Naturgy

Naturgy (anciennement Gas Natural Fenosa), dont le nom légal est Naturgy Energy Group, S. A. (NEGSA), est une société espagnole opérant dans les secteurs de l’électricité et du gaz. Son siège opérationnel se trouve à Barcelone, son siège social à Madrid et son président exécutif actuel est Francisco Reynés.

Naturgy est l’une des trois grandes entreprises du secteur de l’électricité en Espagne qui, avec Endesa et Iberdrola, dominent environ 90 % du marché national de l’électricité. Naturgy est active dans la fourniture, la production, la distribution et la commercialisation d’électricité et de gaz naturel.

En 2021, elle figurait parmi les 10 entreprises qui ont émis le plus de tonnes d’équivalent CO2 en Espagne, avec 4,9 Mt.

Histoire

En 1841, le technicien français Charles Lebon et le financier Pedro Gil y Babot remportent aux enchères le marché de l’éclairage public au gaz de la ville de Barcelone, après l’installation de réverbères au gaz dans le centre de Madrid en 1832.

En 1842, la construction de la première usine de gaz manufacturé en Espagne, qui utilise le charbon comme matière première, débute dans le quartier de la Barceloneta à Barcelone. Les premiers lampadaires à gaz ont été inaugurés à Barcelone.

Pour sa part, l’activité électrique trouve son origine dans l’Unión Eléctrica Madrileña, fondée en 1912 par la fusion d’un petit conglomérat d’entreprises électriques qui fournissaient de la lumière à une partie de la capitale.
Ses origines remontent à 1843, date de la création de la Sociedad Catalana para el Alumbrado por Gas, qui se consacrait à l’origine à l’éclairage public au gaz dans la ville de Barcelone, introduisant à la fois l’éclairage public et l’éclairage privé. Elle a ensuite entrepris d’autres activités, telles que les usines à gaz de Séville et de Ferrol. En 1846, lorsque la Bourse de Barcelone a commencé à opérer, l’entreprise a été cotée sur les marchés.

En 1896, avec l’aide d’une multinationale française, la Sociedad Catalana para el Alumbrado de Gas entre dans le secteur de l’électricité avec la construction de la centrale électrique de Vilanova à Barcelone. Elle a ensuite développé d’autres centrales thermiques et des chutes d’eau dans les Pyrénées de Huesca.

En 1912, la Sociedad Catalana para el Alumbrado de Gas a partiellement réorienté ses activités en entrant dans le secteur de l’électricité et a changé son nom en «Catalana de Gas y Electricidad, S.A.», intégrant tous ses actifs et participations électriques dans la société mère du groupe.

En 1969, par l’intermédiaire de sa coentreprise avec Exxon, Gas Natural, Gas Natural ouvre l’ère du gaz naturel en Espagne : elle conclut des contrats d’approvisionnement avec la Libye et l’Algérie, construit un méthanier doté de la technologie cryogénique, met en service l’usine de regazéification de Barcelone et développe ainsi le marché du gaz naturel liquéfié (GNL) dans le pays.

En 1987, Catalana de Gas y Electricidad, S.A. change de nom et devient «Catalana de Gas, S.A.».
En 1991, Gas Natural SDG est née de la fusion de Catalana de Gas, Gas Madrid et des actifs de distribution de gaz par canalisation apportés par le groupe Repsol, qui faisait alors encore partie de l’Institut national des hydrocarbures. Par la suite, la société a acquis Enagás, une entreprise publique espagnole de transport et de regazéification dont elle a finalement vendu les parts en 2009.



En 1992, la Fondation Gas Natural a été créée.

En 1992, le groupe Gas Natural commence son expansion internationale en entrant sur le marché argentin, où il obtient une licence de distribution de gaz à Buenos Aires.

En 1996, le gazoduc Maghreb-Europe est mis en service, reliant la péninsule ibérique aux gisements algériens de gaz naturel de Hassi R’Mel. Le groupe possède également une usine à Damiette, en Égypte, qu’il partage avec la société italienne ENI et qui est actuellement paralysée en raison de la situation politique dans ce pays et du manque de gaz.

En 1997, Gas Natural est entrée sur les marchés du Brésil, du Mexique et de la Colombie, consolidant ainsi sa présence en Amérique latine. Après avoir renforcé sa présence dans ces pays, elle a également étendu ses activités au Chili et au Panama.
En 2002, profitant de la privatisation du secteur de l’électricité en Espagne, Gas Natural s’est lancé dans la vente d’électricité avec la mise en service de sa première centrale électrique à cycle combiné à San Roque. Sa filiale Gas Natural Europe a obtenu un contrat de fourniture de gaz en région parisienne pour deux ans à 208 communes de l’agglomération et au Portugal, elle est devenue le premier opérateur indépendant, avec 15 % sur le segment industriel.



En 2005, les opérations de négoce de gaz ont débuté en 1999, avec la création de «Repsol Gas Natural LNG», pour le négoce, la commercialisation et le transport de GNL, ainsi que le développement de projets d’exploration.

Entre 2005 et 2009, Gas Natural a pris pied dans le secteur de l’électricité, en approchant à plusieurs reprises des entreprises concurrentes. Après des mois de négociations houleuses, une offre publique d’achat hostile sur Endesa a été lancée en 2006, mais a échoué. Enfin, en 2009, une offre publique d’achat a été lancée sur une autre société espagnole d’électricité, Unión Fenosa.
Après l’échec de l’offre publique d’achat d’Endesa en 2006, la société cherche à consolider son objectif stratégique de créer le premier groupe intégré de gaz et d’électricité en Espagne par l’acquisition d’Unión Fenosa (le troisième distributeur d’électricité en Espagne, issu de la fusion d’Unión Eléctrica Madrileña et de Fuerzas Eléctricas del Noroeste en 1983). En avril 2009, l’offre publique d’achat de Gas Natural sur le capital social d’Unión Fenosa a été acceptée par 34,75 % du capital social de la compagnie d’électricité, ce qui équivaut à 69,54 % des droits de vote. À la suite du règlement de l’offre publique d’achat le 14 avril 2009, Gas Natural est devenue détentrice de 95,22 % du capital social d’Unión Fenosa. Cela lui permet d’assimiler les actifs de l’entreprise et de les commercialiser dans leur intégralité sous le nom unifié de «Gas Natural Fenosa».

En novembre 2011, Gas Natural Fenosa a commencé à déployer des réseaux intelligents en Espagne, selon l’entreprise, afin d’améliorer la qualité du service et de permettre aux clients de gérer efficacement leur consommation. L’installation de 600 000 «compteurs intelligents» est prévue pour 2013.

En 2012, Gas Natural a signé un contrat avec le groupe américain Cheniere pour la fourniture de gaz naturel liquéfié (GNL) et un autre du même type avec le groupe indien Gail.

En octobre 2017, le conseil d’administration a décidé de transférer le siège de GNF à Madrid en raison de l’incertitude générée par la possible sécession de la Catalogne.
Le 27 juin 2018, lors de l’assemblée générale des actionnaires de 2018, il a été convenu que «Gas Natural Fenosa» serait rebaptisée «Naturgy». Ce nouveau nom englobe les activités de l’entreprise en Espagne et à l’international. Ainsi, la nouvelle marque de la société mère est Naturgy Energy Group, S.A.



Secteurs d’activité

L’activité de fourniture consiste en l’achat de gaz naturel, tant à l’état gazeux que sous forme de GNL. Dans le premier cas, le transport est effectué par gazoduc et, dans le second, par bateau. Les usines de regazéification et de liquéfaction sont chargées de faire passer le gaz d’un état à l’autre pour faciliter son transport et sa réintroduction dans le système gazier. Grâce à la gestion des gazoducs, à la participation dans les usines et à sa flotte de méthaniers, la société est en mesure de couvrir les besoins des différentes activités du groupe de manière flexible et diversifiée.

La société dispose d’un portefeuille d’approvisionnement en GNL et en gaz naturel d’environ 30 milliards de m3 et d’une flotte de 11 méthaniers.

L’activité de production d’électricité comprend la production en régime ordinaire (hydroélectricité, nucléaire, charbon, fioul et cycle combiné au gaz) et la production en régime spécial (éolien, cogénération et photovoltaïque).

En Espagne, le parc de production est de près de 13 GW, dont 7 GW correspondent à des cycles combinés au gaz naturel ; Naturgy dispose des installations suivantes.



Elle produit également de l’électricité par le biais de centrales thermiques conventionnelles, dont elle possède les installations suivantes :
Dans le reste du monde, l’entreprise est présente au Mexique, avec une capacité installée de 2 GW en cycles combinés, ainsi qu’au Costa Rica, au Panama et en République dominicaine, avec différentes technologies de production.

En Espagne, Naturgy dispose de 70 installations dans 9 communautés, avec une capacité installée de 1179 MW, dont 1012 MW d’éolien, 109 MW de mini-hydraulique et 58 MW de cogénération et de photovoltaïque.

Lors de la vente aux enchères d’énergies renouvelables organisée par le gouvernement en 2017, Naturgy a obtenu 250 MW en photovoltaïque. Depuis cette date, elle a investi quelque 382 millions d’euros dans le développement de différents projets de production d’électricité par génération éolienne et photovoltaïque en Espagne. En 2018, elle a mis en service 32,6 MW aux îles Canaries et en 2019, elle prévoit de mettre en service 929 MW en Espagne.

Naturgy distribue du gaz naturel sur le marché domestique-commercial (foyers et entreprises qui utilisent le gaz naturel comme combustible dans les chaudières à eau, le chauffage ou la cuisson), et sur le marché industriel des grands clients qui utilisent le gaz comme combustible dans leurs processus industriels.

L’entreprise contrôle entièrement le marché espagnol de la distribution, où elle vend du gaz naturel à 5 millions de clients dans plus d’un millier de municipalités. Son deuxième marché est l’Italie, avec plus de 400 000 clients. De l’autre côté de l’Atlantique, elle est le principal opérateur de distribution de gaz naturel en Amérique latine, avec une présence en Argentine, au Brésil, en Colombie et au Mexique, où elle compte plus de 6 millions de clients.
L’entreprise exerce des activités de distribution d’électricité en Espagne, en Moldavie et en Amérique latine. L’une des principales activités de Naturgy est la distribution d’électricité aux petits utilisateurs, qu’il s’agisse de consommateurs résidentiels, de PME ou de grandes entreprises. En Espagne, elle opère sous le nom d’Unión Fenosa Distribuidora.



Naturgy est présente dans les activités de commercialisation du gaz et de l’électricité, tant en Espagne que sur le marché international, ainsi que dans d’autres produits et services liés à la commercialisation au détail en Espagne.

En Espagne, à la suite d’une plainte déposée par l’OCU en 2018, la CNMC a obligé les entreprises d’électricité à opérer sur le marché réglementé sous un autre nom et un autre logo que ceux du marché libre. Ainsi, Naturgy opère sur le marché réglementé sous le nom de Comercializadora Regulada.

En ce qui concerne la distribution, les clients ne choisissent pas l’entreprise, mais l’entretien du réseau est assuré par une entreprise spécifique dans chaque région d’Espagne. Unión Fenosa est le distributeur de Naturgy et opère en Galice et dans les régions de Madrid, Castilla y León, Castilla-La Mancha et le nord de l’Andalousie.
Le positionnement de Naturgy sur la chaîne de valeur du marché du gaz et de l’électricité lui permet d’extraire des marges supplémentaires sur les marchés grâce à son activité de trading. Son travail englobe à la fois la gestion du risque de prix des matières premières qui affectent l’activité (gaz, pétrole et dérivés : électricité, charbon et émissions, entre autres) et la création d’opportunités associées à la disponibilité et à la flexibilité des actifs gaziers, électriques et charbonniers du groupe, avec une présence dans les principaux hubs européens.



Activités dans le monde

Selon l’entreprise elle-même, ses activités dans le monde sont les suivantes :

Naturgy est la plus grande entreprise intégrée de gaz et d’électricité en Espagne et le troisième distributeur de gaz et d’électricité sur le marché ibérique. Outre l’Espagne, Naturgy est présente dans neuf autres pays européens.

– Production d’électricité (régime ordinaire et spécial)
– Activité d’infrastructure gazière
– Regazéification
– En amont
– Exploration

Structure de l’entreprise

Les actions de Naturgy sont cotées sur les quatre bourses espagnoles par l’intermédiaire du marché continu et font partie de l’indice Ibex 35.
Le conseil d’administration de Naturgy est présidé par Francisco Reynés Massanet, et compte 11 administrateurs (5 indépendants et 6 propriétaires) : Ramón Adell Ramón, Enrique Alcántara-Garcia Irazoqui, Marcelino Armenter Vidal, Francisco Belil Creixell, Javier de Jaime Guijarro, Helena Herrero Starkie, Rajaram Rao, Claudi Santiago Ponsa, Pedro Sainz de Baranda Riva, Scott Stanley et José Antonio Torre de Silva López de Letona.

Son siège opérationnel se trouve dans la «Torre Mare Nostrum» de la rue Doctor Aiguader à Barcelone, tandis que son siège social se trouve, depuis le 6 octobre 2017, dans l’ancien bâtiment d’Unión Fenosa, situé sur l’avenue San Luis à Madrid.

Controverses

En 2011, à la suite d’une plainte déposée par Iberdrola, la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC) espagnole a infligé à Gas Natural Fenosa une amende de 3,27 millions d’euros pour avoir refusé de traiter les changements de négociant en gaz naturel. En mars 2016, la Cour suprême a confirmé le refus de Gas Natural Fenosa de changer de fournisseur, mais a maintenu une amende de 2,6 millions d’euros pour concurrence déloyale pour avoir envoyé plus de cinq millions de lettres discréditant ses concurrents.

En 2017, le gouvernement régional catalan a condamné Gas Natural Fenosa à une amende de 500 000 euros pour avoir été responsable du décès d’une femme de 81 ans dont l’électricité avait été coupée pour non-paiement de 246,59 euros. La femme est décédée en novembre 2016, asphyxiée par un incendie causé par une bougie à son domicile.
Le 14 mai 2019, la CNMC (Commission nationale des marchés et de la concurrence) a condamné Naturgy (et Endesa) à une amende de 25,3 millions d’euros – 19,5 millions pour la première et 5,8 millions pour la seconde – pour avoir modifié le prix de l’électricité durant l’hiver 2016.

Le secteur espagnol de l’électricité ne compte que cinq grandes entreprises, dont trois dominent 90 % du marché : Endesa, Iberdrola et Naturgy, selon un rapport de la CNE (Commission nationale de l’énergie). Selon les données d’Eurostat, l’Espagne est l’un des pays de l’Union européenne où l’électricité est la plus chère.

En 2011, la CNE a imposé une amende de 61 millions d’euros à Endesa, Iberdrola, Gas Natural Fenosa (aujourd’hui Naturgy), Hidroeléctrica del Cantábrico (aujourd’hui EDP) et E.ON (aujourd’hui EDP). Elles sont accusées de s’être entendues sur les prix et d’autres conditions commerciales, ainsi que d’avoir entravé la capacité des utilisateurs à changer de fournisseur en refusant l’accès aux données des clients.

Naturgy a employé ou contracté plusieurs ex-politiciens au cours de son histoire. Il s’agit notamment de l’ancien Premier ministre Felipe González, en tant que membre du conseil d’administration entre décembre 2010 et 2015, lorsque l’entreprise s’appelait encore Gas Natural Fenosa, de l’ancienne ministre Cristina Garmendia de 2015 à 2018, de l’ancien président du Parti nationaliste basque Josu Jon Imaz, des anciens ministres Nemesio Fernández-Cuesta et Narcís Serra, de la politicienne du Parti populaire autrichien Benita Ferrero-Waldner et des anciens députés Heribert Padrol Munté et Josep Manuel Basañez Villaluenga, parmi d’autres politiciens.
Unión Fenosa, pour sa part, avant d’être absorbée par GNF, a employé l’ancien Premier ministre Leopoldo Calvo-Sotelo entre 1998 et 2002, l’ancien ministre Antonio Barrera de Irimo, l’ancien secrétaire d’État Pedro Mejía Gómez, l’ancien directeur général adjoint du ministère de l’Énergie Arcadio Gutiérrez Zapico et l’ancien député Luis Coronel de Palma, entre autres. La société Catalana de Gas, qui a fusionné, a employé l’ancien ministre Juan Antonio Ortega y Díaz-Ambrona.

Selon l’enquête menée par le journal espagnol Expansión publiée en décembre 2013 : » De la part de l’entreprise elle-même et de l’agence Archibald Ingall, qui aide l’entreprise à soigner son image en ligne, la page Wikipedia espagnole est continuellement modifiée. Par exemple, fin 2012, ils ont supprimé la référence à l’offre publique d’achat frustrée pour Endesa en 2005, qui avait été si controversée à l’époque».

En raison du système marginaliste du marché de gros de l’électricité en Espagne, l’énergie la moins chère est vendue au prix de l’énergie la plus chère. Les compagnies d’électricité obtiennent donc des marges bénéficiaires disproportionnées. C’est ce que l’on appelle les bénéfices exceptionnels. Joan Baldoví, député Compromís de la province de Valence au Congrès des députés, est intervenu dans les médias pour critiquer le fait que «nous payons un sandwich au calamar au prix du caviar iranien» et a ajouté que «nous devons mettre fin à cette escroquerie une fois pour toutes. Il faut faire des audits pour savoir ce que coûte l’électricité et la payer à sa juste valeur».
Le 13 septembre 2021, le gouvernement dirigé par Pedro Sánchez, du Parti socialiste ouvrier espagnol et de Podemos, a annoncé qu’il réduirait ces avantages pour atténuer la hausse des prix de l’électricité causée par la hausse historique des prix du gaz. L’association patronale du secteur de l’énergie Nuclear a réagi en menaçant de fermer prématurément les centrales nucléaires. Le décret prévoyant cette réduction a été approuvé par le Congrès des députés le 15 octobre 2021. Le PNV, Junts et PDeCAT se sont abstenus. Le PP, Vox et Ciudadanos ont voté contre.

Similar Posts: