Le moment Waldo

» The Waldo Moment » est le troisième épisode de la deuxième saison de la série britannique de science-fiction dystopique Black Mirror. Écrit par le créateur de la série Charlie Brooker, sur la base d’une idée précédente de Brooker et Christopher Norris, l’épisode est réalisé par Bryn Higgins et a été diffusé pour la première fois sur Channel 4 le 25 février 2013.

L’épisode raconte l’histoire de Jamie (Daniel Rigby), un acteur comique raté dont le travail consiste à faire la voix et à déplacer un ours bleu de dessin animé nommé Waldo tout en menant des interviews incisives avec des politiciens et des personnalités de premier plan. Jack (Jason Flemyng), le producteur de télévision de l’émission, décide de présenter Waldo comme candidat à une élection parlementaire en cours afin d’attirer l’attention du public. Cependant, la farce initiale prend des proportions inattendues contre les candidats travaillistes (Chloe Pirrie) et conservateurs (Tobias Menzies).

L’épisode a reçu des critiques plutôt favorables.

Argument

Jamie Salter (Daniel Rigby) est un acteur comique dont la carrière à la télévision est en perte de vitesse. Jamie interprète la voix et les mouvements, via un système de connexion à distance, d’un ours bleu de dessin animé appelé Waldo. Les personnes interrogées dans le cadre de l’émission, des politiciens et des personnalités, croient que les interviews de Waldo sont destinées à une émission de télévision pour enfants, mais en réalité, elles sont destinées à une émission comique de fin de soirée. Waldo Bear, grâce à ses questions incisives, devient extrêmement populaire auprès du public britannique et se voit commander un pilote pour sa propre série. Mais malgré le succès du personnage, Jamie devient dépressif et insatisfait de sa vie.
Lors d’une séance préparatoire pour le pilote de Waldo, le producteur Jack Napier (Jason Flemyng), qui détient les droits de Waldo, suggère en plaisantant que le dessin animé se présente contre de vrais politiciens lors de la prochaine élection partielle de Stentonford. Cela lui permettrait d’affronter l’un de ses anciens interviewés, le candidat conservateur Liam Monroe (Tobias Menzies), avec lequel il a déjà eu un différend, mais qui est le candidat le plus susceptible de l’emporter. Jamie, inquiet à l’idée d’entrer dans le monde de la politique, accepte à contrecœur d’y participer. L’appareil de la société de production se rend à un meeting de Monroe, avec l’intention de l’humilier publiquement, tout en projetant Waldo sur un écran placé sur le côté d’une camionnette. Tout au long de la campagne, Jamie rencontre également Gwendolyn Harris (Chloe Pirrie), la candidate du parti travailliste à l’élection partielle qui, bien qu’elle semble n’avoir aucune chance de gagner, participe à l’élection partielle pour faire avancer sa propre carrière politique. Jamie et Gwendolyn se lient et commencent lentement à nouer une relation. Ils couchent ensemble mais Gwendolyn, conseillée par son directeur de campagne de garder ses distances avec Jamie, décide de s’éloigner de lui. Jamie, incapable de comprendre pourquoi Gwendolyn l’évite, développe un dédain pour les politiciens de carrière.
Jamie, après que Monroe a tenté de se moquer de lui dans une émission de télévision, s’en prend publiquement à l’artificialité des politiciens en désignant Gwendolyn comme une politicienne de carrière. Ce discours devient rapidement un succès sur YouTube et Waldo gagne le soutien du public. Pendant ce temps, la campagne de Gwendolyn part rapidement en vrille. Jamie et Napier rencontrent Jeff Carter (David Ajala), membre d’une agence américaine anonyme, qui affirme que Waldo n’étant pas une personne réelle, il a le potentiel de devenir le visage populaire d’une autorité mondiale impopulaire. Jamie résiste à cette idée et tente de s’excuser auprès de Gwendolyn pour ses commentaires publics, mais elle le rejette avec colère. Le dernier jour de la campagne électorale, Jamie supplie le public de ne pas voter pour Waldo, quitte le centre de contrôle et tente de détruire l’écran sur lequel est projetée l’image de l’ours bleu. Napier reprend alors les commandes de Waldo et, offrant une récompense, demande au public d’attaquer Jamie. Le jour de l’élection, Jamie observe les résultats depuis son lit d’hôpital : Monroe gagne, Waldo (dont la voix est maintenant celle de Napier) arrive deuxième et Gwendolyn troisième. Napier, qui n’accepte pas le résultat, incite le public à l’émeute et à la protestation.

Pendant le générique, Jamie est expulsé de sa maison. Waldo est désormais la représentation virtuelle et sympathique de cet homme politique américain impopulaire. En colère, Jamie tente de briser un écran sur lequel figure l’image de Waldo, mais la police l’en empêche.

Réception critique

Charlie Brooker a déclaré dans le journal El País à propos de cet épisode : » Le Brexit ne fait pas partie de l’univers de Black Mirror parce que, pour être honnête, nous ne l’avons vu venir nulle part. Lorsque nous avons fait l’épisode Waldo, et que nous avons abordé le problème du populisme et du désenchantement des gens à l’égard de la politique, nous ne savions pas que cela pourrait arriver».

Natalia Marcos et Eneko Ruiz Jiménez dans l’article «Black Mirror : tous les épisodes classés du pire au meilleur» publié dans le journal El País lui ont donné la position 16 sur 19, en déclarant : «Le Moment Waldo a un point de vue intéressant qui, de plus, avec l’arrivée du candidat républicain à la Maison Blanche, Donald Trump, a gagné des points en véracité. En tant qu’épisode, cependant, il n’est pas très mémorable. Son idée principale n’est pas développée de manière très crédible, son personnage n’est pas très drôle non plus et il est difficile de s’identifier à son protagoniste».
Pablo Vande, dans l’article «Black Mirror a aussi ‘prédit’ l’ascension de Donald Trump» publié dans le journal El País, écrit : «Laissons les gens voter. Les pouces en l’air, les pouces en bas. La majorité gagne. C’est la vraie démocratie. C’est ainsi que le producteur général de l’émission de Waldo tente de convaincre l’homme derrière la caméra qui, réalisant la dangerosité de son personnage, veut faire marche arrière. Black Mirror flirte avec les effets négatifs de la technologie sur les sociétés. Cet épisode n’a pas eu l’impact d’autres grands scénarios de la série, mais comme cela a été prouvé à d’autres occasions, les histoires de Charlie Brooker se transforment en réalité. C’est ce qui fait peur à la série, qui a même lancé mercredi un tweet sarcastique : «Ceci n’est pas un épisode. Ce n’est pas du marketing. C’est la réalité.
Lorena Papi, dans sa critique publiée sur le site EspinOf, écrit : «The Waldo Moment représente et unifie tous les idéaux qui ont été forgés dans le monde avec les mouvements civils, si ce n’est pas dans ses formes (clairement), c’est dans son contenu. Brooker nous présente une société qui n’est pas si différente de la nôtre, où les gens ne croient plus en rien. Les gens sont tellement déçus et désabusés qu’ils finissent par croire qu’un dessin animé peut les représenter, parce qu’au moins il est sincère. Et bien qu’il n’avance aucune proposition et n’ait aucune position politique, il représente pour les citoyens de cette société une véritable alternative aux partis politiques. Ce n’est pas un hasard si le chapitre s’ouvre sur la nouvelle d’un député contraint de démissionner après la publication de photos compromettantes sur son compte Twitter. Brooker a cherché à dresser le portrait d’une classe politique corrompue qui a besoin d’être régénérée de toute urgence. Et c’est ce contexte qui semble justifier le discrédit et la lassitude du public».

David Sims, du A.V. Club, a attribué à l’épisode une note de C+ en déclarant : «Il n’y a tout simplement pas assez d’intrigue dans The Waldo Moment pour qu’il dure plus de 15 minutes (…) L’épisode n’est pas aidé par le fait que tous ses personnages sont sur la même longueur d’onde».

Ryan Lamble, de Den of Geek, a conclu avec une opinion similaire, en disant : «C’était un épisode moins important de Black Mirror en partie parce que la qualité des autres a été élevée. The Waldo Moment n’en est pas moins rempli de scènes très abouties».
Serena Davies, dans le Daily Telegraph, a attribué à l’épisode 3 étoiles sur 5 et a écrit : «Brooker n’était pas un novice, du moins jusqu’à la fin, montrant une vision dystopique transformant Waldo en un moyen de contrôle universel de l’esprit».

Similar Posts: