Matines

Matines est une heure canonique de la liturgie chrétienne, chantée à l’origine dans l’obscurité du petit matin. C’est l’heure la plus précoce de l’aube qui a servi de prière dans l’Église catholique et dans l’Église orthodoxe pour la liturgie des heures canoniales.

Autrefois, dans le contexte de la vie monastique ou canonique, les Matines (également appelées «vigiles») étaient chantées soit quelques heures après minuit, soit dans les premières heures du jour avant l’aube, moment où l’heure canonique des Laudes était célébrée (une pratique encore suivie dans certains ordres). Elle était divisée en deux ou (le dimanche) trois heures nocturnes. En dehors des monastères, elle était généralement récitée à d’autres moments de la journée, souvent en même temps que les Laudes.

Le terme a également été utilisé dans certaines confessions protestantes pour décrire les offices du matin.

Après le Concile Vatican II, les Matines de l’Église catholique ont été raccourcies dans l’intervalle de temps, et sont maintenant officiellement appelées Office des lectures.

Dans le rite byzantin, ces vigiles correspondent à l’ensemble constitué par l’office de minuit, l’orthros et la première heure (prima).

Chez les luthériens, les matines sont traditionnellement distinctes de la prière du matin, mais le terme «matines» est parfois utilisé dans d’autres confessions protestantes pour désigner n’importe quel office du matin. Dans l’office quotidien anglican, l’heure de Matines est une simplification des Matines et Laudes de l’usage ou du rite de Sarum.
Dans le christianisme orthodoxe oriental et le christianisme protestant oriental, l’office est prié à 6 heures du matin ; il est connu sous le nom de Sapro dans les traditions syriaque et indienne ; il est prié en direction de l’est par tous les membres de ces confessions, tant le clergé que les laïcs, et constitue l’un des sept temps de prière fixes.

Histoire

Dans la Tradition apostolique, Hippolyte enseigne aux chrétiens de prier sept fois par jour «au lever, à l’allumage de la lampe du soir, au coucher, à minuit» et «aux troisième, sixième et neuvième heures du jour, heures associées à la Passion du Christ». En ce qui concerne la prière à l’aube, Hippolyte écrit : «De même, à l’heure du chant du coq, lève-toi et prie. Car c’est à cette heure, au chant du coq, que les fils d’Israël ont rejeté le Christ, que nous connaissons par la foi, en attendant chaque jour la lumière éternelle de la résurrection des morts».

Similar Posts:

    None Found