les membres du Tribunal suprême électoral disposeront de 48 heures pour annoncer la date des élections. La loi établit également qu’au moins deux des membres doivent être indigènes et que trois d’entre eux doivent être des femmes.
Après un débat dans les deux chambres sur la loi, il a été convenu à l’unanimité d’annuler les élections du 20 octobre et de nommer un nouveau conseil électoral dans les 15 jours suivant son adoption, ouvrant ainsi la voie à un nouveau vote.



Le projet de loi, adopté conjointement par les législateurs du MAS et les législateurs anti-Morales, a été approuvé le 23 novembre ; il interdisait également à M. Morales de participer aux nouvelles élections. En contrepartie, le gouvernement Áñez a accepté de retirer les forces armées de toutes les zones de protestation (bien que certains militaires aient encore été autorisés à rester dans certaines entreprises publiques pour «prévenir le vandalisme»), de révoquer son décret accordant à l’armée l’immunité de poursuites pénales, de libérer les manifestants pro-Morales arrêtés, de protéger les législateurs et les dirigeants sociaux contre les attaques et d’indemniser les familles des personnes tuées au cours de la crise. Elle a accepté tout cela peu de temps après.
Dans une interview publiée par le journal bolivien Página Siete, Áñez a rejeté la possibilité de se présenter aux élections présidentielles qui se tiendront dans les prochains mois. Plus tard, le ministre de la présidence, Yerko Núñez, a officiellement déclaré qu’Áñez avait rejeté la possibilité de se présenter aux élections. Le 20 décembre, douze membres, six titulaires et six suppléants, du Tribunal suprême électoral prêtent serment et, quelques jours plus tard, le vice-président du Tribunal électoral bolivien, Óscar Hassenteufel, annonce que les élections générales auront lieu le 3 mai. Le 24 janvier 2020, après avoir échoué à trouver un consensus au sein de l’opposition pour réduire le nombre de candidats et éviter ainsi la fragmentation du vote anti-Morales, et malgré les promesses d’Áñez, cette dernière décide de lancer sa candidature.

Le 31 décembre 2019, son gouvernement a soumis à l’approbation de l’Assemblée législative plurinationale du pays un projet de loi qui établit un débat public obligatoire entre les candidats à la présidence et à la vice-présidence dans le cadre du processus préélectoral. Le projet de loi, qui modifie la loi 026 du régime électoral bolivien, prévoit également que les débats soient diffusés en direct et obligatoirement sur les médias d’État.
Le 13 janvier 2020, le président Áñez a déclaré que cette année serait celle de la lutte contre les féminicides et les infanticides, dans le but d’endiguer la vague de ces crimes qui frappe la Bolivie. Depuis janvier, les autorités ont enregistré 73 féminicides, ce qui constitue le chiffre le plus élevé depuis 2013. Ces meurtres représentent une femme tuée tous les deux jours.

Dans ce contexte, la présidente a annoncé un suivi exhaustif de la création de tribunaux spéciaux pour ces affaires et a critiqué le système judiciaire pour la lenteur des processus. Elle a assuré que l’État bolivien avait l’obligation de mettre fin à la violence et d’empêcher d’autres décès de femmes et d’enfants boliviens, et c’est pour cette raison qu’elle a déclaré l’année de la lutte contre le féminicide et l’infanticide. La présidente a rappelé que sur les 117 féminicides recensés en 2019, seuls 22 ont été condamnés par procédure abrégée et 10 ont été fermés par extinction en raison de la mort de l’agresseur, elle a également noté que dix autres ont une accusation formelle, 52 seulement un acte d’accusation et 18 sont encore au stade préliminaire. En outre, quatre affaires ont été rejetées et une a été classée sans suite.

Mme Áñez a également prévu une augmentation du budget alloué par le Trésor national pour lutter contre ces crimes et a appelé les ministères à mettre en œuvre des politiques efficaces, car elle considère qu’il est «inconcevable» qu’en dépit des lois qui garantissent aux femmes le droit à une vie sans violence, elles continuent d’être assassinées.
Le 10 mars 2020, les deux premiers cas de coronavirus ont été confirmés en Bolivie et des mesures de lutte contre l’épidémie ont été prises. Dans un premier temps, des mesures restrictives ont été mises en place et, le 21 mars, une quarantaine totale a été décrétée.
Le 28 mai, un assouplissement de certaines activités a été mis en place, initiant ce que l’on appelle la «quarantaine dynamique», qui a ensuite été prolongée, d’abord jusqu’au 31 juillet 2020, puis jusqu’à la fin du mois d’août de la même année.

Jeanine Áñez a été interrogée sur les décisions prises pour faire face à la crise sanitaire. Le 9 juillet 2020, elle a confirmé sur son compte Twitter qu’elle avait été diagnostiquée avec le COVID-19 en pleine pandémie de maladie à coronavirus dans le pays.



Son gouvernement adopte une politique favorable aux intérêts de l’agrobusiness, en libéralisant les exportations de produits agro-industriels à partir de janvier 2020 et en encourageant le déboisement. Un décret présidentiel adopté en mai 2020 a autorisé l’entrée dans le pays de plusieurs semences transgéniques. En outre, le gouvernement a autorisé une augmentation des taux d’intérêt bancaires et a réduit le taux d’imposition pour les grandes entreprises. En juin, le gouvernement a offert de nouvelles terres au secteur agro-exportateur et, pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de Covid-19, il a mobilisé 600 millions de dollars de fonds publics pour éponger les dettes de grandes entreprises privées (l’un des principaux bénéficiaires étant le ministre de l’économie, Branko Marinkovic).
Cependant, le souhait du gouvernement de privatiser de grandes entreprises s’est heurté à la résistance du Sénat. Un plan visant à restituer des parts de l’entreprise publique d’électricité Elfec (nationalisée en 2010) à un ancien actionnaire privé, la Cooperativa de Teléfonos de Cochabamba, a provoqué des tensions au sein du gouvernement et a conduit à la démission de trois ministres.

Le pays a été confronté à des difficultés financières dues à la pandémie de Covid-19 et son gouvernement a été critiqué pour sa gestion de la crise. Le gouvernement a déclaré l’état de calamité publique pour demander un prêt d’urgence à la banque centrale.

Au début de son gouvernement, Jeanine Áñez a décidé de renvoyer plus de 80 % des ambassadeurs plénipotentiaires boliviens dans différents pays du monde et les a remplacés en nommant uniquement des chargés d’affaires dans ces pays, bien qu’il faille mentionner que le gouvernement manquait de personnes (personnel diplomatique) à envoyer dans d’autres pays.

Le gouvernement bolivien soutient la réélection de Luis Almagro à la tête de l’Organisation des États américains (OEA) en janvier 2020.
Des habitants de la ville d’El Alto ont arrêté quatre Cubains et les ont remis à la police, les accusant de payer des partisans du Mouvement vers le socialisme (MAS) pour qu’ils manifestent violemment dans les rues contre le gouvernement de transition. Selon la police, les deux hommes et la femme voyageaient dans un véhicule dans lequel la police a trouvé un sac à dos contenant 90 000 bolivianos (un peu plus de 13 000 dollars), bien que des journalistes non officiels aient rapporté que le total saisi était supérieur à un demi-million de bolivianos (environ 74 000 dollars). Les suspects ont déclaré qu’ils avaient l’argent pour payer des médecins cubains en mission en Bolivie. Quelques heures plus tard, le chef de la brigade médicale cubaine en Bolivie, Yoandra Muro, a été arrêté, mais il a été relâché par la suite.



En conséquence, le président cubain Miguel Díaz-Canel a annoncé le départ immédiat des 725 membres de la brigade médicale cubaine en poste en Bolivie, justifiant cette décision par des raisons de sécurité. Díaz-Canel a dénoncé le «harcèlement, les expressions anti-cubaines, la haine et les mauvais traitements» dont sont victimes les médecins cubains en poste en Bolivie, et le ministre cubain des affaires étrangères, Bruno Rodríguez, a signalé que l’ambassade des États-Unis «participe à l’incitation à la violence contre les médecins cubains». Après le départ des médecins cubains, la ministre des affaires étrangères, Karen Longaric, a déclaré : «Ils quitteront la Bolivie, je crois que ce départ est opportun et nécessaire, et je crois que cela permettra également un traitement respectueux, comme cela a toujours été le cas entre Cuba et la Bolivie».
Le ministre de la santé du pays andin, Aníbal Cruz, a indiqué que seuls 205 des 702 Cubains qui faisaient partie de la mission médicale en Bolivie étaient titulaires d’un diplôme de médecine et, après avoir examiné des documents, le gouvernement a déterminé qu’il s’agissait principalement de techniciens ou de chauffeurs. Jusqu’en octobre 2019, le gouvernement d’Evo Morales a dépensé environ 7,7 millions de dollars pour maintenir la mission médicale cubaine, selon les données fournies par le gouvernement de M. Áñez. Le gouvernement a commandé un audit pour savoir plus en détail comment a été utilisé l’argent que la Bolivie a payé pour les professionnels cubains. Cuba ne paie à ses médecins à l’étranger que 25 % de ce qu’elle reçoit des gouvernements qui les embauchent. «Au lieu d’une aide économique au pays, il s’agissait de dommages, mais Cuba en a bénéficié sur le plan économique», a déclaré M. Cruz. Le ministre cubain de la santé, José Ángel Portal, a qualifié les autorités boliviennes de «putschistes» et a affirmé qu’elles mentaient sur les qualifications des Cubains. Dans le même temps, le vice-ministre cubain des affaires étrangères, Rogelio Sierra Díaz, a déclaré que la «contribution» de l’île à la santé bolivienne «n’est pas mesurable en termes financiers».

La Bolivie rompra ses relations avec Cuba le 24 janvier 2020, après avoir accusé l’île d’affecter systématiquement les relations bilatérales fondées sur le respect mutuel, les principes de non-ingérence dans les affaires intérieures, l’autodétermination des peuples et l’égalité souveraine des États, mais le gouvernement Áñez a néanmoins réitéré la volonté du gouvernement bolivien de maintenir des relations cordiales.
Áñez a reconnu Juan Guaidó comme président intérimaire du Venezuela lors de la crise présidentielle vénézuélienne de 2019, 24 heures après avoir pris ses fonctions. Son gouvernement intérimaire a également rompu les relations diplomatiques avec le gouvernement vénézuélien de Maduro, donnant à ses diplomates 72 heures pour quitter le pays. Áñez a également demandé à Guaidó de nommer le nouvel ambassadeur vénézuélien en Bolivie, «qui sera immédiatement reconnu par notre gouvernement».

Un mois plus tard, son gouvernement a annoncé l’entrée de la Bolivie dans le groupe de Lima. Le ministère bolivien des affaires étrangères a déclaré dans un communiqué qu’il espérait «contribuer à une solution pacifique, démocratique et constitutionnelle à la crise au Venezuela, qui doit être guidée par le peuple vénézuélien». Le même mois, le gouvernement d’Añez a annoncé qu’il donnerait refuge à 200 Vénézuéliens «qui ont fui leur pays pour des raisons de persécution politique encouragée par le gouvernement de Nicolás Maduro».

Le gouvernement mexicain a accordé l’asile politique à Evo Morales, qui a démissionné de la présidence bolivienne sous la pression des manifestations contre lui et les forces armées. Après avoir obtenu l’autorisation des autorités boliviennes pour l’entrée de l’avion de sécurité mexicain et après avoir traversé plusieurs pays d’Amérique latine, qui ont cédé leur espace aérien en raison d’obligations en vertu du droit international, l’ancien président Evo Morales a atterri sur le sol mexicain vers 11 h 09, heure locale.
Le 14 novembre 2019, Áñez a indiqué que Morales était responsable d’avoir procédé à des «disqualifications» depuis son arrivée sur le territoire mexicain. Le gouvernement bolivien, en vertu du traité international de Montevideo, signé par la Bolivie, a accusé l’ancien président Morales d’avoir attisé les protestations depuis son exil au Mexique contre le gouvernement, qui prévoyait qu’il ferait une présentation à l’administration d’Andrés Manuel López Obrador. En réponse à cette accusation, le ministère des affaires étrangères a précisé que le Mexique n’était pas partie au traité et a souligné que la liberté d’expression était garantie par l’article 6 de sa Grande Charte.

Le 20 novembre, on apprend que le gouvernement de transition dirigé par Áñez a autorisé le départ d’Evaliz Morales Alvarado, fille d’Evo Morales, afin qu’elle puisse demander l’asile au Mexique, où son père se trouve depuis le 12 novembre. Quelques heures plus tard, on apprend que la jeune femme, qui était réfugiée à l’ambassade du Mexique à La Paz depuis le 11 novembre, a retiré sa demande d’asile.



Le 20 novembre, le gouvernement bolivien a diffusé une vidéo dans laquelle on entend l’ancien président Evo Morales organiser un blocus depuis le Mexique pour aggraver la pénurie de carburant et de nourriture dans la ville de La Paz. À un moment donné, l’ancien dirigeant des cultivateurs de coca lui ordonne de diviser «le syndicat en quatre ou cinq groupes» pour prolonger le siège : «Si un groupe se concentre, il se fatigue et les gens abandonnent ; mais si les groupes se relaient, nous tiendrons le blocus».

  • Selon le journal El Deber, l’enregistrement a été trouvé sur un téléphone portable saisi lors d’une opération de police sur une route près de Tiquipaya, dans le département de Cochabamba, la zone la plus influente de Morales. «Il n’est pas possible qu’Evo continue à monter les Boliviens les uns contre les autres et qu’il ordonne qu’aucune nourriture ne soit apportée, c’est un crime contre l’humanité», a déclaré Murillo, ministre du gouvernement d’Áñez. Il a également indiqué que, selon les informations dont il dispose, l’appel téléphonique a eu lieu il y a trois jours et a proposé d’apporter la vidéo à n’importe quel laboratoire pour prouver son authenticité et qu’il s’agit d’Evo Morales parlant au dirigeant des cultivateurs de coca identifié comme Faustino Yucra Yarhu.

    Carlos Trujillo, ambassadeur des États-Unis auprès de l’Organisation des États américains, a estimé que cet enregistrement était inacceptable et constituait une violation des dispositions de la Convention de Vienne. Le gouvernement bolivien a déposé une plainte pénale contre Evo Morales, en exil au Mexique, pour «sédition et terrorisme» auprès du ministère public, à la suite de l’appel au siège de La Paz qu’aurait lancé l’ancien président. Le Mexique, accusé à plusieurs reprises de violer les accords de Vienne et de permettre les opérations politiques d’Evo, ne s’est jamais prononcé sur l’audio. Le Mexique est également accusé de violer les normes internes de la Communauté des Etats d’Amérique Latine et des Caraïbes (CELAC) et de violer la doctrine mexicaine Estrada sur le respect de l’autodétermination des peuples et la non-intervention dans les gouvernements ou les changements de gouvernement dans d’autres pays.
    Neuf membres de l’administration Morales se sont réfugiés à l’ambassade du Mexique à La Paz depuis le 10 novembre. Selon El País, il s’agit des anciens ministres Juan Ramón Quintana, Javier Zavaleta, Héctor Arce, César Navarro, Wilma Alanoca et Hugo Moldiz, ainsi que de l’ancien gouverneur d’Oruro Víctor Vásquez, de l’ancien vice-ministre Pedro Dorado et de l’ancien directeur de l’Agence pour le gouvernement électronique et les technologies de l’information et de la communication (AGETIC), Nicolás Laguna. Le ministre de l’intérieur Arturo Murillo a déclaré que Quintana ne serait pas autorisé à quitter le pays et qu’il serait emprisonné. Quintana est accusé de sédition, de terrorisme et de financement du terrorisme ; quatre autres demandeurs d’asile font également l’objet de mandats d’arrêt.
    La mission permanente du Mexique auprès de l’OEA a indiqué dans une lettre que, depuis le 21 décembre, quelque 150 policiers et agents des services de renseignement boliviens ont été observés à la résidence officielle. Le ministre mexicain des affaires étrangères, Marcelo Ebrard, a annoncé qu’il porterait le différend devant la Cour pénale internationale. En réponse, M. Murillo a défendu la mesure de sécurité en déclarant : «Il est évident que notre devoir est de garder la résidence des diplomates et de protéger la vie des gens, quels que soient leurs antécédents criminels ou les relations qu’ils entretiennent avec l’État». Des manifestants anti-Morales se sont régulièrement rassemblés devant l’ambassade pour exiger qu’ils soient remis aux autorités. Mme Murillo a déclaré que l’ambassadrice du Mexique avait elle-même demandé des mesures de sécurité supplémentaires, à trois occasions distinctes, en raison des menaces des manifestants d’incendier l’enceinte de l’ambassade et de lyncher Quintana. Le ministère mexicain des affaires étrangères a reconnu les demandes de sécurité, mais affirme que la réponse est «disproportionnée». En réponse à la menace d’être traduite devant la Cour pénale internationale, elle a déclaré que la Bolivie peut prouver que c’est le Mexique qui a violé les traités.
    Le 27 décembre 2019, des diplomates espagnols ont rendu une visite de courtoisie à l’ambassade du Mexique à La Paz et ont été retardés dans leur départ en raison de la détention des véhicules qui devaient venir les chercher sur place. Selon le ministère bolivien des Affaires étrangères, les diplomates espagnols sont arrivés à la résidence mexicaine accompagnés de «personnes au visage couvert», qui «ont tenté d’entrer subrepticement et clandestinement» dans l’enceinte. Il a ensuite été affirmé qu’il s’agissait de membres du Groupe d’opérations spéciales espagnol (GEO). L’ambassadeur mexicain a accusé le gouvernement de Jeanine Áñez de violer la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, ce à quoi Longaric a répondu que la présence de gardes masqués et armés avait éveillé les soupçons des voisins quant à une tentative de faire passer Quintana de l’ambassade à un autre endroit. «Aucun pays au monde ne pourrait tolérer ce qui s’est passé vendredi dernier. Dans ce cas, la Convention de Vienne autorise l’État hôte à déclarer persona non gratae les diplomates qui violent les règles de la Convention», a déclaré M. Longaric. Lors d’une conférence de presse, M. Añez a officiellement proclamé l’ambassadrice mexicaine persona non gratae et lui a donné 72 heures pour quitter le pays, et le Mexique a officiellement rappelé son ambassadrice.

    Le 30 décembre, la ministre de l’intérieur Olga Sánchez Cordero a déclaré que le Mexique n’avait pas l’intention de rompre ses relations diplomatiques avec la Bolivie.
    Le 2 janvier, des représentants de l’UE ont rencontré le ministre des affaires étrangères Karen Longaric. Le chef adjoint de la délégation de l’UE, Jörg Schreiber, a qualifié ses entretiens avec Longaric d'»ouverts et constructifs» et les relations avec le gouvernement intérimaire de «très bonnes». Mme Longaric a déclaré qu’elle bénéficiait de la compréhension et du soutien des ambassadeurs de l’UE en ce qui concerne les événements survenus à l’ambassade et a exprimé son soutien à la mission du gouvernement intérimaire en vue de nouvelles élections.
    Les tensions dans les relations bilatérales entre la Bolivie et l’Argentine ont commencé peu après le début du mandat de Jeanine Áñez à la tête de l’exécutif. Un groupe de journalistes argentins des chaînes A24, Crónica TV, Telefé Noticias et TN s’est rendu en Bolivie pour exercer son activité professionnelle. Dans différentes situations, les journalistes ont été menacés, agressés et persécutés. Roxana Lizárraga, récemment nommée à la tête du ministère de la communication, a accusé les journalistes de «sédition» et a déclaré qu’ils avaient déjà été identifiés. Après que la situation a été rendue publique, le ministère argentin des affaires étrangères a demandé aux autorités boliviennes en place de «garantir la sécurité et l’intégrité physique des médias argentins». Les équipes de presse se sont réfugiées à l’ambassade d’Argentine. Suite à ces épisodes, l’Association internationale de radiodiffusion (AIR), l’organisation Reporters sans frontières (RSF), l’Association interaméricaine de la presse (AIP) et l’Association des entités journalistiques argentines (ADEPA) ont exprimé leur inquiétude et leur désapprobation.
    L’arrivée d’Evo Morales en Argentine a eu lieu deux jours après l’investiture d’Alberto Fernández en tant que président de l’Argentine. Ce dernier avait invité Evo Morales dans son pays et, selon le ministre des affaires étrangères Felipe Solá, il avait été demandé à l’ancien président de s’engager à ne pas faire de déclarations politiques pendant son séjour en Argentine en tant que réfugié politique. Cette restriction a été levée peu après. Santiago Cafiero, chef du cabinet argentin, a déclaré qu’un réfugié politique a «les mêmes droits qu’un citoyen argentin, ce qui signifie qu’il a la liberté d’expression, la liberté de déclarer, de penser et de dire tout ce qu’il veut. Nous n’allons pas restreindre ses libertés», et les autorités argentines ont exprimé leur soutien aux réunions avec les sympathisants et aux autres activités politiques que M. Morales a décidé de mener en Argentine.



    Face aux déclarations politiques d’Evo Morales, le gouvernement d’Áñez a qualifié de «très délicates» les relations avec l’Argentine et a annoncé, par l’intermédiaire de la ministre bolivienne des affaires étrangères, Karen Longaric, que «nous allons consulter l’Organisation des Nations unies (ONU) pour savoir si les réfugiés sont autorisés à exprimer des opinions de nature politique ou à réaliser des actes qui mettent en péril la stabilité du pays qui les persécute». En cas de réponse convaincante du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), ils ont menacé d’adresser une «plainte formelle» au gouvernement argentin.
    L’ancien président Morales a fait l’objet d’une nouvelle controverse diplomatique entre la Bolivie et l’Argentine, cette fois pour «usurpation de fonctions» et sédition à l’encontre de M. Áñez, après qu’il ait prononcé un travail public par téléphone depuis son refuge en Argentine, le 23 décembre. En conséquence, une plainte pénale a été déposée contre M. Morales et le vice-gouverneur de la province d’O’Connor, Walter Ferrufino, devant un tribunal par l’avocat Omar Durán.

    Les tensions ont été ravivées par les déclarations controversées d’Evo Morales, qui a parlé d'»organiser des milices armées du peuple comme celles du Venezuela», en cas de retour au pays. Jeanine Áñez a déclaré que l’ancien président Evo Morales a une «obsession pour le pouvoir» et que ses commentaires depuis Buenos Aires sont une «ingérence absolue», et la présidente du Sénat, Eva Copa, a qualifié les menaces d'»inappropriées». Suite à ces déclarations, un groupe de sept députés de l’Union civique radicale a présenté une proposition de loi visant à retirer le statut de réfugié à l’ancien président ; l’initiative a été qualifiée de «décision unilatérale» par Federico Storani, et de «réaction excessive» afin de «disputer le leadership de l’opposition au PRO» par Ricardo Alfonsín ; la proposition a été retirée peu de temps après.

    Similar Posts: